Derniers commentaires et analyses

Le bel Avenir Démographique de l'Islam en France

par Yves Mamou  •  28 février 2017

  • La population musulmane de France pourrait rapidement atteindre 15-17 millions de personnes, mais seule une modification de la loi interdisant la collecte officielle des données ethniques permettrait de préciser ce chiffre.

  • Les données sur les immigrants actuels ne tiennent pas compte de la population musulmane qui a immigré en France en provenance d'Afrique du Nord dans les années 1960 et au début des années 1970. Combien étaient-ils ? Un million ? Deux ? Personne ne sait exactement. Pour les démographes, les petits-enfants et arrière-petits-enfants de ces immigrants ne sont plus considérés comme des immigrants. Ces musulmans demeurent sous le radar des statistiques.

L'étude de l'Insee « Etre né en France d'un parent immigré », publiée en février 2017 permet d'entre-apercevoir la réalité démographique ethnique de la France.

De temps en temps, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) fournit un aperçu de la composition ethnique de la société française. L'étude « Etre né en France d'un parent immigré », publiée en février 2017, est l'un de ces aperçus.

Comme chaque fois lorsqu'il s'agit d'immigration, l'étude Insee ne propose qu'une vue partielle qui laisse sur sa faim. Une brochette de chiffres qui répondrait à l'éternelle question (que personne n'ose jamais réellement poser de crainte de commettre un délit) - combien-y-a-t-il de musulmans en France? - serait perçue comme discriminatoire et scandaleuse.

Continuer l'article

Turquie: Purge Record à l'Université

par Burak Bekdil  •  20 février 2017

  • En 2016, la Turquie s'est classée en tête des pays qui ont le plus massivement attenté aux libertés sur une liste de 195 pays, indique Freedom House.

  • La purge orchestrée par Erdogan au sein du monde académique est 38 fois plus importante que celle organisée par les généraux après le coup d'Etat militaire de 1980.

  • Selon les données compilées par Turkey Purge (Purge Turque), PEN International, le Comité pour la protection des journalistes et le Centre de Stockholm pour les libertés, 128 398 personnes ont été licenciées, et 91.658 autres sont détenues.

  • Pire, ni les universitaires purgés, ni leurs étudiants n'ont été autorisés à manifester pacifiquement. Toute tentative d'élever une protestation comme ce fut le cas le 10 février dernier à l'École des sciences politiques d'Ankara se heurte à un mur de policiers et finit écrasée.

  • Toutes les libertés vous sont autorisées pour autant que vous êtes un islamiste pro-Erdogan.

« Le professeur Yuksel Taskin, d'un département de journalisme à Istanbul, a tweeté : « Il s'agit d'un « nettoyage » politique pur et simple. Mais ma conscience est claire. Que mes élèves le sachent jamais, jamais je n'irai me prosterner... ! » (Image source: Hakan YÜCEL video screenshot)

Près de trois siècles plus tard – en paraphrasant à peine la célèbre remarque de l'historien Shelby Foote - « une université turque, ces jours -ci, est un ensemble de bâtiments regroupés autour d'une petite bibliothèque, d'une mosquée et de salles de cours nettoyées de tous les enseignants indésirables. »

La « Grande Purge turque » initiée par le gouvernement autocratique islamiste du président Recep Tayyip Erdogan à la suite du coup d'Etat manqué de juillet 2016 a surpris par son ampleur. Mais il ne fallait pas s'étonner. Le putsch manqué a donné au gouvernement Erdogan une occasion en or pour justifier sa répression contre toutes les formes de dissidence. Il ne faut pas s'étonner qu'Erdogan, le soir même du putsch, ait déclaré : « Cette [tentative de coup d' Etat] est un don de Dieu ».

Continuer l'article

De la Définition de la Religion

par Nonie Darwish  •  17 février 2017

  • Ce que ne comprend pas l'Occident, c'est que l'islam admet que le contrôle du gouvernement a une place centrale en islam et que les musulmans doivent, tôt ou tard, exiger de vivre sous un gouvernement islamique.

  • La plupart des gens dans le monde ne comprennent pas qu'une grande partie des médias américains a lancé une guerre de propagande contre l'Administration Trump, tout simplement parce qu'il désigne le djihad islamique et préférerait que ce soit une Amérique forte et prospère qui soit le chef de file mondial plutôt que de voir une dictature, laïque ou théocratique, jouer ce rôle.

  • L'islam affirme être une religion abrahamique mais, en réalité, l'islam est apparu six cents ans après le Christ, non pas pour soutenir la Bible mais pour la discréditer, non pas pour coexister avec les « peuples du livre », les juifs et les chrétiens, mais pour les remplacer, après après les avoir accusés de falsifier délibérément la Bible.

  • L'islam a été créé en tant que rébellion contre la Bible et ses valeurs et il compte sur des mesures gouvernementales pour ce faire.

  • L'islam politique et légal (la charia) est bien plus qu'une religion. Le premier amendement est-il un pacte suicidaire ?

(Source de l'image : Brent Payne/Flickr)

Le Représentant démocrate (Minnesota) Keith Ellison a déclaré que l'interdiction de quatre-vingt dix jours pour une immigration venant de sept pays à majorité musulmane, par le Président Donald Trump, est « une interdiction fondée sur la religion » et que « s'ils peuvent interdire les musulmans, pourquoi ne pourraient-ils pas interdire les mormons. » Ce qui est devenu la position du parti Démocrate et des principaux médias et a non seulement influencé le public américain mais a aussi convaincu la plus grande du monde que l'Amérique est « mauvaise ». Comment pouvons-nous blâmer le monde et même une grande partie des citoyens américains de haïr l'Amérique quand de telles accusations fallacieuses et mensongères sont diffusées dans le monde par des responsables américains et passent sur des chaînes de télévision américaines ?

Continuer l'article

L'Avenir Démographique Musulman de l'Allemagne

par Soeren Kern  •  10 février 2017

  • Les détracteurs de la politique d'immigration dite de la porte ouverte en Allemagne ont lancé une alerte : l'afflux de musulmans – plus de six millions en 2016 pour la première fois – a modifié la face du pays à jamais.

  • Pour inverser le déclin démographique de l'Allemagne, le prix à payer semble être l'islamisation du pays sous couvert de multiculturalisme.

  • Avec un taux de fécondité de 1,6 enfant par femme, bien inférieur au taux de remplacement (2,1), l'Allemagne aura besoin de 300.000 migrants par an pour stabiliser sa population au niveau actuel d'ici 2060, indique le rapport.

  • « Nous importons l'extrémisme islamique, l'antisémitisme arabe, les conflits d'autres peuples, ainsi qu'une perception différente de la société et du droit. Les services de sécurité allemands sont incapables de faire face à ces problèmes de sécurité importés aussi bien qu'aux réactions en retour de la population allemande. » – Fuite d'un rapport des services de renseignement.

  • Il y a un peu plus d'une décennie, l'historien Bernard Lewis avait prédit que si les tendances migratoires actuelles se poursuivaient, l'Europe serait islamisée d'ici la fin du 21e siècle. Les élites politiques de l'Allemagne sont à l'avant-garde de la réalisation de cette prédiction.

Entreposer l'ancien, faire place au nouveau...

L'Allemagne devra absorber 300.000 migrants par an au cours des 40 prochaines années si elle souhaite enrayer le déclin de la population, indique un rapport gouvernemental qui a fuité dans la presse.

Ce document, dont les principaux éléments ont été publiés par le Rheinische Post du 1er février 2017, révèle que le gouvernement allemand table sur une immigration de masse permanente - vraisemblablement en provenance d' Afrique, d' Asie et du Moyen-Orient - pour maintenir la population allemande à sa taille actuelle (82,8 millions) jusqu'en 2060.

Le rapport explique que la décision de la chancelière Angela Merkel d'accueillir 1,5 million de migrants, musulmans pour la plupart, entre 2015 et 2016 n'a pas été un beau geste humanitaire, mais une initiative calculée pour conjurer le déclin démographique de l'Allemagne et préserver l'Etat providence allemand.

Continuer l'article

Le Québec ou la crise de l'Occident

par Giulio Meotti  •  9 février 2017

  • Le Québec, comme le reste du monde occidental est confronté à une crise existentielle démographique et religieuse.

  • La spirale de mort dans laquelle s'enfonce le Québec est explicitement liée aux appels à une immigration plus forte encore. Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, a mis fin à la campagne militaire contre l'État islamique et a lancé un appel aux migrants musulmans à s'installer dans son pays.

  • Pallier le dramatique effondrement du christianisme au Québec ne passe pas nécessairement par un retour au bon vieux catholicisme d'antan, mais plus certainement par une saine redécouverte de ce qu'une démocratie occidentale doit et devrait être. Cela inclut une réappréciation de son identité occidentale et des valeurs judéo-chrétiennes qui la fondent – ce que le gouvernement Trudeau et une grande partie de l'Europe se refuse apparemment à accepter.

L'église Saint-Jude de Montréal est devenue le « Spa Saint-Jude » pour les « adorateurs du bien-être, » avec ses engins de training, ses cocktails branchés et ses bancs en forme de crucifix construits sur mesure pour les vestiaires. (Image source: Montreal.TV video screenshot)

Bienvenue dans ce Québec qui garde la saveur d'une ancienne province française, avec ses magnifiques paysages, ses rues au nom de saints catholiques, mais où un homme en armes vient d'assassiner six personnes dans une mosquée de quartier.

La violence peut surgir de convulsions sociétales, comme l'a montré le massacre qui a eu lieu sur l'île d'Utoya en 2011, dans une Norvège fière de sa laïcité et de son intégration à la « bonne société » mondiale. Le Québec, comme le reste du monde occidental, est confronté à une crise démographique et religieuse existentielle.

George Weigel, dans le magazine américain First Things a parlé du Québec comme d'un « espace vidé de son catholicisme ». Il a ajouté : « au Québec rien n'est plus desséché que la religion. Du Pôle Nord à la Terre de Feu, c'est l'endroit le plus déserté qui soit par la religion ».

Continuer l'article

Le Fort de la Torture des Palestiniens

par Khaled Abu Toameh  •  6 février 2017

  • Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui commettent ces violences, ce qui est rapporté laisse les journalistes indifférents.

  • Le Hamas est un mouvement extrémiste islamiste qui ne se considère pas tenu de respecter les lois et traités internationaux concernant les droits humains élémentaires. En fait, le concept des droits de l'homme n'existe tout simplement pas sous le règne du Hamas dans la bande de Gaza où les libertés publiques, y compris la liberté d'expression et de la presse sont inexistantes.

  • En 2013, on rapporte que deux détenus palestiniens sont morts sous la torture dans la prison centrale de Jéricho.

  • Une organisation des droits de l'homme basée à Londres a rapporté trois mille cent soixante-quinze cas de violations des droits de l'homme, détentions arbitraires y compris, par les forces de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie en 2016. Parmi ceux qui ont été détenus, des étudiants et des enseignants à l'université, ou des professeurs d'école également. Au cours de cette même année, les forces de l'Autorité palestinienne ont aussi détenu vingt-sept journalistes palestiniens.

  • Malheureusement pour eux, ce n'est pas dans une prison israélienne qu'ils font une grève de la faim, là où de telles actions attirent immédiatement l'intérêt des grands médias.

  • Nombreux sont ceux qui sont prêts à raconter leur histoire. Mais qui est prêt à les écouter ? Pas les gouvernements occidentaux,ni les organisations des droits de l'homme ni les journalistes. La plupart d'entre eux cherchent le mal en Israël et en Israël seulement.

Un policier de l'Autorité palestinienne attaque des manifestants. ( Source de la photo : Page Facebook de « Palestiniens pour la Dignité »)

Pendant que Mahmoud Abbas, Président de l'Autorité palestinienne, et ses acolytes s'affairaient ces deux dernières semaines à lancer des avertissements au Président Trump le mettant en garde contre le transfert de l'ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, des rapports concernant les conditions inhumaines et les violations des droits de l'homme dans une prison palestinienne de Cisjordanie ont refait surface.

Cependant ces rapports ont été enterrés, avec les maltraitances, pour laisser l'attention se tourner vers les discours contre l'administration Trump. Le moindre mot prononcé par Abbas et des responsables de l'Autorité palestinienne concernant le possible transfert de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem faisait les gros titres des principaux journaux et chaînes de télévision partout dans le monde.

Continuer l'article

La Nouvelle Inquisition Française
Les Organisations Antiracistes contre la Liberté d'Expression

par Yves Mamou  •  5 février 2017

  • « C'est une honte que de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l'antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère. » — George Bensoussan, historien, accusé de racisme.

  • « Des parents à leurs enfants... quand ils veulent les réprimander, il suffit de les traiter de juifs. Bon. Mais ça, toutes les familles arabes le savent. C'est une hypocrisie monumentale de ne pas voir que cet antisémitisme, il est d'abord domestique. » — Smaïn Laacher, professeur de sociologie à l'Université de Strasbourg. N'a pas été accusé de racisme.

  • La chasse aux sorcières contre Bensoussan est symptomatique de l'état des libertés en France. L'intimidation intellectuelle est en train de tuer le débat et la liberté d'expression. Des procès sont engagés contre quiconque ose affirmer que les musulmans ne sont pas les seules victimes du racisme en France.

  • En décembre 2016, Pascal Bruckner, écrivain et philosophe, a également été trainé en justice pour avoir dit en 2015, sur Arte : « qu'il fallait ouvrir le dossier des collabos des assassins de Charlie ». Et il a nommément cité des personnes qui selon, lui avaient instillé un climat de haine contre Charlie.

  • Les musulmans, et plus spécialement les jeunes musulmans, sont présentés comme la nouvelle classe laborieuse révolutionnaire. Peu importe que la plupart ne travaillent pas : ce sont des « victimes ».

  • « La vigilance antiraciste est devenue un bâillon... Les associations antiracistes sont dans le déni du racisme musulman » - Alain Finkielkraut, philosophe et académicien.

Georges Bensoussan, historien juif d'origine marocaine, spécialiste de l'histoire des juifs dans les pays arabes. (Image source: Jusqu'au dernier video screenshot)

Une importante ligne rouge a été franchie en France. En dhimmis consentants, dans un mouvement qui rappelle à la fois l'Inquisition et le procès Dreyfus, toutes les soi-disant organisations « antiracistes » de France ont mené le djihad contre la liberté d'expression et contre la vérité.

Le 25 Janvier 2017, les organisations « antiracistes » de France - toutes, même la LICRA juive (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) – se sont portées partie civile aux côtés de l'islamiste CCIF (Collectif contre l'islamophobie) contre Georges Bensoussan, un historien Français juif d'origine marocaine, réputé dans les milieux académiques pour ses importants travaux sur l'histoire des juifs dans les pays arabes.

Non seulement les islamistes du CCIF et les juifs de la LICRA se sont unis contre Georges Bensoussan, mais aussi la Ligue des droits de l'homme, SOS Racisme et le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié avec les peuples).

Continuer l'article

L'Allemagne a minimisé la Menace des Djihadistes Infiltrés parmi les Migrants

par Soeren Kern  •  31 janvier 2017

  • Plus de 400 migrants entrés en Allemagne en tant que demandeurs d'asile en 2015 et 2016 font l'objet d'une enquête en raison de leurs liens avec le terrorisme islamique, a indiqué la police criminelle fédérale.

  • Les erreurs accumulées par l'Allemagne dans la gestion du risque posé par les djihadistes infiltrés parmi les migrants est un cas d'école dont les autres pays feraient bien de s'inspirer. Les autorités allemandes ont permis à des centaines de milliers de migrants d'entrer en Allemagne, sans contrôle de sécurité, alors que nombre d'entre eux étaient démunis de papiers. Les autorités allemandes ont reconnu avoir perdu la trace de 130.000 migrants entrés dans le pays en 2015.

  • Les autorités allemandes savaient dès le début de l'année 2015, que Walid Salihi, un syrien âgé de 18 ans, demandeur d'asile en 2014, avait été recruté par l'Etat islamique au centre d'accueil de Recklinghausen. Mais ils n'ont rien fait.

  • Anis Amri, le djihadiste tunisien qui a attaqué le marché de Noël de Berlin, a obtenu des prestations sociales de différentes municipalités en utilisant pas moins de 14 identités différentes.

  • « Nous avons probablement mal évalué la manière de penser des djihadistes de l'Etat islamique et aussi sous-estimé leur capacité de nuisance. » - Rudolf van Hüllen, politologue.

Le 19 juillet, un demandeur d'asile afghan de 17 ans, brandissant une hache et hurlant « Allahu Akbar » a grièvement blessé cinq personnes dans un train à Wurtzbourg. On le voit à gauche dans une vidéo de l'Etat islamique clamant « au nom d'Allah, je suis un soldat du Califat et je vais lancer une opération martyr en Allemagne... Je vous tuerai dans vos maisons et dans vos rues ». A droite, le corps du terroriste est emmené du lieu où il a été abattu. Il avait chargé la police avec une hache.

Les dirigeants politiques allemands et les responsables de la sécurité nationale étaient parfaitement informés que des djihadistes de l'Etat islamique s'infiltreraient en Europe dans le flot des migrants. Mais ils n'ont eu d'en cesse de minimiser la menace, sans doute pour éviter d'alimenter les sentiments anti-immigration au sein de la population allemande, a indiqué un reportage de la télévision publique allemande.

Dès mars à 2015 – soit six mois avant que la chancelière Angela Merkel ouvre les frontières allemandes à plus d'un million de migrants du monde musulman - les responsables allemands savaient que les djihadistes se dissimuleraient dans le flot des réfugiés, a révélé le Rapport de Munich (Rapport München), un programme de journalisme d'investigation diffusé le 17 Janvier sur la chaîne publique ARD.

Continuer l'article

Palestiniens de Syrie : une Année de Meurtres et de Tortures

par Khaled Abu Toameh  •  30 janvier 2017

  • Selon les rapports, les autorités syriennes retiennent les corps de plus de 456 Palestiniens morts sous la torture en prison. Personne ne sait exactement où ces corps sont détenus, ni pourquoi les autorités syriennes refusent de les remettre à leurs familles.

  • Les grands médias semblent avoir choisi de fermer les yeux sur le sort des Palestiniens qui résident en pays arabe. Cette dérobade nuit d'abord et avant tout aux Palestiniens eux-mêmes et permet aux gouvernements arabes de poursuivre leurs persécutions et leurs politiques de répression.

  • Reste à voir si le Conseil de sécurité des Nations Unies bouleversera son agenda pour tenir une session d'urgence à propos de la campagne meurtrière que subissent les Palestiniens en Syrie. Peut-être, alors, « la construction de colonies » passera-t-elle au second rang des sujets dignes de l'opprobre international.

Palestiniens fuyant le camp de Yarmouk, près de Damas, après les durs combats de septembre 2015. (Image source: RT video screenshot)

2016 aura été une année difficile pour les Palestiniens. Pas seulement pour les Palestiniens qui vivent en Cisjordanie sous le régime de l'Autorité palestinienne (AP), ou à Gaza sous le Hamas. Mais pour les Palestiniens de Syrie aussi.

Quand les Occidentaux entendent parler de la « situation » et de la « souffrance » des Palestiniens, ils en concluent instantanément que ce discours vise les populations de Cisjordanie ou de la bande de Gaza. Les membres de la communauté internationale entendent peu parler de ce qui arrive aux Palestiniens vivant dans les pays arabes. Sans doute parce qu'il est difficile d'imputer leur misère à Israël.

La communauté internationale et les journalistes des grands médias occidentaux ne connaissent que les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza. Déjà, la vie sous l'Autorité palestinienne et le Hamas n'a rien d'une sinécure, et ce fait gênant sonne désagréablement aux oreilles des journalistes occidentaux et des organisations humanitaires.

Continuer l'article

Les Yézidis sont vendues comme esclaves sexuelles, mais les Femmes défilent contre Trump

par Uzay Bulut  •  27 janvier 2017

  • Certaines filles Yézidi ont été « vendues » pour quelques paquets de cigarettes.

  • « Certaines de ces femmes et jeunes filles ont dû regarder des fillettes âgées de 7, 8 et 9 ans, saigner à mort sous leurs yeux, après avoir été violées plusieurs fois par jour par des miliciens de l'Etat islamique (ISIS). Ces mêmes miliciens ont brûlé vives de nombreuses filles yézidis qui avaient refusé de convertir ... Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas musulmans ... ? » — Mirza Ismail, président de l'Organisation des droits de l'homme yézidi à l'international.

  • « Nous sommes face à un génocide contre les femmes. » — Zeynep Kaya Cavus, leader du mouvement Alevi.

  • Malheureusement, nombre d'organisatrices et participantes de la « Marche des Femmes » à Washington ont pris le parti d'ignorer les femmes torturées et exterminées par les terroristes islamistes et qui, dans d'autres parties du monde, sont privées d'éducation et n'ont pas le droit de quitter la maison sans l'autorisation d'un homme.

  • On aurait aimé que ces femmes soient assez motivées pour protester autant contre l'esclavage, le viol et la torture des femmes et des enfants Yézidi, que contre le coût des serviettes hygiéniques.

Pendant que l'actrice Ashley Judd se plaignait à « La Marche des Femmes » de Washington DC des taxes sur « les serviettes hygiéniques alors que le Viagra et le Rogaine (médicament contre la chute des cheveux) en sont exempts », des milliers d'enfants et de femmes Yézidi aux mains de l'Etat islamique étaient contraintes à l'esclavage sexuel en Irak et en Syrie.

Le 21 janvier, un certain nombre de groupes de défense des droits des femmes ont organisé des « Marches de femmes » dans de nombreuses villes aux États-Unis et dans le monde entier. Ces rassemblements ont principalement ciblé le nouveau président américain Donald Trump.

Il y a eu de nombreuses oratrices et participantes. L'une d'elles, l'actrice Ashley Judd, a lu un poème à Washington DC qui demandait pourquoi « les serviettes hygiéniques sont taxées alors que le Viagra et le Rogaine (médicament contre la chute des cheveux) ne le sont pas ».

Pendant que Mme Judd évoquait la tragédie qui la dévastait, des milliers de femmes et d'enfants Yézidis, prisonnières de l'Etat islamique, étaient contraintes à l'esclavage sexuel en Irak et en Syrie (ISIS) et étaient échangées ou vendues sur divers marchés d'esclaves sexuelles.

Continuer l'article

Trump dope le Mouvement Anti-Establishment en Europe
« Cette année sera l'année du peuple »

par Soeren Kern  •  25 janvier 2017

  • « Le génie ne retournera pas dans la bouteille, que cela vous plaise ou non. » - Geert Wilders, député et chef du Parti pour la liberté, Pays-Bas.

  • Un nombre croissant d'Européens se rebelle contre des décennies de multiculturalisme imposé par les gouvernements, les codes du politiquement correct et la migration de masse en provenance du monde musulman.

  • En Europe, les partis de l'establishment, plutôt que de répondre aux préoccupations des électeurs ordinaires, tentent de faire taire les opposants en les traitant de xénophobes, d'islamophobes et de néo-nazis.

  • « À bien des égards, la France et l'Allemagne montrent qu'ils n'ont pas compris le sens du Brexit. De manière mécanique, presque religieuse, ils continuent à suivre le chemin qui a engendré la crise existentielle que traverse actuellement l'UE. » - Ambassadeur John R. Bolton, ancien ambassadeur américain aux Nations Unies.

  • « La prise de conscience va croissant que l'arrivée de Trump à la Maison Blanche amorce un mouvement de plus grande ampleur au plan mondial. Les critiques qui ont suivi la candidature de Trump et qui ont écouté son discours d'hier hurleront à la montée du populisme. Mais il s'agit tout simplement d'un retour à la démocratie et aux valeurs propres à chaque Etat-nation.... C'est une révolution politique. » - Nigel Farage, ancien chef du parti UKIP de Grande-Bretagne, qui a joué un rôle clé dans la sortie de la Grande Bretagne de l'Union européenne.

  • « Cette rupture est féconde. Les tabous des dernières années sont désormais à l'ordre du jour : immigration clandestine, islam, le non-sens de l'ouverture des frontières, les dysfonctionnements de l'UE, la libre circulation des personnes, des emplois, des lois et de l'ordre. Les prédécesseurs de Trump ne voulaient pas évoquer ces sujets, mais la majorité des électeurs l'ont fait. C'est ça la démocratie. » - Roger Köppel, rédacteur en chef de Die Weltwoche, Suisse.

Les leaders des principaux partis anti-establishment en Europe ont tenu une réunion de presse commune, pour la première fois, le 21 janvier à Coblence, en Allemagne. (Image source: Marine Le Pen/Twitter)

Stimulés par l'investiture du président américain Donald J. Trump, les dirigeants des principaux partis anti-establishment en Europe ont organisé un rassemblement pan-européen dans le but de coordonner une stratégie politique susceptible de mobiliser, à l'occasion des élections qui auront lieu prochainement en Allemagne, aux Pays-Bas et France, les millions d'électeurs désabusés.

Pour la première fois, Marine Le Pen, leader du Front national, Frauke Petry, leader de l'Alternative pour l'Allemagne (Afd), Geert Wilders, chef du Parti néerlandais pour la liberté (PVV), Matteo Salvini, chef de la Ligue du Nord italienne et Harald Vilimsky du Parti de la liberté en Autriche ont tenu une conférence de presse commune le 21 janvier à Coblence, en Allemagne. Ils ont appelé les électeurs européens à un « printemps patriotique » qui renverserait l'Union européenne, réaffirmerait la souveraineté nationale et sécuriserait les frontières nationales.

Continuer l'article

Le Nouveau Bureau de la Propagande Allemande
Big Brother vous regarde !

par Judith Bergman  •  23 janvier 2017

  • Un couple marié, Peter et Mélanie M., ont été poursuivis et condamnés en juillet 2016 pour avoir créé un groupe Facebook qui critiquait la politique migratoire du gouvernement. Par ailleurs, en juillet 2016, 60 personnes soupçonnées de « discours de haine » en ligne ont eu leur domicile perquisitionné par la police allemande.

  • Aucune des cas énumérés ci-dessus n'a satisfait le président du Bundestag, Norbert Lammert, du parti CDU d'Angela Merkel. Jugeant insuffisante l'action diligentée par Facebook contre le « discours de haine», cet élu CDU réclame un durcissement législatif.

  • La définition que le gouvernement allemand donne au « discours de haine » est très sélective et se limite en réalité, à protéger la politique migratoire de toute critique légitime.

  • Quand une vague d'antisémitisme a balayé les grandes villes allemandes au cours de l'été 2014, par exemple, le gouvernement allemand n'a pas développé de zèle antiraciste particulier. Au contraire, dans certains cas, les autorités ont même facilité le discours de haine. En juillet 2014, la police de Francfort a autorisé les « manifestants » principalement musulmans, à utiliser les mégaphones de leur camionnette pour scander des slogans haineux en arabe, y compris le fameux « Allahu Akbar » et d'autres qui accusaient les Juifs d'être des « tueurs d'enfants ».

  • Par ailleurs, l'incendie d'une synagogue est perçue comme un simple « acte de protestation »

Les hauts fonctionnaires du ministère de l'intérieur en Allemagne ont exhorté leur ministre Thomas de Maizière à créer un « Centre de lutte contre la Désinformation » (Abwehrzentrum gegen Desinformation) pour lutter contre ce qu'ils appellent « la désinformation politique », un euphémisme pour les « fausses informations ».

« L'acceptation d'une ère post-vérité équivaudrait à une capitulation politique, » ont-ils déclaré à de Maizière dans une note, qui révèle également leur impatience de bureaucrates de voir définie « une communication politique authentique » pour « le 21e siècle ».

Continuer l'article

La Tolérance serait-elle à Sens Unique?

par Douglas Murray  •  20 janvier 2017

  • Quand quasiment tous les hebdomadaires du monde libre flanchent dans la défense de la liberté d'expression et du droit à la caricature, pourquoi attendre d'un groupe de dessinateurs et d'écrivains qui a déjà payé le prix du sang qu'il maintienne seul une ligne éditoriale qui devrait être celle de tous ?

  • La plupart des gens qui ont proclamé leur droit de dire ce qu'ils voulaient, où et quand ils le voulaient, se sont réunis pour marcher ensemble, et ont traversé Paris brandissant un crayon. Ils ont tenu un discours commun, unis par un « Je Suis Charlie. » Mais en réalité, aucun d'eux n'y croyait vraiment.

  • Si le président Hollande et la chancelière Merkel avaient vraiment tenu à défendre la liberté d'expression, ils auraient dû, au lieu de marcher bras-dessus bras-dessous aux côtés d'un dirigeant aussi inconvenant que le Palestinien Mahmoud Abbas, brandir une couverture de Charlie Hebdo et proclamer : « Voici à quoi une société libre ressemble et ce que nous soutenons : tout le monde, les dirigeants politiques, les dieux, les prophètes, tout peut être objet de satire, et si ça ne vous plait pas , alors retournez aux profondeurs de l'enfer auquel vous aspirez ».

  • L'ensemble de la presse mondiale a intériorisé l'effet Charlie Hebdo ; mais au lieu de s'unir, chacun a décidé qu'il ne prendrait pas le risque de devenir victime d'un événement semblable.

  • Au cours de ces deux dernières années, nous avons appris avec certitude que la tolérance était à sens unique. Cette récente soumission au terrorisme islamiste explique pourquoi, en 2016, quand un athlète sans aucune implication connue en politique, en religion ou dans la satire a été surpris à commettre un acte qui pouvait passer pour un manque de respect envers l'islam, il ne s'est trouvé personne pour le défendre.

Manifestation du 11 janvier 2015, après l'attentat contre Charlie Hebdo qui illustre le fameux « Je Suis Charlie ». (Image source: Olivier Ortelpa/Wikimedia Commons)

Deux ans ont passé depuis le 7 janvier 2015, date à laquelle deux hommes armés ont forcé la porte du magazine satirique Charlie Hebdo, à Paris, pour assassiner douze personnes. Cette période marque aussi le deuxième anniversaire de ce moment collectif clé ou, en une heure, la majorité de la population du monde libre a proclamé être « Charlie » et a tenté, par une marche collective, par une minute de silence ou par un partage du hashtag « je Suis Charlie », de manifester à la face du monde que la liberté était incontournable et la plume plus puissante que la Kalachnikov.

Continuer l'article

Les ambassadeurs français déclarent la guerre à Israël

par Yves Mamou  •  16 janvier 2017

  • Pour nos ambassadeurs, le terrorisme n'existe pas en « Palestine ». Ils se contentent d'évoquer de manière incantatoire le « besoin de sécurité » d'Israël.

  • A l'évidence, ils tentent de dissimuler leur propre détestation d'Israël derrière celle des arabes.

  • Le problème n'est bien sûr pas les « colons » juifs en « Palestine ». Avant 1967, il n'y avait pas de colonies, alors de quoi l'Organisation de libération de la Palestine était-elle « libératrice » lors de sa création au Caire, en 1964 ? La réponse, l'OLP l'a admis sans difficulté, était la « Palestine » - ce qui signifie l'état d'Israël en entier, considéré comme une seule grande colonie. Jetez simplement un œil sur n'importe quelle carte palestinienne.

  • Le problème est que ces ambassadeurs ne sont pas dangereux pour Israël seulement, ils le sont pour l'Europe et le monde libre, car ils continuent à acquiescer aux exigences de l'islam politique.

Difficile diplomatie France-Israel. Photo: François Hollande (droite) accueille le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Paris le 11, janvier 2015. (Image source: Thierry Chesnot/Getty Images)

N'oubliez pas ces noms : Yves Aubin de La Messuzière ; Denis Bauchard ; Philippe Coste ; Bertrand Dufourcq ; Christian Graeff ; Pierre Hunt ; Patrick Leclercq ; Stanislas de Laboulaye ; Jean-Louis Lucet ; Gabriel Robin ; Jacques-Alain de Sédouy et Alfred Siefer-Gaillardin.

Ils sont ceux d'ambassadeurs français à la retraite. Des hommes apparemment éduqués, très polis, au comportement aristocratique qui publient régulièrement des tribunes dans Le Monde. Chacun de leurs textes a pour but de menacer Israël.

Leur plus récent article dans Le Monde paru le 9 janvier 2017 a tenté d'expliquer comment une conférence internationale sur le Moyen-Orient, comme celle qui est prévue le 15 janvier à Paris, serait bénéfique pour la « sécurité » d'Israël. Sans surprise, leur texte est une écœurante énumération des clichés qui fondent l'hypocrite diplomatie française.

Continuer l'article

Appel à tous les Chrétiens pour qu'ils Défendent ce qui est leur Berceau et la Patrie du Peuple Juif

par Petra Heldt  •  15 janvier 2017

  • Nous devons nous assurer que la Vielle Ville de Jérusalem, cœur du judaïsme depuis plus de trois mille ans et siège de la chrétienté depuis deux mille ans, ne puisse devenir islamique en tant que partie de ce qui serait rapidement un pays islamique et, très vraisemblablement, un pays terroriste. Dans un tel État tous les sondages montrent qu'un prochain vote installera le Hamas.

  • Si l'on se base sur la Charte du Hamas qui nie à Israël le droit d'exister, ce vote pourrait éliminer entièrement l'histoire juive et chrétienne pour la remplacer par l'islam.

  • Qu'est-ce qui pousse les politiciens occidentaux à se comporter en serviteurs qui contribuent à la destruction de la culture judéo-chrétienne au Moyen-Orient et en Europe ? Pourquoi la conférence de paix de Paris prépare-t-elle la destruction de l'État juif alors que des chrétiens sont assassinés dans les pays musulmans et le sont dans une proportion sans précédent dans l'histoire ?

  • Les chrétiens ne garderont pas le silence lorsque l'on votera pour attribuer ces lieux à ceux qui les détruiront, comme ils ont détruit Palmyre, Antioche, Nisibe, Ninive, et fin 2014, le plus vieux monastère chrétien en Irak, Saint Elijah, rasé par l'État islamique.

  • Ont doit entendre dans les rues de Paris les protestations contre cette tentative de réécriture de l'histoire à la conférence de paix et lors de tout vote, dans sa foulée, au Conseil de sécurité.

Une vue aérienne du Mont du temple à Jérusalem et d'une grande partie de la Vielle Ville de Jérusalem. (Source de l'image : Andrew Shiva / Wikipedia)

La conscience collective de la chrétienté doit empêcher la tenue de la conférence planifiée à Paris du 15 au 17 janvier et empêcher qu'il y ait sans doute un vote prévu au Conseil de sécurité concernant un État palestinien, vingt-deuxième État musulman au milieu du seul État juif. Nous devons nous assurer qu'il n'y aura pas de capitulation devant l'islamisation du Moyen-Orient et de l'Europe. Nous devons nous assurer que la Vielle Ville de Jérusalem, cœur du judaïsme depuis plus de trois mille ans et siège de la chrétienté depuis deux mille ans ne puisse devenir islamique en tant que partie de ce qui deviendrait rapidement un pays islamique et, très vraisemblablement, un pays terroriste. Dans un tel État, tous les sondages montrent qu'un prochain vote installera le groupe terroriste du Hamas.Cela signifierait la destruction ultérieure de tout l'héritage judéo-chrétien, comme on le voit dans tout le Moyen-Orient.

Continuer l'article