Derniers commentaires et analyses

La France en chute libre

par Guy Millière  •  13 janvier 2019

  • Les responsables français savent, bien sûr, que les terroristes sont engagés dans une longue guerre et qu'il sera difficile de les empêcher de nuire; ils semblent avoir cédé. Ils sont conscients que les jeunes Musulmans français se radicalisent en nombre croissant. Leur réponse consiste à vouloir renforcer les institutions musulmanes en France.

  • Au moment où le président Macron parlait, l'un de ses émissaires était au Maroc pour signer le Pacte mondial des Nations Unies pour des Migrations Sûres, Ordonnées et Régulières, qui définit l'immigration comme "bénéfique" pour les pays hôtes. Dans ce cadre, les États signataires s'engagent à "renforcer les systèmes de prestation de services accessibles aux migrants".

  • Un groupe de généraux à la retraite a publié une lettre ouverte dans laquelle ils déclaraient que la signature du Pacte mondial était un pas supplémentaire vers "l'abandon de la souveraineté nationale", et notaient que "80% de la population française pense que l'immigration doit être stoppée, ou réglementée de manière drastique".

  • L'auteur Éric Zemmour a décrit la révolte des "gilets jaunes" comme le résultat du "désespoir des gens qui se sentent humiliés, oubliés, dépossédés de leur pays par les décisions d'une caste méprisante".

Le président français Emmanuel Macron semble espérer que la fatigue conduira les "gilets jaunes" à baisser les bras, mais rien ne semble montrer que cela se produira. Les "gilets jaunes" semblent bien décidés à continuer et à le faire tomber. Sur la photo: des "gilets jaunes", le 15 décembre 2018 à Paris, en France. (Photo de Veronique de Viguerie / Getty Images)

Strasbourg, France. Marché de Noël. 11 décembre, 20h. Un homme criant "Allahu Akbar" ("Allah est le plus grand") tire sur les passants, puis en blesse plusieurs avec un couteau. Trois personnes sont tuées sur le coup, une douzaine d'autres sont blessées, parfois gravement. Deux d'entre elles succomberont à leurs blessures. Le meurtrier s'enfuit. Deux jours plus tard, la police l'abat.

Le meurtrier était connu des services de police. Des membres de la Direction générale de la sécurité intérieure et des gendarmes s'étaient rendu chez lui quelques heures plus tôt, il leur avait échappé. Quand bien même ils savaient que c'était un islamiste dangereux, prêt à agir et que le marché de Noël était une cible possible, aucune surveillance particulière n'a été mise en place.

Continuer l'article

Allemagne : la Loi qui Interdit le Mariage des Enfants a été Déclarée Inconstitutionnelle

par Soeren Kern  •  9 janvier 2019

  • Cette décision qui tend à légaliser en Allemagne les mariages d'enfants consacrés par la charia, est un cas d'école. Les tribunaux allemands - sciemment ou non – sont de plus en plus nombreux à promouvoir l'émergence d'un système juridique islamique parallèle.

  • « L'Allemagne ne peut pas lutter contre les mariages d'enfants sur le plan international et favoriser ces mêmes mariages d'enfants sur le territoire national. L'intérêt supérieur de l'enfant ne doit souffrir aucun compromis. (...) C'est de protection constitutionnelle des enfants et des mineurs dont il est question ! » - Winfried Bausback, député bavarois qui a aidé à rédiger la loi contre le mariage des enfants.

  • « Une chose importante doit être prise en considération : les jugements sont rendus « au nom du peuple ». Ce peuple a clairement exprimé par l'intermédiaire de ses représentants au Bundestag, sa volonté de ne plus reconnaître les mariage d'enfants. » - Commentateur Andreas von Delhaes-Guenther.

La Cour fédérale de justice, la plus haute juridiction allemande, a estimé que la nouvelle loi interdisant les mariages d'enfants pourrait s'avérer inconstitutionnelle ; la cour estime que les mariages, y compris ceux de la charia, sont protégés par la loi fondamentale allemande. Photo : La Cour fédérale de justice à Karlsruhe, en Allemagne. (Source de l'image : Andreas Praefcke / Wikimedia Commons)

La Cour fédérale de justice (Bundesgerichtshof, BGH), la plus haute juridiction allemande en matière civile et pénale, a statué que la nouvelle loi interdisant le mariage d'enfants pourrait être entachée d'inconstitutionnalité. Selon la Cour fédérale de justice, tous les mariages, y compris ceux institués sous le régime de la charia, sont protégés par la loi fondamentale allemande (Grundgesetz).

Cette décision qui tend à légaliser en Allemagne les mariages d'enfants tels qu'ils sont autorisés par la charia, est un cas d'école. Les tribunaux allemands - sciemment ou non – promeuvent, de plus en plus nombreux, l'émergence d'un système juridique islamique parallèle.

Continuer l'article

L'Apartheid Arabe a Tué un Enfant Palestinien

par Khaled Abu Toameh  •  6 janvier 2019

  • Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), « des barrières légales persistantes interdisent l'accès des réfugiés palestiniens à 36 professions libérales ou salariées (médecine, agriculture, pêche, transports en commun) ... Pour travailler, les réfugiés palestiniens du Liban doivent obtenir un permis de travail renouvelé sur une base annuelle. Une loi modifiée en 2001, empêche les réfugiés palestiniens d'acquérir, de vendre ou de transmettre un bien immobilier au Liban. »

  • Cette faute contre la solidarité a mis en lumière l'apartheid et les discrimination dont les Palestiniens sont victimes au Liban. Selon diverses associations de défense des droits de l'homme, il n'est pas un aspect de la vie quotidienne des Palestiniens qui ne fasse l'objet d'une discrimination systématique. Le HCR souligne également que les Palestiniens du Liban n'ont pas accès aux services de santé publics libanais et dépendent pour leurs soins de l'UNRWA, des organisations à but non lucratif et du Croissant-Rouge palestinien. Les écoles publiques libanaises sont également interdites aux enfants Palestiniens.

  • Et toutes ces organisations internationales de défense des droits de l'homme et tous ces groupes propalestiniens à travers le monde qui affirment se préoccuper des souffrances des Palestiniens, que font-ils ? Garderont-ils le silence sur cette négligence mortelle qui, dans un pays arabe, a pénalisé Wahbeh parce qu'ils ne pourront la reprocher à Israël ?

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a nié toute responsabilité dans le décès d'un enfant palestinien de trois ans du camp de réfugiés de Nahr al-Bared au Liban. Les hôpitaux libanais ont refusé de le soigner, les parents étant incapables de couvrir les coûts de son traitement. Sur la photo : Le camp de réfugiés palestiniens Wavel au Liban, administré par l'UNRWA. (Source de l'image : Opérations européennes de protection civile et d'aide humanitaire / Flickr)

Mohammed Majdi Wahbeh, un enfant palestinien de trois ans originaire du camp de réfugiés de Nahr al-Bared, au nord du Liban, est la dernière victime de l'apartheid et de la politique discriminatoire ui ciblent officiellement les Palestiniens dans un pays arabe.

Wahbeh est mort le mois dernier parce que des hôpitaux libanais ont refusé de le soigner en raison de l'insuffisance financière de ses parents. Selon les médias libanais, un hôpital aurait exigé 2 000 dollars avant d'admettre le petit garçon. Le gamin est resté trois jours dans le coma sans qu'un hôpital ouvre ses portes, ceci parce que sa famille n'avait pas les moyens d'assumer le coût du traitement.

La mort d'un petit garçon palestinien à l'entrée d'un hôpital a déclenché la colère de nombreux Libanais et Palestiniens. S'adressant au ministre libanais de la Santé, Ghassan Husbani, le journaliste libanais Dima Sadek a écrit sur Twitter :

Continuer l'article

Le perfide "pari faustien" du Canada

par Salim Mansur  •  29 décembre 2018

  • Le premier ministre canadien Justin Trudeau est un de ces mondialistes qui prônent un monde sans frontières et condamnent comme réactionnaire et obsolète l'idée même de l'État-nation souverain. La tête pensante de ce monde sans frontières est l'Organisation des Nations Unies (ONU) et ses agences non élues, opaques, irresponsables et généralement corrompues qui légifère en matière de droit international et dont les textes sont ensuite appliqués par les États membres.

  • Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières est un document qui détaille les réformes que les États membres de l'ONU doivent mettre en place pour une migration mondiale sans entrave. Trudeau a adhéré à ce programme des Nations Unies et a décidé de l'imposer aux Canadiens sans leur consentement préalable.

  • Le Pacte mondial exige que les organes de presse des États membres adhèrent à ses objectifs et s'abstiennent de toute critique. La moindre objection serait jugée « immorale » et contraire aux normes mondialiste de l'ONU.

  • On comprend mieux du coup, la généreuse subvention du gouvernement Trudeau aux médias canadiens. Les 600 millions de dollars peuvent être considérés comme une forme de contrôle, une censure discrète, qui obligera la presse canadienne à respecter les exigences du Pacte mondial.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a adopté les thèses mondialistes qui prônent un monde sans frontières et considèrent les États-nations souverains comme des structures réactionnaires et obsolètes. La tête pensante de ce monde sans frontières est l'Organisation des Nations Unies (ONU) et ses agences non élues, opaques, irresponsables et totalement corrompues. Cet ensemble onusien légifère en matière de droit international et ses textes sont ensuite appliqués par les États membres. Photo : Trudeau tenant une conférence de presse au siège des Nations Unies à New York, le 21 septembre 2017. (Photo de Drew Angerer / Getty Images)

La récente annonce du gouvernement canadien de subventionner à hauteur de 600 millions de dollars canadiens (395 millions d'euros) sur cinq ans les médias en difficulté financière - dans le cadre de la révision d'automne du budget fédéral juste avant les élections fédérales de 2019 – n'a rien d'innocent.

Bien évidemment, les patrons de presse canadiens ont sablé le champagne et porté un toast au Premier ministre Justin Trudeau. Unifor, le syndicat national des journalistes canadiens, s'est montré le plus jubilatoire, estimant que son slogan « Résistance » - le « pire cauchemar » pour Andrew Scheer, chef du Parti conservateur d'opposition - avait obligé le gouvernement à ouvrir son porte-monnaie et à distribuer l'argent du contribuable à une industrie qui devrait plutôt défendre son indépendance contre toute forme de soutien gouvernemental.

Continuer l'article

La France en ébullition, la morgue de Macron

par Guy Millière  •  21 décembre 2018

  • "Les Français disent 'Monsieur le Président, nous n'arrivons pas à boucler les fins de mois', et le président leur répond 'nous allons mettre en place un Haut conseil'. Vous imaginez la déconnexion?" - Laurence Saillet, porte-parole du parti de centre-droit, Les Républicains, 27 novembre 2018.

  • Les "gilets jaunes" bénéficient désormais du soutien de 84% de la population française. Ils exigent la démission de Macron et un changement immédiat de gouvernement.

  • Le mouvement est maintenant une révolte de millions de personnes qui se sentent asphyxiées par une imposition "confiscatoire", et qui ne veulent pas "payer indéfiniment" pour un gouvernement qui semble "incapable de limiter les dépenses". - Jean-Yves Camus, politologue.

(Photo par Getty Images)

Le 11 novembre, le Président français Emmanuel Macron a commémoré le 100ème anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale en invitant soixante-dix chefs d'État à participer à un "Forum de la paix" coûteux, inutile et grandiloquent qui n'a servi à rien. Il a également invité le Président américain Donald Trump, et a choisi de l'insulter. Dans un discours pompeux - sachant que Donald Trump s'était défini quelques jours plus tôt comme un nationaliste et un défenseur de l'Amérique – Macron a invoqué le "patriotisme", l'a bizarrement défini comme "l'exact contraire du nationalisme" et l'a qualifié de "trahison".

Peu de temps auparavant, il avait parlé de "l'urgence" de la construction d'une armée européenne, et placé les États-Unis parmi les "ennemis" de l'Europe.

Ce n'était pas la première fois que Macron plaçait l'Europe au-dessus des intérêts de son pays. C'était la première fois qu'il plaçait les États-Unis sur la liste des ennemis de l'Europe.

Continuer l'article

Le Hamas à la conquête de la Cisjordanie

par Khaled Abu Toameh  •  18 décembre 2018

  • Le Hamas et ses alliés œuvrent ouvertement à un nouveau soulèvement anti-israélien en Cisjordanie. Ils sont d'autant plus encouragés à passer à l'action que l'Assemblée générale des Nations Unies a rejeté la résolution des États-Unis condamnant le Hamas et d'autres groupes palestiniens pour leurs tirs de roquettes et l'incitation à la violence contre Israël.

  • Les attentats perpétrés par le Hamas ne menacent pas seulement les civils et les soldats israéliens ; ils fragilisent aussi l'Autorité palestinienne (AP) de Mahmoud Abbas, financée par l'Occident. Chaque attaque "réussie" du Hamas accroit la popularité du mouvement Cisjordanie, aux dépens d'Abbas et de son régime.

  • Maintenant que le Hamas a obtenu gain de cause à Gaza - des millions de dollars et pas de guerre avec Israël – ses amis de Téhéran l'incitent à développer son action en Cisjordanie. L'objectif est triple : saper ou renverser l'Autorité palestinienne, infliger de lourdes pertes à Israël et contrecarrer n'importe quel plan de paix de l'administration américaine.

Le Hamas et ses alliés développent leur "lutte armée" contre Israël et exportent leur guerre pour prendre le contrôle de la Cisjordanie. Sur la photo: des terroristes masqués du Hamas. (Photo par Abid Katib / Getty Images)

Il est acquis que le Hamas est à l'origine des récents attentats terroristes perpétrés contre des Israéliens en Cisjordanie. Ces attaques servent les intérêts du Hamas ainsi que les intérêts de ses amis et sponsors, le Jihad islamique palestinien - et l'Iran.

Le plan du Hamas et ses alliés - ils ne le cachent même pas – est d'exporter leur « lutte armée » contre Israël au-delà de la bande de Gaza et de prendre le contrôle de la Cisjordanie.

La dernière attaque terroriste a eu lieu le 9 décembre devant l'implantation israélienne d'Ofra en Cisjordanie, à l'est de Ramallah. Amichai Ish-Ran, un citoyen canado-israélienne, et sa femme enceinte, Shira, ont été blessés à bord de leur voiture et cinq autres personnes avec eux. Le bébé, né prématurément à la suite de l'attaque terroriste, est décédé le 12 décembre, malgré l'acharnement des médecins à le sauver pendant près de 72 heures.

Continuer l'article

L'Italie durcit sa loi sur l'immigration

par Soeren Kern  •  16 décembre 2018

  • Avec cette nouvelle loi, le gouvernement italien n'accordera l'asile qu'aux réfugiés de guerre ou aux victimes de persécutions politiques. Les demandeurs d'asile pourront désormais être déchus de leur protection en fonction des délits qu'ils commettent : menaces ou violences à l'encontre d'un représentant de l'ordre public ; agression physique ; mutilation génitale féminine ; et diverses accusations de vol.

  • « Je me demande si ceux qui contestent le décret sur la sécurité l'ont lu. Je ne comprends pas vraiment le problème : la loi expulse les délinquants et intensifie la lutte contre la mafia, le racket et la drogue. » - Matteo Salvini, vice-premier ministre et ministre de l'intérieur.

  • L'Italie ne signera pas le Pacte mondial pour les migrations des Nations Unies et ses responsables n'assisteront pas à la conférence organisée à cet effet, à Marrakech (Maroc), les 10 et 11 décembre. Le Pacte mondial ne vise pas seulement à faire de la migration un droit de l'homme ; il met hors la loi toute critique de l'immigration et la rend passible des lois sur les crimes de haine.

L'Italie, principale porte d'entrée en Europe des migrants arrivant par voie maritime, a voté une loi plus stricte qui facilitera l'expulsion des migrants qui deviennent délinquants. Photo : des migrants sur une barque attendent d'être pris en charge par le navire Phoenix Migrant Offshore Aid Station le 10 juin 2017 au large de Lampedusa, en Italie. (Photo par Chris McGrath / Getty Images)

Le Parlement italien a voté une nouvelle loi qui durcit les conditions d'accueil des migrants, facilitera l'expulsion des délinquants et déchoira de la nationalité italienne les auteurs de crimes terroristes.

Le 28 novembre, la chambre basse du Parlement italien, la Camera dei Deputati, a approuvé par 396 voix contre 99 la nouvelle loi proposée par le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini. Le 7 novembre, le texte avait déjà passé victorieusement le test du Sénat. La nouvelle législation a été promulguée par le président Sergio Mattarella le 3 décembre.

Également connue sous le nom de « décret sur la sécurité » ou « décret Salvini », la nouvelle loi énumère plusieurs dispositions essentielles :

Continuer l'article

Suède : Femmes Violées mais Autorités (trop) Occupées Ailleurs

par Judith Bergman  •  5 décembre 2018

  • Selon Mikaela Blixt, la police n'a rien fait contre l'homme qui l'a agressée et a tenté de la violer dans la rue, alors qu'elle pouvait identifier son agresseur et donner son adresse.

  • Expressen, l'un des grands médias suédois, a souhaité interviewer Blixt, à condition toutefois a-t-elle affirmé, qu'elle ne mentionne pas la nationalité afghane de son agresseur.

  • Outre les femmes, près d'un Suédois sur trois ne se sent plus en sécurité dans sa ville ou à domicile indique un nouveau sondage mené sur un échantillon de 6 300 personnes.

  • Il est curieux que la police suédoise dispose toujours de ressources suffisantes pour amener devant un juge les personnes qui assistent à des manifestations pacifiques ou qui commettent des délits d'opinion.

Il est difficile d'obtenir que la police suédoise dresse un procès-verbal pour tentative de viol - signe que quelque chose est pourri au royaume "féministe" de Suède. En revanche, la police suédoise dispose toujours de ressources suffisantes pour amener devant un juge les personnes qui assistent à des manifestations pacifiques ou qui commettent des délits d'opinion. (Source de l'image: iStock)

En novembre 2015, le gouvernement suédois s'est défini comme « un gouvernement féministe » qui « place l'égalité de genre au cœur de sa politique nationale et internationale... L'objectif général de la politique de genre du gouvernement est de donner aux femmes et aux hommes les mêmes possibilités de contribuer à la société et de construire leur propre vie. Cette égalité est au fondement de la démocratie et de la justice sociale ».

Soit, mais les femmes qui vivent sous ce « gouvernement féministe » ne devraient-elles pas – c'est même le minimum – pouvoir quitter leur domicile sans craindre une agression sexuelle ?

Continuer l'article

Allemagne : un Musulman d'origine Turque Devient le n°2 du Renseignement Intérieur

par Soeren Kern  •  26 novembre 2018

  • Sinan Selen, un expert antiterroriste né à Istanbul et âgé de 46 ans, est le premier musulman à occuper un poste de direction dans la communauté du renseignement allemand.

  • Tout au long de sa carrière, Selen a mené un combat résolu contre le fondamentalisme islamique. Au sein de l'Office fédéral de protection de la Constitution (BfV), il a piloté la surveillance du mouvement islamo-nationaliste turc Milli Görüs, qui milite contre l'intégration des musulmans dans la société européenne.

  • Les changements à la direction du BfV sont la conséquence de la polémique déclenchée par une vidéo de téléphone portable qui aurait filmé des groupes d'extrême droite attaquant des migrants pour venger le meurtre d'un citoyen allemand de Chemnitz par deux demandeurs d'asile déboutés. Mais le très sérieux blog Tichys Einblick affirme que la vidéo décrit en réalité une attaque d'Allemands par des migrants. Et pas l'inverse.

La chancelière Angela Merkel a promu un immigré turc au poste de n°2 de l'Office fédéral de protection de la Constitution (BfV). les services de renseignement allemand, Sur la photo : le bâtiment du BfV à Berlin. (Source : Wo st 01 / Wikimedia Commons)

La chancelière Angela Merkel a promu un immigrant turc au poste de n° 2 de l'Office fédéral de protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungsschutz, BfV), les services de renseignement allemands.

Sinan Selen, né à Istanbul et âgé de 46 ans, est le nouveau vice-président du BfV. Cet expert de la lutte contre le terrorisme sera le premier musulman à occuper un poste de direction au sein de la communauté allemande du renseignement.

Cette nomination intervient quelques semaines à peine après le limogeage par Merkel du président du BfV, Hans-Georg Maaßen, qui avait publiquement pris position en faveur d'Alternative pour l'Allemagne (AfD), le parti anti-immigration qui est aujourd'hui la cible de Merkel et de son allié au sein de la coalition, le Parti social-démocrate de centre gauche (SPD).

Continuer l'article

La Suède, « Superpuissance Humanitaire » vraiment ?

par Judith Bergman  •  25 novembre 2018

  • « Superpuissance humanitaire » auto-proclamée, la Suède qui se glorifie de défendre les « droits de l'homme », a retiré la garde d'un orphelin de 6 ans à ses grands-parents afin de l'expulser en direction d'un orphelinat en Ukraine. Simultanément, la Suède refuse l'expulsion les pires criminels et terroristes au motif qu'ils courraient peut-être un risque dans le pays de destination.

  • En dépit des critiques acerbes émises par certains grands corps de l'Etat, le gouvernement suédois a violé la loi en autorisant 9 000 Afghans déboutés du droit d'asile, sans papiers pour la plupart, à étudier au lycée aux côtés d'adolescents suédois.

  • Dès 2001, un article de Dagen révélait que les demandeurs d'asile chrétiens étaient déboutés plus fréquemment que les demandeurs d'asile musulmans.

La Suède, « superpuissance humanitaire » auto-proclamée, fière de défendre les « droits de l'homme », a retiré un orphelin de 6 ans de la garde de ses grands-parents pour l'expulser en direction d'un orphelinat en Ukraine. (L'image est illustrative et ne représente pas l'enfant dans l'article.)

En octobre 2018, la Suède qui se flatte d'être une « superpuissance humanitaire », a décidé d'expulser un petit garçon de 6 ans en Ukraine. A la mort de sa mère, le gamin était devenu « techniquement » orphelin, son père, un Ukrainien vivant en Ukraine, ayant officiellement demandé à être déchu de ses droits parentaux. Privé de toute famille en Ukraine, le petit Denis était donc destiné à un orphelinat.

En 2015, la mère de Denis, accompagnée de son enfant, a quitté l'Ukraine pour rejoindre la Suède ou ses parents s'étaient installés. Mais pour des raisons inconnues - que les médias n'ont pas tenté de percer -, un permis de séjour lui a été refusé ainsi qu'à son enfant. L'Agence suédoise des migrations (Migrationsverket) a alors pris la décision d'expulser Denis, sans tenir compte du dossier de demande d'adoption déposé par les grands-parents maternels.

Continuer l'article

Les Palestiniens Menacent la Normalisation Arabe avec Israël

par Khaled Abu Toameh  •  18 novembre 2018

  • « Il n'y a pas de place pour l'ennemi [israélien] sur la carte. » - Ismail Haniyeh, dirigeant du Hamas, 29 octobre 2018.

  • Un certain nombre de hauts responsables du Fatah, dont Munir al-Jaghoob et Mohammed Shtayyeh, ont condamné Oman pour avoir reçu Netanyahu. Ils ont également condamné les Emirats pour avoir autorisé des athlètes Israéliens aux compétitions de judo.

  • Ainsi, le Fatah et le Hamas n'acceptent pas de payer leurs salariés, se disputent sur la production d'électricité dans la bande de Gaza et sont incapables d'aboutir à un accord pour alimenter régulièrement les hôpitaux en matériel médical. En revanche, ils sont unanimement d'accord pour infliger d'incommensurables peines et dommages à leur peuple. Le jour viendra où les Palestiniens découvriront que leurs amis et frères sont en réalité leurs pires ennemis.

Le Hamas et le Fatah ont fermement condamné la "précipitation" des pays arabes à normaliser leurs relations avec Israël avant la résolution du conflit israélo-palestinien. Photo: le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu serre la main du sultan d'Oman Qaboos bin Said lors de la visite officielle de M. Netanyahu à Oman, le 26 octobre 2018. (Source de l'image: Bureau du Premier ministre israélien)

Depuis maintenant plus de 10 ans, le Hamas et l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas (chef du mouvement Fatah), sont en guerre. Toutes les tentatives de leurs frères arabes -Égypte, Arabie saoudite, Qatar – d'aider à résoudre ce conflit de pouvoir entre rivaux palestiniens ont échoué et n'ont d'ailleurs, aucune chance d'aboutir dans un avenir proche . Le fossé entre le Hamas et le Fatah demeure plus profond que jamais et les deux partis se méprisent souverainement. Le Fatah veut retourner dans la bande de Gaza ce que le Hamas refuse catégoriquement. Le Fatah exige que le Hamas désarme et cède le contrôle de la bande de Gaza ce que le Hamas refuse tout aussi nettement.

Les deux parties ne mettent leurs différents de côté et ne s'entendent que sur un point : Israël. Sur ce sujet, impossible d'établir une distinction entre une position du Fatah et une déclaration publique du Hamas.

Continuer l'article

Attaques de Missiles Massives contre Israël après Un Financement du Hamas par le Qatar

par Bassam Tawil  •  13 novembre 2018

  • Les nouvelles attaques du Hamas contre Israël confirment que le groupe terroriste n'est pas partisan d'une trêve. Le Hamas réclame que des millions de dollars lui soient versés pour rémunérer ses miliciens et employés afin de pouvoir continuer la guerre contre Israël sans avoir à s'inquiéter du bien-être de sa population.

  • Les 15 millions de dollars donnés au Hamas par le Qatar ne l'ont nullement empêché de lancer des centaines de roquettes sur Israël. Au contraire, l'argent n'a fait que renforcer la détermination du Hamas à mener le djihad afin d'éliminer Israël. Tout l'argent du monde ne convaincra pas le Hamas d'abandonner son idéologie ni n'adoucira sa position à l'égard d'Israël.

  • Les médiateurs internationaux doivent comprendre qu'il n'existe qu'une seule solution à la crise de la bande de Gaza : renverser le Hamas et détruire ses capacités militaires. Ils doivent également accepter l'idée que le Hamas ne parle qu'une seule langue : celle de la force. L'idée que des millions de dollars empêcheront les terroristes de vous attaquer est une idée fausse : ils utiliseront les fonds pour se renforcer.

Le 12 novembre 2018, un autobus israélien a brulé, touché par un missile anti-char tiré par des terroristes du Hamas près de Kfar Aza, en Israël. (Source de l'image : capture d'écran vidéo du Hamas)

Une trêve entre Israël et Gaza ne sera conclue qu'une fois les terroristes djihadistes palestiniens mis hors d'état de nuire. Nulle prime ne mettra fin à la violence et aux menaces. Le Hamas ne cesse de fournir la preuve qu'il n'est pas fiable et qu'il ne respecte aucun accord, y compris une trêve.

Lundi 12 novembre, le Hamas et ses alliés de la bande de Gaza ont tiré des centaines de roquettes sur Israël. Les tirs ont commencé peu après que des terroristes du Hamas aient attaqué des commandos israéliens à l'intérieur de la bande de Gaza, tuant un officier israélien et blessant modérément un soldat. L'armée israélienne qui a riposté a tué sept terroristes, dont l'un des principaux commandants militaires du Hamas, Cheikh Nur Baraka.

Continuer l'article

États Membres des Nations Unies: Emigrer Devient un Droit de l'Homme

par Judith Bergman  •  12 novembre 2018

  • Répétons-le, cet accord ne vise pas les réfugiés qui fuient les persécutions et ont besoin de la protection du droit international. Non, l'accord institue l'idée radicale que la migration - quelle qu'en soit la raison - doit être encouragée, autorisée et protégée.

  • L'ONU n'a aucun intérêt à admettre que son accord fait la promotion de la migration en tant que droit de l'homme ; jusqu'à récemment, il y avait peu de débats à ce sujet. Plus de publicité aurait pu compromettre l'ensemble du projet.

  • Les États membres des Nations Unies ne sont pas seulement censés ouvrir leurs frontières aux migrants du monde entier ; ils doivent aussi les aider à choisir leur pays de destination en fournissant des informations complètes sur tous les pays où un migrant souhaite s'établir.

Un accord de l'ONU, que presque tous les États membres prévoient de signer en décembre prochain, institue l'idée radicale que la migration - quelle qu'en soit la raison - doit être encouragée, autorisée et protégée. Photo: des milliers de migrants marchent près de Ciudad Hidalgo, au Mexique, le 21 octobre 2018 ; ils se sont donnés pour but d'entrer aux États-Unis après être entrés illégalement au Mexique en provenance du Guatemala. (Photo de John Moore / Getty Images)

Presque tous les États membres de l'ONU signeront, dans le cadre d'une cérémonie officielle qui se tiendra au Maroc, en décembre prochain, un accord de l'ONU qui fait de la migration un droit de l'homme.

Le texte final de l'accord intitulé Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, est officiellement non contraignant mais il « inscrit fermement la migration dans l'agenda mondial. Ce document constituera un point de référence pour les années à venir et induira un réel changement sur le terrain ... » a indiqué Jürg Lauber, représentant de la Suisse auprès de l'ONU qui a dirigé les travaux avec son homologue du Mexique.

Continuer l'article

Asia Bibi: la Trahison Judiciaire du Pakistan

par Giulio Meotti  •  8 novembre 2018

  • « Je demande au président des États-Unis, Donald Trump, de nous aider à sortir du Pakistan. » - Ashiq Masih, le mari d'Asia Bibi.

  • « Inscrire Asia Bibi sur la liste des personnes interdites de vol, revient à signer son arrêt de mort. » - Wilson Chowdhry, président de l'Association chrétienne pakistanaise britannique.

  • Au Pakistan, les lois sur le blasphème « ont été utilisées pour cibler les minorités religieuses, autoriser les vendettas et inciter les milices à la violence ». Malgré l'absence de preuves, ou leur peu de réalité, les accusés doivent lutter pour établir leur innocence pendant que des foules colériques et violentes cherchent à intimider police, témoins, procureurs, avocats et juges ». - Amnesty International.

Sur la photo: Ashiq Masih, mari d'Asia Bibi au côté de sa fille Eisham Ashiq, tous deux en campagne pour la libération d'Asia en 2015. (Source de l'image: HazteOir / Flickr)

La joie de l'acquittement d'Asia Bibi n'aura pas duré 24 heures. Cette chrétienne du Pakistan mère de cinq enfants, aura été incarcérée huit années durant, dans le couloir des condamnés à mort, avant que la Cour suprême ne la lave de l'accusation de "blasphème » qui pesait sur elle.

Selon l'Agence France Presse (AFP), Asia Bibi aurait demandé au téléphone : « Je n'en crois pas mes oreilles, vais-je être libérée ? Vont-ils vraiment me laisser sortir ? ».

Continuer l'article

La Minorité Chrétienne d'Irak en Passe d'être Annihilée

par Raymond Ibrahim  •  5 novembre 2018

  • « Je suis fier d'être Irakien, j'aime mon pays. Mais mon pays ne veut plus de moi. Ce qui arrive à mon peuple [chrétien] porte le nom de génocide ... Réveillez-vous! » - Père Douglas al-Bazi, curé de la paroisse catholique d'Erbil.

  • « Faire appel aux autorités nous oblige à nous dévoiler [en tant que chrétiens]. Comment être sûr que ceux qui au sein de l'appareil d'Etat devraient nous protéger ne sont pas ceux qui nous menacent ? » - Un chrétien irakien expliquant pourquoi les chrétiens d'Irak n'en appellent pas aux autorités pour les protéger.

  • Les programmes scolaires élaborés par le gouvernement présentent les chrétiens comme des « étrangers » qui dérangent ; peu importe que l'Irak ait été chrétien des siècles avant la conquête islamique du VIIème siècle.

Selon le rapport "World Watch List 2018", l'Irak – huitième au classement des persécutions de chrétiens dans le monde – inflige aux chrétiens des « persécutions extrêmes » qui ne sont pas seulement le fait d'« extrémistes ». Photo : une église incendiée et détruite à Qaraqosh ville à majorité chrétienne en Irak. (Photo par Chris McGrath / Getty Images)

« Une autre vague de persécution et c'en sera fait de 2000 ans d'histoire chrétienne » en Irak, a récemment déclaré l'archevêque chaldéen de Bassora, Habib Nafali. A l'occasion d'une interview accordée début octobre, Habib Naftali a expliqué comment plus d'une décennie de violentes persécutions ont réduit à un quasi néant, la minorité chrétienne d'Irak. Depuis l'invasion américaine de 2003, la population chrétienne est passée de 1,5 million à 250 000 personnes environ, soit une perte de substance de 85%. Depuis 15 ans, les chrétiens sont enlevés, réduits en esclavage, violés et massacrés, parfois par crucifixion ; une église ou un monastère est détruit environ tous les 40 jours, a déclaré l'archevêque.

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.