Derniers commentaires et analyses

La Chine se Prépare à Exproprier les Actionnaires Etrangers de la High Tech

par Gordon G. Chang  •  23 juillet 2021

  • Les VIE, comme on les nomme, contournent la loi chinoise qui interdit à des capitaux étrangers de prendre le contrôle des entreprises technologiques chinoises. Ils représentent une série d'arrangements contractuels complexes qui donnent aux actionnaires étrangers tous les avantages économiques de la propriété.

  • Certains croient que si Pékin sortait publiquement un VIE de la légalité – en d'autres termes, si une décision politique expropriait un porteur de parts étranger – il déclencherait un processus de type nucléaire qui bloquerait l'entrée des entreprises chinoises sur les marchés boursiers étrangers. Ils en concluent que cela ne peut pas arriver. L'annulation de dernière minute de l'introduction d'Ant Group à la bourse à Hong Kong et Shanghai en novembre dernier, a montré que Xi Jinping est prêt à tout pour protéger son système.

  • Beaucoup oublient que le communisme chinois est intrinsèquement hostile au secteur privé en général et aux étrangers en particulier. La pseudo « ère des réformes » qui, à partir de 1978 et trois décennies durant, a libéralisé et ouvert au monde l'économie et le système financier chinois, cette ère des réformes est désormais terminée...

  • Xi Jinping juge l'influence étrangère beaucoup trop importante au sein de la société chinoise et aimerait limiter autant que possible la part du offshore dans le capital des entreprises chinoises. Il ne serait pas surprenant qu'il ordonne une campagne de harcèlement des entreprises étrangères et que des mesures soient prises pour obliger les investisseurs étrangers à quitter son pays. La structure douteuse du VIE donne à Xi l'excuse parfaite pour sortir les étrangers du capital des entreprises prospères de haute technologie de son pays.

  • Les investisseurs étrangers oublient trop souvent que le dirigeant chinois est volontaire et fera ce qu'il veut. « Ce que dit Xi Jinping, Xi Jinping le fait », a clairement expliqué Bartiromo. « C'est la seule définition de la loi. »

Xi Jinping juge l'influence étrangère déjà trop importante au sein de la société chinoise et aimerait limiter au maximum la part du offshore dans le capital des entreprises chinoises. Les investisseurs étrangers oublient trop souvent que le dirigeant chinois est volontaire et fera ce qu'il veut. Il ne serait pas surprenant que Xi ordonne une campagne de harcèlement des entreprises étrangères et que des mesures soient prises pour obliger les investisseurs étrangers à quitter son pays. Photo : Xi (au centre) lors du défilé militaire organisé pour le 70e anniversaire de la création de la République populaire de Chine, le 1er octobre 2019 à Pékin. (Photo par Andrea Verdelli/Getty Images)

« Que doivent comprendre les investisseurs, pour ceux qui croient que je veux mettre un pied dans le financement des entreprises chinoises ? » a demandé Maria Bartiromo le 14 juillet, lors de "Mornings with Maria", l'émission de Fox Business qu'elle anime.

La réponse est que Pékin est sur le point d'exproprier les investisseurs étrangers du capital des entreprises technologiques chinoises. Les structures financières complexes que nombre d'entreprises de la High Tech ont utilisées pour attirer les investissements étrangers posaient déjà problème au regard du droit chinois, mais elles servent désormais de prétexte à Xi Jinping, le dirigeant chinois, pour lancer une campagne de confiscation.

Continuer l'article

Comment la Chine Voit les Choses

par Pete Hoekstra  •  15 juillet 2021

  • Le Parti communiste chinois (PCC) a beaucoup à perdre à l'éclatement de la vérité, tant au plan national qu'international. Un débat confus sur les origines du virus arrange aujourd'hui très bien la Chine. Être à l'origine d'une pandémie qui a tué des millions de personnes dans le monde sans avoir à assumer une quelconque responsabilité – et échapper même aux plus petites conséquences négatives - n'est pas un mauvais résultat en soi. D'autant que les retombées économiques pourraient s'avérer meilleures pour la Chine que pour le reste du monde, renforçant ainsi davantage le PCC.

  • En réponse à l'opacité de la Chine, la communauté internationale semble incapable d'aller au-delà de la menace vide de sens qui consiste à demander à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de reprendre et achever son enquête initiale, laquelle était totalement exécrable.

  • Pour l'Occident, garder l'OMS comme agence de référence est embarrassant. Elle a agi hier comme une marionnette de la Chine et elle continuera demain.

  • Le génocide que la Chine pratique contre les Ouïghours a été fermement condamnée par les États-Unis et d'autres pays. Sans aucune conséquence. La Chine triche depuis qu'elle a été invitée à rejoindre l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001. Sans aucune conséquence. Vous ne voyez pas le rapport ? Vous pouvez être sûr que les Chinois le voient. Ils espèrent que la désinformation et la dissimulation des faits concernant la pandémie auront les mêmes effets : aucunes conséquences

Depuis le début de la crise du COVID-19, la Chine s'est montrée très peu coopérative, fuyant toute responsabilité. Non seulement, la Chine a dissimulé des faits mais elle a mené une campagne de désinformation massive. Cette stratégie a été couronnée de succès. Sur la photo : le président chinois Xi Jinping. (Photo de Kevin Frayer/Getty Images)

L'Union européenne et les États-Unis appellent désormais à une nouvelle enquête sur les origines du coronavirus. Ils "exhortent" la Chine à coopérer pleinement et à fournir "un accès complet". Ce sont des mots de guerre ! Le Parti communiste chinois (PCC) doit trembler dans ses bottes – surtout après que le conseiller à la sécurité nationale du président Joe Biden a déclaré qu'une non-coopération entrainerait un « isolement » international. Cette approche timide n'a aucune chance d'aboutir. Il serait temps de devenir sérieux avec la Chine, et nous le savons tous.

Continuer l'article

Les Camps d'Eté du Jihad Palestinien

par Khaled Abu Toameh  •  11 juillet 2021

  • Au moment où la communauté internationale cherche des fonds pour venir en aide aux habitants de la bande de Gaza après la dernière guerre entre Israël et le Hamas... le Hamas et le Jihad islamique palestinien (JIP) détournent les budgets pour entrainer les enfants à la guerre contre Israël.

  • Le Jihad Islamique Palestinien confirme que... les Palestiniens « préparent la génération de la liberté pour la "guerre de libération" de la Terre Sainte ».

  • L'argent ne manque jamais pour les stages d'endoctrinement et de lavage de cerveau de leurs propres enfants, mais pas question d'investir dans la reconstruction des maisons détruites ou endommagées par la dernière guerre contre Israël.

  • Pour le Hamas et le JIP, le désir de détruire Israël est plus fort que celui de protéger la vie de leurs enfants et les éduquer pour qu'ils deviennent médecins ou ingénieurs. Les enfants qui suivent actuellement un entraînement militaire dans la bande de Gaza réapparaitront en adultes masqués dans les milices armées du Hamas et du JIP.

  • Tout cela n'augure rien de bon pour la « solution à deux États » et la relance du processus de paix entre Israël et les Palestiniens que prône l'administration Biden.

Le Hamas a invité les Palestiniens de la bande de Gaza à inscrire leurs jeunes garçons à ses camps militaires d'été. « Les camps visent à allumer la flamme du djihad dans la génération de la libération, à inculquer les valeurs islamiques et à préparer le triomphe de la prochaine armée pour la libération de la Palestine », a déclaré le Hamas dans un communiqué. Photo : des miliciens armés et masqués des brigades Izaddin al-Qassam du Hamas inscrivent les enfants dans les camps d'été, le 14 juin 2021, dans la ville de Gaza. (Photo de Mahmud Hams/AFP via Getty Images)

Alors que la communauté internationale cherche des fonds pour aider les habitants de la bande de Gaza qui ont eu à souffrir de la récente guerre entre Israël et le Hamas, les dirigeants palestiniens préparent la jeune génération à plus de haine et de violence.

Les deux principales milices qui contrôlent la bande de Gaza, le Hamas et le Jihad islamique palestinien (JIP), ont récemment fait campagne pour que des milliers d'enfants et adolescents palestiniens passent l'été dans leurs camps d'entrainement.

Les jeunes Palestiniens ne deviendront pas des louveteaux, ni n'apprendront à nager ou à jouer au football. L'objectif des camps du Hamas et du JIP est « d'allumer la flamme du jihad [guerre sainte] au sein de la génération de la libération, d'inculquer les valeurs islamiques et de préparer la prochaine armée triomphante pour la libération de la Palestine ».

Continuer l'article

Le Nouveau Président Iranien : Mollah et Meurtrier de Masse

par Majid Rafizadeh  •  8 juillet 2021

  • Le boycott des élections a été massif et les manifestants ont appelé le président américain Joe Biden à cesser de chercher à conclure un accord sur le nucléaire.

  • « Le gouvernement demande au peuple d'aller voter... Nous n'irons pas voter ; nous Iraniens, voulons montrer au monde que nous sommes en colère contre cet establishement religieux. Nous ne soutenons pas un gouvernement qui abat un avion de ligne... qui ment continuellement, qui tue et torture ses propres citoyens ». — Soraya, étudiante à l'université de Téhéran, au Gatestone Institute, trois jours avant les élections.

  • A peine âgé de 24 ans, Raisi a été nommé adjoint au parquet du tribunal révolutionnaire. Là, en tant que membre de la "Commission de la mort", il s'est fait connaître et a joué un rôle clé dans le fonctionnement d'une machine à exécuter qui a assassiné plus de 30 000 personnes, dont de nombreux enfants...

  • Au lieu d'enrichir et de conforter ces tyrans, l'administration Biden devrait se tenir aux côtés du peuple iranien, qui souffre depuis des décennies de ce régime brutal et prédateur.

A l'issue d'un simulacre d'élections, Ebrahim Raisi a été élu président de la République islamique (photo). A peine âgé de 24 ans, Raisi a été nommé adjoint au parquet du tribunal révolutionnaire. Là, en tant que membre de la "Commission de la mort", il s'est fait connaître et a joué un rôle clé dans le fonctionnement d'une machine à exécuter qui a assassiné plus de 30 000 personnes, dont de nombreux enfants et femmes enceintes. (Photo par Atta Kenare/AFP via Getty Images)

Le régime iranien a organisé un simulacre d'élection pour que son candidat, le mollah Ebrahim Raisi, qui a bâti sa carrière sur des exécutions de masse, devienne le prochain président de la République islamique. Quand l'Union européenne et l'administration Biden vont-elles enfin condamner le régime iranien et cesser leurs politiques d'apaisement envers les mollahs qui règnent à Téhéran ?

Continuer l'article

Coronavirus : Il Faut que la Chine Paye !

par Gordon G. Chang  •  27 juin 2021

  • Même si le coronavirus n'a pas surgi comme une arme biologique, l'information disponible aujourd'hui dans le monde montre que le régime chinois a utilisé le virus comme tel.

  • Les partisans de l'immunité souveraine avancent un argument en principe imparable, mais qui ne devrait pas jouer dans le cas de circonstances exceptionnelles. Les crimes contre l'humanité sont si odieux que personne ne devrait être empêché d'exiger réparation.

  • Les plaignants devraient pouvoir surmonter l'obstacle technique de l'immunité souveraine : le Parti communiste chinois, qui contrôle le gouvernement central chinois, n'est pas une entité souveraine.

  • À ce jour, 3 579 000 personnes sont décédées du COVID-19, dont 596 000 Américains. Le régime chinois a commis un meurtre de masse... Les meurtriers de masse ne méritent pas la protection de l'immunité souveraine.

  • Il est absolument essentiel que l'administration Biden extirpe cette idée de la tête des dirigeants chinois qu'ils peuvent propager un virus ou tout autre agent pathogène, sans encourir aucune représailles.

  • Rappelons-nous ce qui est en jeu. Dans leurs laboratoires, les chercheurs chinois fabriquent de nombreux agents pathogènes bien plus mortels que le SARS-CoV-2, y compris ceux qui laisseraient les Chinois immunisés quand tout le reste de la planète pourrait être malade ou tuée.

Il est absolument essentiel que l'administration Biden extirpe cette idée de la tête des dirigeants chinois qu'ils peuvent propager un virus ou tout autre agent pathogène sans aucun risque pour eux. Dans les laboratoires chinois, les chercheurs préparent maintenant beaucoup plus d'agents pathogènes mortels que le SARS-CoV-2, notamment ceux qui laisseraient les Chinois immunisés tout en affaiblissant ou tuant le reste du monde. Photo : des travailleurs de l'Institut de virologie de Wuhan, en Chine, le 23 février 2017. (Photo de Johannes Eisele/AFP via Getty Images)

Pour la première fois dans l'histoire, un pays a attaqué - en même temps et audacieusement - tous les autres.

Les mesures prises par les autorités chinoises entre décembre 2019 et janvier 2020, ont toutes eu pour but de commettre un crime horrible en propageant délibérément le COVID-19 au-delà des frontières de la Chine.

La communauté internationale doit maintenant présenter la facture - la plus exhaustive possible - au régime chinois ne serait-ce que dans une optique de dissuasion. La raison en est simple : le régime chinois a commis le crime du siècle et pourrait bien entreprendre d'en planifier un autre.

Continuer l'article

Palestiniens : la Bataille pour Voler les Fonds de la Reconstruction

par Khaled Abu Toameh  •  23 juin 2021

  • L'Autorité palestinienne réclame d'être seule en charge de la reconstruction de Gaza et veut que tous les fonds soient distribués par son gouvernement. Mais le Hamas insiste pour que les fonds de la communauté internationale soient envoyés directement dans ses coffres.

  • « Pour vivre en paix, les Palestiniens doivent se débarrasser de l'occupation iranienne en Palestine. — Nora Shanar, auteure saoudienne, Elaph, 10 mai 2021.

  • Le message que les Arabes et les musulmans envoient à l'administration Biden et aux donateurs occidentaux est le suivant : arrêtez de donner de l'argent à des dirigeants palestiniens corrompus et peu fiables qui vivent du vol de l'aide internationale. Les Palestiniens ont moins besoin d'argent que de nouveaux leaders qui ont à cœur le bien-être de leur peuple plutôt que le désir de se remplir les poches.

A la fin du dernier conflit entre Israël et le Hamas, l'Egypte a multiplié les efforts pour aider les Palestiniens de la bande de Gaza. Mais les dirigeants de l'Autorité palestinienne et du Hamas ne s'intéressent qu'à une chose : remplir leurs coffres avec les fonds destinés à soulager la souffrance des Palestiniens. Photo : l'Égypte envoie des matériaux d'équipement et de reconstruction à Gaza par le terminal de Rafah, le 4 juin 2021. (Photo de Said Khatib/AFP via Getty Images)

Le mois dernier, après 11 jours de conflit, l'Egypte a obtenu qu'un cessez-le-feu intervienne entre Israël et le Hamas. Mais depuis, il lui a été impossible de mettre le Hamas et l'Autorité palestinienne d'accord pour la reconstruction des bâtiments et des maisons détruits à Gaza.

Pourtant, l'Egypte n'a pas ménagé sa peine.

Tout d'abord, le président égyptien Abdel Fattah Sisi a promis 500 millions de dollars pour contribuer à la reconstruction. (Le Qatar a promis une somme équivalente).

Ensuite, l'Égypte a mobilisé le chef de son service de renseignement, Abbas Kamel. Ce dernier s'est rendu à Gaza et en Cisjordanie pour organiser la reconstruction avec les dirigeants du Hamas et de l'Autorité palestinienne.

Parallèlement, l'Égypte a envoyé à Gaza des dizaines de bulldozers, de grues et d'ingénieurs pour accélérer la reconstruction.

Continuer l'article

Arabes : le Hamas et l'Iran Ont Fait de Gaza un Cimetière pour Enfants

par Khaled Abu Toameh  •  18 juin 2021

  • Les Arabes ont conscience que le Hamas ne s'agite que pour extorquer toujours plus d'argent et d'armes aux mollahs de Téhéran. Les Arabes comprennent que le Hamas - et aussi l'Iran - se sont livrés à une farce de plus.

  • Il est tout à fait... réconfortant de noter que nombreux sont les Arabes conscients du danger que représente l'alliance entre l'Iran et les groupes terroristes palestiniens ; ils ont compris qu'après l'élimination d'Israël, leur tour viendra.

  • « Les milices de la bande de Gaza ont fait allégeance à l'Iran... L'Iran utilise la question palestinienne comme un atout pour peser sur les négociations de Vienne... ils veulent contraindre les États-Unis à lever leurs sanctions en échange de la fin des menaces contre Israël... Les armes de l'Iran ont pour but de détruire, pas de construire ». — Amjad Taha, éminent journaliste arabe, Twitter, 27 mai 2021.

  • « Plus il y a de meurtres et de destructions, plus les ressources du Hamas augmentent alors que les Palestiniens continuent de souffrir du blocus et de la pauvreté ». — Saeed Al-Kahel, écrivain et analyste politique marocain, Assahifa, 29 mai 2021.

  • « L'Iran a mis le Hamas et le Jihad islamique au service de ses intérêts. Si l'Iran avait l'intérêt des Palestiniens à cœur, il aurait aidé à la reconstruction de la bande de Gaza... Téhéran n'a jamais investi dans un quelconque plan de reconstruction ou un quelconque projet humanitaire à Gaza. » — Samir Ghattas, ancien membre du parlement égyptien et directeur du département Egypte du Middle East Forum for Strategic Studies, Al-Arabiya.net, 26 mai 2021.

  • L'expert égyptien [Muhammad Mujahid Al-Zayyat, consultant au Centre égyptien de réflexion et d'études stratégiques] ... a lui aussi, à l'instar de nombreux autres Arabes, informé l'administration Biden et les puissances occidentales qu'ils ne devaient pas permettre à l'Iran de tirer parti de la guerre terroriste du Hamas contre Israël.

  • Il reste maintenant à voir si l'administration Biden et les autres puissances occidentales vont tenir compte de cet avertissement ou bien s'ils vont persister à garder la tête dans le sable se racontant l'histoire que les mollahs cesseront leur sauvagerie si les pots-de-vin versés par les États-Unis sont substantiels. Ils ne l'ont pas fait dans le passé ; qu'adviendra-t-il de la région s'ils ne le font pas dans le futur ?

Le Hamas clame à qui veut l'entendre qu'il a "gagné" la guerre contre Israël, suscitant en retour lazzis et moqueries. Une grande partie du monde arabe est consciente que le seul intérêt du Hamas est de plaire aux mollahs afin de leur soutirer toujours plus d'argent et d'armes. Photo : le « Guide suprême » iranien, l'ayatollah Ali Khamenei (à droite) salue le chef du Hamas Ismail Haniyeh à Téhéran le 12 février 2012. (Source de l'image : khamenei.ir/AFP via Getty Images)

Le Hamas clame à qui veut l'entendre qu'il a « gagné » la dernière guerre contre Israël, ce qui lui vaut lazzis et moqueries en provenance des quatre coins du monde arabe. Nombreux sont les Arabes qui n'ont pas craint de dénoncer les mensonges que ce groupe terroriste soutenu par l'Iran sert aux Palestiniens et au reste du monde.

Les Arabes n'ont pas eu peur de pointer du doigt la responsabilité du Hamas. Ils ont dit et écrit que les destructions massives et les décès d'innocents tant du côté palestinien qu'israélien n'avaient qu'un seul but, servir les intérêts de ses maîtres iraniens.

Continuer l'article

L'administration Biden est-elle un ennemi d'Israël et du monde libre?

par Guy Millière  •  5 juin 2021

  • Biden n'a fait aucune distinction entre une démocratie alliée des États-Unis et une organisation terroriste qu'il n'a même pas nommée. Il a parlé comme s'il ne savait pas que le calme était rompu par une organisation terroriste et par personne d'autre, et que ce qui empêche les Palestiniens de jouir de la liberté, de la prospérité et de la démocratie, c'est précisément le fait qu'ils sont régis par des gens qui soutiennent et pratiquent le terrorisme.

  • Le 7 avril, un communiqué de presse du département d'État américain a déclaré que l'administration Biden avait décidé de rétablir l '"aide financière américaine aux Palestiniens", sans exiger que l'argent américain ne soit pas utilisé à des fins terroristes...

  • La nomination au poste de sous-secrétaire adjoint aux affaires israélo-palestiniennes de Hady Amr, un homme qui a accusé Israël de "nettoyage ethnique" et "d'apartheid", et s'est dit "inspiré par l'Intifada", semble confirmer que la L'administration Biden ne sera pas particulièrement "pro-israélienne".... Amr, a rencontré à Ramallah le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Muhammad Ishtayya aux fins de négocier l'utilisation de l'aide financière américaine à l'AP, cela pendant qu'Israël était sous les tirs de missiles....

  • Dans une interview à PBS le 2 avril, l'un des négociateurs américains, Robert Malley, a annoncé qu'il souhaitait "lever les sanctions qui sont incompatibles avec l'accord", "pour que l'Iran bénéficie des avantages dont il est censé bénéficier". Rien ne montre que l'administration Biden a changé de position sur ce point.

  • Biden n' a pas menacé de suspendre le financement qu'il a promis aux Palestiniens si les tirs sur Israël se poursuivaient. Il n'a pas menacé de remettre en question la réouverture d'un bureau de l'Autorité Palestinienne à Washington DC.

  • Plus inquiétant encore: alors que le Hamas armé par l'Iran, envoyait des milliers de missiles dans un pays de la taille du New Jersey, les États-Unis étaient menaient des pourparlers à Vienne pour parler d'arrangements avec l'Iran qui lui permettront de disposer d'argent et d'acheter plus d'armes qui pourront être utilisées contre Israël.

  • Semble-t-il pour déstabiliser le prince, l'administration américaine a publié un rapport l'accusant d'être responsable de l'assassinat du journaliste anti-saoudien Jamal Khashoggi, sans préciser que Khashoggi était un agent des Frères musulmans, un ennemi juré de la Maison des Saoud.

  • Un article récent de Michael Doran et Tony Badran publie par le magazine Tablet explique pourquoi Israël doit être vigilant et rester prêt à agir de manière décisive. Un projet conçu sous la présidence d'Obama et visant à "créer un nouvel ordre au Moyen-Orient" semble être à l'étude. Ce projet impliquerait que les Etats-Unis placent les intérêts de l'Iran au-dessus de ceux de leurs alliés au Moyen-Orient, ce qui conduirait à l'hégémonie régionale de l'Iran. Le projet éroderait les accords d'Abraham, et impliquerait de pousser l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à conclure un accord avec l'Iran et conduirait à "forcer Israël à adopter une posture plus passive face à la montée en puissance de l'Iran". Est-ce ce projet que l'administration Biden est, en fait, en train de mettre en œuvre?

  • ""[D] ans la guerre et le conflit", a écrit l'historien Daniel Pipes, "un côté gagne et un côté perd ... Israël doit faire ce que toutes les nations font pour remporter la victoire: vaincre son ennemi ..." - Daniel Pipes, historien, Commentary, Janvier 2017.

  • L'administration Biden agit comme si elle ne voyait pas qu'elle met en danger Israël et d'autres alliés de longue date des Etats-Unis ; elle fait comme si elle ne voyait pas que derrière l'Iran et les mollahs, la Chine avance.

  • L'administration Biden est-elle sur le point d'abraser et remettre en cause le statut des États-Unis et l'existence du monde libre aux fins de laisser se mettre en place un nouvel ordre mondial radical et monstrueux?

L'administration Biden agit comme si elle ne voyait pas qu'elle met en danger Israël et d'autres alliés de longue date des Etats-Unis ; elle fait comme si elle ne voyait pas que derrière l'Iran et les mollahs, la Chine avance. Biden n'a fait aucune distinction entre une démocratie alliée des États-Unis et une organisation terroriste qu'il n'a même pas nommée. Sur la photo: le Président Biden prononce une allocution sur le Moyen-Orient à la Maison Blanche le 20 mai 2021 à Washington, DC. (Photo par Anna Moneymaker / Getty Images)

10 mai, 18 h 07. Six missiles tirés par le Hamas, milice aux ordres de l'Iran, depuis la bande de Gaza s'élèvent au dessus Israël. Ils deviennent rapidement plus nombreux. La plupart sont détruits par le Dôme de fer, mais pas tous. En une semaine, les missiles tirés seront plus de 3 000. Certains auront fait des morts, des blessés et causé des destructions. L'objectif du Hamas était de saturer les capacités du Dôme de fer et de faire autant de victimes civiles que possible. À cette fin, Tel Aviv a été ciblée la nuit, lorsque les gens dormaient. Sans le Dôme de fer, il y aurait eu des milliers de morts. Le Hamas a commis un crime de guerre et un crime contre l'humanité.

Continuer l'article

Avec ou Sans Accord, les Mollahs Voudront LA Bombe

par Majid Rafizadeh  •  1er juin 2021

  • Accord ou pas, il est important de comprendre que le régime iranien persévèrera dans ses ambitions nucléaires et ses préparatifs clandestins : des précédents historiques le démontrent.

  • Téhéran a affirmé que « l'entrepôt atomique secret » de Turquz Abad, un village de la banlieue de Téhéran, servait uniquement à nettoyer des tapis.

  • L'AIEA a d'abord ignoré l'information. Ce qui n'a rien pour surprendre : l'AIEA a une longue tradition de rapports mensongers concernant le respect par la République islamique de l'Accord sur le nucléaire et de refus de prendre en considération toutes les informations crédibles sur les activités nucléaires illicites de l'Iran.

  • Les mollahs iraniens ne respecteront aucun accord avec la communauté internationale. Ils empocheront certes les bénéfices de leur signature au bas d'un accord nucléaire et se féliciteront de la levée des sanctions, mais le régime poursuivra son projet secret de se doter d'armes nucléaires et sa stratégie - avec l'aide de la Chine – d'établir sa mainmise sur le Moyen-Orient.

  • Tout récemment, en Syrie et en Irak, l'Iran a apporté la preuve de sa politique agressive : prise de contrôle du Liban par son agent local le Hezbollah ; intensification de la guerre contre l'Arabie saoudite par l'intermédiaire des Houthis ; plus les 4 000 roquettes que le Hamas, un autre obligé de l'Iran, vient de balancer contre le petit Israël.

  • Quel que soit l'« accord » conclu à Vienne, il doit être clair que l'Iran ne cherche pas à « stabiliser » le Moyen-Orient. Comme l'administration Biden l'a correctement souligné, les dirigeants iraniens, avec la Chine, ne cherchent qu'à le déstabiliser, puis à le dominer.

S'imaginer que négocier et conclure un accord avec l'Iran freinera leurs ambitions nucléaires et empêchera les ayatollahs de se doter d'armes nucléaires est, malheureusement, un dangereux fantasme. Photo : usine d'enrichissement d'uranium à Ispahan, en Iran. (Photo par Getty Images)

S'imaginer que négocier et conclure un accord avec l'Iran freinera les ambitions militaires du régime et empêchera les ayatollahs de se doter d'armes nucléaires est, malheureusement, un fantasme dangereux.

L'accord nucléaire comporte des dates butoirs qui, une fois atteintes, lèveront tous les obstacles mis entre l'Iran et l'arme nucléaire. Pour dire les choses crûment, loin d'empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire, (c'est ainsi que le texte a été présenté), l'accord sur le nucléaire, à son échéance, fera de l'Iran un membre de droit du club officiel des puissances nucléaires.

Accord ou pas, il importe de comprendre que le régime iranien poursuivra ses projets nucléaires et ses préparatifs clandestins : des précédents historiques sont là pour le prouver.

Continuer l'article

Chine : le Plus Grand Emetteur de CO2 du Monde Continue de Polluer

par Judith Bergman  •  25 mai 2021

  • Si la Chine avait réellement pour ambition de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, son nouveau plan quinquennal 2021-2025, publié en mars, le signalerait. Or ce plan a été décrit comme contenant « un engagement des plus vagues contre les émissions de dioxyde de carbone ».

  • Un éditorial de Wall Street Journal expliquait en février dernier, que « Pékin aime Biden et Paris » parce qu'ils permettent à la Chine, de « concourir sans contrainte carbone ». Au moment où la Chine cherche à devenir la première puissance économique et technologique du monde, aucun frein extérieur ne bride sa croissance.

  • Quel sera le coût des promesses du président Biden en matière de climat ? Qui en aura le bénéfice réel ? Et quels avantages supplémentaires la Chine en retirera-t-elle ?

  • À un moment où la Chine fait si manifestement le contraire de ce qu'elle dit et ne remplit pas sa part d'un programme mondial de réduction des émissions de CO2 - la deuxième plus grande économie du monde devrait donner l'exemple – le surengagement climatique des Etats Unis cumule tous les mauvais signaux. La Chine - et d'autres – en concluent que leur comportement prédateur et leurs fausses promesses ne tirent pas à conséquence et qu'en bridant leur compétitivité, les États-Unis déroulent un épais tapis rouge qui facilite l'accès de la Chine à la position de superpuissance dominante, à laquelle elle aspire.

En 2020, la Chine communiste a multiplié par plus de trois sa production d'électricité par charbon, soit plus que tous les autres pays du monde. Selon Global Energy Monitor l'effort énergétique chinois équivaut à la mise en service de plus d'une grande centrale au charbon par semaine. Photo : une centrale électrique publique fonctionnant au charbon à Huainan, dans la province de l'Anhui, en Chine. (Photo par Kevin Frayer / Getty Images)

En 2020, la Chine communiste a multiplié par plus de trois sa capacité de production d'électricité par charbon, soit plus que l'ensemble des autres pays du monde. Selon le rapport de Global Energy Monitor publié en avril, l'effort énergétique chinois a représenté l'ouverture de plus d'une grande centrale au charbon par semaine.

En 2020, la Chine a augmenté de 1,5% ses émissions de CO2 alors que tous les autres pays ont diminué les leurs. En 2020, le monde a réduit son recours au charbon, mais ce retrait a été éclipsés par les nouvelles centrales à charbon chinoises.

Continuer l'article

Trompettes et Vrombissements de Chars : un Tournant à Gaza ?

par Richard Kemp  •  18 mai 2021

  • Le Hamas ne fait pas le poids. Par sa puissance de destruction, Tsahal pourrait rapidement et à moindres coûts, venir à bout de l'organisation terroriste. Mais une chose bloque un tel scénario : la nécessité pour les Israéliens de minimiser les pertes civiles. Et cela, le Hamas en est parfaitement conscient.

  • A chaque conflit avec Gaza, les grands médias internationaux se livrent à un décompte enthousiaste des cadavres de civils palestiniens, comme si ces civils avaient été l'objectif délibéré d'une guerre indifférente et sans pitié menée par Israël. Cette propagande est reprise par les partisans du Hamas et les « idiots utiles » en Occident ... Les associations de défense des droits de l'homme du monde entier ont fait de même.

  • L'ignorance volontaire alliée à la méchanceté a toujours été sidérante. Avant même de tenir sa première réunion, chaque commission d'enquête a conclu à la culpabilité d'Israël.

  • Chaque débat et vote a confirmé massivement - mais faussement - les soi-disant crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par Israël. Parallèlement, les multiples crimes de guerre du Hamas ont été passés sous silence.

  • [Les FDI (Forces de défense d'Israël) ont sélectionné les cibles pour minimiser les pertes civiles ... Comme lors des précédents conflits, les FDI ont multiplié les messages radio en arabe, les SMS et ont même téléphoné directement à des Gazaouis pour les informer de frappes imminentes ... Toutes choses que les habitants de Gaza ont confirmé aux médias internationaux.

  • Les médias, les ONG de défense des droits de l'homme et les organisations internationales se sont empressés de qualifier toutes les victimes civiles (sauf celles infligées par le Hamas bien sûr) de crimes de guerre. Mais les Conventions de Genève leur donnent tort. Les victimes civiles n'ont rien d'illégal si elles sont la conséquence d'une opération militaire nécessaire à la poursuite de la guerre ; elles n'ont rien d'illégal si le nombre de victimes n'est pas disproportionné par rapport au bénéfice militaire escompté et si les officiers en poste sur le terrain ne ciblent pas intentionnellement les civils et font même tout ce qu'ils peuvent pour éviter de les toucher.

Chaque victime civile est la conséquence de l'agression gratuite du Hamas contre Israël. Cette agression gratuite est la cause de tout. La stratégie du Hamas consiste à attaquer les centres urbains israéliens à l'aide de roquettes, de drones kamikazes et de tunnels, dans le but de susciter des contre-attaques qui obligeront les FDI à tuer un maximum de civils palestiniens. Leur but est de diffamer Israël et de l'isoler du reste du monde. Photo : les missiles tirés par le Hamas depuis des quartiers résidentiels densément peuplés de Gaza, se dirigent vers les villes israéliennes, le 16 mai 2021 (Photo de Mohammed Abed / AFP via Getty Images)

La semaine dernière, les Forces de défense israéliennes (FDI) ont attaqué le réseau de tunnels que le Hamas a construit à Gaza. Douze escadrons de 160 avions de combat ont frappé plus de 150 cibles avec des centaines de JDAM (Joint Direct Attack Munitions, des bombes d'une grande précision guidées par GPS) détruisant les bunkers souterrains en moins d'une heure. Bien que l'évaluation des dommages soit toujours en cours, le raid a détruit ce qui semble être l'infrastructure militaire la plus névralgique du Hamas, ses vastes stocks de munitions et tuant au passage des dizaines, voire des centaines de combattants. Ce coup de massue porté au Hamas pourrait s'avérer être un tournant du conflit. Il a également envoyé un puissant message à l'Iran et au Hezbollah sur les conséquences qu'ils auraient à subir s'ils engageaient contre Israël, les dizaines de milliers de missiles qu'ils stockent au sud-Liban.

Continuer l'article

Palestiniens : Notre Véritable Objectif est de Détruire Israël

par Bassam Tawil  •  13 mai 2021

  • Les Palestiniens sont en colère parce que les Juifs sont autorisés à visiter le Mont du Temple. Les Palestiniens ne veulent pas que les Juifs visitent leur lieu saint ; ils ne veulent pas de Juifs à Jérusalem, et ils ne veulent pas d'une présence juive sur cette terre qui va du Jourdain à la mer Méditerranée.

  • Personne n'interdit aux Palestiniens de protester contre tel ou tel aspect de la politique israélienne. Mais quand le moindre rassemblement tourne à la manifestations pro-Hamas, avec appel au bombardement de Tel Aviv et assassinat de Juifs, alors il devient clair que la « protestation » dissimule en réalité une authentique intention meurtrière.

  • Quand des milliers de Palestiniens scandent « Nous sommes tous Mohammed Deif », cela signifie qu'il se définissent comme des terroristes prêts à attaquer et à détruire Israël. Deif est devenu leur modèle car il a réussi à assassiner de nombreux Juifs sans avoir jamais été – en dépit d'incessantes tentatives - appréhendé ou tué.

  • Le Hamas doit sa popularité croissante à une rhétorique anti-israélienne incendiaire que les dirigeants palestiniens propagent dans les médias palestiniens, sur les réseaux sociaux et dans les mosquées. L'audience du Hamas est également la conséquence de la corruption et de l'incompétence persistantes de l'Autorité palestinienne et de son président autocratique, Mahmoud Abbas.

  • Les manifestations en faveur du Hamas devraient alerter l'administration Biden quant aux priorités palestiniennes. Est-il possible de relancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens sur la base de la « solution à deux États » comme le souhaite le gouvernement américain ? Le Hamas et les milliers de Palestiniens qui ont scandé des slogans en faveur du Hamas et de Deif ont en tête une autre solution : l'anéantissement d'Israël et la mort des Juifs. Plus on est de fous...

Le Hamas et les milliers de Palestiniens qui ont scandé des slogans en faveur du Hamas et de Deif ont en tête une autre solution : l'anéantissement d'Israël et la mort des Juifs. Plus on est de fous.... Photo : un immeuble d'Ashkelon (Israël) endommagé par des roquettes tirées par le Hamas depuis la bande de Gaza dans la nuit du 10 au 11 mai 2021 (photo de Jack Guez / AFP via Getty Images)

En 1991, quand l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein a tiré 39 missiles Scud sur Israël, nombre de Palestiniens sont descendus dans la rue pour exprimer leur satisfaction. En Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem-Est, de nombreux manifestants ont défilé avec à la main les masques à gaz que les autorités israéliennes leur avaient remis pour les protéger d'une éventuelle attaque chimique de l'Irak contre Israël.

Le Los Angeles Times a rapporté à l'époque que « la semaine dernière, plusieurs Palestiniens ont exprimé leur joie de voir des missiles [irakiens] tomber sur Tel Aviv et Haïfa ».

En 2015, quand le groupe terroriste Hezbollah soutenu par l'Iran a lancé des roquettes sur Israël depuis le Liban, les Palestiniens ont envahi les rues drapeaux du Hezbollah au poing et ont distribué des bonbons aux automobilistes et aux passants.

Continuer l'article

Comment les Chalutiers Chinois Vident les Océans

par Judith Bergman  •  9 mai 2021

  • « Les dirigeants chinois considèrent les flottes hauturières comme un outil de projection à l'international. L'objectif est d'être présent sur tous les océans du monde afin de pouvoir peser sur les accords internationaux qui touchent aux ressources maritimes. » - Tabitha Mallory, PDG du China Ocean Institute et professeure affiliée à l'Université de Washington, Axios, 23 mars 2021.

  • Au cours des cinq dernières années, plus de 500 barques de pêche, avec à leur bord des pêcheurs nord-coréens squelettiques et morts de faim, se sont échouées sur les côtes du Japon. La cause du phénomène est longtemps demeurée inconnue, jusqu'à ce que l'on découvre qu'une « armada » de bateaux chinois pratiquait une pêche industrielle et illégale dans les eaux nord-coréennes ... On estime que les chalutiers chinois ont prélevé 70% des stocks de calmars des eaux de Corée du Nord.

  • La flotte de pêche chinoise est composée pour l'essentiel de chalutiers. « La pêche au chalut ratisse les fonds marins et anéantit ses ressources », a déclaré un représentant des pêcheurs.

  • Dans nombre de pays d'Afrique de l'Ouest - Sierra Leone, Libéria, Nigéria et autres -, plusieurs années durant, les chalutiers chinois ont « profité de la mauvaise gouvernance, de la corruption et de l'incapacité de ces gouvernements à faire appliquer les réglementations de pêche » affirme le China-Africa project. « Aujourd'hui, les navires chinois opèrent largement hors de portée d'un quelconque contrôle gouvernemental, provoquant une surpêche qui non seulement est dommageable pour l'environnement, mais met en péril la vie des communautés côtières locales qui dépendent de ces eaux pour leur subsistance ».

  • En juillet 2020, au large du Libéria, six super-chalutiers chinois, ont ratissé les territoires de pêche du pays. Ces navires pouvaient potentiellement capturer jusqu'à 12 000 tonnes de poisson – soit le double des prises durables de ce pays.

  • En Amérique du Sud, la prédation hauturière chinoise a atteint un niveau si critique qu'en mars, l'Argentine a annoncé la création d'un commandement maritime conjoint pour lutter contre les pratiques de pêche prédatrice des navires étrangers.

  • La flotte de pêche chinoise ne se borne pas à la pêche. « Compte tenu des aspirations géopolitiques de la Chine, la flotte de pêche commerciale a une fonction paramilitaire qu'il est facile au gouvernement chinois de qualifier d'activité privée » a déclaré Ian Urbina, auteur d'un rapport, publié en août 2020 par l'école environnementale de Yale. « Mais derrière cette façade ostensiblement privée, cette armada mène une politique de domination territoriale qui repousse les pêcheurs ou les gouvernements qui contestent les prétentions territoriales de la Chine sur presque toute la mer de Chine méridionale ».

La flotte de pêche chinoise est sans conteste la plus grande du monde. Mais les missions confiées à ces chalutiers ne se cantonnent pas à la pêche. Selon le journaliste d'investigation Ian Urbina, « compte tenu des aspirations géopolitiques de la Chine, les acteurs de la pêche commerciale ont une fonction paramilitaire qu'il est facile au gouvernement chinois de qualifier d'action privée ». Photo : le 21 juin 2019, à Manille (Philippines), des Philippins manifestent contre l'incursion de la Chine dans la partie occidentale de la mer des Philippines. Le 9 juin 2019, des pêcheurs philippins ont révélé qu'un chalutier chinois a percuté et coulé leur bateau dans la zone économique exclusive des Philippines, abandonnant à la mer les 22 membres d'équipage qui ont été sauvés de la noyade par un bateau de pêche vietnamien. (Photo par Ezra Acayan / Getty Images)

La Chine communiste est bien partie pour épuiser les ressources des océans. Sa flotte de pêche, de loin la plus grande du monde, compte 200 000 à 800 000 bateaux – elle représente près de la moitié de l'activité de pêche mondiale – dont 17 000 chalutiers de haute mer. La croissance de l'industrie de la pèche a été rendue possible grâce à d'énormes subventions. Rien qu'en 2012, l'État chinois a financé le carburant des navires de pêche à hauteur de 3,2 milliards de dollars. Selon un rapport de 2012, « l'aide publique au secteur de la pêche et de l'aquaculture pourrait atteindre 500 milliards de yens (61,7 milliards d'euros) en tenant compte des subventions régionales et nationales accordées aux pisciculteurs de zones rurales ».

Continuer l'article

La Chine Boycotte les Entreprises Occidentales à propos des Ouïghours

par Soeren Kern  •  30 avril 2021

  • Des pressions sont exercées sur les entreprises pour qu'elles suppriment toute référence aux droits de l'homme de leurs sites Internet, pour qu'elles reviennent sur leur décision de ne plus acheter de coton du Xinjiang et qu'elles suppriment les cartes de géographie qui font de Taiwan un pays indépendant.

  • En octobre 2020, la Better Cotton Initiative (BCI), une association genevoise à but non lucratif chargée de promouvoir la production durable de coton dans le monde, a invoqué les accusations et « les risques croissants » de travaux forcés pour suspendre le label attribué au coton du Xinjiang. Le communiqué a depuis été effacée du site Internet de la BCI. Chose inquiétante, ce communiqué n'est plus accessible non plus dans les archives Internet.

  • En mars 2020, l'Australian Strategic Policy Institute, dans un rapport intitulé « Ouighours à vendre » ("Uyghurs for Sale"), a révélé que les Ouïghours travaillaient dans des usines - dans les conditions du travail forcé - qui approvisionnent plus de 80 marques mondiales bien connues des secteurs de l'habillement, de l'automobile et de la technologie.

  • « Le gouvernement chinois, très préoccupé de punir tout détracteur de sa politique au Xinjiang, place les entreprises étrangères face à un dilemme insoutenable : soutenir la Chine ou sortir du marché chinois ... Le Parti communiste est de plus en plus tenté d'utiliser le « puissant champ gravitationnel » de la deuxième économie mondiale comme moyen de pression ... Il va devenir inévitable de choisir entre le lucratif marché chinois et les valeurs que les entreprises mettent en avant partout ailleurs dans le monde... » - The Economist, 27 mars 2021.

Le gouvernement chinois boycotte les marques de vêtements occidentales qui seraient tentées d'exprimer une quelconque inquiétude concernant le travail forcé dans la région du Xinjiang en Chine. Le conflit tourne autour d'accusations selon lesquelles plus de 500 000 Ouïghours et autres minorités ethniques et religieuses musulmanes du Xinjiang récolteraient le coton dans des conditions du travail forcé. Le Xinjiang fournit 85% du coton chinois et un cinquième de l'offre mondiale. Environ 70% des champs de coton de la région font l'objet d'une récolte manuelle. Photo : des femmes récoltent le coton à la main à Hami, dans le Xinjiang, le 20 septembre 2015 (Photo de STR / AFP via Getty Images)

Le gouvernement chinois mène un boycott actif contre les marques de vêtements occidentales qui seraient tentées d'exprimer une quelconque inquiétude concernant l'organisation de travaux forcés dans le Xinjiang, la plus grande région de Chine. Des pressions sont exercées sur ces entreprises pour qu'elles suppriment toute référence aux droits de l'homme de leurs sites Internet, pour qu'elles renouvellent leurs contrats d'achat de coton produit au Xinjiang et pour qu'elles suppriment les cartes de géographie qui font de Taiwan un pays indépendant.

Le conflit est parti en vrille peu après que l'Union européenne et le Royaume-Uni se soient associés, le 22 mars dernier, aux sanctions prises par les États-Unis et le Canada contre les responsables chinois pour leurs violations des droits de l'homme dans le Xinjiang, une région autonome éloignée du nord-ouest de la Chine.

Continuer l'article

Erdoganistan : la Nouvelle SuperPuissance Islamique ?

par Giulio Meotti  •  17 avril 2021

  • Erdogan fait campagne au niveau mondial contre l' « islamophobie ». Mais en réalité, ce sont les critiques de l'islam extrémiste qui sont en danger et courent le risque d'être tués.

  • Dans le Haut-Karabakh (Caucase), la Turquie a soutenu la guerre menée par l'Azerbaïdjan contre l'Arménie afin de créer un couloir islamique turc entre l'Azerbaïdjan, la Turquie et d'autres pays musulmans.

  • « Cela a commencé en 1989 avec la fatwa contre Salman Rushdie : les pays occidentaux n'ont su réagir qu'avec des mots - comme si une incantation verbale pouvait conjurer le sort ! ... La bataille perdue en Arménie est la première d'une guerre menée en Occident contre la civilisation judéo-chrétienne ». - Michel Onfray, Revue des Deux Mondes, 1er février 2021.

  • Le nouveau sultan étend son influence à la Syrie, à la Libye et au Caucase, mais aussi à la Méditerranée. Pour l'Europe pacifiste, cette mer n'existe que lorsqu'il s'agit de faire venir des migrants.

  • « Ce que fait le régime turc, c'est utiliser sa diaspora comme un cheval de Troie. » - Mohamed Sifaoui, europe1.fr, 7 février 2021.

  • En Turquie, sous Erdogan, les manuels scolaires ont été réécrits pour que les juifs et les chrétiens apparaissent comme des gavur, des « infidèles ». Auparavant, les manuels turcs rangeaient les fidèles des deux religions sous le même bandeau de « peuple du livre » ... Le programme adopte une position anti-américaine et montre de la sympathie pour Daech et Al-Qaïda. - Rapport de l'Institute for Monitoring Peace and Cultural Tolerance in School Education (IMPACT-se), mars 2021.

  • « Nous sommes une grande famille de 300 millions de personnes de l'Adriatique à la Grande Muraille de Chine ». - Le président turc Recep Tayyip Erdogan, Minval.az, 18 octobre 2018.

L'Europe, les États-Unis, l'OTAN et le monde libre devraient s'inquiéter. Le président turc Recep Tayyip Erdogan incarne le nouveau loup islamiste déguisé en mouton. Photo : Erdogan s'exprimant à Ankara le 17 septembre 2020 (Photo par Adem Altan / AFP via Getty Images)

« Ce 24 juillet [2020] a été une journée très spéciale » a déclaré Gilles Kepel, le meilleur expert français de l'islam.

« C'était une journée de pèlerinage à La Mecque mais, en raison de la pandémie, il n'y avait personne ! C'était aussi l'anniversaire du traité de Lausanne, qui a fondé la Turquie moderne dans ses frontières actuelles. Et Erdogan a entrepris de tordre le bras du laïc Atatürk, qui a transformé l'ancienne basilique Sainte-Sophie en musée avant d'en faire don "à l'humanité". Erdogan lui, ... a transformé la basilique en mosquée ».

Dans son nouveau livre, « Le Prophète et la Pandémie », Kepel fait remarquer que le président turc Recep Tayyip Erdogan se présente comme le nouveau chef de la oumma, la communauté des croyants musulmans. « Erdogan tente de se présenter comme le champion de l'islam, tout comme l'ayatollah Khomeiny en 1989 ».

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.