Derniers commentaires et analyses

Au Pakistan, les Chinois Trafiquants de Femmes Ciblent les Jeunes Filles Chrétiennes

par Kaswar Klasra  •  16 mai 2019

  • Une fois achetées, les femmes et les jeunes filles sont enfermées et violées jusqu'à ce qu'elles tombent enceintes. Après avoir accouché, certaines sont autorisées à s'échapper, mais elles sont obligées d'abandonner leur enfant.

  • La maltraitance des femmes et des jeunes filles dans toute l'Asie est assez écœurante en soi pour attirer l'attention immédiate de la communauté internationale. Mais le ciblage des jeunes filles chrétiennes par les réseaux de prostitution pakistanais représente une double atteinte aux droits de l'homme qu'il faut examiner de toute urgence.

La maltraitance des femmes et des jeunes filles dans toute l'Asie est assez écœurante en soi pour attirer l'attention immédiate de la communauté internationale. Mais le ciblage des filles chrétiennes par les réseaux de prostitution pakistanais représente une double atteinte aux droits de l'homme qu'il faut examiner de toute urgence. (Source image : iStock. L'image est illustrative et ne représente aucune personne dans l'article.)

L'ONG Human Rights Watch, basée à New York, a lancé un avertissement le 26 avril, affirmant que « le gouvernement pakistanais ferait bien de se préoccuper des informations qui font état d'une traite des femmes et des jeunes filles en Chine. Ces allégations rappellent étrangement les trafics de « jeunes mariées » vers la Chine en provenance d'au moins cinq pays asiatiques ».

Une semaine plus tard, les autorités pakistanaises ont arrêté 12 suspects - huit Chinois et quatre Pakistanais – soupçonnés de traite de jeunes Pakistanaises à destination de la Chine. Beaucoup de ces jeunes filles ont été envoyés en Chine en tant que soi-disant « mariées ». Presque toutes, - certaines sont âgés de 13 ans à peine -, appartiennent à la minorité chrétienne du Pakistan.

Continuer l'article

Comment les Dirigeants Palestiniens Punissent les Patients

par Bassam Tawil  •  15 mai 2019

  • « Par Allah, même s'il ne restait qu'un centime en caisse, cet argent irait aux familles des martyrs et des prisonniers ; et seulement après nous veillerions aux intérêts du reste de la population. » - Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, Palestinian Media Watch, le 24 juillet 2018.

  • Dans le « reste de la population », on trouve non seulement les fonctionnaires de l'Autorité palestinienne, mais aussi les malades. Abbas a décidé de punir ces patients en les privant de traitement médical en Israël.

  • La décision de l'Autorité palestinienne d'empêcher les patients palestiniens d'aller se faire soigner en Israël ne s'applique pas aux hauts responsables palestiniens.

L'Autorité palestinienne (AP) a décidé que les Palestiniens n'iraient plus se faire soigner en Israël – une décision qui ne concerne pas les dignitaires du régime. La semaine dernière, Jibril Rajoub, haut responsable du Fatah, le parti au pouvoir, dirigée par Mahmoud Abbas, a été admis à l'hôpital Ichilov (photo), le plus grand centre de soins intensifs d'Israël. (Source de l'image : Avishai Teicher / PikiWiki)

L'Autorité palestinienne (AP) a décidé que les Palestiniens n'iront plus se faire soigner en Israël. En mars dernier, le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne à Ramallah, capitale de facto des Palestiniens de Cisjordanie, a annoncé qu'il n'honorerait plus les factures des hôpitaux israéliens qui prennent en charge les Palestiniens. L'AP a promis aux patients palestiniens que des alternatives seraient mises en place dans les hôpitaux privés et publics.

L'Autorité palestinienne a justifié sa décision par les retenues que le gouvernement israélien opère sur les recettes fiscales qu'il perçoit pour le compte des Palestiniens, et dont le montant correspond exactement aux « salaires » que l'Autorité palestinienne verse aux familles de prisonniers et de « martyrs ».

Continuer l'article

Le Droit à la Liberté d'Expression se Joue au Danemark

par Judith Bergman  •  12 mai 2019

  • Il est choquant qu'une administration d'Etat ait menacé de retirer un enfant à sa famille d'accueil, non en raison de mauvais traitements qui lui auraient été infligés, mais parce que la mère nourricière a exercé son droit à la liberté d'expression.

  • « Si les gens commencent à modifier des opinions licites et démocratiques parce que quelqu'un veut leur faire du mal ou tente de les tuer, alors nous ne sommes plus en démocratie. Je ne suis pas en faute parce qu'on me menace ... Nous nous opposons fermement à ce que les agresseurs et les meurtriers soient en position de tracer les limites de la liberté de parole ... "- Rasmus Paludan, président du parti danois anti-islam, Stram Kurs.

  • La liberté de parole, quelle que soit les blessures qu'elle inflige aux choses ou aux personnes, doit pouvoir être garantie en cas de violences et d'émeutes.

Jaleh Tavakoli est une blogueuse dano-iranienne, critique déclarée de l'islam et auteur du livre Secrets publics de l'islam. Bien que la famille d'accueil Tavakoli soit pourtant dument accréditée, la Direction des services sociaux du Danemark a menacé de lui retirer la garde de l'enfant qui lui a été confié, non en raison de mauvais traitement, mais à cause de l'usage de son droit à la liberté d'expression. (Source de l'image : capture d'écran vidéo de Jaleh Tavakoli)

Au Danemark, le problème de la liberté d'expression a occupé une place de choix dans l'actualité.

En mars, une anti-islamiste, Jaleh Tavakoli, blogueuse dano-iranienne et auteure de l'ouvrage, Public Secrets of Islam, a été menacée par la Direction des services sociaux (Socialtilsyn Øst) de se voir déchue de ses droits sur sa fille adoptive en raison de la mise en ligne d'une vidéo du viol et du meurtre de deux jeunes femmes scandinaves par des terroristes de l'État islamique au Maroc. Tavakoli a été informée par écrit que l'approbation de l'agence gouvernementale concernant son mari et son statut de famille d'accueil - ils élèvent une fillette de 8 ans depuis sa naissance - a été annulée et que la petite fille risquait de leur être reprise. La Direction des services sociaux a considéré qu'ils n'avaient plus « la qualité nécessaire pour élever des enfants ». La lettre ajoutait :

Continuer l'article

Grèce : une « No-Go-Zone » à Athènes ?

par Maria Polizoidou  •  11 mai 2019

  • "[L]e quartier dispose ... de pelotons, de compagnies, de bataillons, de Kalachnikovs. En tant que force de police, je ne sais pas si nous avons un mandat des politique pour nettoyer la zone. Ce territoire relève de l'armée à présent. » - Stavros Balaskas, vice-président de la Fédération grecque des officiers de police, le 6 avril 2019.

  • « ... A Exarchia, Il y a trop de clandestins qui sont des trafiquants de drogue [et] des trafiquants d'armes... ils ont pris le contrôle du quartier. » - Michalis Chrysochoidis, ancien ministre de la Protection du citoyen qui a démantelé en 2002 l'organisation terroriste "17 novembre", 8 avril 2019.

  • A Exarchia, ces groupes - qui mènent des activités criminelles et terrorisent les résidents - ont en fait créé une « no-go-zone » ou même les policiers ont peur d'entrer.

Selon Stavros Balaskas, vice-président de la Fédération grecque des officiers de police, les gangs anarchistes du quartier Exarchia d'Athènes ont « des pelotons, des compagnies, des bataillons, des kalachnikovs. Je ne sais plus si, en tant que force de police, nous avons un mandat des politique pour nettoyer la zone. Ce territoire relève de la compétence de l'armée. » Sur la photo : une rue d'Exarchia à la suite d'une émeute, en décembre 2008. (Source de l'image : Xenos2008 / Wikimedia Commons)

L'assaut subi par les garde-côtes grecs, le 4 avril, à l'occasion d'une descente contre le trafic de drogue à Athènes, met en lumière un problème brulant en Grèce. Des opposants au gouvernement d'extrême gauche dirigé par Syriza affirment aujourd'hui que l'augmentation du trafic de drogue dans le pays est le résultat d'une dangereuse alliance entre anarchistes grecs et immigrants clandestins. Ces anarchistes sont en fait l'équivalent grec de "l'extrême gauche". Selon Reuters :

« De nombreux anarchistes autoproclamés - le mot vient du grec « anarchia » qui signifie absence d'autorité - se disent pacifistes, mais certains groupuscules usent de violence sans aucun scrupule. Six années de récession ont généré une nouvelle forme de militantisme de gauche, selon des responsables, des anarchistes et des témoignages judiciaires. »

Continuer l'article

Annihilation de la Vie Chrétienne et des Chrétiens : qui se Scandalise en Occident ?
Quand la Catastrophe se Heurte à l'Indifférence

par Giulio Meotti  •  5 mai 2019

  • Les extrémistes musulmans ont pris bonne note que l'Occident ne s'est pas mobilisé contre eux pour sauver les chrétiens. Inconsciemment, notre silence a étrangement convergé avec la purification ethnique anti-chrétienne de l'État islamique.

  • « La liberté religieuse, valeur fondamentale de la civilisation occidentale, est en train d'être anéantie un peu partout dans le monde. Mais un Occident myope, nie cette guerre contre une religion et détourne son regard ... » - Mélanie Phillips, journaliste britannique, The Times, 17 novembre 2014.

  • Le duc de Cambridge, le prince William, a rendu visite aux musulmans qui ont survécu à l'attaque des mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. La famille royale britannique n'a pas eu la compassion de faire escale au Sri Lanka, leur ancienne colonie, pour aller à la rencontre des chrétiens survivants, avant de rentrer en Angleterre.

  • L'appel à l'aide des filles d'Asia Bibi s'est heurté à la surdité de l'Occident. Le Royaume-Uni a refusé l'asile à cette famille chrétienne pakistanaise persécutée.

Le massacre des chrétiens par des djihadistes du Sri Lanka ne se réduit pas à une terrible succession de mères en pleurs et de petits cercueils. Ce massacre nous informe aussi malheureusement, de l'état décourageant de l'Occident. Photo : les funérailles d'une des victimes de l'attaque du dimanche de Pâques du 21 avril au Sri Lanka. (Photo de Carl Court / Getty Images)

« Où est la solidarité avec les chrétiens du Sri Lanka? » a demandé l'expert musulman britannique Rakib Ehsan.

« Les différences de ton et de nature qui marquent les condamnations des attaques terroristes de Christchurch et du Sri Lanka sont frappantes. Après Christchurch, personne n'a hésité à évoquer l'appartenance religieuse des victimes et à adresser émotion et affection aux communautés musulmanes. Les politiciens n'ont eu aucune difficulté à classer Christchurch dans la catégorie des actes terroristes.

« En revanche, « terrorisme » et « christianisme » - et autres mots associés -, étaient curieusement absents des réactions après les attaques du Sri Lanka.

Continuer l'article

Comment les Dirigeants Palestiniens Incitent au Terrorisme

par Bassam Tawil  •  2 mai 2019

  • Les déclarations du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, au sommet de la Ligue arabe au Caire, montrent bien ou vont ses préférence : le bien-être des terroristes passe avant la satisfaction des besoins des travailleurs qui s'échinent pour fournir en pain la table familiale. Ces salaires versés aux terroristes palestiniens et à leurs familles sont au cœur de l'incitation à la terreur qui alimente le conflit israélo-palestinien.

  • Si quelqu'un punit collectivement les Palestiniens, c'est bien Abbas. Il ponctionne le salaire de dizaines de milliers de familles, réduit l'alimentation des enfants au strict nécessaire, accroit les difficultés des parents à payer un loyer ou à régler les frais d'inscription à l'université d'un ou plusieurs enfants. Un fonctionnaire palestinien qui envoie son fils à l'université ne touche pas son plein salaire. Un Palestinien dont le fils a l'intention d'assassiner un juif sait qu'il aura droit à un salaire complet sans parler du respect des dirigeants palestiniens.

  • Quel message Abbas envoie-t-il à son peuple ? Que ceux qui souhaitent une table bien mise auront intérêt à pratiquer la terreur. Les familles des employés de la fonction publique, incapables de payer leur facture d'épicerie et leur loyer, regardent maintenant avec envie les familles des terroristes. Ils ne peuvent se dire qu'une chose : « On est vraiment crétins de ne pas avoir envoyé nos enfants poignarder un juif ! » Telle est l'éducation que les dirigeants palestiniens dispensent depuis 1965.

Le 23 juillet 2018, lors d'une cérémonie en l'honneur des terroristes palestiniens, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré : « Nous ne supprimerons pas, ni ne réduirons les allocations aux familles des martyrs, des prisonniers et des prisonniers libérés ... s'il ne restait qu'un seul centime en caisse, nous le verserions aux familles des martyrs et des prisonniers. » (Source de l'image: MEMRI)

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a réaffirmé l'engagement de longue date de l'institution qu'il préside à salarier les familles des Palestiniens emprisonnés ou tués lors d'attaques terroristes contre des Israéliens. « Nous payons les familles des prisonniers et des martyrs depuis 1965 », a déclaré Abbas aux ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe lors d'une réunion d'urgence tenue au Caire le 21 avril.

L'insistance d'Abbas à débourser des millions de dollars en faveur des familles de Palestiniens qui assassinent ou tentent d'assassiner des juifs est un tribut prélevé sur l'ensemble des Palestiniens. Au cours des deux derniers mois, le gouvernement Abbas a entrepris de réduire les salaires de ses 200 000 fonctionnaires. La raison ? Israël retient des recettes fiscales qu'il perçoit pour le compte des Palestiniens, l'équivalent des sommes que l'Autorité palestinienne verse chaque mois aux familles des prisonniers et des « martyrs ».

Continuer l'article

Nigeria : le Djihad contre les Chrétiens

par Uzay Bulut  •  29 avril 2019

  • La violence actuelle a empiré depuis le début de 2017, mais elle « a aussi changé de nature. Des attaques ciblées sont aujourd'hui menées contre des communautés agricoles chrétiennes dans le but de déloger les populations et d'accaparer leurs terres au profit des éleveurs ». - Nathan Johnson, International Christian Concern, responsable régional pour l'Afrique.

  • « Au Nigeria, dans les douze États du nord où la charia est appliquée, les chrétiens sont traités en citoyens de seconde zone. Ils sont victimes de nombreuses agressions. De jeunes chrétiennes sont enlevées et contraintes au mariage avec des hommes musulmans. Des pasteurs sont enlevés en vue d'une rançon. Les églises sont vandalisées ou complètement détruites ». - Nathan Johnson.

  • « Ni le gouvernement nigérian, ni la communauté internationale (...) n'ont rien tenté. Leur démobilisation n'a rien de surprenant : ils sont dans l'incapacité de nommer cette violence qui prend sa source dans l'idéologie intolérante du djihad. Tant que cette réalité ne sera pas nommée, mais aussi traitée, le nombre de chrétiens assassinés ira en augmentant au risque qu'il devienne exponentiel -. » - Raymond Ibrahim, auteur et expert du Moyen-Orient.

Les chrétiens sont massacrés au Nigeria par les djihadistes Fulani et Boko Haram – sans que personne semble s'en soucier. Photo : Abubakar Shekau, dirigeant de Boko Haram, (extraite d'une vidéo de propagande de Boko Haram de novembre 2018).

Les chrétiens sont massacrés au Nigeria par les djihadistes Fulani et ceux de Boko Haram – sans que personne daigne sans apercevoir.

Ces persécutions de chrétiens sans défense - ils représentent la moitié de la population totale du Nigéria - ont lieu principalement dans le nord du pays régi par la charia, et dans les États de la « ceinture moyenne » (Middle Belt) qui forment une zone tampon entre les Etats du nord et les Etats du sud.

Selon l'organisation de défense des droits de l'homme International Christian Concern (ICC) :

« En mars, les militants peuls - ou bergers Fulani - ont poursuivi leurs attaques dans toute la région de la Middle Belt. En pratiquant la guérilla, les islamistes extrémistes font régner la terreur chez les chrétiens et le nombre de morts ne cesse de croître ... Le mois dernier [mars 2019], au moins 150 personnes ont été tuées. »

Continuer l'article

Espagne : le Mot « Islamiste » est-il Constitutif d'un Discours de Haine?

par Soeren Kern  •  27 avril 2019

  • « Des ennemis extérieurs nous expliquent comment gérer notre pays ... Angela Merkel et ses compagnons de route, George Soros et les mafias de l'immigration, se sentent en droit de nous dire qui peut ou ne peut pas entrer dans notre pays. Ils exigent que nos bateaux sauvent les naufragés, que nos ports les accueillent et que nous les couvrions d'argent. Mais pour qui nous prennent-ils ? » - Ortega Smith, secrétaire général du parti Vox, Espagne.

  • « Ces .... groupes ne sont en rien victimes de préjugés (« islamophobie » ou racisme) : ils comptent simplement au nombre des étrangers les moins assimilables, en raison des problèmes intrinsèques dont ils sont porteurs, le non-travail et les activités criminelles, sans parler de la crainte de les voir imposer leurs règles à l'Europe (...). S'ajoutent à cela d'autres préoccupations comme l'attitude des musulmans vis-à-vis des non-musulmans, la christianophobie et la judéophobie, la violence djihadiste et l'insistance à placer l'islam en position privilégiée par rapport aux autres religions » - Daniel Pipes, historien, « Europe's Civilizationist Parties », Commentary, novembre 2018.

  • « Nous savons tous que les femmes et les chrétiens sont bridés, et même persécutés dans les pays islamiques, alors qu'ici, ils profitent de la générosité qui est la caractéristique de la liberté, de la démocratie et de la réciprocité, soit autant d'avantages dont ils nient systématiquement le bénéfice ... » - Santiago Abascal, président du parti Vox, « Cheval de Troie », Libertad Digital, décembre 2014.

  • « Au nom de la « liberté d'expression », la gauche absout la moindre offense gratuite contre les chrétiens, même la plus bestiale. En revanche, la plus petite critique de l'islam est qualifiée d'islamophobe... Vivons-nous toujours en Espagne ou sommes-nous en Iran ? » - Elentir, blogueur, Contando Estrelas.

Vox, un parti populiste espagnol en plein essor, se dit porteur d'un projet politique conservateur qui entend défendre les valeurs espagnoles traditionnelles face aux défis de la migration de masse, du multiculturalisme et de la mondialisation. Dans sa déclaration de foi, Vox se dit dédié à la démocratie constitutionnelle, au capitalisme de marché et à la primauté du droit. Sur la photo : Santiago Abascal, président de Vox, lors d'une manifestation à Grenade, en Espagne, le 17 avril 2019. (Image : David Ramos / Getty Images)

Le parquet espagnol a ouvert une enquête pénale afin de déterminer si le secrétaire général de Vox, un parti populiste espagnol en pleine expansion, s'est rendu coupable d'avoir tenu un discours de haine en évoquant une « invasion islamiste ».

Sur plainte d'activistes musulmans, une enquête criminelle a été ouverte. Elle pourrait bien avoir pour objectif de clore tout débat sur l'islam avant les élections nationales du 28 avril. Mais au-delà, cette action judiciaire fait peser une incommensurable menace sur l'exercice de la liberté d'expression en Espagne.

Les procureurs de Valence, troisième ville d'Espagne, ont donné suite à la plainte de l'association « Musulmans contre l'islamophobie » (Musulmanes Contra la Islamofobia) et ont ouvert une enquête sur Javier Ortega Smith, le second dirigeant de Vox, pour un présumé crime de haine.

Continuer l'article

L'incendie de Notre-Dame et la destruction de l'Europe chrétienne

par Guy Millière  •  23 avril 2019

  • Une heure à peine après que les flammes aient commencé à s'élever au-dessus de Notre-Dame - à un moment où personne ne pouvait donner une explication - les autorités françaises se sont empressées de dire que l'incendie était un "accident" et que "l'hypothèse d'un acte criminel avait été exclue." Ces propos ressemblaient aux déclarations officielles faites par le gouvernement français après chacun des attentats perpétrés en France au cours de la dernière décennie.

  • L'incendie de Notre-Dame a également eu lieu à un moment où les attaques contre des églises en France et en Europe se multiplient. Plus de 800 églises ont été vandalisées en France en 2018.

  • Les églises en France sont vides. Le nombre de prêtres est en baisse et les prêtres en activité en France sont soit très âgés, soit africains ou latino-américains. La religion dominante en France est maintenant l'islam. Chaque année, des églises sont démolies pour laisser la place à des parkings ou à des centres commerciaux. Des mosquées sont construites partout, et elles sont pleines.

L'incendie qui a détruit une grande partie de la cathédrale Notre-Dame au cœur de Paris est une tragédie irréparable. Même si la cathédrale est reconstruite, elle ne sera plus jamais ce qu'elle était auparavant. (Photo de Veronique de Viguerie / Getty Images)

L'incendie qui a détruit une grande partie de la cathédrale Notre-Dame au cœur de Paris est une tragédie irréparable. Même si la cathédrale est reconstruite, elle ne sera plus jamais ce qu'elle était auparavant. Les vitraux et les principaux éléments architecturaux ont été gravement endommagés, et la charpente en chêne totalement détruite. La flèche qui s'élevait de la cathédrale était une œuvre d'art unique. Elle avait été dessinée par l'architecte qui a restauré l'édifice au XIXe siècle, Eugène Viollet-le-Duc, qui avait fondé son travail sur des documents du XIIe siècle.

Continuer l'article

La Collusion de l'UE avec l'Iran

par Judith Bergman  •  21 avril 2019

  • Le principal objectif d'INSTEX (Instrument de soutien aux transactions commerciales) est de contourner l'embargo américain sur l'Iran et de garantir à l'Europe - et éventuellement d'autres pays tiers – la possibilité de commercer avec les mollahs sans encourir de sanctions de la part des Etats Unis.

  • La Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères, Federica Mogherini, semble déterminée à faire bénéficier l'Iran – et l'Europe - des retombées économiques d'un accord sur le nucléaire illégal, non signé ni ratifié. Mogherini insiste sur le fait que l'Iran agit en conformité avec le JCPOA. Ce qui est faux. Mike Pompeo, secrétaire d'Etat américain, a déclaré sur la base des documents saisis par Israël en Iran, que l'accord sur le nucléaire était « bâti sur des mensonges ».

  • Aucune violation des droits de l'homme, aussi atroce soit-elle ; aucune menace terrorisme fut-elle dirigée contre les citoyens européens ; aucune tromperie pour se doter d'une capacité nucléaire qui menace Israël, les États-Unis et in fine l'Occident tout entier – n'entame la collusion criminelle de l'UE avec l'Iran. Les yeux grands ouverts, l'Europe patauge avec détermination vers sa propre destruction.

L'Union européenne affirme avec insistance que l'Iran agit en conformité avec à l'accord sur le nucléaire (JCPOA). Ce qui est faux. Mike Pompeo, secrétaire d'Etat américain, a déclaré sur la base des documents saisis par Israël en Iran, que l'accord sur le nucléaire était « bâti sur des mensonges ». (Photo de Win McNamee / Getty Images)

Le 31 janvier, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne ont rendu public la création d'un nouveau mécanisme de paiement appelé Instrument de soutien aux transactions commerciales (INSTEX). Cet outil a été présenté comme un moyen de faire vivre le Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA), soit un Accord sur le nucléaire iranien dont les États-Unis se sont retirés en mai 2018 avant de rétablir – et même d'élargir – un régime de sanctions contre l'Iran en novembre 2018. Le but principal d'INSTEX est de permettre à l'Europe - et potentiellement à des pays tiers - de faire du commerce avec les mollahs à l'abri d'une sanction américaine.

Continuer l'article

Royaume-Uni : Bienvenue aux Musulmans Radicaux. Vous, les Chrétiens, Inutile d'Insister !

par Raymond Ibrahim  •  20 avril 2019

  • En rejetant la demande d'asile d'un ex-musulman converti au christianisme, et en l'obligeant à retourner en Iran, le gouvernement britannique a vraisemblablement signé son arrêt de mort.

  • « [Sur] les 4 850 Syriens acceptés comme réfugiés par le Home Office en 2017, onze seulement étaient chrétiens, soit 0,2% du total. » - Fonds Barnabas.

  • Au même moment, le Home Office a autorisé un extrémiste religieux pakistanais, Syed Muzaffar Shah Qadri, - extrémiste au point qu'il est interdit de séjour au Pakistan - à donner des conférences dans des mosquées britanniques.

  • « Il est incroyable que des chrétiens persécutés, natifs de territoires qui sont le berceau du christianisme, s'entendent dire que l' « auberge est pleine », alors que le Royaume-Uni accueille des islamistes qui persécutent des chrétiens ... Le problème devient systémique quand des dirigeants islamistes, chauds partisans de la persécution des chrétiens, s'entendent dire que leurs demandes de visas seront accueillies favorablement, alors que des demandes de visas de court séjour pour des visites pastorales au Royaume-Uni sont refusées aux dirigeants chrétiens dont les églises affrontent un génocide. Les ministres du Home Office doivent se saisir du problème et le corriger. » - Dr. Martin Parsons, Fonds Barnabas.

En rejetant la demande d'asile d'un musulman converti au christianisme et en l'obligeant vraisemblablement à retourner en Iran, le gouvernement britannique le condamne effectivement à mort. (Source de l'image : iStock)

Dans deux affaires indépendantes l'une de l'autre, le Royaume-Uni a bizarrement invoqué la Bible et Jésus pour rejeter les demandes d'asile de chrétiens persécutés. Les deux chrétiens, un homme et une femme tous deux anciens musulmans, agissant séparément, avaient demandé l'asile parce qu'ils ne pouvaient plus résider en République islamique d'Iran, classée au neuvième rang des pays qui persécutent les chrétiens – surtout les apostats.

Continuer l'article

Europe : Eglises Vandalisées, Conchiées et Incendiées « Tous les Jours »

par Raymond Ibrahim  •  15 avril 2019

  • En Allemagne, quatre églises ont été vandalisées et/ou incendiées sur le seul mois de mars. « Dans ce pays, une guerre larvée est menée contre tout ce qui symbolise le christianisme : calvaires de montagne attaqués, statues sacrées du bord du chemin détruites, églises vandalisées... et récemment aussi les cimetières ». - PI-News, un site d'informations allemand,

  • Dans presque tous les cas d'attaques contre des églises, les autorités et les médias occultent l'identité des vandales. Dans les rares cas où l'identité musulmane (ou "migrante") des iconoclastes est divulguée, ces profanateurs sont présentés comme des déséquilibrés.

  • « Le mutisme règne sur cette vague d'attaques contre les symboles chrétiens. En France et en Allemagne, le même silence éloquent étouffe le scandale des profanations et l'identité des coupables... Pas un mot, pas la moindre allusion qui puisse conduire à soupçonner des migrants ... Ce ne sont pas les criminels qui courent le risque d'ostracisme, mais ceux qui osent établir un lien entre la profanation de symboles chrétiens et l'importation d'immigrés. Ceux-là sont accusés de haine, de discours de haine et de racisme. » - PI News, 24 mars 2019.

En février, des vandales ont profané et brisé croix et statues à la cathédrale Saint-Alain de Lavaur, en France. Les bras d'une statue d'un Christ en croix ont été mutilé d'une manière moqueuse. Une nappe d'autel a également été brûlée. (Image : Eutrope / Wikimedia Commons)

D'innombrables églises d'Europe occidentale sont vandalisées, conchiées et incendiées.

En France, deux églises sont profanées, en moyenne, chaque jour. Selon PI-News , un site d'information allemand, 1 063 attaques d'églises ou de symboles chrétiens (crucifix, icônes, statues) ont été déclarées en France en 2018. Soit une hausse de 17% par rapport à 2017 (878). Le rythme des attaques va croissant.

Rien qu'en février et mars, les profanations suivantes ont eu lieu en France

Continuer l'article

La Chine Monte en Puissance dans les Caraïbes

par Gordon G. Chang  •  11 avril 2019

  • Sur l'île de Grand Bahama située à environ 55 miles (85 kilomètres) à l'est de Palm Beach, en Floride, une entreprise de Hong Kong investit environ 3 milliards de dollars pour aménager le Freeport Container Port, un port en eau profonde adapté aux navires porte-conteneurs.

  • L'inquiétude monte sur le risque de surendettement, comme à Hambantota au Sri Lanka. Il est à craindre que le port de Hambantota devienne une base navale chinoise. Le Pentagone va-t-il devoir faire face à des navires de guerre chinois à Freeport ?

  • L'armée chinoise est déjà présente dans les Caraïbes, notamment à Cuba, ou elle a installé un système d'écoutes électroniques des Etats-Unis. Washington dépense beaucoup d'argent au Moyen-Orient, mais les responsables américains devraient se préoccuper en urgence de certaines situations à proximité de leur territoire.

Les rencontre du président des États-Unis, Donald Trump, avec plusieurs dirigeants des Caraïbes avaient pour but de bien marquer l'engagement de Washington dans cette région. Mais les projets américains mériteraient d'être mieux financés car ils ne sont pas à la hauteur des défis que pose la Chine. Dans les Caraïbes, le commerce et les investissements ont donné à Pékin une réelle puissance. Photo : le président Trump et Mélania Trump accueillent les dirigeants des Caraïbes à Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride, le 22 mars 2019. (Photo officielle de la Maison Blanche par Tia Dufour)

Une avis de « Tempête Rouge » (du nom d'un roman à succès de Tom Clancy) a surgi à quelques kilomètres des côtes américaines. « En fait, tout l'hémisphère est en feu », a affirmé Lou Dobbs, le 4 avril, sur le plateau de son émission très regardée sur Fox Business Network. « La Chine et la Russie nous posent un problème presque chaque trimestre dans cet hémisphère. La Russie et la Chine au Venezuela, mais la Chine dans la totalité de l'hémisphère et dans les Caraïbes ».

De fait, l'influence de la Chine grandit rapidement dans tout l'espace Caraïbes. Par le commerce et les investissements Pékin s'érige en nouveau pouvoir. Les motivations chinoises n'ont rien d'anodin et ne se bornent pas au commerce.

Continuer l'article

Le Qatar, « ce Loup Déguisé en Mouton »
Le financement de l'islamisme en Europe

par Giulio Meotti  •  10 avril 2019

  • « Cela fait des années que nous alertons sur la pénétration idéologique et religieuse de Doha. Par ses investissements et diverses opérations financières, le Qatar étend chaque jour son réseau prosélyte, causant de graves dommages aux sociétés européennes ... » - Souad Sbai, présidente marocaine de Centre d'études Averroès d'Italie.

  • Le Qatar finance des mégamosquées à travers l'Europe et son objectif est d'islamiser la diaspora européenne.

  • « Les médias en langue anglaise [du Qatar] mêlent habilement rhétorique libérale occidentale et propagande subtile. La dernière invention d'Al-Jazeera s'appelle AJ+, une chaîne de réseau social qui cible la jeunesse progressiste américaine. Des documentaires sur les maux d'Israël, de l'Arabie saoudite et de l'administration Trump sont entrecoupés de reportages bigarrés sur les droits des transgenres et des appels au secours émanant de demandeurs d'asile à la frontière sud des États-Unis – programmes pour le moins incongrus de la part d'un diffuseur contrôlé par un régime wahhabite. ... Le Qatar est également le plus grand donateur étranger des universités américaines. » - Daniel Pipes, président du Forum du Moyen-Orient.

Selon Souad Sbai (à gauche), présidente du centre d'études italien Averroès, d'origine marocaine, « le Qatar étend chaque jour son réseau prosélyte, causant de graves dommages aux sociétés européennes, y compris à l'Italie ». Daniel Pipes (à droite) écrit que le Qatar « exerce une influence directe sur les décideurs et le public occidentaux ... Ses médias en langue anglaise diffusent une propagande subtile sous couvert de rhétorique libérale occidentale ... Le Qatar est le plus grand donateur étranger des universités américaines. » (Sources image : Wikimedia Commons / Luke Ford [Pipes])

En octobre, le ministre de l'intérieur italien, Matteo Salvini, s'est rendu au Qatar, devenu un authentique « géant de l'énergie ». Il a félicité l'émirat d'avoir cessé de « sponsoriser l'extrémisme ». Malheureusement, rien n'est plus faux. Le Qatar, « l'autre Etat wahhabite », soigne ses relations économiques avec l'Europe... pour mieux y diffuser sa marque de l'islam politique.

Un livre récent, Qatar Papers: Comment l'Émirat finance l'islam de France et d'Europe, écrit par deux journalistes français, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, montre qu'en Italie seulement, le Qatar a consacré 22 millions d'euros à divers projets islamiques. Ces fonds n'ont profité qu'à un seul bénéficiaire : l'Union des communautés et organisations islamiques d'Italie (UCOII), une organisation proche des Frères Musulmans, protégée par le Qatar, et dont le média Al Jazeera, situé à Doha est le porte-parole.

Continuer l'article

Le Super-Etat Han en Chine : un Nouveau Troisième Reich

par Gordon G. Chang  •  7 avril 2019

  • Le nouveau maître de la Chine, Xi Jinping, a ordonné aux cinq religions officielles - la reconnaissance par l'Etat est un outil de contrôle – de se « siniser ». Une implacable logique d'assimilation a été mise en place qui incite les Chinois à détruire mosquées et églises, à contraindre les musulmans pratiquants à boire de l'alcool et à manger du porc, à loger des fonctionnaires Han au domicile des musulmans et à mettre fin à l'instruction religieuse des mineurs.

  • Les médias chinois ont, ces dernières années, multiplié la diffusion d'odieux stéréotypes sur les Africains. Le sketch diffusé l'an dernier par la principale chaîne d'Etat - 800 millions de téléspectateurs - n'était pas le pire, mais l'ensemble de ces représentations dessine clairement la perception que les autorités chinoises se font des Africains : à la fois un objet de dérision et des sous-hommes.

  • Camps de concentration, racisme, eugénisme, ambition de dominer le monde. Ces thèmes vous rappellent quelque chose ?

  • Un nouveau Troisième Reich est né, et c'est la Chine.

Plus d'un million de personnes sont détenues, sans autre raison que leur appartenance ethnique ou religieuse, dans des camps de concentration de la Région autonome ouïghour du Xinjiang. Photo : Le 7 juillet 2009, des policiers chinois affrontent des manifestantes ouïghours à Urumqi, capitale du Xinjiang. (Photo de Guang Niu / Getty Images)

Plus d'un million de personnes sont détenues, sans autre raison que leur appartenance ethnique ou religieuse, dans des camps de concentration situés dans ce que Pékin appelle la Région autonome ouighour du Xinjiang et que les natifs nomment Turkestan oriental. Outre les Ouïghours, ces camps sont également peuplés de Kazakhs.

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.