Derniers commentaires et analyses

Europe: Rendre à l'Islam sa Splendeur

par Judith Bergman  •  19 février 2018

  • En Allemagne, 47% des musulmans placent la charia au-dessus de la loi du pays. En Suède, ce ratio passe à 52%.

  • Les études sont confortées par les rapports des services de renseignement européens. En Allemagne, les services de renseignement avaient averti dès l'automne 2015 que « nous importons l'extrémisme islamique, l'antisémitisme arabe, les conflits nationaux et ethniques d'autres peuples, ainsi qu'une compréhension différente de la société et du droit ».

  • Un sondage belge mené auprès de 4.734 personnes a montré que les deux tiers des Belges considèrent que leur pays est « de plus en plus envahi ».

Le département d'intégration de la ville de Graz en Autriche a sondé 288 Afghans sur les quelque 4 000 demandeurs d'asile afghans présents en ville. Les résultats ont fait apparaître une profonde intolérance envers les chrétiens, les juifs et les homosexuels. Sur la photo: Hôtel de ville, Graz, Autriche. (Source de l'image: Tamirhassan / Wikimedia Commons)

« Nous ne pouvons et ne pourrons jamais arrêter la migration », a récemment écrit Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen chargé de la migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté. Il a ajouté, « nous devons tous être prêts à faire de la migration, de la mobilité et de la diversité une nouvelle norme et adapter nos politiques en conséquence ».

Etant donné que des individus de ce type cherchent à nous faire croire que les migrations de masse sont une politique de l'UE tout à la fois catégorique et sans contestation possible – « la migration est profondément liée à nos politiques économiques, commerciales, éducatives et d'emploi », écrit Avramapolous - il est crucial d'analyser le genre de « diversité » que l'UE invite à s'établir sur le continent européen.

Continuer l'article

Féminisme à la mode Suédoise

par Bruce Bawer  •  13 février 2018

  • Un tribunal suédois a privé Alicia, une citoyenne suédoise, de ses droits parentaux et a confié la garde de ses enfants (également citoyens suédois) à un étranger qui a violé leur mère, à l'âge ou elle était encore une enfant, dans le cadre d'un "mariage" conclu sous les auspices de la charia islamique.

  • Parfois, à l'énoncé de ces obligations, les gens répondent: « Oui, mais dans la Bible aussi il est écrit ceci ou cela. » Le problème n'est pas ce que disent les textes islamiques, mais que les musulmans continuent de s'y conformer.

  • Les responsables suédois n'ont commis aucune "erreur" envers Alicia. Chacune de leurs actions est enracinée dans une philosophie à laquelle ils adhèrent et qui les structure en profondeur. Ils se conduisent, ainsi qu'ils aiment à le proclamer, en fiers féministes, qui estiment que la sororité prend fin là où commencent le patriarcat islamique le plus brutal, l'oppression de genre et la « culture de l'honneur » la plus primitive. Tel est le féminisme à la mode suédoise.

  • Dans la pratique, le respect dû aux priorités affichées par les autres cultures devient plus rigoureux encore quand la culture en question est aussi celle ou l'inégalité des femmes est la plus profondément ancrée et appliquée.

Photo: l'actuel gouvernement, fièrement féministe, de la Suède, pour qui « l'égalité des sexes est au cœur des politiques gouvernementales », et pour qui « la politique du genre inclut toujours une composante budgétaire ». (Source de l'image: Gouvernement de la Suède)

Sur son site Internet officiel, le gouvernement suédois n'est pas peu fier de proclamer, que « la Suède est le premier gouvernement féministe au monde ». Toute la question est de savoir de quel féminisme il s'agit.

« Cela signifie que l'égalité des sexes est au cœur des priorités du gouvernement ... la parité est intégrée dès la conception d'une réforme politique ... La parité homme-femme fixe le cap de la politique féministe et la budgétisation de la réforme tient compte de cet élément important. »

Une photographie du gouvernement actuel de la Suède - douze femmes et onze hommes - illustre ce monument de rhétorique bureaucratique.

Continuer l'article

Europe : les Symboles Judéo-Chrétiens Disparaissent, l'Islam Prend son Essor

par Giulio Meotti  •  9 février 2018

  • Le marché du logement britannique s'est enrichi d'une opportunité nouvelle : les églises chrétiennes désaffectées. Une vieille église méthodiste du Surrey (Angleterre) a été mise en vente pour la première fois depuis 154 ans. Quelques jours plus tard, une église de Londres a elle aussi trouvé acquéreur : les deux bâtiments seront reconvertis en appartements.

  • Les symboles religieux sont partie intégrante d'une civilisation. Quand les vieux symboles disparaissent, de nouveaux symboles, dotés d'une identité propre, prennent leur place. L'imaginaire public européen est aujourd'hui inondé de symboles islamiques : voiles dans les écoles, les piscines et les lieux de travail ; imposants minarets et mosquées monumentales.

  • Nous, laïcs impénitents, pouvons demeurer indifférents à l'effondrement d'anciens symboles religieux - mais nous devrions prendre garde aux symboles religieux qui remplacent les anciens.

Démolition d'une des tours de l'église Saint Lambertus à Immerath, en Allemagne, le 9 janvier 2018. (Source de l'image: Superbass / Wikimedia Commons)

Un écrivain français, Renaud Camus, a popularisé le concept de « grand remplacement », pour signifier le remplacement démographique des Européens de souche par des immigrés indigènes.

Mais un autre remplacement est en cours sur le vieux continent. Et les images de la photographe israélo-hongroise Bernadette Alpern sont à cet égard très parlantes. Les synagogues, témoins silencieux de la chute d'une branche fondamentale de la civilisation européenne, ont été transformées en musées, piscines, centres commerciaux, postes de police et mosquées.

Continuer l'article

Allemagne : le Retour de l'Etat-Stasi ?

par Judith Bergman  •  7 février 2018

  • La nouvelle loi allemande exige que les réseaux sociaux - Facebook, Twitter et YouTube - censurent leurs utilisateurs au nom du gouvernement. Ces réseaux sociaux sont tenus de supprimer ou de bloquer toute « infraction pénale » en ligne dans les 24 heures qui suivent son signalement par un usager - que cette plainte soit fondée ou non.

  • Les réseaux sociaux ont désormais le pouvoir de formater le discours politique et culturel. Ils décident de qui parle et de ce qu'il est permis de dire.

  • On notera l'aisance avec laquelle le chef de la police a mentionné qu'il avait porté plainte pour faire taire un opposant politique de premier plan au gouvernement. Ainsi agissent les Etats policiers : censure et plaintes au pénal bâillonnent la critique et l'opposition politique. C'est ce qui est arrivé à Beatrix von Storch, pour avoir critiqué la politique migratoire de la chancelière Angela Merkel.

Photo : cellules au sous-sol de l'ancienne prison du ministère de la Sécurité de l'Etat d'Allemagne (Stasi) à Berlin-Hohenschoenhausen, en Allemagne. (Photo par Sean Gallup / Getty Images)

La loi qui introduit une censure d'Etat sur les réseaux sociaux en Allemagne est entrée en vigueur le 1er octobre 2017. Cette nouvelle loi exige que les réseaux sociaux - Facebook, Twitter et YouTube - censurent leurs utilisateurs au nom de l'Etat allemand. Les réseaux sociaux ont désormais l'obligation de supprimer ou bloquer toute « infraction pénale » en ligne telle que calomnie, diffamation ou incitation, dans les 24 heures qui suivent la réception de la plainte d'un utilisateur - que cette plainte soit fondée ou non. Pour les cas complexes, un délai de sept jours leur est accordé. En cas de non-respect de la loi, le gouvernement allemand peut infliger aux réseaux sociaux une amende de 50 millions d'euros.

Continuer l'article

Canada : Le soutien de Trudeau aux Islamistes

par Tom Quiggin  •  5 février 2018

  • Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, soutient la cause islamiste depuis neuf ans, tout en refusant le dialogue avec les musulmans réformistes.

  • Les déclarations de Trudeau à une convention de groupes islamistes radicaux ont eu un caractère préoccupant : il a affirmé partager leurs croyances, les valeurs qui les unissaient et leur vision du monde.

  • Le Canada ne pourra pas plaider l'ignorance ou l'impuissance s'il est accusé de complicité par toute future victime américaine du terrorisme.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, soutient la cause islamiste depuis neuf ans, tout en refusant le dialogue avec les musulmans réformistes. (Photo par Matt Cardy / Getty Images)

Depuis neuf ans, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, soutient ouvertement la cause islamiste, refusant tout dialogue avec les musulmans réformistes. Concernant le retour des combattants de l'Etat Islamique au Canada, Trudeau a affirmé qu'ils représenteraient une « voix puissante en faveur de la déradicalisation », traitant d' « islamophobes » ceux qui s'opposent à leur retour. Le gouvernement du Canada a aussi fait le choix de ne pas envoyer le nom de ces terroristes islamistes au comité de l'ONU qui tient la liste des djihadistes internationaux.

Continuer l'article

Charia Pour le Nouvel An

par Bruce Bawer  •  1er février 2018

  • Les mêmes journalistes et commentateurs qui trouvent absurde de s'inquiéter de l'arrivée de la charia sont, en fait, en connivence idéologique avec les autorités qui introduisent agressivement des lois charia-compatible, poursuivent en justice tous les propos qui violent ces lois charia-compatible, et qui nous avertissent – avec un ton indigne pour des personnes qui occupent des postes de décision au sein d'un pays libre - que nous aurions intérêt à nous plier docilement à la charia avant d'avoir à le regretter. La leçon à tirer de tout ceci est que nous avons intérêt à être agressifs dans notre résistance à cette prolifération d'interdictions qui préparent l'arrivée de la charia, car sinon nous allons le regretter amèrement.

En septembre dernier, un nommé Mark Feigin a posté cinq commentaires sur la page Facebook d'un centre islamique. Cinq commentaires pas spécialement amicaux envers l'islam. « PLUS L'AMÉRIQUE ACCUEILLE DE MUSULMANS », écrivait-il, « PLUS DE TERRORISME IL Y AURA ». Il a qualifié l'islam de « dangereux » et a affirmé que cette religion n'avait « pas sa place dans la civilisation occidentale ». Certains de ses commentaires étaient formulés sur un ton vulgaire voire blasphémateur. Le 20 décembre, l'État de Californie a poursuivi Feigin, pour infraction à un article du code pénal qui dit en partie ceci :

« Toute personne qui, dans l'intention d'ennuyer ou de harceler une autre personne, multiplie les appels téléphoniques ou entre en contact répété avec cette personne au moyen d'un outil de communication électronique ... est ... coupable d'une infraction. »

Continuer l'article

Les Gardiens de Prison, Sacrifiés de la Politique Pénale en faveur de l'Islamisme

par Yves Mamou  •  24 janvier 2018

  • Comme la police et les pompiers, les gardiens de prison vivent dans un climat permanent de violence et de peur au sein d'établissements ou l'influence des islamistes va croissant.

  • « Avant, chaque matin, j'avais peur de trouver un gars pendu dans sa cellule. Vous savez ce que je redoute aujourd'hui ? Qu'on m'égorge, qu'on me décapite, qu'on me plante une lame dans le dos. Au nom de l'islam et de Daech. Tous les jours, en allant travailler, j'ai cette peur qui me bouffe le ventre » dit Bernard, un gardien qui souhaite l'anonymat.

La prison de Mont-de-Marsan (Source de l'image: Jibi44/Wikimedia Commons)

Depuis le 11 janvier, les gardiens de prison sont en grève. Ils ne supportent plus la violence qu'ils subissent au quotidien, notamment de la part des détenus islamistes condamnés pour actes de terrorisme, ou la violence qui émane des droits communs en voie de radicalisation. En réaction, ils ont bloqué le fonctionnement normal des prisons et sont devenus eux-mêmes les cibles de la répression policière.

La grève a commencé le 11 janvier dernier. Trois gardiens de la prison de Vendin-le-Vieil ont été agressés à l'arme blanche par Christian Gantzarski, un Allemand converti à l'Islam, membre d'Al Qaeda et cerveau des attaques contre la synagogue de Djerba, en Tunisie en 2002.

Le 15 janvier. Sept gardiens de la prison de Mont-de-Marsan ont été attaqués par un prisonnier qui refusait le contrôle de son sac de sport.

Continuer l'article

Un Apartheid Arabe Cible les Palestiniens

par Khaled Abu Toameh  •  17 janvier 2018

  • Les Palestiniens affirment que ce à quoi ils font face en Irak équivaut à du « nettoyage ethnique ». La nouvelle loi irakienne prive les résidents palestiniens de la gratuité de l'éducation, des soins de santé et de passeports. Il leur est également interdit de travailler dans l'administration.

  • La situation faite aux Palestiniens dans les pays arabes n'intéresse personne. Les grands médias se moquent de la crise provoquée par la nouvelle loi irakienne et de l'exode de milliers de familles palestiniennes. Pour les journalistes, rien n'a d'intérêt hormis une poignée de Palestiniens lanceurs de cailloux près de Ramallah. Une Palestinienne qui gifle un soldat israélien focalise les caméras plus facilement que l'apartheid arabe contre les Palestiniens.

  • Quant aux dirigeants palestiniens, ils sont bien trop occupés à souffler le feu contre Israël et Trump pour se préoccuper du traitement que les pays arabes réservent à leur peuple.

Une nouvelle loi irakienne, récemment ratifiée par le président irakien Fuad Masum, a aboli les droits des Palestiniens (éducation gratuite, soins de santé, documents de voyage, possibilité d'occuper des postes administratifs). De quasi nationaux, ils sont devenus des étrangers. Sur la photo: Le président irakien Fuad Masum (à droite) rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à gauche) le 30 novembre 2015. (Source de l'image: Capture d'écran vidéo, Bureau de Mahmoud Abbas)

L'Irak a ajouté son nom à la longue liste des pays arabes qui pratiquent un honteux apartheid contre les Palestiniens. Le nombre de pays arabes qui discriminent les Palestiniens tout en affirmant soutenir leur cause est à couper le souffle. L'hypocrisie arabe s'affiche sans vergogne, mais qui s'en soucie ?

Les médias internationaux – mais aussi Palestiniens – sont bien trop préoccupés par les annonces du président américain Donald Trump concernant Jérusalem pour consacrer une ligne au sort des Palestiniens dans les pays arabes. Forts de cette impunité médiatique, les gouvernements arabes ont toute latitude pour promouvoir des politiques anti-palestiniennes. Quant à l'ONU, elle aussi est bien trop occupée à condamner Israël pour s'intéresser à autre chose.

Qu'est-il arrivé aux Palestiniens d'Irak ? Il y a huit jours, une nouvelle loi a aboli leurs droits pour en faire des étrangers.

Continuer l'article

France : la Guerre contre les Pompiers et la Police

par Yves Mamou  •  12 janvier 2018

  • Une guerre ouverte - mais qui ne dit pas son nom - contre la police et les pompiers bat son plein. « 2 280 pompiers ont été agressés en 2016 ... Dans certaines zones, la police est appelée uniquement en protection des combattants du feu. » - Observatoire national de la délinquance, Europe 1.

  • Deux policiers qui ont risqué leur vie pour sauver des enfants prisonniers d'un appartement en flammes, ont été attaqués et lapidés au sortir de l'incendie alors qu'ils tenaient encore les enfants dans les bras.

  • Comme d'habitude, les politiciens minimisent le problème. Le gouvernement ne considère pas la violence urbaine croissante comme du terrorisme. A son habitude, il va tenter d'acheter la paix sociale avec de l'argent.

Sur la photo: Véhicules de police et de pompiers sur le site d'une attaque terroriste commise sur les Champs-Élysées à Paris, France, le 20 avril 2017. L'attaquant a tué un policier et en a blessé un autre. (Photo par Aurelien Meunier / Getty Images)

Le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, a affiché clairement sa joie et son soulagement le 1er janvier au matin : aucune attaque terroriste n'a eu lieu le soir du Nouvel An. Collomb profité de son invitation sur Europe 1 pour chaleureusement remercier les 140 000 policiers, soldats, pompiers et associations de sécurité civile mobilisés pour bloquer toute attaque terroriste potentielle.

Depuis 2015, tous les gouvernements français ont nié que l'Islam soit en guerre avec la France. Mais pour être sûr que 2018 commence pacifiquement, le ministère de l'intérieur a mobilisé le 31 décembre plus de forces de sécurité que l'armée française ne compte de soldats. Rappelons que l'ensemble des forces militaires terrestres françaises ne compte que 117 000 soldats en service actif .

Dans un communiqué de presse , le ministre Collomb a déclaré :

Continuer l'article

Femmes Héroïques en Lutte pour la Liberté

par Khadija Khan  •  10 janvier 2018

  • Les femmes iraniennes, comme beaucoup d'autres, sont malades et fatiguées de vivre sous plusieurs couches d'emprisonnement.

Les dirigeants iraniens ont promis de cesser d'emprisonner les femmes qui apparaissent dévoilées en public. En échange, les « délinquantes » devront assister à des « cours de moralité » organisés par la police de la charia. (Source de l'image: Wikimedia Commons)

Prenez la peine d'ouvrir les yeux sur les vraies combattantes de la liberté. Observez ce qui se passe dans les rues en Iran ou écoutez la championne d'échecs Anna Muzychuk.

Au risque de leur vie, les femmes iraniennes, jettent bas le masque de tous ceux qui promeuvent la burqa et le hijab comme « symboles de libération ».

Ce peuple iranien désespéré qui a envahi la rue contre le régime islamiste éclaire d'une lumière crue la vie amère faite aux Iraniens, notamment aux femmes, courbées depuis quarante ans sous la férule de la loi islamique (charia).

Ces manifestations révèlent aussi le hideux visage d'islamistes qui prennent leur peuple en otage et ne reculent devant rien - répression, prison, torture, exécutions - pour étancher leur soif de pouvoir.

Les femmes iraniennes, comme beaucoup d'autres, sont malades et fatiguées de vivre sous plusieurs couches d'emprisonnement.

Continuer l'article

Le Hezbollah Mange-t-il le Pain du Peuple Iranien ?

par Yves Mamou  •  5 janvier 2018

  • Ironie du sort, la récupération par l'Iran de plus de 100 milliards de dollars d'actifs gelés a réussi, mieux que les sanctions, à rompre la solidarité entre le peuple iranien et le régime des Ayatollahs.

  • Sans l'argent iranien, le Hezbollah n'existerait pas. Du moins, il n'aurait pas ce statut de légion étrangère iranienne, engagée militairement contre Israël et d'autres Etats du Moyen-Orient. Sans les subventions iraniennes, le Hezbollah ne serait qu'une narco-mafia.

  • Le Hezbollah a développé des liens étroits avec les cartels de la drogue mexicains et colombiens, et est devenu un trafiquant de drogue au Moyen-Orient et aussi aux États-Unis.

Photo: Portraits du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah (à gauche) et du guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei (à droite) à Beyrouth, au Liban, en 2006. (Photo par Marco Di Lauro / Getty Images)

Dans la ville sainte de Qom en Iran, le 30 décembre 2017, des manifestants anti-régime ont crié « Mort au Hezbollah ». Ils ont ajouté : « n'as-tu pas honte Khamenei ? Dégage de Syrie et occupe-toi de nous ».

Dans un pays islamique dont le slogan officiel est « Mort à l'Amérique » et « Mort à Israël », voir le peuple iranien crier « Mort au Hezbollah » a un aspect quelque peu surréaliste.

En souhaitant « la mort du Hezbollah », les manifestants iraniens ne protestaient pas contre une « hausse du prix des œufs », ainsi qu'a tenté de l'affirmer la machine de propagande des Ayatollahs. Ils exigeaient que le Guide Suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, mette un terme à sa couteuse politique étrangère impérialiste, et dépense l'argent iranien pour le peuple iranien - et seulement pour le peuple iranien.

Continuer l'article

Crépuscule sur la « cause palestinienne »

par Guy Millière  •  31 décembre 2017

  • Des reportages effectués en Cisjordanie après la guerre des Six Jours montrent que les Arabes interrogés se définissent comme des « Arabes » ou des « Jordaniens » et ne savent pas encore qu'ils sont « le peuple palestinien ». Depuis lors, on le leur a appris. On leur a également appris que leur devoir est de « libérer la Palestine » en tuant des Juifs. Les Palestiniens sont le premier peuple inventé pour servir d'arme de destruction massive contre un autre peuple.

  • « Le peuple palestinien n'existe pas. La création d'un Etat palestinien n'est qu'un moyen de poursuivre notre lutte contre l'Etat d'Israël pour l'unité arabe. En réalité, il n'y a pas de différence entre Jordaniens, Palestiniens, Syriens et Libanais. » - Zuheir Mohsen, dirigeant de l'OLP, interview donnée au journal néerlandais Trouw, mars 1977.

  • Depuis l'effondrement de l'Union soviétique, l'Union européenne est devenue le principal financier de la « cause palestinienne », terrorisme compris. L'Union Européenne contribue à la guerre.

  • L'Iran, immensément renforcé par l'accord passé en juillet 2015 et par les moyens financiers américains massifs qui lui ont été accordés alors, manifeste sa volonté de devenir la puissance hégémonique du Moyen-Orient.

  • Le grand mufti d'Arabie saoudite, Cheikh Abdulaziz ibn Abdallah Al-Sheikh, a récemment émis une fatwa disant que « combattre les Juifs » est « contraire à la volonté » d'Allah et que le Hamas est une organisation terroriste.

Yasser Arafat, président de l'OLP, au sommet de la Ligue arabe à Rabat, au Maroc, en 1974. (Photo Hulton Archive / Getty Images)

Pendant de nombreuses années, « la Palestine » n'a cessé de monter vers de nouveaux sommets au sein de la soi-disant « communauté internationale ». La « Palestine » est présente aux Jeux Olympiques depuis 1996 et elle est devenue « observateur permanent » à l'UNESCO et aux Nations Unies. La grande majorité des 95 « ambassades » et délégations de « Palestine » sont dans le monde musulman; mais beaucoup d'autres sont en Asie, en Afrique, en Amérique latine et en Europe. En 2014, le Parlement espagnol a voté en faveur de la pleine reconnaissance de la « Palestine ». Quelques semaines plus tard, le Parlement français a fait la même chose.

Il n'y a pas d'autre exemple dans l'histoire du monde où un État qui n'existe pas peut disposer d'ambassades et de délégations censées fonctionner comme si cet État existait.

Continuer l'article

« Jihad des Tribunaux » : une Politique Pénale au service des Islamistes

par Yves Mamou  •  30 décembre 2017

  • En France, toutes les périphrases du mot « terroriste » (« déséquilibré », « néophyte »...) n'ont qu'un but : nier que le terrorisme islamiste est un mouvement coordonné et que les jihadistes sont principalement des citoyens français en guerre contre leur propre pays.

  • Nier que le terrorisme est une guerre, aboutit à nier que les terroristes sont soutenus, abrités, transportés et financés par une zone grise de citoyens français soi-disant pacifiques.

  • En France le déni de la guerre a pour corollaire l'« anti-racisme ». Quiconque ose questionner l'islam ou l'islamisme dans les relations qu'ils entretiennent l'un ou l'autre avec la violence et le terrorisme encourt le risque d'être traîné devant les tribunaux et jugé comme un « raciste ».

Des membres du groupe nationaliste français Génération Identitaire chantent sur le toit d'une mosquée (alors en construction) à Poitiers, France, le 20 octobre 2012. (Source de l'image: Capture d'écran vidéo de France 3)

En 2012, 73 militants de Génération Identitaire, un petit groupe d'extrême droite, ont occupé le site d'une mosquée en construction à Poitiers. Cette action coup de poing à la Greenpeace avait été conçue pour commémorer l'anniversaire de la bataille de Poitiers (732 après J.-C.), au cours de laquelle Charles Martel a donné un coup d'arrêt à l'invasion arabe de la France. Les médias furent au rendez-vous, mais le procureur de la République de Poitiers aussi. Ce dernier ouvrit illico une enquête pour « incitation à la haine raciale ».

Continuer l'article

Autriche : un Gouvernement de Résistance à « l'Islamisation »

par Soeren Kern  •  26 décembre 2017

  • La coalition du Parti populaire et du Parti de la liberté qui a accédé au pouvoir le 18 décembre 2017 est une alliance advenue entre un parti anti-immigration et un parti anti-establishment. Ce nouveau gouvernement catapulte l'Autriche à l'avant-garde de la résistance aux migrations musulmanes de masse en Europe occidentale.

  • La mutation démographique et religieuse actuellement en cours en Autriche, pays traditionnellement catholique, semble irréversible. L'Autriche est devenue une base importante de l'islam radical.

  • « Nous avons beaucoup de points communs [avec Israël] Je dis toujours que si l'on définit l'Occident comme étant judéo-chrétien, alors Israël représente une sorte de frontière. Si Israël échoue, l'Europe échouera et si l'Europe échoue, Israël échouera » - Heinz-Christian Strache, leader du parti autrichien de la liberté.

Le chancelier élu Sebastian Kurz (photo), a remporté les élections législatives autrichienne sur un programme anti-immigration clandestine. Il dirigera avec Heinz-Christian Strache, 48 ans, leader du Parti de la liberté, qui affirme que l'immigration de masse fait courir à l'Autriche un risque d' « islamisation ». (Source de l'image: Raul Mee / EU2017EE / Flickr)

Les anti-immigrationnistes du Parti populaire autrichien et les anti- establishment du Parti de la liberté autrichien ont passé un accord de gouvernement qui les a mis en position de diriger l'Autriche pour les cinq prochaines années. Cette alliance politique révolutionnaire qui a prêté serment le 18 décembre 2017, catapulte l'Autriche en tête de la résistance de l'Europe de l'ouest à l'immigration musulmane de masse.

Le chancelier élu Sebastian Kurz, 31 ans, vainqueur des législatives du 15 octobre a promis de stopper l'immigration clandestine. Il dirigera avec Heinz-Christian Strache, 48 ans, leader du Parti de la liberté, qui estime que la migration de masse équivaut à « islamiser » l'Autriche. L'accord de gouvernement entre les deux partis confère à Strache un statut de vice-chancelier ; et les portefeuilles de la défense, de l'intérieur et des affaires étrangères ont été attribués à des personnalités du parti de la liberté.

Continuer l'article

Europe : L'Islamisation de Noël

par Soeren Kern  •  25 décembre 2017

  • La re-théologisation de Noël repose sur le postulat faux que le Jésus de la Bible est le Jésus (Isa) du Coran. Cette fusion religieuse, parfois appelée « Chrislam » progresse dans un Occident devenu bibliquement analphabète.

  • Une école de Lüneburg a décalé la fête de Noël parce qu'un étudiant musulman s'est plaint que les chants de Noël à l'école étaient incompatibles avec l'islam. Alexander Gauland, chef du mouvement anti-immigration Alternative pour l'Allemagne (AfD), a déclaré que la décision de l'école était « une insupportable et involontaire soumission à l'islam » en même temps qu'une « injustice lâche » envers les enfants non musulmans.

  • « Le mot 'Noël', symbole de notre foi et de notre culture, ne discrimine personne : abattre les emblèmes de Noël ne garantit pas le respect, ne produit pas une école et une société plus accueillantes et inclusives, mais favorise l'intolérance envers notre culture, nos coutumes, nos lois et nos traditions. Nous croyons fermement que nos traditions doivent être respectées. » - Samuele Piscina, homme politique milanais.

(Source de l'image: pexels.com)

Dans presque tous les pays européens, ce Noël 2017 aura porté la marque des controverses liées à l'Islam. La plupart de ces conflits ont été engendrés par les élites politiques et religieuses multiculturalistes d'Europe, qui se sont mises en quatre pour laïciser ostensiblement Noël pour éviter qu'une fête chrétienne ne froisse la sensibilité des musulmans.

De nombreux marchés traditionnels de Noël ont été rebaptisés - Amsterdam Parade d'Hiver, Bruxelles Plaisirs d'Hiver, Marché d'Hiver de Kreutzberg, Londres Ville d'Hiver, Munich Fête d'Hiver – pour leur donner un vernis de tolérance laïque et multiculturelle.

Plus inquiétantes ont été les tentatives d'islamiser Noël. Cette re-théologisation de Noël repose sur le postulat faux que le Jésus de la Bible et le Jésus (Isa) du Coran sont une seule et même personne. Cette fusion religieuse, parfois nommée « Chrislam », gagne toujours plus de terrain dans un Occident devenu bibliquement analphabète.

Continuer l'article