Derniers commentaires et analyses

Les vraies colonies illégales

par Bassam Tawil  •  7 décembre 2016

  • Les constructions dans les colonies juives de Cisjordanie et dans certains quartiers de Jérusalem ont presque toujours eu lieu dans le cadre de la loi et conformément aux autorisations délivrées par les autorités compétentes ; les constructions palestiniennes en revanche, sont illégales à tous les sens du terme.

  • L'objectif des Palestiniens est de créer un état de fait irréversible sur le terrain. L'énormité du projet oblige à poser la question : qui a financé ces villes dans les villes ? Et pourquoi ? Il y a de bonnes raisons de penser que l'OLP, certains Etats arabes et musulmans, mais aussi l'Union européenne, sont à l'origine de l'initiative palestinienne.

  • L'avant-poste juif d'Amona et ses 42 familles, suscite aujourd'hui une controverse passionnée aussi bien en Israël qu'à l'international. Apparemment, les colonies ne sont un « obstacle majeur à la paix » que lorsqu'elles sont juives.

  • L'UE, certains gouvernements et organisations islamiques financent la construction de colonies palestiniennes illégales, tout en exigeant qu'Israël cesse de construire des logements pour les familles juives à Jérusalem et dans les colonies existantes en Cisjordanie.

  • L'hypocrisie et la malveillance de l'UE et de la communauté internationale sur la question des colonies israéliennes s'affichent sans fards. Cette hypocrisie est également le fait des grands médias occidentaux qui voient s'ériger progressivement les colonies palestiniennes autour de Jérusalem, mais ont choisi de ne faire état que des constructions juives.

Un exemple de constructions palestiniennes illégales près de Shufat et Anata, à la périphérie nord-est de Jérusalem.

Alors que la communauté internationale continue de stigmatiser Israël pour ses nouvelles constructions dans les colonies juives, les Palestiniens eux, ont édifié en toute quiétude des quartiers entiers en divers endroits de la Cisjordanie et de Jérusalem. Ce désintérêt manifeste des occidentaux envers les projets immobiliers palestiniens à l'inconvénient de gommer une différence cruciale entre les deux dynamiques : les nouvelles constructions juives au sein des colonies existantes en Cisjordanie et à Jérusalem ont presque toujours eu lieu dans un cadre légal et conformément aux autorisations délivrées par les autorités compétente ; les projets palestiniens en revanche sont illégaux à tous les sens du terme.

Derrière cette stratégie immobilière qui ne respecte aucune norme technique, architecturale ou urbaine, les Palestiniens n'ont qu'un but : créer un état de fait irréversible sur le terrain.

Continuer l'article

Auto-Censure : Société Libre contre Société de la Peur

par Giulio Meotti  •  6 décembre 2016

  • « Le drame et la tragédie c'est que ceux qui gagnent sont les djihadistes. » — Flemming Rose, qui, en tant que chef du service culturel du journal le Jyllands-Posten, a publié les caricatures de Mahomet en 2005.

  • « Pourquoi avez-vous fait la connerie d'accepter d'apparaître sur scène avec quelqu'un qui est visé par les terroristes, vous êtes con ? Vous avez un désir de mort caché ? Maintenant que vous avez des petits-enfants. Vous êtes complètement fou ? Si vous voulez mourir, OK, mais pourquoi faire vivre tout ça à la société ? » — Les dirigeants du Jyllands-Posten à Flemming Rose.

  • « Nous sommes également conscients de nous soumettre ainsi à la violence et à l'intimidation. » — Éditorial, Jyllands-Posten.

  • « Je ne leur reproche pas de se soucier de la sécurité de leurs employés. J'ai des gardes du corps vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Pourtant je pense que nous devons être fermes. Si Flemming ne dit rien, la démocratie sera perdue. » — Naser Khader, un musulman libéral d'origine syrienne qui vit au Danemark.

La démocratie est-elle perdue ? Onze ans après la publication des caricatures de Mahomet par le Jyllands-Posten, le journal est entouré d'une barrière de fils barbelés de deux mètres de haut et d'un kilomètre de long. Kurt Westergaard, l'illustrateur qui a dessiné l'une des caricatures ( à gauche), se cache dans une forteresse et Flemming Rose ( à droite ), le rédacteur en chef qui a commandé les caricatures a fui aux États-Unis.

En rencontrant un journaliste de l'agence de presse Ritzaus Bureau en été 2005, l'artiste danois Kåre Bluitgen lui a raconté qu'il n'arrivait pas à trouver quelqu'un qui acceptait d'illustrer son livre sur Mahomet, le prophète de l'islam. Les trois illustrateurs qu'il avait contactés avaient trop peur, expliqua-t-il. Quelques mois plus tard Bluitgen annonça qu'il avait trouvé quelqu'un qui était prêt à illustrer son livre mais à condition de le faire anonymement.

Comme la plupart des journaux danois, le Jyllands-Posten décida de publier un article sur le cas de Bluitgen. Pour tester où en était la liberté d'expression, Flemming Rose, qui était alors le chef du service culturel du Jyllands-Posten, a contacté douze caricaturistes et leur a offert 160 dollars chacun pour dessiner une caricature de Mahomet. Ce qui est alors arrivé est connu et effrayant.

Continuer l'article

La France est au bord de l'effondrement total

par Guy Millière  •  5 décembre 2016

  • La France ne l'a pas perçu à l'époque, mais elle s'est placée dans un piège, et le piège se referme.

  • Dans les années 1970, les Palestiniens ont commencé à utiliser le terrorisme international, et la France a choisi d'accepter ce terrorisme pour autant que la France ne soit pas touchée. Dans le même temps, la France a accueilli une immigration de masse venue du monde arabo-musulman, bien sûr imprégnée de la volonté musulmane d'épandre l'islam. La population musulmane en France a depuis connu une expansion numérique sans pour autant assimiler.

  • Les sondages révèlent qu'un tiers des Musulmans français veulent l'application intégrale de la charia islamique. Ils montrent également qu'une majorité écrasante des Musulmans français sont en faveur du djihad, et en particulier du djihad contre Israël, un pays qu'ils aimeraient voir effacé de la surface de la terre.

  • « Il vaut mieux partir que fuir. » — a dit Sammy Ghozlan, président du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme. Il s'est fait agresser. Sa voiture a été incendiée. Il est parti.

  • Villiers mentionne également la présence dans des « zones interdites » de milliers d'armes de guerre. Il ajoute que les armes n'auront probablement pas à être utilisées ; les islamistes ont déjà gagné.

  • À l'origine, les rêves de la France ont été de se substituer à l'Amérique en position de puissance mondiale, de bénéficier d'un pétrole bon marché, de passer des contrats avec des pays islamiques riches en pétrole, et de pouvoir échapper au terrorisme intérieur.

Dans son nouveau livre, Les cloches sonneront-elles encore demain?, Philippe de Villiers note la disparition des églises en France, et leur remplacement par des mosquées. La photo ci dessus: Le 3 août, la police française anti-émeute a trainé un prêtre et sa congrégation hors de l'église Sainte Rita à Paris, avant sa démolition. La dirigeante du Front National Marine Le Pen a déclaré, furieuse: « Et s'ils construisaient des parkings à la place des mosquées salafistes, et non à la place des églises? » (Source de la photo: RT video, capture d'écran).

La France est en ébullition. Les « migrants » arrivant d'Afrique et du Moyen-Orient sèment le désordre et l'insécurité dans de nombreuses villes. Le gigantesque bidonville communément appelé « la jungle de Calais » vient d'être démantelé, mais d'autres bidonvilles émergent chaque jour. Dans l'Est de Paris, des rues entières ont récemment été recouvertes de tôle ondulée, de toile cirée et de panneaux disjoints. La violence y règne. Les 572 « zones interdites » que compte le pays, officiellement définies comme « zones urbaines sensibles », continuent de croître, et les policiers qui s'en approchent en subissent régulièrement les conséquences. Voici peu, une voiture de police s'est trouvée prise dans une embuscade et a été incendiée sans que les policiers présents dans la voiture puissent sortir de celle-ci. Les policiers, s'ils sont attaqués, se voient recommander par leurs supérieurs de fuir plutôt que de riposter. De nombreux policiers, en colère face à l'obligation de se comporter comme des lâches, ont décidé de manifester. Aucun attentat terroriste n'a eu lieu depuis l'assassinat d'un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016, mais les services de renseignement savent que des djihadistes sont revenus du Moyen-Orient et sont prêts à passer à l'acte ; ils savent aussi que des émeutes peuvent éclater n'importe où, n'importe quand, sous n'importe quel prétexte.

Continuer l'article

L'Allemagne se Soumet à la Charia
« Un système de justice parallèle s'est installé de lui-même en Allemagne »

par Soeren Kern  •  3 décembre 2016

  • Un tribunal allemand a jugé que sept islamistes qui patrouillaient dans les rues de Wuppertal pour faire appliquer la charia, n'avaient pas enfreint le droit allemand. Ils n'auraient fait qu'exercer leur droit à la liberté d'expression. Cette décision conforme au « politiquement correcte » n'a pas fait l'objet d'appel pour l'instant, si bien que cette police de la charia est autorisée à poursuivre la mise en œuvre de la loi islamique à Wuppertal.

  • Cette « police de la charia » autoproclamée distribuait des tracts définissant une « zone soumise à la charia » à Wuppertal. Les miliciens exhortaient les passants musulmans et non-musulmans à fréquenter les mosquées et à s'abstenir de consommer de l'alcool, des cigarettes, de la drogue, de ne pas s'adonner à des jeux de hasard, de ne pas écouter de musique, ni de consommer de la pornographie et encore moins de fréquenter les prostituées.

  • Pour certains observateurs, ces cas – notamment ceux où la charia s'est imposée face au droit allemand – représentent une dangereuse ingérence de la loi islamique dans le système juridique allemand.

  • En juin 2013, un tribunal de Hamm a jugé que toute personne mariée sous le régime de la loi islamique dans un pays musulman doit, si elle demande le divorce en Allemagne, respecter les conditions du contrat de mariage établi selon la charia. Cette décision de justice historique a légalisé ainsi la pratique du « triple talaq » qui, dans la charia, n'officialise un divorce que si la phrase « Je te répudie » est prononcée trois fois.

  • Un nombre croissant de musulmans en Allemagne contournent sciemment les tribunaux allemands et entreprennent de régler leurs différends auprès d'informels tribunaux de la charia qui prolifèrent dans le pays.

  • Si l'Etat de droit ne parvient pas à établir son autorité et à se faire respecter, il peut aussi bien se déclarer en faillite. » - Franz Solms-Laubach, correspondant parlementaire du Bild .

Un tribunal allemande a estimé que la milice islamiste qui patrouillait dans les rues de Wuppertal pour faire respecter la charia n'avait pas enfreint la loi; ils auraient exercé leur droit à la liberté d'expression. Ils ont néanmoins été condamnés pour port illégal de l'uniforme dans un rassemblement public, une loi conçue à l'origine pour empêcher les groupes néo-nazis de manifester en public.

Un tribunal allemand qui avait à juger sept islamistes qui patrouillaient dans les rues de Wuppertal pour faire appliquer la charia, a estimé que cette milice n'avait pas commis d'infraction vis-à-vis du droit allemand. Ces vigiles n'auraient fait qu'exercer leur droit à la liberté d'expression.

Cette décision de justice qui aboutit à légitimer la charia en Allemagne, n'a rien d'exceptionnel. Elle n'est qu'un exemple de la manière dont les tribunaux allemands - consciemment ou non - encouragent l'installation d'un système juridique islamique parallèle dans le pays.

Continuer l'article

Royaume-Uni : une Justice à Deux Vitesses

par Douglas Murray  •  2 décembre 2016

  • Tommy Robinson n'a pas été pendant des années -- contrairement à Choudary -- au cœur d'une nébuleuse de terroristes et de sympathisants du terrorisme. Il n'a pas de liens avec tous ceux qui ont décapité des civils et commis des attentats-suicides.

  • Robinson est dans une position extrêmement délicate. Il n'est pas islamiste radical et n'appartient à aucune minorité visible. Il blanc et ouvrier et, si l'on en juge par sa situation actuelle, il est en droit d'être harcelé par les autorités en toute impunité, sans qu'aucun soutien se manifeste du côté des nombreuses bonnes âmes qui, dans nos sociétés, se sont fait une spécialité de défendre les droits des islamistes.

  • Les groupes de défense des droits de l'homme comme « Liberty », si stricts lorsqu'il s'agit de protéger les droits des islamistes tels que « Cage », demeurent étrangement silencieux sur le cas Tommy Robinson.

Alors qu'Anjem Choudary (gauche) se situait au cœur d'une nébuleuse de terroristes et de sympathisants du terrorisme, Tommy Robinson (à droite) est un homme de la classe ouvrière blanche harcelé par la police et la justice en toute impunité. Dans le vaste rassemblement de bonnes âmes qui se mobilisent pour défendre les droits des islamistes., personne ou presque ne s'est levé pour défendre Tommy Robinson.

Adieu Anjem Choudary ! Et pour deux ans et demi au moins. Le 6 septembre, l'imam radical britannique a été condamné à cinq ans et demi de prison pour incitation à rejoindre les rangs de l'État islamique. S'il se comporte bien en prison, il n'accomplira que la moitié de sa peine, alors qu"il est à peu près acquis qu'il sortira de prison dans un état d'esprit similaire à celui qui est le sien aujourd'hui. Ainsi va la loi dans une société de droit qui tranche et agit comme une société de droit doit le faire – en respectant les procédures. Il n'est donc pas inutile de comparer l'expérience d'Anjem Choudary et la manière dont l'Etat se comporte vis-à-vis d'une autre personne.

Continuer l'article

Ces Dhimmis qui Dirigent la France

par Yves Mamou  •  1er décembre 2016

  • « Il est déroutant et inquiétant que la France ignore les 200 conflits territoriaux en cours dans le monde - y compris ceux qui ont lieu à sa porte -, et qu'elle choisisse de mettre en place une politique spécifique à l'encontre du seul Israël. » — Réaction du ministère israélien des Affaires étrangères à la nouvelle réglementation concernant l'étiquetage des produits de Judée-Samarie.

  • Concernant l'Ukraine, quelques sanctions ont été imposées par la France et l'UE, mais rien qui ressemble à un étiquetage de produits alimentaires ou cosmétiques.

  • Ironie du sort, et malheureusement, les personnes qui seront les plus touchées par les réglementations françaises et européennes sont les 25.000 Palestiniens employés par les Israéliens en Cisjordanie.

  • Sur la seule année 2016, la France et son président socialiste ont multiplié les gestes hostiles envers Israël, au point qu'on peut se demander si l'antisémitisme ne se dissimule pas en antisionisme.

  • Le vote musulman compte dans la prise de décision politique française. En 2012, François Hollande avait été élu avec 93% des voix musulmanes. Cette présence musulmane pèse sur la diplomatie de la France et des institutions européennes. Une diplomatie solidement ancrée dans la politique intérieure. Une politique intérieure menée par des politiciens dhimmi.

En France, les grandes chaînes de distribution de produits alimentaires et les importateurs ont désormais l'obligation légale d'étiqueter les produits en provenance de Judée, de Samarie, de Jérusalem-Est et des hauteurs du Golan.

Le 24 novembre, le Journal officiel (JORF) a publié le règlement n ° 1169/2011, qui ordonne aux « opérateurs économiques » d'informer les consommateurs sur « l'origine des marchandises en provenance des territoires occupés par Israël depuis Juin 1967. »

Continuer l'article

Le Conseil de l'Europe Recommande à la Presse Britannique de ne PAS dire que les Terroristes sont Musulmans

par Yves Mamou  •  27 novembre 2016

  • Nous sommes arrivés au point où les lois contre le discours de haine menacent plus ouvertement la démocratie et la liberté d'expression que le discours de haine lui-même.

  • En France, les terroristes musulmans ne sont jamais des terroristes musulmans, mais des « déséquilibrés », des « fous » ou des « jeunes ».

  • S'en prendre à la liberté de la presse et à la liberté d'expression n'est pas lutter contre le discours de haine ; c'est de la soumission.

  • Si le gouvernement britannique avait suivi ces recommandations, il aurait conféré aux organisations musulmanes une situation de monopole : elles seraient devenues la seule source d'information autorisée sur les musulmans. Un ordre informationnel totalitaire aurait été institué.

  • Créés pour empêcher le retour des propagandes xénophobes et antisémites qui ont frayé la voie à l'Holocauste, les lois nationales contre les discours de haine ont été utilisées de manière croissante pour criminaliser la liberté d'expression chaque fois qu'elle était jugée « insultante » pour une race, une ethnie, une religion ou une nationalité

  • Il est permis de s'inquiéter de l'énergie que le Conseil de l'Europe compte déployer à l'avenir, à travers ses experts et son influence, pour éliminer les obstacles juridiques qui empêchent d'interdire la critique de l'islam, au risque de se soumettre aux valeurs du djihad.

Selon la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI), organe de protection des droits de l'homme du Conseil de l'Europe - la presse britannique est à blâmer pour sa contribution au discours de haine et de violence raciste qui augmente en Grande Bretagne. Le 4 octobre, 2016, l'ECRI a rendu public un rapport uniquement dédié à la Grande - Bretagne. Selon ce rapport :

...certains médias traditionnels, en particulier les tabloïds ... sont en position de quasi-monopole dans l'utilisation de termes offensants, discriminatoires et provocateurs. The Sun, par exemple, en avril 2015, a publié un article intitulé « Des canots de sauvetage pour les migrants ? Plutôt des vedettes de guerre pour les arrêter » (« Rescue boats ? I'd use gunships to stop migrants »), dans lequel le chroniqueur a comparé les migrants à des « cafards » ...

Continuer l'article

Geert Wilders : le Discours fait à Ses Juges
« La bataille de l'élite contre le peuple sera gagnée par le peuple »

par Geert Wilders  •  25 novembre 2016

Geert Wilders au tribunal, le 23 novembre 2016. (Image source: NPO Nieuws video screenshot)

Monsieur le Président, Messieurs de la Cour,

De nombreuses personnes ont tenté de me dissuader de prononcer une déclaration finale à l'occasion du procès contre la liberté d'expression qui m'est intenté : un geste inutile disaient-ils, le verdict est déjà écrit, la cour m'a déjà condamné. Peut-être est-ce vrai. Néanmoins, je suis là. Parce que je ne renonce jamais. J'ai donc un message pour vous et pour les Pays-Bas.

Pendant des siècles, les Pays-Bas ont incarné la liberté.

Qui disait Pays-Bas, disait liberté. Et cela était vrai aussi, et même surtout, pour les opposants, ceux dont l'opinion différait de celle de l'establishment. Et notre liberté la plus importante est la liberté d'expression.

Nous, Néerlandais, disons tout ce qui nous tient à cœur. Et c'est ce qui fait la grandeur de notre pays. La liberté d'expression est notre fierté.

Et c'est elle qui est en jeu ici, aujourd'hui.

Continuer l'article

Les Terroristes Islamistes ne sont ni pauvres et illettrés mais riches et éduqués

par Giulio Meotti  •  24 novembre 2016

  • « Plus les jeunes gens sont intégrés, plus ils sont susceptibles de se radicaliser. Cette hypothèse est corroborée par de nombreuses preuves. » — Un rapport de chercheurs de l'université Erasmus de Rotterdam.

  • « La proportion de gestionnaires mais aussi de combattants suicides [de l'État Islamique] augmente en fonction de leur instruction » selon un rapport de la Banque mondiale. « De plus, ceux qui se portent volontaires pour commettre des attentats suicides appartiennent en moyenne au groupe le plus instruit. »

  • Le MI5 britannique a révélé que « les deux-tiers des suspects britanniques ont un profil de classe moyenne et ceux qui veulent commettre des attentats suicides sont souvent les plus instruits. »

  • Des chercheurs ont découvert que « plus le pays est riche, plus il est probable qu'il fournira des recrues étrangères pour ce groupe terroriste [État islamique]. »

  • L'Occident semble avoir des difficultés à admettre que les terroristes ne sont pas motivés par l'inégalité mais par la haine de la civilisation occidentale et des valeurs judéo-chrétiennes de l'Occident.

  • Pour les nazis, la « race inférieure » (les Juifs) ne méritait pas d'exister ; pour les staliniens, les « ennemis du peuple » n'avaient pas le droit de continuer à vivre ; pour les islamistes, c'est l'Occident lui-même qui ne mérite pas d'exister.

  • C'est l'antisémitisme, pas la pauvreté, qui a amené l'Autorité palestinienne à donner à une école le nom d'Abu Daoud, le cerveau du massacre des athlètes israéliens des Jeux Olympiques de Munich.

Les terroristes semblent être des modèles d'intégration réussie : par exemple, Mohammed Bouyeri ( à gauche), le terroriste néerlandais d'origine marocaine qui a tué par balle le réalisateur Théo Van Gogh (à droite), puis l'a poignardé et lui a tranché la gorge en 2004. « [Bouyeri], c'était quelqu'un de bien éduqué avec de bonnes perspectives. » a déclaré Job Cohen, maire travailliste d'Amsterdam.

« Il y a un stéréotype selon lequel les jeunes gens originaires d'Europe qui partent pour la Syrie sont les victimes d'une société qui ne les accepte pas et ne leur offre pas suffisamment de possibilités...Un autre stéréotype courant dans le débat en Belgique est que, en dépit de la recherche qui le réfute, la radicalisation est bien trop souvent vue comme un processus qui résulte d'une intégration ratée... J'ose donc dire que plus les jeunes gens sont intégrés, plus ils sont susceptibles de se radicaliser. Cette hypothèse est corroborée par de nombreuses preuves ».

Continuer l'article

Donald Trump et le retour de l'Anti-américanisme Européen

par Soeren Kern  •  23 novembre 2016

  • La critique européenne de Trump va bien au-delà du simple mécontentement. La condamnation du prochain président révèle un mépris enraciné de longue date pour les États-Unis, et pour les électeurs américains qui ont démocratiquement élu un candidat qui s'est engagé à rétablir la force économique et militaire des Etats Unis.

  • La principale cause du désordre mondial est la carence d'un leadership américain tant sur le sol américain qu'à l'étranger. Les décisions ineptes en série prises par Obama pour réduire l'influence militaire américaine dans le monde ont créé des vides géopolitiques qui ont été comblés par des pays et des idéologies foncièrement hostiles aux intérêts et aux valeurs occidentales.

  • Au cours des soixante-dix dernières années, les États-Unis ont dépensé des centaines de millions de dollars chaque année pour garantir la sécurité allemande. Aujourd'hui, l'Allemagne refuse obstinément d'honorer les engagements qu'elle a pris à l'OTAN d'affecter 2% de son PIB au budget militaire. Les Allemands se disent offensés que Trump leur demande de prendre leur juste part des dépenses consacrées à leur défense.

  • Les erreurs de politique étrangère du président Obama ont rendu l'Europe beaucoup moins sûre qu'il y a huit ans. Mais les élites européennes ont jugé négligeables les faux-pas d'un président qui leur est apparu avant tout comme un « mondialiste » capable de réconcilier les États-Unis avec l'image que les Européens s'en font. Trump, en revanche, est un nationaliste qui veut rendre les Etats-Unis conformes à l'image que les Américains eux-mêmes se font de leur pays - sans se préoccuper de ce que pensent les Européens.

  • L'anti-américanisme des Européens ne peut que croitre à l'avenir, non à cause de Trump ou des politiques qu'il mènera, mais en raison des « mondialistes » européens eux-mêmes. Ces derniers semblent se désespérer de pouvoir sauver une Union européenne en déroute opaque, irresponsable, anti-démocratique, et qui accapare la souveraineté de l'Etat-nation tout en faisant croire qu'elle lui est une alternative.

En Allemagne, Der Spiegel, un magazine de Hambourg, sans doute l'un des plus vendus en Europe, a publié une cover avec la tête de Trump en météore géant dévalant vers la terre. Le titre indique : « La fin du monde (tel que nous le connaissons). »

L'anti-américanisme européen - en déclin sous la présidence de Barack Obama, qui a piloté les Etats-Unis vers plus de mondialisation sans tenir compte du sentiment national américain – effectue un retour en force.

La victoire électorale de Donald Trump a été saluée au vitriol par l'establishment médiatique européen. Il faut remonter à la présidence de George W. Bush pour retrouver un sentiment anti-américain aussi incandescent.

Les télévisions européennes, les radios et la presse écrite ont réagi au 9 novembre, date de l'élection américaine, par une avalanche de reportages, éditoriaux et commentaires qui vont du négatif à la rage noire.

Continuer l'article

Europe : Pour en Finir avec la Liberté d'Expression !
Les Etats Membres sont-ils devenus des Etats Policiers ?

par Judith Bergman  •  20 novembre 2016

  • Selon Nouvelle Europe, à Leeuwarden, « une vingtaine de personnes hostiles aux projets [d'ouverture de centres d'accueil pour réfugiés] dans la région ont reçu la visite de la police ». Autrement dit, les Pays-Bas mettent en place une censure d'Etat, ce qui oblige à poser la question suivante : les Pays-Bas sont-ils devenus un Etat policier ?

  • A Sliedrecht, la police s'est présentée au bureau de Mark Jongeneel et lui a dit qu'il tweetait « trop » et qu'il devrait « faire attention au ton qu'il employait » : ses tweets « confinent à la sédition ». Que lui reprochait-on ? Un tweet qui disait « Le Collège de #Sliedrecht a proposé d'accepter 250 réfugiés au cours des deux prochaines années. Quelle mauvaise idée ! »

  • En septembre 2015, Die Welt a rapporté que les gens qui diffusent des points de vue « xénophobes » sur les médias sociaux, risquent de perdre la garde de leurs enfants.

  • Les citoyens européens courent le risque d'être arrêtés et poursuivis pour des propos « xénophobes », mais un commissaire européen allemand, Günther Oettinger, peut se permettre de traiter une délégation ministérielle chinoise de « yeux bridés » (« Schlitzaugen »). Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne a promu Oettinger à la tête du budget de l'UE.

  • De toute évidence, la loi n'est pas la même pour tous. Un commissaire de l'UE peut faire des remarques « xénophobes » et être promu ; des citoyens européens qui exercent leur droit à la liberté d'expression, sont arrêtés et poursuivis.

Alors que les citoyens européens sont arrêtés et poursuivis pour avoir usé de leur liberté d'expression, un commissaire européen comme Günther Oettinger (gauche) est libre de qualifier une délégation chinoise de « yeux bridées » et d'être promu par le président de la Commission, Jean-Claude Juncker (droite).

En Europe, les gouvernements seraient-ils devenus l'ennemi ? Chaque jour qui passe apporte la preuve qu'exprimer, fût-ce en passant, une opinion critique de la politique du gouvernement, peut vous valoir la prison, ou au moins une visite amicale de la kafkaïenne police locale. L'Europe serait-elle devenue un Etat policier ?

Plusieurs gouvernements européens ont entrepris de faire clairement savoir à leurs citoyens que la critique des migrants ou de la politique migratoire de l'Europe est aujourd'hui un délit pénal. Les personnes qui « passent les bornes » selon l'appréciation des autorités, sont arrêtées, poursuivies et parfois même condamnées.

Continuer l'article

La Turquie Convertit Sainte Sophie en Mosquée

par Robert Jones  •  19 novembre 2016

  • Ainsi fonctionne l'esprit des suprémacistes musulmans : vous voulez que les églises restent des églises ? Cela signifie que vous êtes « dérangé par le Coran ou les prêcheurs islamiques », donc vous manquez de respect ou « insultez » l'islam. Selon les textes islamiques, tous ceux qui « insultent » l'islam ou son prophète Mahomet méritent d'être exécutés.

  • Pour survivre à la domination musulmane, il faut se soumettre à l'islam et accepter un statut d'infériorité. Les pays islamiques ne laissent pas de place à la diversité et ne tolèrent pas la coexistence civilisée et égalitaire entre musulmans et non-musulmans.

  • « Je ne vois qu'une seule explication [à la transformation de Sainte-Sophie en mosquée]. Il s'agit là d'un cri de triomphalisme islamique. Quelle erreur ce serait. À juste titre, les chrétiens ressentiraient cette conversion comme une insulte délibérée. La communauté internationale y verrait un rejet de son programme de respect de la diversité. Enfin, qu'une Turquie relativement laïque puisse agir aussi radicalement démontrerait au monde que, malgré les nombreuses assurances données par les musulmans modérés, l'islam contemporain demeure fondamentalement intolérant, guerrier envers les non-croyants, et dangereusement hégémoniste dans ses intentions. » - Wesley J. Smith, auteur.

  • L'Occident n'a pas protégé les chrétiens d'Anatolie pendant le génocide organisé de 1914 à 1923. Il ne semble pas que l'Occident soit prêt à protéger l'Europe contre cette invasion musulmane sans effusion de sang qui semble être en cours.

La basilique Sainte-Sophie à Istanbul était la plus imposante cathédrale du monde chrétien, jusqu'à ce qu'elle soit conquise et convertie en mosquée par les Turcs ottomans musulmans en 1453. La République turque a converti Hagia Sophia en musée en 1935, et le gouvernement islamiste actuel de la Turquie a entrepris d'en refaire une mosquée. (Source de l'image : Antoine Taveneaux / Wikimedia Commons)

Les travaux qui sont menés depuis trois ans pour convertir la Basilique Sainte-Sophie d'Istanbul – aujourd'hui encore un musée - en mosquée sont entrés dans leur phase finale.

En 2013, Bulent Arinc qui occupait à l'époque le poste de vice-premier ministre de la Turquie, a signalé comme en passant, à des journalistes avec lesquels il s'entretenait que le Musée Sainte Sophie serait transformé prochainement en mosquée.

« Nous nous trouvons actuellement à côté de la mosquée Sainte-Sophie ... nous pouvons contempler une triste Sainte Sophie, mais nous espérons la voir sourire à nouveau », a dit Arinc à l'occasion de la cérémonie d'ouverture d'un nouveau musée du tapis, situé à côté de l'ancienne Hagia Sophia (Sainte Sophie), a rapporté le journal turc Hurriyet .

Continuer l'article

Canada : le Parlement Condamne la Liberté d'Expression

par Judith Bergman  •  17 novembre 2016

  • « Maintenant que l'islamophobie a été condamnée, ce n'est pas la fin mais plutôt le commencement. » — Samer Majzoub, président du Forum Canadien Musulman. Majzoub est affilié aux Frères musulmans.

  • Que condamnent-ils exactement ? La critique de l'islam ? La critique des musulmans ? Discuter de Mahomet ? Représenter Mahomet ? Débattre pour savoir si l'État Islamique est une véritable manifestation de l'islam ? Est-ce que tout Canadien qui écrit désormais de façon critique à propos de l'islam ou n'est pas d'accord avec ceux qui affirment que l'État Islamique « ne reflète en aucune manière les valeurs ou les enseignements de la religion de l'islam » doit être considéré comme « islamophobe » ?

  • Naturellement, la question est de savoir si cette motion canadienne sera reprise par d'autres parlements en Occident. L'Organisation de la coopération Islamique ( OCI) est particulièrement active en Europe car elle a ouvert une Mission permanente d'observation auprès de l'Union européenne en 2013.

  • Dans quel univers parallèle les efforts faits par l'OCI pour étouffer la liberté d'expression peuvent-ils être considérés comme une avancée pour la liberté d'expression et de culte ?

  • Tandis que l'OCI intensifie sa campagne médiatique et ses efforts en Europe, les parlements européens vont sans doute être confrontés à des initiatives comme cette motion adoptée par le Canada. Il semble que l'Union européenne, pour commencer, serait trop contente de faciliter l'adoption d'une telle motion.

Le parlement du Canada, à Ottawa. ( Source de la photo : Saffron Blaze/Wikimedia Commons)

Le 26 octobre, le parlement canadien a unanimement voté une motion anti-islamophobie, à la suite d'une pétition présentée par Samer Majzoub, président du Forum Canadien Musulman. Cette pétition avait recueilli près de 70.000 signatures.

Selon le texte de cette pétition,

Continuer l'article

Donald Trump relance les Mouvements Anti-Establishment en Europe
« Ce que l'Amérique a fait, nous pouvons le faire aussi ».

par Soeren Kern  •  16 novembre 2016

  • « L'Amérique vient de se libérer du politiquement correct. Le peuple américain a exprimé son désir de rester un peuple libre et démocratique. Au tour de l'Europe, maintenant. Nous pouvons et nous allons faire la même chose ! » — Geert Wilders, député néerlandais, chef du Parti pour la liberté (PVV), actuellement mis en examen pour avoir fait usage de son droit à la liberté d'expression.

  • « 2016, de toute évidence, aura été l'année de deux grandes révolutions politiques. Je pensais que le Brexit avait été énorme mais là, mon vieux, c'est parti pour être encore plus énorme. » — Nigel Farage, député européen et chef du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni.

  • « La classe politique est vilipendée dans une grande partie de l'Occident, l'industrie du sondage est en faillite et la presse n'a pas encore ouvert les yeux sur ce qui vient d'arriver au monde. » — Nigel Farage.

  • « En démocratie, lorsque le peuple se sent ignoré et méprisé, il trouve un moyen de se faire entendre. Ce vote est notamment la conséquence d'une révolte des classes moyennes contre une élite dirigeante qui veut leur imposer ce qu'elles doivent penser. » — Laurent Wauquiez, président par intérim de Les Républicains.

Des hommes politiques anti-establishment en Europe, comme le Parti de la liberté de Geert Wilders (gauche) aux Pays-Bas et le Parti de l'independence de Nigel Farage (droite), se sont félicités de l'élection de Donald Trump et espèrent rallier les électeurs européens en plus grand nombre.

La victoire électorale de Donald Trump a fait l'effet d'un choc ; l'establishment politique et médiatique européen craint maintenant que le tournant politique opéré aux Etats Unis ne profite aux partis populistes du vieux continent.

De leur côté, les leaders politiques anti-establishment, généralement bien positionné dans les sondages liés à des échéances électorales proches, espèrent profiter de la vague Trump et faire le plein des voix.

Geert Wilders, député néerlandais a commenté la victoire de Trump ainsi : « l'Amérique vient de se libérer du politiquement correct. Le peuple américain a exprimé son désir de redevenir un peuple libre et démocratique. Au tour de l'Europe, maintenant ! Nous pouvons et nous allons faire la même chose ! »

Continuer l'article

Europe : comment la Révolution des Migrants a été Planifiée

par Yves Mamou  •  15 novembre 2016

  • Entre 2005 et 2014, l'Allemagne a accueilli plus de 6.000.000 de migrants.

  • Deux questions essentielles sur l'intégration auraient dû être posées : 1) Que faut-il exiger des nouveaux arrivants ? Et 2) Que faire de ceux qui ne jouent pas le jeu ? En Europe, ces deux questions - essentielles à une bonne intégration - n'ont jamais été posées.

  • Dans le nouvel ordre migrant, la population hôte est invitée à faire de la place au nouvel arrivant et à supporter une coexistence qui n'a pas été voulue par elle.

  • « Toutes les cultures ont même droit de cité. On ne reconnaît pas de culture européenne substantielle qu'il pourrait être utile de préserver. C'est une conception horizontale du lien social, c'est-à-dire entre les présents. Sa dimension verticale, pourtant essentielle, avec le passé semble désormais superflue. » — Michèle Tribalat, sociologue et démographe.

  • « Il faut que les gens que nous accueillons aiment ce pays. Si nous leur offrons toujours un regard négatif, ils ne peuvent pas l'aimer ». — Monseigneur Pontier, archevêque de France, Le Monde, octobre 2016.

  • Et quand l'injonction aux « bons sentiments » ne fonctionne pas, les autorités n'hésitent pas à criminaliser les critiques anti-immigration. Le politicien néerlandais Geert Wilders est ainsi en procès pour avoir mis en cause la surreprésentation des immigrants marocains dans la vague de délinquance qui transforme les Pays Bas.

Des milliers de migrants ont pénétré à pied illégalement en Slovénie, capture d'image YouTube video octobre 2015.

Chacun sait maintenant - et la chancelière allemande Angela Merkel mieux que quiconque – que l'ouverture des frontières de l'Allemagne à plus d'un million de migrants en provenance du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie a représenté une erreur, une triple erreur politique :

Continuer l'article