Derniers commentaires et analyses

Russie / Chine : Quand le Pire Approche à Grands Pas

par Gordon G. Chang  •  22 mai 2022

La Russie a élaboré une doctrine nucléaire dite de « l'escalade pour la désescalade » ou plus précisément de l'« escalade pour gagner » laquelle consiste à menacer d'utiliser des armes nucléaires au premier jour d'un conflit conventionnel. Ce n'est pas un bon signe que la Russie, la Chine et la Corée du Nord menacent en même temps d'user les armes mes plus destructrices du monde. Photo : des lanceurs mobiles de missiles balistiques intercontinentaux lors d'un défilé militaire à Moscou, en Russie, le 24 juin 2020. (Photo de Sergey Pyatakov - Host Photo Agency via Getty Images)

Le 1er mai, sur Russian TV, Dmitry Kiselyov, un présentateur souvent qualifié de « porte-voix de Poutine », a exhorté le président russe à faire exploser un drone sous-marin de type Poséidon porteur d'une « ogive pouvant atteindre 100 mégatonnes ». La détonation, a ajouté Kiselyov, génèrerait un raz de marée de 500 mètres de haut qui « coulerait la Grande-Bretagne dans les profondeurs de l'océan ». La vague atteindrait la moitié du plus haut sommet d'Angleterre, le Scafell Pike.

« Ce raz-de-marée serait aussi terriblement radioactif » a souligné Kiselyov. « S'il déferlait sur la Grande-Bretagne, le pays serait transformé en désert radioactif, aride et incultivable. Qu'en pensez-vous ? »

« Un seul lancement, Boris, et l'Angleterre cessera d'exister », a déclaré Kiselyov, au Premier ministre britannique.

Continuer l'article

Frontex ne Garde plus les Frontières, et Devient une Agence de Tourisme

par Yves Mamou  •  10 mai 2022

Fabrice Leggeri. (Source de l'image : Janek Skarzynski/AFP via Getty Images)

Les pro-migrants de l'Union Européenne ont gagné : Fabrice Leggeri, directeur général de Frontex, l'agence des gardes-frontières et gardes-côtes européens, a été contraint de remettre sa démission jeudi 28 avril 2022. Celle-ci a été acceptée par le conseil d'administration.

Frontex, l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, a été créée en 2004 pour aider les États membres de l'UE et les pays associés à l'espace de libre circulation (dit Schengen) à protéger les frontières extérieures de l'UE. En 2021, Frontex disposait d'un budget de 544 millions d'euros et salariait mille fonctionnaires européens. Leur nombre (garde côtes et garde-frontières) sera multiplié par dix d'ici 2027. Il est prévu également que les garde-côtes européens soient armés.

Continuer l'article

Entreprise contre Gouvernement ?

par Alan M. Dershowitz  •  5 mai 2022

Il est urgent d'ouvrir un débat sur les réformes juridiques à mener dans le domaine de la censure des médias, de l'invasion de la vie privée et du manque de transparence d'entreprises privées qui exercent, peut être par délégation et à la demande du gouvernement, des missions de service public, lesquelles représentent ainsi un moyen de contourner les restrictions imposées au gouvernement par le premier amendement de la Constitution. (Adobe Stock File)

Quand j'étais enfant, le courrier était acheminé par la Poste, les billets de banque étaient imprimés par le Trésor, les votes étaient décomptés par les responsables électoraux, les guerres étaient menées par l'armée, les prisons étaient gérées par les services correctionnels de l'Etat, la police appliquait la loi, l'exploration spatiale était le monopole de la NASA, les conflits juridiques étaient résolus par des juges et des jurys.

Aujourd'hui, ces fonctions gouvernementales traditionnelles et nombre d'autres sont partagées avec des groupes publics, semi-publics ou privés. Cette privatisation croissante de tâches qui relevaient autrefois de la mission de l'État pose des questions fondamentales mais rarement débattues de droit constitutionnel, de responsabilité politique et de questions qui touchent aussi à la nature de notre société.

Continuer l'article

Les Palestiniens Profanent Tous les Lieux Saints, Y Compris les Leurs

par Bassam Tawil  •  1er mai 2022

« La mosquée Al-Aqsa et l'Eglise du Saint-Sépulcre sont à nous. Elles sont toutes à nous, et ils [les Juifs] n'ont pas le droit de les souiller de leurs pieds immondes. Nous saluons chaque goutte de sang versée pour le salut de Jérusalem. Ce sang est pur, un sang pur, versé pour l'amour d'Allah. Chaque martyr ira au paradis, et tous les blessés seront récompensés par Allah ». Photo : Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. (Source de l'image : MEMRI)

Une fois de plus, les Palestiniens ont été surpris à mentir à la planète entière. Ils ont prétendu que les Juifs « profanaient » les lieux saints islamiques, en particulier la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem. Mais à l'évidence, si quelqu'un profane la mosquée – ainsi que d'autres lieux saints -, ce sont les Palestiniens eux-mêmes.

En 2002, des terroristes palestiniens ont fait irruption dans l'église de la Nativité à Bethléem, sans qu'aucun chrétien dans le monde ose émettre une quelconque protestation. Les terroristes ont occupé l'église 39 jours durant et ont laissé derrière eux des couvertures et des matelas sales, des briquets et des mégots de cigarettes et une « odeur de matières fécales ». Un prêtre s'est plaint que les terroristes avaient également profané l'église en fumant et en buvant de l'alcool.

Continuer l'article

Pourquoi les Palestiniens se Réjouissent-ils des Meurtres de Juifs ?

par Khaled Abu Toameh  •  19 avril 2022

Les réjouissances qui ont eu lieu en Cisjordanie et dans la bande de Gaza après les récentes attaques terroristes en Israël sont un signe supplémentaire de la radicalisation croissante des Palestiniens et de leur refus de reconnaître le droit d'Israël à l'existence. Photo : les Gazaouis manifestent leur soutien au terroriste qui a assassiné trois hommes à Tel-Aviv cette semaine, ainsi qu'à trois terroristes du Jihad islamique qui ont été tués après avoir ouvert le feu sur des soldats israéliens. (Photo de Saïd Khatib/AFP via Getty Images)

Les réjouissances qui ont eu lieu en Cisjordanie et dans la bande de Gaza après les récentes attaques terroristes contre Israël sont un signe – parmi d'autres - de la radicalisation croissante des Palestiniens et de leur refus de reconnaître le droit d'Israël à l'existence.

La joie exprimée par ces Palestiniens descendus dans la rue pour distribuer des sucreries et scander des slogans en faveur des terroristes, est la même que celle qui a éclaté en 1991, quand le dictateur irakien Saddam Hussein a tiré des missiles sur Israël pendant la première guerre du Golfe ; et elle est identique à la liesse que les attentats-suicides du Hamas, du Fatah, du Jihad islamique palestinien et d'autres groupes terroristes ont suscité chaque fois qu'ils ont tué des centaines d'Israéliens lors de la deuxième Intifada, en 2000.

Continuer l'article

La Chine Aide la Russie à Contourner les Sanctions : Où Sont les « Conséquences » ?

par Judith Bergman  •  18 avril 2022

La guerre contre l'Ukraine dure maintenant depuis plus d'un mois et malgré les sévères sanctions occidentales, Poutine ne montre aucun signe de recul. Grâce à son plus puissant allié, la Chine, la Russie résiste aux sanctions et poursuit la guerre. Photo : Poutine rencontre le président chinois Xi Jinping à Moscou le 5 juin 2019. (Source de l'image : kremlin.ru)

La guerre contre l'Ukraine dure maintenant depuis plus d'un mois et malgré de sévères sanctions occidentales, Poutine n'affiche aucun signe de recul. Grâce au soutien de la Chine, son plus puissant allié, la Russie résiste aux sanctions et poursuit la guerre.

L'invasion de l'Ukraine a démarré le 24 février, mais peu auparavant, la Russie et la Chine ont signé des contrats de plusieurs centaines de milliards de dollars. Le 4 février, Poutine a annoncé que des accords de fourniture de biens pétroliers et gaziers avaient été signés avec la Chine d'une valeur de 117,5 milliards de dollars. Le 18 février, six jours avant l'invasion, la Russie a annoncé la vente de 100 millions de tonnes de charbon à la Chine pour une valeur de 20 milliards de dollars. Le jour de l'invasion, la Chine a acheté du blé russe, sans tenir compte des filtres existants liés à la présence d'éventuels pathogènes du blé tendre.

Continuer l'article

Présidentielle 2022 : Macron vs Marine Le Pen... Encore
Comment Poutine a troublé le jeu

par Yves Mamou  •  11 avril 2022

(Photo de Lionel Bonaventure /AFP via Getty Images)

Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle française le 24 avril prochain. Au soir du premier tour, Emmanuel Macron président sortant, est arrivé en tête avec plus de 27,84% des suffrages, suivi par Marine Le Pen (Rassemblement National (23,15%).

Ce résultat n'avait rien d'évident. Voilà, quatre mois, Eric Zemmour, journaliste, faisait une percée fulgurante dans les sondages et obligeait tous les adversaires à se saisir de son thème favori : la lutte contre l'immigration. Zemmour apparaissait même en position de supplanter Marine Le Pen et de rivaliser avec Macron.

Continuer l'article

La Chine s'Empare des Iles Salomon... Et du Pacifique

par Gordon G. Chang  •  8 avril 2022

La Chine communiste taille sa route de groupe d'îles en groupes d'îles à travers le Pacifique. Bientôt l'Armée populaire de libération (APL) sera à portée de frappe d'Hawaï. Selon, un accord quinquennal passé ans avec les îles Salomon, - renouvelable automatiquement -, Pékin aura le droit d'user de ces territoires à des fins militaires, sans restriction. Photo : le Premier ministre chinois Li Keqiang montre la voie au Premier ministre des Îles Salomon Manasseh Sogavare, à Pékin le 9 octobre 2019. (Photo de Thomas Peter/Pool/AFP via Getty Images)

Le 25 mars, les Îles Salomon ont annoncé qu'elles « élargissaient » leur dispositif de sécurité, « diversifiant le partenariat de sécurité du pays, y compris avec la Chine ».

L'annonce était défensive. La veille, les opposants à tout accord de sécurité avec la Chine avaient fait fuiter l'intégralité du « projet » d'accord, selon le terme utilisé. Les services du Premier ministre Manasseh Sogavare n'ont pas confirmé l'authenticité du document ainsi divulgué, mais les observateurs pensent que le gouvernement des iles Salomon considère cette version comme définitive. L'Australie a exprimé sa « grande inquiétude », et a confirmé l'authenticité du projet.

Le pacte intitulé « Accord-Cadre de coopération sécuritaire entre le gouvernement de la République populaire de Chine et le gouvernement des Îles Salomon » met en lumière une tendance inquiétante : après des années d'efforts commerciaux, diplomatiques et militaires, la Chine prend le contrôle du Pacifique.

Continuer l'article

Biden et 'Le Nouvel Ordre Mondial'

par Pete Hoekstra  •  1er avril 2022

Nul n'a vraiment compris l'allusion du président Joe Biden à une Amérique pilotant un « nouvel ordre mondial » alors que son bilan des 15 derniers mois montre une économie américaine affaiblie, paralysée par l'inflation, la guerre en Europe, la rupture des alliances au Moyen-Orient et une incertitude croissante en Asie. (Source de l'image : iStock)

Le président américain Joe Biden a conclu le discours qu'il a prononcé devant les membres du Business Roundtable par une allusion quelque peu surprenante à un "nouvel ordre mondial". Selon la transcription officielle de son discours Joe Biden a dit :

« Cela se produit toutes les trois ou quatre générations. ... [à un] moment les choses changent. Nous allons - un nouvel ordre mondial va s'installer ici-bas, et nous devons le diriger. Et pour ce faire, nous devons unir le reste du monde libre. »

A quoi le président faisait-il allusion ? Qu'est ce que ce « nouvel ordre mondial » qui a surgi à la fin de son discours, sans guère de précisions ? Sans doute faisait-il référence aux changements intervenus dans les structures de pouvoir internationales mises en place après la Seconde Guerre mondiale. Biden a-t-il un plan pour l'Amérique dans ce projet de nouvel ordre mondial, alors que l'Europe se retrouve aux portes d'une guerre majeure ?

Continuer l'article

Pas d'Accord avec l'Iran Vaut Mieux qu'un Mauvais Accord

par Con Coughlin  •  27 mars 2022

Ayant piteusement échoué à empêcher l'invasion de l'Ukraine, l'administration Biden ne craint apparemment pas de ternir plus encore sa réputation en signant un nouvel accord boiteux sur le nucléaire iranien. Photo : Le négociateur en chef du nucléaire iranien, Ali Bagheri Kani, face aux médias dans le Palais Coburg ou ont lieu les négociations, à Vienne, le 27 décembre 2021. (Photo d'Alex Halada/AFP via Getty Images)

Ayant piteusement échoué à empêcher l'invasion de l'Ukraine, l'administration Biden ne craint apparemment pas de ternir plus encore sa réputation en apposant sa signature au bas d'un nouvel accord boiteux sur le nucléaire iranien.

Les négociations qui ont lieu à Vienne pour relancer le Joint Comprehensive Plan of Action (Plan d'action global conjoint, JCPOA) - initialement conclu en 2015 pour limiter les tentatives de l'Iran de se doter de l'arme nucléaire -, semblent sur le point d'aboutir.

Négociateurs iraniens et occidentaux ont en effet indiqué, d'un commun accord, qu'un texte était sur le point d'être conclu. La seule pierre d'achoppement a été la demande de dernière minute de la Russie que ses relations commerciales avec Téhéran soient exclues des sanctions qui la pénalisent actuellement.

Continuer l'article

Pourquoi Vladimir Poutine a-t-il envahi l'Ukraine ?

par Soeren Kern  •  20 mars 2022

Ceux qui croient que le président Vladimir Poutine a entrepris de refaire de la Russie une grande puissance affirment qu'après l'Ukraine, il voudra le contrôle d'autres anciennes républiques soviétiques, comme les pays Baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et éventuellement la Bulgarie, la Roumanie et peut être même la Pologne. (Photo de Mihail Klimentyev/Spoutnik/AFP via Getty Images)

Trois semaines se sont écoulées depuis l'invasion de l'Ukraine, et nul n'a réellement compris quelle était l'intention du président russe Vladimir Poutine, ni quels étaient ses buts. Analystes, commentateurs et responsables gouvernementaux occidentaux ont avancé au bas mot une douzaine de théories pour expliquer les actions, les motivations et les objectifs de Poutine.

Un petit groupe d'experts affirme que Poutine entend reconstruire l'Empire russe. D'autres pensent qu'il est obsédé par le retour de l'Ukraine dans la sphère d'influence de la Russie. Certains croient que Poutine veut placer sous sa coupe les vastes ressources énergétiques offshore de l'Ukraine. Et il en est qui voient Poutine comme un simple autocrate vieillissant acharné à se maintenir au pouvoir.

Continuer l'article

Un Plan pour la Paix en Europe

par Richard Kemp  •  12 mars 2022

Les prochaines cibles de Poutine pourraient être la Moldavie ou les Pays Baltes, Etats qu'il semble considérer, à l'instar de l'Ukraine, comme illégitimes et relevant de la sphère d'influence russe. Si l'Occident souhaite éviter d'autres souffrances et bains de sang, il doit tout mettre en œuvre pour que l'agression russe échoue. (Photo by Alexey Nikolsky/Sputnik/AFP via Getty Images)

L'OTAN devrait avoir pour objectif stratégique de faire tomber le président russe Vladimir Poutine et de le remplacer par un dirigeant moins dangereux. A défaut, l'action diplomatique et économique occidentale doit imposer des contraintes sévères aux oligarques russes et des souffrances aux citoyens ordinaires ; il faut que cette aventure conduise à l'implosion du système.

La présence de Poutine au pouvoir laisse planer une menace permanente pour l'OTAN, l'Europe et le monde. La loi russe lui permet de conserver le pouvoir jusqu'à 2036 au moins, délai largement suffisant pour recréer l'Union soviétique sous une forme ou une autre, refaire de la Russie une superpuissance, repousser l'OTAN, et organiser la domination de Moscou sur ses voisins orientaux. Et voilà que Poutine réclame maintenant le désarmement nucléaire de l'Europe.

Continuer l'article

Un Leadership Déterminé Partout Sauf en Amérique
Ouvrez les Robinets ! Lancez le Pipeline EastMed !

par Pete Hoekstra  •  5 mars 2022

Le leadership commence au sommet, et celui de Zelenskyy – et même celui de l'Europe – contrastent vigoureusement avec le leadership de l'administration Biden qui fait eau de toutes parts. Photo : Zelenskyy rencontre le président américain Joe Biden à la Maison Blanche le 1er septembre 2021. (Photo de Brendan Smialowski/AFP via Getty Images)

À l'heure actuelle, les forces ukrainiennes semblent surpassées en nombre et en armement par l'armée russe. S'il est possible que le président russe Vladimir Poutine finisse par avoir le contrôle de l'Ukraine et de Kiev, sa capitale, il n'est pas exclu que cette victoire devienne son Waterloo.

Le leadership déterminé et pugnace du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, a mobilisé l'opinion publique mondiale contre l'invasion russe. Les sanctions imposées à la Banque centrale russe et l'éviction de certaines banques russes de la plateforme de transactions bancaires SWIFT ont réduit la valeur du rouble à moins d'un centime d'euro alors que les taux d'intérêt en Russie dépassent les 20 %. Le marché boursier russe a été fermé de manière préventive pour éviter un crash, et les compagnies aériennes russes ont vu se fermer devant elles d'immenses étendues de ciel.

Continuer l'article

La « Fin des Temps » pour Xi Jinping Implique-t-elle la Guerre Pour la Chine et le reste du Monde ?

par Gordon G. Chang  •  27 février 2022

  • Xi Jinping, l'homme le plus puissant de Chine dispose d'un « énorme volant d'ennemis intérieurs ». — Gregory Copley, président de l'International Strategic Studies Association et rédacteur en chef de Defence & Foreign Affairs Strategic Policy, au Gatestone Institute, février 2022.

  • Xi a créé cette opposition. Après avoir été nommé président de la République populaire de Chine fin 2012, il a concentré tous les pouvoirs entre ses mains, puis a emprisonné des dizaines de milliers d'opposants dans des purges maquillées en campagnes "anti-corruption".

  • Pékin qui panique a ajouté le mois dernier mille milliards de dollars de nouvelles dépenses budgétaires, une augmentation record... Lorsque ladite « dette cachée » est incluse, la dette totale du pays s'élève à environ 350% de produit intérieur brut.

  • Il ne faut pas s'étonner que les entreprises chinoises fassent faillite. La crise de la dette est si grave qu'elle peut faire chuter l'économie chinoise, et avec elle les systèmes financier et politique du pays.

  • Ultime signe de détresse, "Fang Zhou et la Chine"... a écrit un essai de 42 000 caractères intitulé "Une évaluation objective de Xi Jinping". Cette charge anti-Xi, a été publiée le 19 janvier sur le site Internet 6park parrainé par la Chine. Elle semble être l'œuvre de plusieurs membres de la faction de Shanghai du Parti communiste chinois. Cette faction dirigée par Jiang Zemin, ancien président de la République, tire à feu continu sur Xi et mène maintenant la charge contre lui.

  • Les problèmes de Xi peuvent malheureusement devenir nos problèmes. Pour diverses raisons de politique intérieure, Xi dispose d'un seuil de risque très bas et a de nombreuses raisons de s'en prendre à un pays tiers pour détourner tant les critiques des élites que le mécontentement populaire.

  • Le Parti communiste chinois a toujours cru que sa lutte avec les États-Unis était existentielle – en mai 2019, le très officiel Quotidien du Peuple a déclaré une « guerre populaire » contre l'Amérique – mais l'hostilité est devenue beaucoup plus évidente au cours de l'année écoulée.

  • Un anti-américanisme virulent suggère que Xi Jinping cherche une bonne raison de frapper l'Amérique. Le régime chinois utilise souvent ses médias ainsi, pour lancer un avertissement dans un premier temps, puis annoncer son action.

Xi Jinping, l'homme le plus puissant de Chine, a créé son opposition. Après être devenu président de la République populaire de Chine à la fin de 2012, il a concentré tous les pouvoirs entre ses mains, puis a emprisonné des dizaines de milliers d'opposants au cours de purges maquillées en campagnes "anti-corruption". Les problèmes de Xi, malheureusement, peuvent devenir nos problèmes. Un anti-américanisme virulent laisse à penser que Xi cherche une porte de sortie en ouvrant un conflit avec l'Amérique. Sur la photo : Xi au Grand Palais du Peuple le 28 mai 2020 à Pékin. (Photo de Kevin Frayer/Getty Images)

Lorsque les chauffeurs routiers canadiens ont paralysé Ottawa, capitale fédérale, et bloqué les points de passage entre le Canada et les Etats Unis, certains ont parlé d' « insurrection nationale ». Des manifestations de masse ont suivi un peu partout dans le monde démocratique. Après deux années de contraintes, soudain, les gens en ont eu assez des obligations liées à la lutte contre la pandémie.

Rien de tel en Chine. Dans ce pays le plus densément peuplé de la planète, les contrôles liés au COVID-19 demeurent les plus stricts au monde. Personne en République populaire de Chine ne manifeste contre les mesures anti-coronavirus.

Continuer l'article

Amnesty International Veut en Finir avec l'État Juif

par Richard Kemp  •  22 février 2022

  • Malheureusement pour les maniaques du « processus de paix » et leurs partisans, le monde arabe ne bloque plus sur Israël. Ils voient aujourd'hui ce pays pour ce qu'il est : une source de stabilité et de prospérité dans la région. Ils remarquent aussi les dangers de l'intransigeance palestinienne et refusent que leur animosité persistante devienne un droit de véto sur l'avenir – c'est ce droit de veto qu'Amnesty et tous les partisans du rejet d'Israël ont entrepris de rétablir furieusement.

  • Ce rapport (d'Amnesty) suscitera inévitablement un surcroit de violence, des abus et des boycotts contre les Juifs d'Israël et contre les Juifs de la diaspora qui soutiennent Israël, à une époque où les attaques antisémites ont atteint un niveau élevé et continuent de croître. Tel n'était peut-être pas l'objectif d'Amnesty en produisant ce document tordu, mais l'association ne peut pas être assez aveugle pour ignorer que, depuis des décennies, tous ces rapports, débats, résolutions et comptes rendus médiatiques fabriqués et falsifiés produisent des conséquences sanglantes.

  • L'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (IHRA) indique que l'une des caractéristiques de l'antisémitisme est « le refus du droit à l'autodétermination des Juifs, en affirmant par exemple que l'existence de l'État d'Israël est le fruit d'une entreprise raciste ». Le gouvernement britannique a fait sienne la définition de l'IHRA. Amnesty est basée au Royaume-Uni et la police britannique devrait maintenant enquêter sur les mensonges antisémites graves que cette ONG propage.

Le rapport d'Amnesty International, dernière manifestation grotesque du traditionnel vitriol anti-israélien des ONG, recycle des tropes antisémites et des accusations de racisme usées, réfutées à maintes reprises déjà dans le passé, mais délibérément provocatrices. Tout ceci en provenance d'une organisation qui a elle-même été accusée l'an dernier d'incarner un « racisme systémique ». Sur la photo : Agnes Callamard (à gauche), secrétaire générale d'Amnesty International, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, Israël, le 1er février 2022. (Photo de Ronaldo Schemidt/AFP via Getty Images)

Le grotesque parti pris anti-israélien des ONG s'est à nouveau manifesté. Amnesty International a rendu public la semaine dernière un rapport au vitriol qui recycle de vieilles tropes antisémites et des accusations de racisme usées, réfutées à maintes reprises mais toujours délibérément provocatrices. Précisons que cette publication provient d'une organisation qui a elle-même été accusée l'an dernier d'incarner un « racisme systémique ».

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.