Derniers commentaires et analyses

Au Burkina Faso, les Chrétiens « Luttent pour Leur Survie »

par Uzay Bulut  •  23 octobre 2019

  • « Au milieu de la nuit, vous devez vous lever et aller écouter les prêches. Aucune critique n'est tolérée. Les femmes doivent se couvrir la tête. On ne parle pas de cigarettes, d'alcool ou de musique, ni de fêtes ... Si vous fumez, la première fois, ils vous disent de ne pas le faire. La troisième fois, ils vous tuent. » - Un habitant du Burkina Faso, rapporté par Lindy Lowry, Open Doors, 20 juin 2019.

  • « Ils ont interdit la prostitution dans les mines [d'or] - ils leur ont tranché la gorge. Ils assassinent quelqu'un environ une fois par mois, et ceux qui meurent ont toujours été prévenus. Sauf les prostituées. Ils ne les préviennent pas eux. Ils les tuent. » - Un habitant du Burkina Faso, rapporté par Lindy Lowry, Open Doors, 20 juin 2019.

  • La terreur que font régner des groupes armés tels Al-Qaïda au Maghreb islamique, Al-Mourabitoun, Ansar al-Dine, Ansar-ul-Islam lil-Ichad wal Jihad, Boko Haram, l'État islamique du Grand Sahara et le Front de libération de Macina - a poussé plus de 135 000 habitants du Burkina Faso à l'exode ; les deux tiers ont quitté leur domicile cette année. La violence a également entraîné la fermeture de nombreuses écoles.

Au Burkina Faso, les violences ont entrainé la mort de nombreux chrétiens, poussé à l'exode plus de 135 000 personnes et amené la fermeture de centaines d'églises et de catéchismes. Photo : la cathédrale de Ouagadougou au Burkina Faso. (Source 'image : kyselak / Wikimedia Commons)

Les attaques terroristes qui ont lieu contre les chrétiens du Burkina Faso, un État à majorité musulmane, sont en soi très préoccupantes. Mais elles indiquent aussi que certains groupes terroristes, tels l'Etat islamique, n'ont pas disparu. Affaiblis au Moyen-Orient, ils ont déplacé leurs opérations ailleurs.

La terreur que font régner des groupes armés tels Al-Qaïda au Maghreb islamique, Al-Mourabitoun, Ansar al-Dine, Ansar-ul-Islam lil-Ichad wal Jihad, Boko Haram, l'État islamique du Grand Sahara et le Front de libération de Macina - a poussé à l'exode plus de 135 000 burkinabés ; les deux tiers ont quitté leur domicile cette année. La violence a également entraîné la fermeture de nombreuses écoles.

Un rapport de l'organisation catholique « Aide à l'Église en détresse », daté du 18 septembre, indique :

Continuer l'article

Les Suédois Prennent la Fuite

par Judith Bergman  •  14 octobre 2019

  • L'accueil d'un nombre important de migrants sur une période de temps relativement courte - pas seulement le pic migratoire de 2015, mais disons entre 2012 et 2017 -, a placé les municipalités devant l'obligation de gérer un taux de chômage élevé, une hausse de la pauvreté infantile et une augmentation des dépenses sociales indique Jim Frölander.

  • « J'ai essayé de défendre Malmö », a déclaré Emma Zetterholm, « mais force est de constater qu'avec le temps, la situation ne s'est pas améliorée. A la fin, votre résilience s'amenuise ».

  • « En tant que parent, la colère vous prend, puis le désespoir ... A la fin, ceux qui le peuvent déménagent ... ailleurs dans le pays, plus au calme ou à l'étranger. Ceux qui n'ont pas les mêmes opportunités, restent où ils sont. C'est dévastateur ... » - Sven Otto Littorin, ancien ministre du travail, s'exprime sur Facebook de Dubaï où il vit et travaille désormais.

  • « Environ 13% de la population suédoise est en prise directe avec la criminalité, la violence ou le vandalisme sur son lieu d'habitation. Cette proportion est l'une des plus élevées d'Europe ». Par comparaison, les autres pays scandinaves se situent dans le bas du classement. - Statistics Sweden, 25 avril 2019.

Les problèmes que l'immigration a fait surgir dans de nombreuses municipalités poussent les Suédois à partir vers d'autres régions moins touchées par les problèmes socio-économiques. Entre 2012 et 2018, dans la petite ville de Filipstad (10 000 habitants), 640 Suédois de souche sont partis et 963 personnes nées à l'étranger ont emménagé. Jim Frölander, responsable de l'intégration au sein de l'équipe municipale, a déclaré : « Nous assistons à un échange de population ... c'est un constat ... » Photo : Filipstad, Suède. (Source image : iStock)

Les Suédois sont en mouvement. Ils migrent en raison des problèmes socio-économiques que l'immigration a fait surgir dans de nombreuses municipalités. Ces départs de villes à problèmes en direction de villes moins problématiques ont attiré l'attention des principaux médias suédois.

Continuer l'article

La Turquie Inonde l'Europe de Migrants

par Soeren Kern  •  12 octobre 2019

  • Le gouvernement grec affirme que le flux migratoire à destination de la Grèce est sous le contrôle direct du président turc Recep Tayyip Erdoğan ; c'est lui qui active ou désactive ce flux en fonction des budgets et concessions politiques qu'il espère obtenir de l'Union européenne. Ces derniers mois, le gouvernement turc a menacé à plusieurs reprises d'ouvrir les vannes de la migration de masse vers la Grèce et, par extension, vers le reste de l'Europe.

  • « S'ils [l'Union européenne] ne nous soutiennent pas dans cette lutte, il nous sera difficile de stopper les 3,5 millions de réfugiés syriens et les deux autres millions de demandeurs d'asile qui se précipiteront à nos frontières depuis Idlib. » - Le président turc Recep Tayyip Erdoğan.

  • « Si nous ouvrons les vannes, aucun gouvernement européen ne tiendra plus de six mois. Mieux vaudrait qu'ils ne nous poussent pas à bout. » - Le ministre turc de l'Intérieur, Süleyman Soylu.

  • Plus de six millions de migrants attendent dans différents pays de la Méditerranée pour pénétrer en Europe, indique un rapport confidentiel du gouvernement allemand divulgué par Bild ... Plus de trois millions trépignent déjà en Turquie.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan et d'autres membres de son gouvernement ont menacé, à plusieurs reprises, d'inonder l'Europe de migrants. Le 5 septembre, Erdoğan a déclaré que la Turquie projetait de rapatrier un million de migrants syriens dans une "zone de sécurité" au nord de la Syrie. Et si l'Europe ne soutient pas la Turquie dans ce projet, Erdogan menace de rouvrir les vannes de la migration en direction de l'Europe. Photo : Erdoğan prononçant un discours à l'ONU le 24 septembre 2019. (Photo par Stéphanie Keith / Getty Images)

La Grèce est redevenue le « Ground Zero » de la crise migratoire européenne. De nouvelles données compilées par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), montrent qu'entre janvier et septembre 2019, plus de 40 000 migrants ont pris pied en Grèce. Plus de la moitié sont arrivés au cours des trois derniers mois.

Le regain migratoire qui a touché la Grèce au troisième trimestre 2019 - 5 903 en juillet ; 9 341 en août ; et 10 294 en septembre – s'est accru au rythme des menaces en provenance de Turquie. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan - et plusieurs de ses ministres -, ont menacé d'inonder l'Europe de migrants musulmans.

Continuer l'article

Les Palestiniens Volent l'Electricité puis Accusent Israël

par Bassam Tawil  •  10 octobre 2019

  • Les Palestiniens semblent persuadés qu'ils ont « droit » à la gratuité de l'électricité – peu importe que leur fournisseur palestinien soit acculé à la faillite.

  • Les Palestiniens sont convaincus de longue date qu'un tiers - de préférence Israël, mais aussi les donateurs occidentaux, ou bien n'importe qui d'autre - doit assurer leur train de vie, en particulier le paiement de leurs factures d'électricité.

  • Les responsables palestiniens utilisent le problème de l'électricité pour dresser la communauté internationale, et leur propre peuple, contre Israël. Ils clament partout qu'Israël punit sans raison les Palestiniens et que la colère des Palestiniens doit se déverser sur Israël, et non sur les voleurs d'électricité ou les dirigeants palestiniens.

  • La polémique sur les quittances impayées d'électricité illustre une fois de plus l'incessante tentative des Palestiniens de blâmer Israël pour tous les malheurs qu'ils s'infligent à eux-mêmes. Au lieu d'assumer le vol d'électricité et les factures impayées, au lieu de prendre des mesures contre les coupables, les Palestiniens agissent comme à l'habitude : ils veulent convaincre le monde que tout est de la faute d'Israël.

Les Palestiniens eux-mêmes reconnaissent que le vol massif d'électricité et l'incapacité des Palestiniens à payer leurs factures sont à l'origine des coupures d'électricité dans certaines villes et villages palestiniens de Cisjordanie. Photo : un réseau de branchements illégaux entoure le bureau de l'inspecteur municipal à Hébron. (Source image : iStock)

Nombre de Palestiniens refusent de payer leurs factures à la Compagnie d'électricité de district du district de Jérusalem (JDEC), une entreprise contrôlée par des capitaux arabes. Et le phénomène ne date pas d'hier.

Tout aussi nombreux sont les Palestiniens qui se branchent directement sur le réseau de la JDEC en court-circuitant le compteur, ou qui manipulent le compteur pour réduire leurs factures, deux délits passibles d'amendes et/ou d'incarcération dans n'importe quel pays respectueux de la loi et de l'ordre.

La JDEC achète son électricité à la Israël Electric Corporation (IEC), le plus important fournisseur d'électricité en Israël. Mais comme cette même JDEC est incapable de recouvrer ses quittance et d'empêcher les vols d'électricité, sa dette auprès de l'IEC va croissant.

Continuer l'article

La Suède a Perdu le Contrôle

par Judith Bergman  •  6 octobre 2019

  • Pas moins de 120 attentats à l'explosif ont eu lieu en Suède entre janvier et juillet 2019, selon les statistiques de la police.

  • Rien qu'à Uppsala, une pittoresque ville universitaire suédoise, près de 80% des femmes et jeunes filles ne se sentent pas en sécurité en centre-ville. Quatre viols ou tentatives de viol ont eu lieu début août, en quatre jours.

  • « Stop aux viols ! Vous abandonnez les femmes ... Que les femmes craignent d'être victimes de violences criminelles dès qu'elles se déplacent librement dans les rues et les espaces publics, est une grave atteinte à leur liberté et à leur autonomie ». - Josefin Malmqvist, députée du parti Modéré ; Aftonbladet, le 24 août 2019.

A Landskrona (au sud de la Suède ; 35 000 habitants), sept explosions ou attentats à l'explosif ont eu lieu depuis décembre 2018. En août 2019, l'entrée de l'hôtel de ville (photo) a été dynamitée. (Source image : Mrkommun / Wikimedia Commons)

« Löfven, vous avez perdu le contrôle de la Suède ! » Ulf Kristersson, chef du parti Modéré (centre-droit), principal parti d'opposition, a, dans une tribune publiée par le quotidien Aftonbladet, accusé publiquement Stefan Löfven, premier ministre, d'avoir échoué à régler certains des plus gros problèmes de la Suède. Kristersson a écrit :

« La loi et l'ordre ainsi que l'intégration, sont pour nous [parti Modéré], deux domaines hautement prioritaires. C'est là que se situent les problèmes les plus graves de la Suède.

« L'année dernière, 306 coups de feu ont été tirés et 45 personnes ont perdu la vie. Selon la police, le nombre de personnes assassinées a doublé depuis 2014. Au cours de la même période, le nombre de personnes victimes d'abus sexuels a triplé selon le BRÅ [Conseil suédois de la prévention du crime] ...

« Des réformes sont nécessaires. Mais quand nous les avons proposées - les sociaux-démocrates y ont fait opposition ...

Continuer l'article

France: Macron est du côté des mollahs iraniens

par Guy Millière  •  2 octobre 2019

  • Le 14 septembre, quelques jours à peine après que l'ambassadeur John R. Bolton, Conseiller à la Sécurité Nationale, a quitté la scène, l'Iran a infligé des dommages importants à une très importante unité de traitement du pétrole en Arabie saoudite.

  • Macron a fait plus que tout autre pays européen pour favoriser le régime iranien - plus que l'Allemagne et plus que l'Union européenne elle-même. Il aurait pu choisir d'être un allié fiable des États-Unis: son choix a été différent.

  • Les officiels français agissent et parlent comme si le régime iranien était totalement honorable et comme s'ils ne discernaient pas l'évidence: que le régime iranien a des objectifs destructeurs. L'accord nucléaire n'a pas détourné le régime de son objectif : se doter d'armes nucléaires. En réalité, l'accord a amené le régime à précisément se rapprocher de cet objectif. La stratégie américaine consistant à appliquer une pression maximale par le biais de sanctions économiques semble être le seul moyen non militaire de contraindre ce régime à changer de cap.

Lors d'une visite à Washington en avril 2018, l'objectif principal de Macron a semblé être de convaincre Trump de changer d'avis. Il a essayé la séduction, et n'a cessé d'embrasser Trump. Il a essayé l'arrogance, et clamé dans un discours devant le Congrès: "La France ne quittera pas l'accord nucléaire iranien, car nous l'avons signé. Votre président et votre pays devront faire face à leurs responsabilités."(Photo par Alex Wong / Getty Images)

Le 25 août, à Biarritz, France, les dirigeants du Groupe des Sept (G7) se sont réunis pour débattre des problèmes mondiaux. La situation au Moyen-Orient n'était pas à l'ordre du jour. Le Président français Emmanuel Macron, l'organisateur du sommet cette année, a tenté de l'y faire entrer de force.

Macron a en effet décidé d'inviter au sommet le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. Il n'a pas averti ses invités de la venue de Zarif, jusqu'à la dernière minute. Son objectif, semble-t-il, était de susciter une rencontre entre le ministre iranien et le Président américain Donald J. Trump. Le Président Trump a refusé la rencontre. Zarif a eu une conversation informelle avec Macron et des ministres français avant de retourner à Téhéran. Mais Macron n'a pas abandonné son objectif. Lors d'une conférence de presse le lendemain, il a demandé publiquement au Président Trump de rencontrer les dirigeants iraniens dès que possible.

Continuer l'article

La Preuve que l'Iran a Violé l'Accord sur le Nucléaire au Premier Jour ?

par Majid Rafizadeh  •  26 septembre 2019

  • L'AIEA a tout d'abord, pris le parti d'ignorer les informations faisant état d'installations nucléaires clandestines en Iran. Ce qui n'a rien de surprenant : l'AIEA a un long passé de fausses déclarations concernant le non-respect de l'accord passé avec la République islamique et a régulièrement refusé de donner suite à des informations crédibles sur les activités nucléaires illicites de l'Iran.

  • De nouvelles preuves établissent que la théocratie iranienne a violé l'accord passé avec l'administration Obama, au lendemain de sa passation, en 2015.

  • La communauté internationale aurait tout intérêt à reconnaitre que l'accord sur le nucléaire n'a été qu'un blanc-seing donné aux mollahs ; que des milliards de dollars leur ont été distribués pour qu'ils poursuivent leurs activités anti-américaines, antisémites, anti-iraniennes sans parler de leurs activités terroristes ; et que toute cette façade diplomatique n'a qu'un seul but, offrir à la théocratie iranienne une couverture pour satisfaire ses ambitions nucléaires.

Le gouvernement iranien a accéléré son programme nucléaire. Récemment, l'Organisation iranienne de l'énergie atomique a déclaré que Téhéran avait mis en service des centrifugeuses de pointe. Photo : l'installation d'enrichissement nucléaire de Natanz en Iran. (Photo de Majid Saeedi / Getty Images)

Le gouvernement iranien a accéléré son programme nucléaire. L'Organisation iranienne de l'énergie atomique (AEOI) vient d'annoncer que Téhéran a franchi une troisième cap en activant des centrifugeuses de pointe : 20 centrifugeuses de type IR-4 et 20 centrifugeuses de type IR-6.

Au cours des deux étapes précédentes, Téhéran a augmenté son stock d'uranium enrichi au-delà du plafond de 300 kg fixé par le JCPOA (accord sur le nucléaire) et a enrichi cet uranium au-delà de la limite de 3,67%.

Dans sa course à la capacité nucléaire, la République islamique d'Iran a aussi accru sa recherche et développement au-delà des limites fixées par le JCPOA. A l'occasion d'une conférence de presse télévisée, le porte-parole de l'agence nucléaire iranienne, Behrouz Kamalvandi, a déclaré : « nous ne respectons plus les limites que le JCPOA a imposé à notre recherche et développement ... Nous allons développer des centrifugeuses plus rapides et plus avancées »

Continuer l'article

Quoi de Neuf en Turquie ? Des Armes nucléaires !

par Burak Bekdil  •  25 septembre 2019

  • Le président Recep Tayyip Erdoğan veut maintenant faire de la Turquie un État voyou doté d'armes nucléaires.

  • Plusieurs décennies durant, la Turquie, pilier de l'OTAN, a été considérée comme le dépositaire de confiance d'une partie de l'arsenal nucléaire américain. Dès les années 1960, les États-Unis ont stocké des ogives nucléaires dans les quatre principales bases aériennes de l'armée turque.

  • Les ogives nucléaires de la base aérienne d'Incirlik sont sous contrôle de l'armée américaine dans le cadre d'un traité spécial américano-turc. Ce traité reconnait à la Turquie le droit d'être dépositaire d'armes nucléaires américaines. Le même traité précise que Washington et Ankara décident ensemble de leur utilisation.

  • Si la Turquie se dotait, ouvertement ou secrètement, d'un programme d'armement nucléaire – comme semble le souhaiter Erdoğan – un effet domino serait à craindre. Les rivaux régionaux de la Turquie auraient des raisons de s'alarmer et l'Arabie saoudite, l'Égypte, la Syrie et la Grèce pourraient lancer leurs propres programmes nucléaires. Erdoğan ne devrait pas être autorisé à posséder des armes nucléaires.

Le président Recep Tayyip Erdoğan veut maintenant faire de la Turquie un État voyou doté d'armes nucléaires. (Photo de Getty Images)

Le président islamiste Recep Tayyip Erdoğan qui, depuis 17 ans, dirige la Turquie, pays-membre de l'OTAN, a, furtivement, par petites touches, transformé l'establishment laïc et pro-occidental légué par Mustafa Kemal Atatürk en un État hostile aux intérêts occidentaux. Erdoğan veut maintenant faire de la Turquie, un État voyou doté d'armes nucléaires.

Continuer l'article

Chrétiens Massacrés, Médias Muets

par Giulio Meotti  •  18 septembre 2019

  • « La même semaine que la terrible attaque contre la mosquée de Christchurch, en Nouvelle-Zélande ... plus de deux cents chrétiens ont été tués au Nigéria. Les médias n'ont quasiment pas évoqué ce massacre. Aucune marche n'a été organisée pour les chrétiens martyrs, les gouvernements n'ont pas fait sonner les cloches, et aucun tee-shirts 'Je suis Charlie' n'a été imprimé ... Bref, personne n'a levé un sourcil ». - Fr. Benedict Kiely, Crisis Magazine, 4 septembre 2019.

  • Les satellites de la NASA recensent les incendies en Amazonie, poussant les dirigeants de la planète à se mobiliser pour la protection de la forêt tropicale. Mais les satellites ne pistent pas les meurtres, les incendies ni les agressions de chrétiens, et leurs souffrances demeurent invisibles sur nos téléviseurs et dans nos journaux. Pour l'Occident, la persécution des chrétiens n'existe pas.

  • Le Vatican et le pape François ont le choix : faire écho aux persécutions des chrétiens ou être accusés d'aveuglement volontaire ... C'est à eux que le Vatican devrait consacrer son prochain synode.

Photo : Sobame Da, un village malien essentiellement peuplé de chrétiens, a été attaqué par des bergers Fulani en juin 2019. Plus de 100 hommes, femmes et enfants ont été massacrés. (Source image : Nations Unies / MINUSMA / Flickr)

« Cette forêt amazonienne, qui est d'une importance vitale pour la planète, traverse une crise profonde en raison d'une activité humaine prolongée ou prévalent une « culture du gaspillage » et une mentalité extractiviste », a déclaré le Vatican.

« L'Amazonie est une région riche en biodiversité. Ses traits de caractère multi-ethniques, multiculturels et multireligieux, font de l'Amazonie un miroir de l'humanité. La défense de la vie, exige des changements structurels et personnels de la part de tous les êtres humains, de toutes les nations et de l'Eglise ».

Un synode des évêques de la région pan-amazonienne doit se réunir à Rome, du 6 au 27 octobre. Dans une interview à La Stampa, le pape François a déclaré que les « menaces qui pèsent sur les populations et le territoire amazoniens sont provoquées par des intérêts économiques et politiques des secteurs dominants de la société ».

Continuer l'article

Pour les dirigeants européens, la chair juive ne vaut pas cher

par Guy Millière  •  14 septembre 2019

  • Les accords d'Oslo ont été fondés sur l'illusion que l'OLP pouvait totalement changer et devenir soudain un "partenaire pour la paix" ... Il est vite devenu évident que l'Autorité Palestinienne n'était que le nouveau nom de l'OLP. Les attaques terroristes se sont rapidement multipliées. L'argent reçu par l'Autorité Palestinienne a été utilisé pour continuer à inciter au meurtre et pour récompenser les meurtriers.

  • En 1967, un changement de stratégie a eu lieu. L'OLP avait été créée peu de temps avant pour que personne ne parle plus d'une "guerre pour la destruction d'Israël". Il fut désormais question d'une "guerre de libération nationale". Et l'OLP fut présentée comme un "mouvement de libération".

  • Les Arabes qui avaient quitté Israël entre 1948 et 1949, et qui vivaient depuis dans des camps de réfugiés, furent définis comme le "peuple palestinien"; et le peuple palestinien fut inventé. Comme l'a dit en 1977 un membre du Conseil exécutif de l'OLP, Zuheir Mohsen: "Le peuple palestinien n'existe pas ... Nous parlons aujourd'hui de l'existence d'un peuple palestinien pour des raisons politiques et tactiques. "

  • Les dirigeants de l'Autorité Palestinienne n'ont jamais cessé de recourir à la "lutte armée", nom qu'ils donnent au terrorisme et à l'assassinat de Juifs. Pour "contrecarrer tous les projets du sionisme", ils ont inventé le "peuple palestinien" et la "lutte de libération nationale" qu'ils sont censés mener leur a permis d'acquérir une reconnaissance internationale. En appelant "lutte armée" le terrorisme et l'assassinat de Juifs, ils ont rendu terrorisme et assassinat de Juifs acceptable. En signant les accords d'Oslo, ils ont pu se donner l'apparence de gens intéressés par la paix, sans pour autant renoncer au terrorisme. Ils ont même réussi à diaboliser Israël et à donner au pays l'image d'un pays barbare et cruel, tout en continuant à assassiner des Juifs.

  • "Si vous regardez l'histoire ... ce qui met fin aux conflits est le fait que l'une des parties abandonne ... ensuite, c'est fini ... pendant la Seconde Guerre mondiale, [les Allemands] ont été forcés d'abandonner ... et regardez quels bénéfices ils ont tiré du fait d'avoir abandonné. " - Daniel Pipes, historien, le 19 novembre 2017.

  • Aucun Président des Etats-Unis n'avait jamais dit aux dirigeants palestiniens qu'ils mentaient ou ne leur avait demandé de cesser d'inciter au meurtre et de financer le terrorisme, et aucun Président des Etats-Unis n'avait jamais décidé de réduire le financement de l'Autorité Palestinienne tant qu'elle continuerait à inciter à la terreur. Le Président Donald J. Trump l'a fait.

  • Le Président français Emmanuel Macron a accepté d'utiliser l'argent des contribuables pour récompenser l'assassinat de Juifs. Il a également accepté d'entériner la définition très particulière des "réfugiés palestiniens" donnée par les Nations Unies (UNRWA): sont considérés comme "réfugiés palestiniens" des générations infinies de descendants.

Les accords d'Oslo étaient fondés sur l'illusion que l'OLP pouvait totalement changer et devenir soudain un "partenaire pour la paix" ... Il est vite devenu évident que l'Autorité Palestinienne n'était que le nouveau nom de l'OLP. Les attaques terroristes se sont rapidement multipliées. L'argent reçu par l'Autorité Palestinienne a été utilisé pour continuer à inciter au meurtre et pour récompenser les meurtriers. Sur la photo: De gauche à droite, le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, le président américain Bill Clinton et le président de l'OLP Yasser Arafat lors de la signature de l'accord Oslo I à la Maison Blanche à Washington le 13 septembre 1993. (Vince Musi / La Maison Blanche / Wikimedia Commons)

7 août. Israël. Dvir Sorek, un étudiant âgé de 18 ans, rentrait de Jérusalem vers son école après avoir acheté des livres pour offrir un cadeau de fin d'année à ses rabbins. Il a été poignardé à mort par deux terroristes arabes.

Au moment où ses funérailles avaient lieu, pendant que son père prononçait l'éloge funèbre, les habitants du village arabe de Silwad, situé à deux kilomètres au nord, ont tiré des feux d'artifice pour célébrer l'assassinat.

Sorek était, selon toutes les descriptions disponibles, un adolescent paisible qui n'avait jamais fait de mal à personne. Parmi les livres qu'il avait achetés, l'un avait pour auteur l'écrivain israélien de gauche, David Grossman, et soulignait la nécessité de créer un État palestinien.

La seule "faute" de Sorek était d'être un Juif.

Continuer l'article

Pourquoi les Arabes Haïssent les Palestiniens

par Khaled Abu Toameh  •  11 septembre 2019

  • Il n'est pas possible de brûler en effigie le prince héritier saoudien puis de se précipiter le lendemain, à Riyad, pour quémander de l'argent. Il est certes possible de crier des slogans hostiles au président égyptien, mais il est impensable de se rendre ensuite au Caire pour réclamer son soutien politique.

  • Il est remarquable que Turki al-Hamad, écrivain saoudien, ait osé condamner le Hamas et toutes les milices qui règnent à Gaza pour avoir tiré des roquettes sur Israël. Nombre de pays occidentaux n'ont pas ce courage-là.

  • « Les Palestiniens sont une calamité pour tous ceux qui leur ouvrent les bras. La Jordanie les a accueillis et il y a eu Septembre Noir ; le Liban les a accueillis et il y a eu une guerre civile ; le Koweït les a accueillis et ils se sont transformés en partisans de Saddam Hussein. Les voilà qui utilisent maintenant leurs tribunes pour nous maudire. » - Mohammed al-Shaikh, écrivain saoudien, RT Arabic, 13 août 2019.

  • Dans les pays arabes, nombreux sont ceux qui affirment qu'il est désormais grand temps que les Palestiniens se préoccupent de défendre leurs propres intérêts et de préparer un avenir meilleur pour leurs enfants ... Les Arabes semblent dire aux Palestiniens : « Nous voulons aller de l'avant, mais si vous souhaitez continuer de reculer, libre à vous ! »

  • « Il n'y a aucune honte à établir des relations avec Israël ». - Ahmad al-Jaralah, rédacteur en chef d'un des principaux journaux koweïtiens, arabi21.com, le 1er juillet 2019.

Après qu'une vidéo ait été diffusée montrant des Palestiniens accomplissant le hadj en brandissant des drapeaux palestiniens et en scandant : « Avec notre sang, avec notre âme, nous honorons la Mosquée al Aksa ! », l'écrivain saoudien Mohammed al-Shaikh a demandé que les Palestiniens soient interdits de hadj islamique à La Mecque. L'Arabie saoudite a des règles strictes interdisant les activités politiques pendant le hadj. Photo : pèlerins sur le toit, dans et autour de la Grande Mosquée de la Mecque accomplissant les prières nocturnes. (Source image : Al Jazeera / Wikimedia Commons)

Est-ce vrai ? Et si oui, pourquoi ? Les Palestiniens jouissent de la triste réputation de trahir leurs frères arabes, et même de les poignarder dans le dos. Les Palestiniens ont ainsi soutenu l'invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990, alors que cet État du Golfe et ses voisins, attribuaient chaque année, des dizaines de millions de dollars d'aide aux Palestiniens.

C'est à l'enseigne de la déloyauté qu'un nombre croissant d'Arabes, en particulier dans les États du Golfe, situent désormais les Palestiniens.

Ces derniers mois, les critiques à l'encontre des Palestiniens ont été en s'intensifiant, tant dans les médias arabes traditionnels que sur les réseaux sociaux, au point de prendre parfois une tournure franchement hostile.

Continuer l'article

Rêves Européens vs Migration de Masse

par Giulio Meotti  •  8 septembre 2019

  • Malheureusement, le parti pris par l'Europe a été de nier la réalité, comme si dresser le constat s'avérait trop insupportable.

  • En Europe, les jeunes ont une vision marxiste de l'existence. Ils croient que le succès et la réussite se font toujours aux dépens de l'humanité : « Si je gagne, c'est qu'un autre a perdu ». Le « win-win » - « si je gagne, vous pouvez gagner aussi : tout le monde peut gagner ! » - qui sous-tend l'économie de marché, n'existe pas. C'est pourtant cette économie de marché qui a sorti de façon si spectaculaire, une grande partie du monde de la pauvreté.

  • Le dénigrement de soi... si répandu aujourd'hui doit être rejeté. L'Europe semble sceptique sur son avenir, comme si le déclin de l'Occident était une punition justifiée et une absolution pour les fautes du passé ... « Pour moi, aujourd'hui, note Alain Finkielkraut, la civilisation européenne est la chose la plus essentielle ».

Le relativisme culturel est une réalité douloureusement tangible en Europe. La désintégration des États-nations occidentaux est une question désormais à l'ordre du jour. Le multiculturalisme – qui est mené sur fond de déclin démographique, de déchristianisation massive et d'auto-répudiation culturelle – apparait comme une phase transitoire qui conduira à la fragmentation de l'Occident. (Source image : iStock)

L'Europe se positionne aujourd'hui comme l'avant-garde d'une humanité unie. Une postule qui met en péril ses racines culturelles. Selon Pierre Manent, politologue français de renom et professeur à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris :

« L'orgueil européen ou la conscience de soi européenne dépend pour ainsi dire du rejet de l'histoire européenne et de la civilisation européenne ! (...) On ne veut rien avoir affaire avec les racines chrétiennes et l'on tient absolument à être parfaitement accueillant avec l'islam ».

Dans un entretien accordé au mensuel français Causeur, Manent a cité en exemple, le cas de la Turquie :

Continuer l'article

Italie : Salvini à Terre, Mais Pas KO

par Soeren Kern  •  5 septembre 2019

  • La nouvelle alliance au pouvoir, si elle se concrétise, pourrait bien ne pas durer. Dans un entretien accordé à La Stampa, l'ancien ministre de l'Intérieur, Roberto Maroni de la Lega du Nord, a déclaré que le nouveau gouvernement, s'il voit le jour, sera « intrinsèquement faible » car il s'est constitué « sans projet politique et uniquement pour éviter les élections ». Il a ajouté que le nouveau gouvernement pourrait durer toute la législature « afin d'éviter de livrer le pays à Salvini ».

  • « Pensez-vous que quelques mois dans l'opposition me font peur » a demandé Salvini dans une vidéo Facebook ? « Vos petits jeux politiques ne vous débarrasseront pas de moi. Vous ne me connaissez pas, je ne cèderai pas. » Il a appelé à une manifestation contre le nouveau gouvernement, à Rome, le 19 octobre. Les sondages montrent que 67% des Italiens sont favorables à des élections anticipées.

  • « Nous, les Hongrois, n'oublierons jamais que vous [Salvini] avez été le premier dirigeant d'Europe occidentale à empêcher les migrants clandestins d'inonder l'Europe par la Méditerranée. Quels que soient les développements politiques en Italie et bien que nous appartenions à des regroupements de partis européens différents, nous vous considérons comme un frère d'armes dans la lutte pour la préservation de l'héritage chrétien en Europe et pour stopper les migrants. » - Le président hongrois Viktor Orbán.

Matteo Salvini, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur italien depuis 2018, a été évincé du gouvernement italien après l'échec de sa manœuvre pour aller à des élections anticipées qui l'auraient fait Premier ministre. (Photo par Ernesto S. Ruscio / Getty Images)

Matteo Salvini, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur italien depuis 2018, a été évincé du gouvernement italien après l'échec de sa manœuvre pour aller des élections anticipées qui l'auraient fait Premier ministre.

Le risque existe que le départ de Salvini, leader de facto du mouvement anti-migration de masse en Europe, relance l'immigration clandestine sur le continent. Mais, nombre d'analystes estiment que Salvini, qui devance toujours ses rivaux dans les sondages, sera bientôt de retour au gouvernement. Sa position pourrait alors n'en être que plus forte.

Le 8 août, après des mois de querelles publiques, Salvini a déclaré impraticable la coalition gouvernementale entre la Ligue, son parti et le Mouvement 5 étoiles (M5S), un parti anti-establishment. Il a accusé le M5S de bloquer les initiatives politiques de la Ligue et a déclaré que seules de nouvelles élections permettront d'avancer.

Continuer l'article

Israël Face à une Escalade de la Guerre par Procuration que l'Iran Mène contre Lui

par Con Coughlin  •  2 septembre 2019

  • Qu'Israël juge nécessaire d'attaquer des cibles aussi éloignées de ses frontières immédiates, sa traditionnelle zone d'opérations militaires, témoigne de l'escalade alarmante de la menace que l'Iran fait peser sur la sécurité de ce pays.

  • Plus tôt cette semaine, au Liban, un drone israélien aurait bombardé une base palestinienne financée par l'Iran. Des avions de guerre israéliens auraient également bombardé des bases militaires iraniennes à la périphérie de Damas, la capitale syrienne.

  • Il serait inacceptable que Washington s'asseye à la même table que les Iraniens au moment où l'Iran menace la sécurité de son plus proche allié au Moyen-Orient.

Israël a récemment attaqué une base militaire iranienne en Irak, qui était un lieu d'assemblement de missiles à moyenne portée capables d'atteindre des cibles en Israël. La menace a été jugée si importante que le haut commandement militaire israélien a lancé un raid aérien audacieux qui a obligé les avions de combat furtifs F-35 à pénétrer l'espace aérien saoudien. Photo : un F-35 de l'armée de l'air israélienne. (Source image : Israël Air Force / Wikimedia Commons)

Des responsables militaires américains ont reconnu que des avions de combat israéliens avaient mené une attaque contre une base militaire iranienne en Irak, confirmant ainsi l'ampleur alarmante prise ces dernières semaines par ce qu'il est convenu d'appeler la guerre par procuration que Téhéran mène contre Jérusalem.

Selon des responsables des service de sécurité israéliens qui ont requis l'anonymat, la base militaire située dans la province de Salaheddin, au nord de l'Irak, a été prise pour cible, car elle servait à assembler des missiles iraniens de moyenne portée capables de frapper Israël.

Continuer l'article

Les Femmes Iraniennes en Lutte pour leur Liberté

par Uzay Bulut  •  31 août 2019

  • « Les autorités de la République islamique disent que le « hijab obligatoire » est une obligation légale, laquelle doit être respecté. Mais les mauvaises lois doivent être contestées et modifiées. » - Masih Alinejad, journaliste et militante des droits de l'homme irano-américaine.

  • « La loi religieuse que le gouvernement applique depuis la révolution de 1979 est à la base de cette tyrannie. En Iran, les femmes sont des citoyens de seconde classe ; elles sont de quasi-esclaves. La communauté internationale doit avoir le courage de s'attaquer à la loi religieuse et de dénoncer sa nature tyrannique. Le monde libre a dénoncé le communisme pendant la guerre froide, il doit faire de même avec la loi religieuse. » - Propos tenus par Nasrin Mohammadi à l'Institut Gatestone. Nasrin Mohammadi est l'auteur de Ideas and Lashes : The Prison Diary of Akbar Mohammadi (Des idées et des fouets : journal de la prison d'Akbar Mohammadi), écrit en souvenir de son frère mort sous la torture dans une prison iranienne.

Trois Iraniennes détenues dans la tristement célèbre prison de Qarchak à Téhéran ont récemment été condamnées à des peines de prison dont certaines vont au-delà de 10 ans. Leur « crime » ? Ne pas porter de foulard, défiant ainsi le code vestimentaire du pays. Sur la photo : une policière iranienne (à gauche) met en garde, le 22 avril 2007 à Téhéran, une femme à propos de ses vêtements et de ses cheveux lors d'une campagne de répression lancée pour faire respecter le port obligatoire du voile, en Iran. (Photo de Majid Saeedi / Getty Images)

Trois Iraniennes détenues dans la tristement célèbre prison de Qarchak à Téhéran ont récemment été condamnées à des peines dont certaines vont au-delà de 10 ans de prison. Leur « crime » ? Avoir porté atteinte au code vestimentaire islamique en refusant de porter le foulard.

Les femmes ont été arrêtées après qu'une vidéo mise en ligne lors de la Journée internationale de la femme, soit devenue virale. Dans le clip, elles se promènent tête nue distribuant des fleurs aux passagères du métro de Téhéran.

« Le jour viendra où les femmes ne seront plus obligées de combattre », a déclaré l'une d'elles ; on entend une autre espérer à haute voix, qu'un jour, les femmes en hijab accepteront de marcher au côté de femmes qui ont choisi de ne pas le porter.

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.