Derniers commentaires et analyses

Geert Wilders le suicide de l'Europe

par Guy Millière  •  24 avril 2017

  • Aucun des discours de Wilders n'incite à la violence contre qui que ce soit ; la violence qui l'entoure est uniquement celle dirigée contre lui.

  • La seule personne qui parle de ces problèmes est Geert Wilders. Les dirigeants politiques néerlandais et la plupart des journalistes préfèrent dire que Geert Wilders est le problème ; et que s'il n'existait pas, les problèmes n'existeraient pas non plus.

  • Ce que ceux qui adhèrent à la vision des choses selon laquelle l'Occident est coupable, "oublient" est que l'islam a longtemps opprimé l'Occident: les armées musulmanes ont conquis la Perse, l'Empire Byzantin Chrétien, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, l'Espagne, la Grèce, la Hongrie, la Serbie, les Balkans et pratiquement toute l'Europe de l'Est. Les armées musulmanes ont été une menace constante jusqu'au moment ou les troupes ottomanes soient arrêtées aux portes de Vienne en 1683.

En 2004, le terroriste marocain-néerlandais Mohammed Bouyeri (à gauche) a tué le cinéaste Theo van Gogh (à droite). Il l'a poignardé et lui a tranché la gorge.

Même si l'homme politique néerlandais Geert Wilders avait gagné, et si le Parti pour la Liberté (PVV) qu'il a créé il y a onze ans était devenu le premier parti du pays, il n'aurait pas pu devenir chef du gouvernement. Les dirigeants de tous les autres partis politiques avaient déclaré à l'avance qu'ils refuseraient toute alliance avec lui ; ils n'ont pas changé de position à ce jour.

Depuis des années, les grands médias néerlandais répandent la haine et la diffamation contre Wilders parce qu'il a tenté d'avertir le peuple néerlandais - et l'Europe - de ce que sera leur futur s'ils poursuivent leurs politiques d'immigration actuelles. En décembre dernier, un groupe de trois juges a déclaré Wilders coupable d'«incitation à la discrimination». Les journaux et les politiciens de toute l'Europe le décrivent sans répit comme un homme dangereux et un incendiaire d'extrême-droite. Parfois, ils le traitent de "fasciste".

Continuer l'article

Conseils de la Charia et Violences Sexuelles en Grande-Bretagne

par Khadija Khan  •  20 avril 2017

  • Aussi pénible que soit cette affaire, elle comporte une dimension plus sombre encore : selon la charia, le second mari n'a aucune obligation d'offrir à sa femme un divorce rapide – il peut profiter d'elle et la garder comme esclave sexuelle virtuelle aussi longtemps qu'il le juge bon.

  • Si quelqu'un souhaite savoir comment tout ce dispositif colle à la loi britannique, la réponse est que cela ne colle pas du tout.

  • L'ONG britannique Muslim Women's Network (Association des femmes musulmanes) a écrit une lettre ouverte – signée par 100 personnes – au gouvernement britannique et à la Commission des affaires intérieures de la chambre des communes pour exiger une enquête sur le Conseil de la Charia et déterminer si ses pratiques sont en conformité avec la loi britannique. Le Conseil de la charia a déclaré que cette lettre ouverte était « islamophobe » et a accusé le Muslim Women's Network d'être une organisation antimusulmane.

  • C'est la loi britannique, et non la charia, qui protège les individus et les couples britanniques, y compris les musulmans. Contrairement à ce qu'affirment les défenseurs de cette parodie, la condition faite aux femmes musulmanes représente une atteinte aux droits de l'homme et du citoyen.

Haitham al-Haddad est juge et siège au conseil consultatif pour le Conseil de la charia islamique. Concernant les violences conjugales, il a déclaré dans une interview, « Un homme ne doit pas être obligé de rendre des comptes s'il bat sa femme, cela ne regarde qu'eux. Laissez-les tranquilles. Ils peuvent régler leurs affaires entre eux. » (Source image : Channel 4, capture d'écran vidéo)

Le dernier scandale concernant l'exploitation sexuelle des femmes musulmanes par les représentants de l'islam religieux au Royaume-Uni a fourni un exemple de plus de l'aveuglement volontaire des autorités britanniques sur les pratiques horribles qui se produisent sous leur nez.

Une enquête de la BBC sur le « halala » - un rituel qui n'autorise une musulmane divorcée à se remarier avec son premier mari que si elle a, auparavant, noué et consommé un mariage de convenance avec un autre homme - a ainsi révélé que non seulement les imams britanniques encouragent cette pratique, mais qu'en plus ils en tirent profit. Cette obligation perverse aboutit à ce que de nombreuses femmes se retrouvent prises en otage, au propre et au figuré, d'hommes qui ont été payés pour devenir leur second mari.

Continuer l'article

C'est l'islam qui Sature l'Europe, Pas le Christianisme

par Giulio Meotti  •  16 avril 2017

  • Les djihadistes semblent mener bataille contre la liberté et les démocraties laïques.

  • Le plus important prédicateur de l'islam sunnite, Yusuf al Qaradawi, a déclaré que le jour viendra où, comme Constantinople, Rome sera islamisée.

  • C'est l'islam, pas le christianisme, qui sature aujourd'hui le paysage et l'imaginaire de l'Europe.

Des centaines de musulmans ont prié publiquement à côté du Colisée, à Rome, le 21 Octobre 2016. (Image source: Ruptly video screenshot)

Selon Steve Bannon, conseiller stratégique du président américain Trump, « l'Occident judéo-chrétien s'effondre, il est en train d'imploser. Il implose sous nos yeux. Et le choc sera énorme ».

L'impuissance et la fragilité de notre civilisation hantent nombre d'Européens.

Pour l'historien David Engels, l'Europe aura le destin de l'ancienne République romaine : la guerre civile. Partout, les signes de fracture sautent aux yeux. Les djihadistes s'attaquent aux libertés et aux démocraties laïques. La crainte envahit l'imaginaire collectif des Européens. Une enquête en ligne menée dans dix pays européens sur un panel de plus de 10.000 personnes a révélé une opposition croissante de la population à l'immigration musulmane. L'Institut royal des affaires internationales de Chatham House qui a mené l'enquête a souhaité savoir si « les mouvements migratoires en provenance de pays musulmans devaient être stoppés ». Tous pays confondus, la réponse a été positive à plus de 55% .

Continuer l'article

La France mène une guerre de Délégitimation contre Israël

par Yves Mamou  •  14 avril 2017

  • Outre l'étiquetage des produits alimentaires en provenance des implantations israéliennes, la France apporte un puissant soutien financier aux organisations qui prônent le boycott des produits israéliens.

La France, par la voix du ministre des affaires étrangères, affirme officiellement qu'elle milite pour une paix juste et des frontières sures et reconnues au plan international pour Israël. Mais en sous-main, la France finance des ONG ouvertement hostiles à l'Etat hébreu. (Photo): Le président François Hollande (droite) accueille le Premier ministre Israélien, Benjamin Netanyahu, à Paris le 11 janvier 2015. (Image source: Thierry Chesnot/Getty Images)

Officiellement, la France interdit toute forme de boycott contre Israël. En 2015, la Cour de cassation a confirmé une décision de 2013 de la cour d'appel de Colmar qui avait condamné 14 militants du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) à 28 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles et à une amende de 1 000 euros avec sursis pour chacun d'entre eux. Il leur était reproché d'avoir, en 2009 et en 2010, appelé au boycott des produits israéliens au magasin Carrefour d'Illzach, près de Mulhouse (Haut-Rhin).

Continuer l'article

Conflits Internes à la Maison Blanche sur l'Islam, l'Etat islamique, Israël et l'Iran

par Soeren Kern  •  12 avril 2017

  • La décision de remplacer le lieutenant-général Michael Flynn par le lieutenant-général Herbert Raymond « HR » McMaster au poste de conseiller à la sécurité nationale a enclenché une cascade d'autres nominations qui, loin d'assécher le marais, semblent au contraire le perpétuer.

  • Trump a décidé de conserver Yael Lempert au sein du National Security Council (NSC), une nomination déjà controversée à l'époque d'Obama. Lee Smith, un analyste, a révélé que, selon un ancien haut fonctionnaire de l'administration Clinton, Lempert « est considérée dans le domaine de la politique étrangère comme une gauchiste particulièrement hostile à Israël. »

  • Sahar Nowrouzzadeh, était, sous Obama, directeur du NSC-Iran ; il est maintenant responsable de la planification de la politique pour l'Iran et le golfe Persique au sein du Département d'Etat de Trump. Nowrouzzadeh s'est attelé principalement à négocier l'accord nucléaire avec l'Iran. Nowrouzzadeh était auparavant employé par le Conseil national irano-américain (NIAC), un lobby au service de la dictature islamique en Iran.

  • « En dépit du résultat des dernières élections, les personnes qui gèrent les éléments clés capables de peser sur ces conflits sont celles qui étaient aux commandes déjà sous Obama. Il ne serait pas étonnant que les résultats soient tout aussi catastrophiques. » - Lee Smith, analyste du Moyen-Orient.

Le président Donald Trump aux côtés du lieutenant-général Herbert Raymond « HR » McMaster, le 20 Février 2017. (Source de l'image: PBS Nouvelles capture d'écran vidéo)

Les personnes que le président américain Donald J. Trump a nommé à la direction de son équipe de politique étrangère risquent de lui rendre difficile l'accomplissement de sa promesse inaugurale d'éradiquer le « terrorisme islamique radical de la face de la Terre » - une tâche herculéenne, dans le meilleur des cas.

L'analyse des nominations qui ont eu lieu dans les différents organismes de l'appareil de sécurité nationale des États-Unis montre que les principaux membres de l'équipe de politique étrangère du président ont des opinions pour le moins très divergentes, tant sur la menace représentée par l'islam radical - que sur la nature de l'Islam lui-même. Ces nouveaux responsables sont également en désaccord sur la politique qui doit être menée vis-à-vis de l'Iran, du conflit israélo-arabe, de l'Union européenne, de la Russie, de la globalisation et d'autres questions liées à la sécurité nationale.

Continuer l'article

Europe : Lutter contre les « Fake News »

par Fjordman  •  9 avril 2017

  • Si les tendances démographiques actuelles se poursuivent, les Suédois « de souche » pourraient, en quelques décennies, se retrouver en position de peuple minoritaire dans leur propre pays.

  • Les ambulanciers suédois réclament des masques à gaz et des gilets pare-balles. Pour se protéger des attaques qui vont croissant, ils souhaitent un équipement similaire à celui utilisé en zone de guerre.

  • Le plus grand danger réside dans notre incapacité à regarder en face les problèmes qui minent les sociétés occidentales parce que les médias occidentaux refusent d'admettre qu'il y a un problème.

Voitures en feu à Stockholm pendant les émeutes du 20 février 2017. (Image source: YouTube/gladbecker82 video screenshot

En janvier 2015, le New York Times a nié l'existence de « no-go-zones » - des territoire qui échappent au contrôle de l'Etat et obéissent à la charia – contrôlées par divers groupes d'immigrants dans certaines zones urbaines de l'Europe occidentale. Le journal américain a qualifié l'auteur de ces lignes, ainsi que des écrivains comme Steven Emerson et Daniel Pipes de diffuseurs d'informations mensongères. L'article a été publié peu de temps après que des terroristes islamiques aient massacré la rédaction du magazine satirique Charlie Hebdo, à Paris, le 7 janvier 2015. D'autres médias à forte notoriété comme le magazine The Atlantic ont également démenti l'existence de no-go-zones.

Fox News a, - ce qui ne lui ressemble guère -, présenté ses excuses à l'antenne pour avoir permis à ses présentateurs et invités d'indiquer l'existence de « no-go-zones » islamiques dans des pays européens comme la Grande-Bretagne et la France.

Continuer l'article

Londonistan : 423 nouvelles Mosquées ; 500 fermetures d'églises

par Giulio Meotti  •  5 avril 2017

  • Les multiculturalistes britanniques alimentent le fondamentalisme islamique. Les musulmans n'ont pas besoin de devenir majoritaires au Royaume-Uni ; il leur suffit d'islamiser progressivement les villes les plus importantes. Le changement est déjà en cours.

  • L'establishment britanniques n'émet aucun frein à l'expansion de la charia. L'un des juges britanniques les plus réputés, Sir James Munby, a déclaré que le christianisme n'exerce plus aucune influence sur les tribunaux et que ces mêmes tribunaux se doivent d'être multiculturels, ce qui signifie plus islamiques. Rowan Williams, ancien archevêque de Canterbury, et Lord Phillips, juge en chef, ont également suggéré que le droit anglais « incorpore » des éléments de la charia.

  • Les universités britanniques se préparent l'avènement de la loi islamique. Certaines directives académiques comme celle sur les « Haut-parleurs externes dans les établissements d'enseignement supérieur », prévoient que « les groupes religieux orthodoxes » peuvent séparer les hommes et les femmes lors d'événements publics. A la Queen Mary University de Londres, les femmes ont dû utiliser une entrée séparée et ont été cantonnées dans une salle à part sans possibilité de poser des questions ou de lever la main, comme à Riyad ou Téhéran.

Le 6 Juillet 2016, des milliers de musulmans ont prié en plein air à Birmingham, en Angleterre,. (Source de l'image: Ruptly capture d'écran vidéo)

« Londres est plus islamique que de nombreux pays musulmans mis ensemble », a déclaré Maulana Syed Raza Rizvi, l'un des prédicateurs islamiques les plus en vue du « Londonistan », selon le terme utilisé par la journaliste Mélanie Phillips pour désigner la capitale britannique. Non, Rizvi n'a rien d'un extrémiste de droite. Wole Soyinka, lauréat du Prix Nobel de littérature, s'est montré moins généreux ; il a affirmé que le Royaume - Uni était devenu « un cloaque pour islamistes ».

« Les terroristes ne peuvent pas supporter le multiculturalisme de Londres », a déclaré Sadiq Khan, maire de Londres, après la meurtrière attaque terroriste de Westminster. Mais c'est le contraire qui est vrai : les multiculturalistes britanniques alimentent le fondamentalisme islamique. Par- dessus tout, le Londonistan, avec ses 423 nouvelles mosquées se bâtit aujourd'hui sur les tristes ruines du christianisme anglais.

Continuer l'article

Pour mener sa Guerre Culturelle, l'Islamisme investit la Puissante Industrie de la Beauté

par Shireen Qudosi  •  3 avril 2017

  • Les transformations du paysage politique (américain) n'ont rien changé à l'hostilité des musulmans occidentaux aux valeurs occidentales. Ils ont simplement investi un nouveau champ : la culture.

  • « La mode est l'un des outils possibles pour amorcer le changement culturel de la société d'aujourd'hui afin de normaliser le hijab en Amérique. » — Melanie Elturk, Président Directeur Général de Haute Hijab.

  • Positionnée au centre d'une campagne publicitaire, la belle Nura Afia est bien plus attractive et conviviale que Nihad Awad du CAIR ou que la politique complexe des Frères musulmans. Le visage a changé, mais le message lui, demeure identique.

  • On a là les deux faces de la pensée islamiste, l'une promeut le mythe de la paix, l'autre expulse les voix dissidentes en les taxant d'ignorantes, de racistes ou de sectaires. Parallèlement, CoverGirl et toutes les autres marques qui promeuvent le hijab comme un nouveau canon de beauté féminine, font l'impasse sur l'épouvantable origine du hijab.

A gauche : le burkini Paisley Print de Marks & Spencer. A droite: Une tenue de la ligne Hijab et Abaya de Dolce & Gabbana

Fin 2016, le monde entier était tenu en haleine par le résultat d'une élection présidentielle qui s'énonçait comme un authentique choix de société : soit le statu quo (Clinton) soit une lutte résolue contre l'islam radical (Trump). Mais pour de nombreux musulmans, un troisième choix s'est avéré possible. Sans se laisser entamer par les versatiles marées électorales ni les modifications du paysage politique, les musulmans hostiles aux valeurs occidentales ont tout simplement investi un nouveau champ d'action : la culture.

En 2016, la marque de haute couture Dolce et Gabbana a lancé une ligne de Hijabs et Abayas. Quelques mois plus tard, la Fashion Week de New-York, la Mecque de la mode, a accueilli le premier défilé de mannequins entièrement vêtus de hijabs.

L'idéologie islamiste utilise désormais la culture occidentale pour vééhiculer les valeurs islamistes dans les milieux les plus en vue de la société : la mode et la beauté.

Continuer l'article

Les Néerlandais Protégeront-ils leur « Décadence » des « Rédempteurs » islamiques ?

par Giulio Meotti  •  22 mars 2017

  • « Erasme... a trouvé refuge en Hollande parce qu'on y protégeait la liberté de pensée. » - Han ten Broeke, candidat au poste de ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement du Premier ministre Mark Rutte.

  • Les suprémacistes islamiques des Pays-Bas se considèrent comme des rédempteurs qui sauveront l'Occident d'une « décadence » à la Pim Fortuyn : drogue, prostitution, style de vie gay, presse blasphématoire. Mais l'establishment Néerlandais est-il encore capable de défendre ces libertés ?

  • On peut être gay, décadent et prêt à défendre ses libertés. Si on est seulement gay et décadent, on est fichu.

Les Pays Bas ont déjà subi deux assassinats politiques en lien avec l'islam : le politicien Pim Fortuyn (gauche), et le cinéaste, Theo van Gogh (droite). (Image sources: Van Gogh - Wikimedia Commons; Fortuyn - Forza! Nederland video screenshot)

Les élections nationales viennent de s'achever aux Pays-Bas. Une campagne autrement plus importante démarre maintenant : qui va défendre ces libertés qui ont fait la réputation des Pays Bas ?

Continuer l'article

France: la Déradicalisation des Djihadistes est un « Fiasco »

par Soeren Kern  •  21 mars 2017

  • Le rapport laisse entendre que la déradicalisation, dans des centres spécialisés ou en prison, ne fonctionne pas parce que la plupart des islamistes radicaux ne veulent pas être déradicalisés.

  • Sur les 8.250 islamistes inconditionnels que compte environ la France, 17 demandes d'admission seulement ont été présentées. Neuf personnes seulement ont démarré le programme, mais pas un seul n'a été au terme des dix mois.

  • Séparer les islamistes des autres prisonniers n'a fait que les rendre plus violents en raison de l' « effet de groupe » a indiqué le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas.

  • « Une déradicalisation ne se produit pas en six mois. Ces personnes, auxquelles on n'a pas donné d'idéal et qui se sont accrochées à l'idéologie de Daech, ne vont pas s'en défaire comme ça. Il n'y a pas de sésame. » — Esther Benbassa, Sénatrice.

  • « Le programme de déradicalisation est un fiasco total. Tout doit être repensé et repensé à partir de zéro. » — Le sénateur Philippe Bas, président de la commission des lois qui a commandé le rapport.

Le Château de Pontourny « Centre de prévention, d'insertion et de citoyenneté », en France. (Image source: 28 minutes - ARTE video screenshot)

Le programme phare du gouvernement français sur la déradicalisation des djihadistes est un « fiasco total » et doit être « complètement repensé », indiquent les premières conclusions d'une commission d'enquête sénatoriale sur la déradicalisation.

Selon le rapport préliminaire, le gouvernement français n'a aucun résultat tangible à présenter au regard des dizaines de millions d'euros d'argent public engagés ces dernières années dans la lutte contre une radicalisation islamique qui a tué 238 personnes depuis Janvier 2015. Le rapport laisse entendre que la déradicalisation, en centres spécialisés ou en prison, ne fonctionne pas parce que la plupart des islamistes radicaux ne veulent pas être déradicalisés.

Continuer l'article

Les Djihadistes vivent des Prestations Sociales d'une Europe qu'ils aspirent à détruire

par Giulio Meotti  •  17 mars 2017

  • L'histoire d'Al Harith révèle la profondeur d'un des plus gros scandales européens : les djihadistes utilisent les aides liées au système de protection sociale pour financer leur « guerre sainte ».

  • L'Europe leur a tout donné : emploi, logement, aide sociale, allocations familiales, assurance chômage, prestations d'invalidité, aide financière d'urgence. Mais les extrémistes musulmans considèrent ce « Dependistan », - comme Mark Steyn appelle l'État-providence-, non comme un signe de générosité, mais comme une faiblesse. Ils trouvent juste que l'Europe contribue à sa propre destruction.

  • Pétris de certitude religieuse et de haine idéologique à l'égard de l'Occident, dispensés de l'obligation de s'assimiler aux valeurs et normes qui ont cours en Europe, nombre de musulmans européens se perçoivent comme les outils de destruction d'une civilisation épuisée.

  • Les politiques publiques devraient se donner pour objectif de sortir les gens de l'aide sociale - souvent considérée comme un frein à la recherche d'emploi – pour les guider vers plus de responsabilité individuelle. Des limites légales devraient être instituées à l'octroi des aides sociales : achat de drogues illicites, jeu, terrorisme ou, comme la liberté d'expression est limitée en Europe, incitation au terrorisme. Il est possible de créer et affiner une telle liste. Le non-respect de ces limites pourrait entraîner la perte des avantages sociaux. Cela contribuerait à lutter contre la ghettoïsation et l'islamisation des musulmans d'Europe. Le cycle de l'aide sociale et du djihad doit être stoppé.

Muhammad Shamsuddin, un islamiste londonien de 39 ans, a été filmé dans un documentaire intitulé « Les Djihadistes du coin de la rue ». Shamsuddin, divorcé et père de cinq enfants vit des aides publiques et affirme qu'il est dans l'incapacité de travailler en raison d'un « syndrome de fatigue chronique ». Il a été filmé en train de prêcher la haine contre les non-musulmans dans les rues en Grande Bretagne. (Image source: Channel 4 video screenshot)

Il y a quatre ans, le journal libéral britannique, The Guardian, a publié un article sur les « survivants de Guantanamo ». Cette enquête sur les « victimes de cette « icône de l'arbitraire » américain », accordait une importance particulière aux « survivants britanniques de ce centre de détention surnommé le « goulag de notre temps ». La photo de Jamal al Harith illustrait l'article principal du dossier.

Continuer l'article

La France dans la spirale de la mort

par Guy Millière  •  14 mars 2017

  • En 1990, la « loi Gayssot » a été adoptée, stipulant que « toute discrimination fondée sur l'appartenance ethnique, la nationalité, la race ou la religion est interdite ». Depuis lors, la loi a été utilisée pour criminaliser toute critique de la délinquance arabe et africaine, toute question sur l'immigration venue du monde musulman, toute analyse négative de l'islam. De nombreux auteurs ont été condamnés à une amende, et la plupart des livres « politiquement incorrects » sur ces sujets ont disparu des librairies.

  • Le gouvernement français a demandé aux médias d'obéir strictement à la « loi Gayssot ». Il a également demandé que les manuels d'histoire soient réécrits pour inclure des chapitres sur les crimes commis par l'Occident contre les Musulmans et sur la « contribution essentielle » de l'islam à l'humanité. Tous les manuels d'histoire sont « islamiquement corrects ».

  • Dans les hôpitaux, des Musulmans demandent de plus en plus à être traités par des médecins musulmans, et refusent que leurs épouses soient examinées par des médecins de sexe masculin.

Des policiers sont en observation tandis qu'une voiture, qui a été détruite par les émeutiers dans une banlieue de Paris, est enlevée, le 13 février 2017. (Source de l'image: capture d'écran d'une vidéo Ruptly)

2 février 2017: Une zone de non droit dans la banlieue Est de Paris. Des policiers en patrouille entendent des cris. Ils décident d'intervenir. Un jeune homme les insulte. Ils décident de l'arrêter. Il les frappe. Un combat a lieu. Le jeune homme accuse un policier de l'avoir violé avec une matraque. Une enquête policière établit rapidement que le jeune homme n'a sans doute pas été violé. Mais c'est trop tard. Un processus toxique s'est enclenché.

Sans attendre de preuves, le Ministre de l'Intérieur dit que les policiers se sont « mal comportés ». Il ajoute que « l'inconduite de la police doit être condamnée ». Le Président français François Hollande se rend à l'hôpital pour apporter son soutien au jeune homme, et dit que celui-ci s'est conduit d'une manière « digne et responsable ». Le lendemain, une manifestation contre la police est organisée. La manifestation se transforme en émeute.

Continuer l'article

L'Occident se Soumet aux Lois sur le Blasphème
Retour au Moyen Age !

par Judith Bergman  •  10 mars 2017

  • « Que l'islamophobie soit condamnée n'est pas une fin en soi ; plutôt un commencement ... » - Samer Majzoub, Forum musulman canadien proche des Frères musulmans.

  • La motion ne propose aucune définition, ni aucunes statistiques qui étayerait l'affirmation que l'« islamophobie » est un problème au Canada.

  • Personne n'a été choqué que la première motion condamnant l'islamophobie soit si rapidement suivie d'une nouvelle motion demandant des mesures gouvernementales concrètes.

L'Occident a commencé de se soumettre aux lois contre le blasphème.

Le Danemark, par exemple, vient de décider d'exhumer une poussiéreuse disposition anti blasphème. Cette disposition était certes présente dans le code pénal danois, mais n'a été utilisée que trois fois. La dernière fois remonte à 1971, soit près d'un demi-siècle. Le Procureur général du Danemark l'a réactivée pour poursuivre un homme accusé d'avoir brûlé un Coran.

En Occident, la pénalisation du blasphème est considérée depuis plusieurs siècles comme une relique du passé. Dans une société majoritairement athée, peu de gens s'offusquent de réflexions ou d'actes blasphématoires. Les chrétiens ne sortent plus leurs fusils ou leurs couteaux pour punir de présumés blasphémateurs, et les éditeurs ne se formalisent pas d'"offenser" les chrétiens.

Continuer l'article

Scandinavie: Citadelle Occidentale de l'Antisémitisme

par Giulio Meotti  •  2 mars 2017

  • La haine d'Israël, authentique obsession scandinave, a relancé le glorieux partenariat entre les « idiots utiles » de gauche – ceux uniquement préoccupés par les problèmes d'égalité et de droits des minorités - et les islamistes, ceux uniquement préoccupés par le désir de soumettre et tuer les « infidèles ».

  • Bien que les Juifs ne représentent en Norvège que 0,003 pour cent de la population totale, Oslo est aujourd'hui la capitale mondiale de l'antisémitisme européen. Les journaux norvégiens regorgent des classiques clichés de l'antisémitisme.

  • Un festival d'Oslo a ainsi rejeté le documentaire, « The Other Dreamers » sur la vie des enfants handicapés, au prétexte qu'il était israélien. « Nous soutenons le boycott universitaire et culturel d'Israël », a écrit Ketil Magnussen, fondateur du festival.

  • Le même racisme existe en Suède. Dagens Nyheter, le plus intellectuel des journaux suédois, a publié une tribune violemment antisémite intitulée « Il est permis de haïr les Juifs ».

  • Margot Wallström, ministre des Affaires étrangères de la Suède, pense-t-elle vraiment que pour vaincre l'agression islamique, Israël doit cesser de se défendre ? La situation des Palestiniens est en effet désespérée : ils ont joui d'une pleine autonomie pendant des décennies, et le désespoir de leur situation ne peut être imputé qu'à des dirigeants corrompus qui ont délibérément maintenu leur peuple dans la misère pour mieux rejeter la faute sur Israël. Les dirigeants palestiniens ont agi comme ces parents qui mutilent leurs enfants pour en faire de « meilleurs » mendiants.

  • Le quotidien nazi Der Stürmer n'aurait pas mieux dessiné.

En janvier 2009, la populace arabe de Malmö a agressé des manifestants juifs avec des bouteilles, des œufs et des grenades fumigènes. La police a repoussé les juifs qui avaient le droit de manifester dans une contre allée.

Le 12 Janvier, le journal norvégien Aftenposten a publié un article sur Jared Kushner, le gendre du président américain Donald Trump et son conseiller principal : Aftenposten a écrit : « le Juif Kushner aurait milité pour la nomination de David M. Friedman au poste d'ambassadeur en Israël ». Le journal a par la suite présenté ses excuses pour avoir appelé Kushner « le juif ».

Quelques semaines auparavant, le conseil municipal de Trondheim, troisième ville de Norvège, a adopté une motion demandant à ses habitants de boycotter les produits israéliens – Trondheim, est une ville qui aspire à être « délivrée d'Israël ». Peu après, le conseil municipal d'une autre ville norvégienne, Tromso, 72.000 habitants, a adopté une motion semblable. Un sondage a révélé que plus de 40% des Norvégiens boycottent déjà les produits israéliens ou sont en faveur du boycott.

Continuer l'article

Le bel Avenir Démographique de l'Islam en France

par Yves Mamou  •  28 février 2017

  • La population musulmane de France pourrait rapidement atteindre 15-17 millions de personnes, mais seule une modification de la loi interdisant la collecte officielle des données ethniques permettrait de préciser ce chiffre.

  • Les données sur les immigrants actuels ne tiennent pas compte de la population musulmane qui a immigré en France en provenance d'Afrique du Nord dans les années 1960 et au début des années 1970. Combien étaient-ils ? Un million ? Deux ? Personne ne sait exactement. Pour les démographes, les petits-enfants et arrière-petits-enfants de ces immigrants ne sont plus considérés comme des immigrants. Ces musulmans demeurent sous le radar des statistiques.

L'étude de l'Insee « Etre né en France d'un parent immigré », publiée en février 2017 permet d'entre-apercevoir la réalité démographique ethnique de la France.

De temps en temps, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) fournit un aperçu de la composition ethnique de la société française. L'étude « Etre né en France d'un parent immigré », publiée en février 2017, est l'un de ces aperçus.

Comme chaque fois lorsqu'il s'agit d'immigration, l'étude Insee ne propose qu'une vue partielle qui laisse sur sa faim. Une brochette de chiffres qui répondrait à l'éternelle question (que personne n'ose jamais réellement poser de crainte de commettre un délit) - combien-y-a-t-il de musulmans en France? - serait perçue comme discriminatoire et scandaleuse.

Continuer l'article