Derniers commentaires et analyses

Turquie : les Meurtres de Femmes Virent à l'Epidémie

par Uzay Bulut  •  15 janvier 2020

  • Un meurtre sur deux (50%) demeure sans cause apparente. Mais 16% ont été tuées parce qu'elles voulaient décider de leur vie, divorcer, rejeter une offre de réconciliation voire même ne pas répondre quand l'homme qu'elles quittent les harcèle au téléphone. 13% des femmes ont été tuées pour « raisons économiques ».

  • Selon la Plateforme turque du droit des femmes « Stop aux Féminicides », 652 femmes ont été tuées par des hommes entre mai 2017 et novembre 2018. Rien qu'en octobre de cette année-là, 36 femmes ont été assassinées.

  • « La réticence, voire même le refus des institutions compétentes d'appliquer les lois actuelles expliquent en partie pourquoi les femmes sont victimes de violence en aussi grand nombre. » - « La violence contre les femmes procède de politiques discriminatoires », 26 août 2019, Comité central des femmes de l'Association turque des droits de l'homme (HRA).

  • « Pas un doigt qui n'ait été cassé, pas une femme sortie sans traces de coups au cours des deux dernières saisons d'une émission diffusée sur une chaîne de télévision progouvernementale ... » - İlhan Taşcı, député du Parti populaire républicain et membre du Conseil suprême de la radio et de la télévision.

Le meurtre de femmes par des hommes de leur famille - généralement conjoints ou anciens conjoints - est devenu dangereusement tendance en Turquie. 652 femmes ont été assassinées en Turquie par des hommes entre mai 2017 et novembre 2018 a indiqué la plateforme turque du droits des femmes, « Stop aux Féminicides ». (Source image : iStock)

Le 25 novembre, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, des milliers de femmes turques ont manifesté place Taksim, à Istanbul. Toutes ont protesté contre les meurtres en nombre croissant que des hommes se sentent en droit de commettre contre des femmes de leur famille. Après avoir lu un communiqué de presse, les manifestantes ont été attaquées par la police avec des gaz lacrymogènes et des balles en plastique.

Le meurtre de femmes par des hommes qui sont leurs proches– généralement des conjoints ou d'anciens conjoints - devient dangereusement tendance en Turquie. Le meurtre brutal, d'Emine Bulut, 38 ans, par son ex-mari – en présence de leur fille de 10 ans illustre la situation.

Continuer l'article

Le Hamas, Trente-Deux ans Après

par Khaled Abu Toameh  •  12 janvier 2020

  • Pourquoi certains dirigeants, gouvernements et organisations internationales continuent-ils de donner l'accolade aux dirigeants du Hamas, alors que ces mêmes dirigeants viennent de rappeler on ne peut plus clairement, que leurs buts n'ont pas changé et que leur objectif unique est la destruction de l'Etat d'Israël. Oui pourquoi ?

  • A la lumière des haineuses déclarations anti-israéliennes du Hamas, une autre question surgit : pourquoi les Nations Unies tentent-elles de convaincre le Hamas de participer aux élections présidentielles et parlementaires palestiniennes ?

  • Erdogan et tous les autres n'ont qu'à écouter ce qu'ont déclaré les dirigeants du Hamas ces derniers jours. Ils comprendraient que ce mouvement est plus déterminé que jamais à chasser les Juifs « de toute la Palestine » et à remplacer Israël par un État islamique ... Qu'est-ce qu'ils ne comprennent pas quand ils entendent « MORT A ISRAËL » ? ... Auraient-ils des motivations cachées ?

Le sommet qui a réuni le président turc Recep Tayyip Erdogan et le leader du Hamas Ismail Haniyeh, a donné lieu à un seul communiqué : rayer Israël de la carte. La Turquie approuve le Hamas et soutient son programme et son idéologie. Photo : lors d'un rassemblement anti-Israël, Erdogan portait un foulard aux couleurs de la Turquie et de l'Autorité palestinienne, le 18 mai 2018 à Istanbul. (Photo de Getty Images)

Le mouvement palestinien Hamas vient de fêter son 32ème anniversaire. Il a rappelé à cette occasion que son objectif de départ, la destruction de l'Etat d'Israël, demeurait inchangé. La charte du mouvement, rendue publique en 1988, n'a pas varié d'un iota - et vraisemblablement - ne variera jamais. Tel est le puissant message que le mouvement a adressé à ceux qui aimeraient tant croire que le Hamas s'est transformé en faction palestinienne non violente.

Continuer l'article

Chrétiens Décapités à Noël, l'Occident Ferme les Yeux

par Giulio Meotti  •  8 janvier 2020

  • Combien faudra-t-il de chrétiens assassinés avant que l'Occident y voie un "génocide" et se dresse enfin ?

  • Au lendemain de la décapitation des chrétiens au Nigeria, le pape François a admonesté la société occidentale : « posez vos téléphones et parlez-vous pendant les repas ». Le Pape n'a pas eu un mot pour les chrétiens décapités. Rien sur cette horrible exécution de ses frères et sœurs chrétiens. Quelques jours auparavant, le pape François a élevé une croix entourée d'un gilet de sauvetage à la mémoire des migrants qui ont perdu la vie en Méditerranée. Il n'a pas fait mention des chrétiens assassinés en mer par des extrémistes islamiques.

  • La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que la lutte contre le changement climatique était sa priorité. Elle n'a pas évoqué le sort des chrétiens persécutés. Au même moment, The Economist a analysé le dévouement du Premier ministre hongrois Viktor Orbán envers les chrétiens persécutés comme une « exploitation » politique de la question.

A ce jour, Boko Haram a détruit pas moins de 900 églises au nord du Nigéria et, depuis 2015, 16 000 chrétiens ont été assassinés. Photo : la Première Mission de l'Eglise Africaine incendiée à Jos, au Nigéria, le 6 juillet 2015. (Photo de l'AFP via Getty Images)

Martha Bulus, une catholique nigériane, a été enlevée par des extrémistes islamiques de Boko Haram sur le chemin de sa fête de mariage. Martha et ses compagnes ont été décapitées et la vidéo de l'effroyable assassinat de ces 11 chrétiennes a été diffusée le 26 décembre au lendemain des fêtes de Noël. Ces images rappellent l'exécution d'autres chrétiens en combinaison orange, à genoux sur le sable avec derrière eux un djihadiste masqué, habillé de noir et appliquant le tranchant de son couteau sur leur gorge. Leurs corps ont été découverts dans une fosse commune en Libye.

Continuer l'article

Europe : les Attaques Anti-Chrétiennes ont Battu Tous les Records en 2019

par Soeren Kern  •  5 janvier 2020

  • Les médias européens font rarement mention du vandalisme anti-chrétien ; mais en février 2019, ils ont commencé à s'y intéresser quand neuf églises ont été attaquées en l'espace de deux semaines. L'incendie suspect qui a ravagé l'emblématique Notre-Dame de Paris en avril 2019, a de nouveau ramené le sujet à la Une. Mais la chape de silence est depuis, retombée.

  • « Chercher à détruire ou endommager des édifices chrétiens est une manière de faire « table rase » du passé. » - Annie Genevard, députée Les Républicains, entretien accordé au Figaro, le 2 avril 2019.

  • « Dans le passé, même si l'on n'était pas chrétien, l'expression du sacré était respectée. La liberté religieuse est aujourd'hui clairement menacée. La laïcité ne doit pas être un rejet du religieux, mais un principe de neutralité qui laisse chacun libre d'exprimer sa foi. » - Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, entretien accordé au magazine italien Il Timone, 5 août 2019.

L'hostilité anti-chrétienne se répand en Europe occidentale. En 2019, jour après jour, des églises et des symboles chrétiens ont été délibérément attaqués. Le problème a fait la une des journaux en avril 2019, quand un incendie suspect a ravagé l'emblématique cathédrale Notre-Dame de Paris (photo). Mais depuis, la chape de silence médiatique est à nouveau retombée. (Photo de Véronique de Viguerie / Getty Images)

L'hostilité anti-chrétienne se répand en Europe occidentale. En 2019, jour après jour, des églises et des symboles chrétiens ont été délibérément attaqués.

Le Gatestone Institute a passé en revue des milliers d'articles de presse, de rapports de police, d'enquêtes parlementaires, de publications sur les réseaux sociaux et de blogs spécialisés tant en Grande-Bretagne, qu'en France, Allemagne, Irlande, Italie et Espagne. Notre recherche a établi qu'environ 3000 églises, écoles, cimetières et monuments chrétiens ont été vandalisés, pillés ou dégradés en Europe, en 2019 - ce qui constitue une année record pour les sacrilèges anti-chrétien sur le continent.

Continuer l'article

Viktor Orbán, Premier ministre Hongrois : Défenseur Solitaire en Europe des Chrétiens Persécutés

par Giulio Meotti  •  29 décembre 2019

  • « Ceux que nous aidons maintenant peuvent nous aider à sauver l'Europe. Nous donnons aux chrétiens persécutés ce dont ils ont besoin : maisons, hôpitaux et écoles, mais nous recevons en retour ce dont l'Europe a le plus besoin : une foi chrétienne, l'amour et la persévérance ». - Premier ministre hongrois Viktor Orbán, Daily News Hungary, 28 novembre 2019.

  • « D'après nos estimations, plus de 90% des chrétiens ont déjà quitté l'Irak et près de 50% ont quitté la Syrie ». - Ignace Aphrem II, patriarche de l'Église orthodoxe syrienne.

  • Plutôt que d'adopter une attitude embarrassée, les dirigeants européens devraient faire de la condition des chrétiens en terre d'islam le point de départ de leurs conversations avec les musulmans.

  • « Le sort des chrétiens d'Orient et des autres minorités est le prélude à notre propre sort. » - Ancien Premier ministre français François Fillon, Valeurs Actuelles, 12 décembre 2019.

En Europe, les chrétiens persécutés ont un défenseur solitaire : le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, que les grands médias adorent attaquer. Aucun autre gouvernement européen n'a investi autant d'argent, de diplomatie et de temps sur ce sujet. (Photo de Laszlo Balogh / Getty Images)

« La persécution des chrétiens est continue. Depuis des mois, nous, évêques, dénonçons ce qui se passe au Burkina Faso », a récemment déclaré Mgr Kjustin Kientega, « mais personne ne nous écoute. L'Occident est davantage préoccupé de protéger ses intérêts ».

Au cours de la même semaine, 14 chrétiens ont été assassinés dans une église au Burkina Faso, 11 chrétiens sont morts dans une attaque de bus au Kenya et sept chrétiens ont été abattus par Boko Haram au Cameroun. Ces trois attentats islamistes menés simultanément en trois endroits différents, donnent une idée de l'intensité et de la fréquence des persécutions antichrétiennes au plan mondial.

Pour l'évêque Kientega, l'Occident ne veut pas entendre parler de la souffrance des chrétiens. « En 2011, le gouvernement belge a envoyé des F-16 en Libye pour protéger les civils menacés par Kadhafi, mais en 2014, il n'a pas levé le petit doigt pour aider les minorités en Irak », écrit Le Vif .

Continuer l'article

La fin d'une présence juive en Europe?

par Guy Millière  •  25 décembre 2019

  • "Bien que les Juifs représentent moins d'un pour cent de la population, la moitié des actes racistes commis en France le sont contre des Juifs." - Meyer Habib, député français.

  • L'antisémitisme progresse sur tout le continent et a souvent une coloration musulmane. Pourtant, les autorités ne parlent que de l'antisémitisme d'extrême droite.

  • L'antisémitisme de gauche est présent dans toute l'Europe. Ses adeptes, comme en France, font de leur mieux pour dissimuler et protéger l'antisémitisme musulman.

  • La transformation démographique qui se produit en France se retrouve dans toute l'Europe occidentale, et une soumission croissante à l'islam est acceptée en silence presque partout par les dirigeants au pouvoir.

Le 3 décembre, l'Assemblée nationale française a adopté une résolution reprenant la définition de l'antisémitisme de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste. Le député Meyer Habib, qui a soutenu la résolution, a prononcé un discours passionné et poignant, dans lequel il a souligné l'étendue de la menace antisémite dans la France d'aujourd'hui et les liens étroits entre la haine des Juifs et la haine envers Israël. Sur la photo: l'Assemblée nationale française à Paris. (Source de l'image: Daniel Vorndran / DXR / Wikimedia Commons)

Le 3 décembre, l'Assemblée nationale française a adopté une résolution reprenant la définition de l'antisémitisme de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste. La résolution a souligné que la définition "inclut les manifestations de haine envers l'État d'Israël fondées uniquement sur la perception de ce dernier comme un pays juif". Le député Meyer Habib, qui a soutenu la résolution, a prononcé un discours passionné et poignant dans lequel il a souligné l'étendue de la menace antisémite dans la France d'aujourd'hui et les liens étroits entre la haine des Juifs et la haine envers Israël:

Continuer l'article

Les Frontières Espagnoles, soudain Rendues « Poreuses » aux Migrants

par Soeren Kern  •  22 décembre 2019

  • Certains ont indiqué que les barbelés contribuaient à dissuader les migrants illégaux et qu'en les supprimant, le gouvernement espagnol prenait le risque d'encourager de nouvelles vagues migratoires en provenance d'Afrique. D'autres ont aussi fait remarquer que l'Espagne cèdait le contrôle de sa frontière au Maroc, un pays avec lequel il a des relations tendues.

  • Les barrières frontalières en question sont celles des enclaves espagnoles nord-africaines de Ceuta et Melilla - authentiques aimants pour Africains à la recherche d'une vie meilleure en Europe.

  • La suppression des barbelés est conforme à la politique pro-immigration du gouvernement socialiste actuel.

  • « Nous ne sommes pas contre l'immigration. Nous ne sommes même pas contre l'immigrant illégal. Ce n'est pas de leur faute si un gouvernement irresponsable les invite à venir ici illégalement ». - Iván Espinosa de los Monteros, porte-parole parlementaire du parti conservateur Vox.

Les autorités espagnoles ont commencé la dépose des barbelés le long de la frontière espagnole avec le Maroc. Le gouvernement socialiste a ordonné de retirer les barbelés après que les migrants qui tentaient de renter en Europe illégalement se soient blessés. Photo : la double clôture qui sépare l'enclave espagnole de Ceuta du Maroc, photographiée le 23 août 2018 (photo d'Alexander Koerner / Getty Images)

Les autorités espagnoles ont commencé la dépose du fil de fer barbelé, connu sous le nom de « barbelé concertina », qui protégeait jusque-là leur frontière avec le Maroc. Le gouvernement socialiste espagnol a ordonné le retrait de ce barbelé extrêmement tranchant après que des migrants illégaux qui tentaient de franchir la frontière se soient blessés.

Le ministre espagnol de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a justifié la dépose du concertina côté espagnol par le fait que le Maroc a orné sa clôture frontalière de ce même barbelé concertina.

Continuer l'article

Allemagne : Les Pays-Membres de l'UE Devront Tous Accueillir des Migrants

par Soeren Kern  •  19 décembre 2019

  • Derrière le débat migratoire, c'est la question du fédéralisme qui est posée : jusqu'où l'Union européenne sera-t-elle autorisée à décider à la place des 28 États membres ?

  • Si tout se déroule comme prévu, le projet de loi sera adopté au Parlement européen au second semestre 2020 sous présidence allemande de l'UE. Le texte sera ensuite ratifié par le Conseil européen, composé des dirigeants des États membres de l'UE.

  • « Nous sommes fondamentalement opposés à toute migration illégale. Nous refusons que des gangs de passeurs décident de qui est autorisé à vivre en Europe. » - Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš.

  • « La position du V4 [groupe de Visegrad] est claire. Nous ne sommes pas disposés à admettre des migrants illégaux en Europe centrale. Le succès des pays d'Europe centrale et leur sécurité sont la conséquence de leur politique anti-migration, et cela va continuer ainsi ... Les Hongrois insistent pour conserver leur droit de décider de qui est accepté dans notre pays et avec qui nous avons envie de vivre. » - Le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó.

Le ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, a dévoilé un projet de réforme du système d'asile européen. Une version de ce document qui a fuité dans la presse indique que tous les États-membres de l'UE seront tenus d'accueillir des migrants illégaux. (Photo de Michele Tantussi / Getty Images)

Le ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, a dévoilé un projet de réforme du système d'asile européen. Dans une version de ce document qui a fuité dans la presse, on peut lire que tous les États membres de l'Union européenne seront tenus d'accueillir des migrants illégaux.

Les pays d'Europe centrale et orientale demeurent opposés à l'obligation de se voir allouer des quotas de migrants. Ils réclament que les permis de séjour continuent d'être octroyés au niveau national. Ils font aussi remarquer qu'à travers les quotas de migrants, les bureaucrates non élus de Bruxelles s'arrogent le droit d'imposer leurs diktats à des dirigeants européens qui, eux ont été démocratiquement élus.

Derrière le débat migratoire, c'est la question du fédéralisme européen qui est posée : jusqu'où l'Union européenne sera-t-elle autorisée à usurper les pouvoirs de décision de ses 28 États membres.

Continuer l'article

Algérie : la Persécution des Chrétiens se Poursuit Ininterrompue

par Uzay Bulut  •  15 décembre 2019

  • « [Une] loi de 2006 stipule que tous les cultes non-musulmans doivent être pratiqués dans des bâtiments spécifiques et désignés. Mais depuis l'entrée en vigueur de cette loi, le gouvernement algérien n'a désigné aux chrétiens aucun lieu de culte spécifique. » - William Stark, directeur régional de International Christian Concern (ICC), à Gatestone.

  • « Les lois algériennes sur le blasphème empêchent les chrétiens de partager leur foi de crainte qu'une simple conversation ne soit considérée comme blasphématoire et utilisée contre eux. » - Open Doors, 2018.

  • Malheureusement..., même le pape François édulcore le sort de ses coreligionnaires dans ce pays d'Afrique du Nord ... « La période de paix à laquelle il fait référence n'est pas très claire » - Bethany Blankley, Patheos, 2018.

Les chrétiens continuent d'être persécutés par le gouvernement algérien. A la mi-octobre, trois églises ont été fermées et leurs fidèles expulsés par la police. Photo : basilique Notre-Dame-d'Afrique à Alger, l'une des églises les plus célèbres d'Algérie. (Source image : Damien Boilley / Flickr / Wikimedia Commons)

Les chrétiens d'Algérie ont beau ne représenter qu'un pour cent d'une population majoritairement musulmane, ils continuent d'être une cible pour le gouvernement algérien. A la mi-octobre, trois églises ont été fermées autoritairement et leurs fidèles expulsés.

William Stark, directeur régional de International Christian Concern (ICC), a déclaré à Gatestone que ces fermetures d'églises s'inscrivaient dans une vaste campagne lancée il y a deux ans contre les lieux de culte chrétiens.

Selon Stark, ICC- Algérie a recensé 12 églises fermées par les autorités algériennes depuis janvier 2019 :

Continuer l'article

Les « Mortelles Illusions» des Programmes de Déradicalisation en Europe

par Giulio Meotti  •  14 décembre 2019

  • La dernière attaque à Londres a été un mélange mortel de dissimulation islamique et de naïveté occidentale. Puisse cet évènement enterrer toutes les illusions que les britanniques entretiennent sur la possible déradicalisation de djihadistes. Comme l'a rapporté le Times, le Behavioral Insights Team (BIT), la fameuse « unité de coup de pouce » autrefois partie intégrante du cabinet du premier ministre, a passé au crible 33 programmes de déradicalisation appliqués au Royaume-Uni. Elle en a conclu que deux seulement semblaient donner des résultats.

  • La France aussi a essayé. Une mission d'information du Sénat a condamné le programme français de déradicalisation comme relevant d'un « fiasco total » ...

  • Un rapport récent remis au gouvernement britannique a déjà lancé l'alerte : les imams de 48 écoles islamiques en Grande Bretagne encouragent à la violence et à l'intolérance. C'est la société britannique qui doit être déradicalisée, pas les djihadistes.

  • Usman Khan considérait Jack Merritt et Saskia Jones comme des « incroyants » et pas comme des « rééducateurs ». Si nous ne modifions pas nos règles d'engagement, la chose se reproduira indéfiniment.

L'attaque du 29 novembre à Londres a représenté un dosage mortel de dissimulation islamique et de naïveté occidentale. Puisse cet évènement mettre fin définitivement aux illusions que les britanniques entretiennent sur la déradicalisation des djihadistes. Photo : un policier se tient à l'endroit où Usman Khan a été abattu à la fin de son épopée meurtrière, sur le pont de Londres. (Photo de Peter Summers / Getty Images)

Ce fut une tragédie pétrie de bonnes intentions. « Jack Merritt est mort dans l'attaque du London Bridge. N'oubliez pas ce qu'il représentait », a écrit Emma Goldberg dans le New York Times. Merritt était l'une des deux victimes d'Usman Khan, le terroriste islamiste qui a frappé au pont de Londres, le 29 novembre dernier. Saskia Jones, l'autre victime, était étudiante. Tous deux rêvaient de travailler pour sauver et protéger leur meurtrier.

Continuer l'article

Suède : la Facture de la Migration

par Judith Bergman  •  7 décembre 2019

  • « Le secteur industriel a un besoin très limité de personnes sans expérience, ni éducation. » - Johanna Odö, conseillère municipale ; Aftonbladet, le 3 octobre 2019.

  • Désormais, pour réduire ses dépenses, la municipalité d'Ystad ne servira plus de repas chauds aux personnes âgées et l'aide-ménagère n'interviendra à leur domicile, qu'une fois toutes les trois semaines.

  • A Motala, la mairie a entrepris de réduire ses dépenses de chauffage dans les bâtiments municipaux, y compris les maisons de retraite. « Nous allons prendre soin des personnes âgées ; elles n'auront pas froid, nous leur fournirons des couvertures », tel fut le message municipal.

  • Entre-temps, en juin, le parlement suédois a voté une loi en faveur du regroupement familial susceptible d'accroître plus encore l'immigration en Suède.

Une municipalité sur quatre et une région sur trois en Suède ont eu leur budget en déficit en 2018. De nombreuses municipalités procèdent à des coupes claires dans leur budget. Les villes de Ystad et de Motala ne serviront plus de repas chauds aux personnes âgées. Pour réduire les dépenses, Motala a annoncé moins de chauffage pour les bâtiments municipaux, y compris les maisons de retraite. Photo : un sans-abri âgé à Stockholm. (Source image : iStock)

Le chômage grimpe en Suède. Eurostat, le service statistique de l'Union européenne, a attribué un taux de chômage de 7,4% en août à la Suède, alors qu'il plafonnait à 6,2% dans la moyenne des autres pays de l'UE. La Suède se classe ainsi en queue de peloton, au vingt quatrième rang sur vingt-huit. Pour le quotidien Expressen, le chômage élevé qui sévit en Suède ne s'expliquer que par l'immigration.

En février 2019, le ministre suédois de la Justice et des Migrations, Morgan Johansson, s'était moqué de ceux qui affirmaient que l'immigration de masse conduirait à un chômage de masse : « Vous souvenez-vous des oiseaux de mauvais augure qui affirmaient que la migration de masse produirait un chômage de masse », a-t-il tweeté ? « Maintenant : le chômage des personnes nées à l'étranger et des jeunes continue de se réduire. Pour les natifs, le taux de chômage est le plus bas jamais atteint ».

Continuer l'article

Trump et Netanyahu : Deux Procédures pour Deux Prétendus Délits

par Alan M. Dershowitz  •  1er décembre 2019

  • Les politiciens cherchent toujours à avoir bonne presse et beaucoup votent avec cette préoccupation en tête. Certains négocient même une bonne couverture médiatique avant de donner leur vote. C'est pourquoi ils ont des services de presse et des consultants médias.

  • On ne peut pas rédiger une loi qui rendrait admissible le comportement présumé délictueux de Netanyahu, pas plus qu'on ne peut condamner des membres de la Knesset qui voteraient pour obtenir une bonne couverture médiatique. C'est pour cette raison qu'aucun pouvoir législatif d'un pays régi par l'état de droit n'a jamais fait de la couverture médiatique positive le "quid" ou le "quo" d'une condamnation pour corruption, et c'est pourquoi aucune mise en examen de Netanyahu pour corruption ne devrait être retenue par les tribunaux.

  • Qu'un président utilise son pouvoir en politique étrangère pour négocier un avantage politique, pour son parti ou pour lui-même, n'est pas un crime. Imagine-t-on le Congrès adoptant une loi qui caractérise un abus de pouvoir criminel en politique étrangère qui soit différent d'un abus de pouvoir politique ou moral.

  • Le cœur de l'état de droit est que nul ne peut être inquiété, poursuivi ou mis en examen pour des motifs autres que des interdictions déjà établies et sans ambiguïté.

Les enquêtes menées contre le président américain Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont un point commun frappant : elles concernent des actes que le système législatif ne caractérise pas explicitement comme des actes criminels. Photo : Trump et Netanyahu lors d'une conférence de presse conjointe à Washington DC le 15 février 2017. (Source image : La Maison Blanche)

Il existe des similitudes frappantes, et quelques grosses différences, entre l'instruction menée par le Congrès des Etats Unis contre le président Donald J. Trump et celle qui a été conduite contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, et qui a abouti à une récente mise en examen.

Les enquêtes menées contre le président américain et le premier ministre israélien ont un point commun frappant : elles concernent des actes que les systèmes législatifs des pays en question ne considèrent pas explicitement comme criminels. En outre, aucune législature de ces deux pays régis par l'Etat de droit ne voterait une loi générale incriminant de tels comportements. Les enquêtes menées contre ces deux dirigeants controversés utilisent des lois générales qui n'ont jamais été considérées comme pouvant réprimer les comportements mis en cause ni cibler des personnalités politiques.

Continuer l'article

France: Une "colonisation inversée"

par Guy Millière  •  23 novembre 2019

  • Peu de temps après, les organisations musulmanes qui avaient demandé que les élèves féminines aient le droit de porter le voile au lycée ont également demandé une modification des programmes scolaires d'histoire, aux fins que la civilisation musulmane soit présentée d'une manière plus "correcte" et "positive".

  • "Française musulmane voilée, si je vous dérange, quittez mon pays". - Panneau lors d'une manifestation, le 27 octobre 2019.

  • "Toute critique de l'islam est maintenant un blasphème." - Ivan Rioufol, Le Figaro, 4 novembre 2019.

  • Une analyse détaillée a permis de voir que les actes antichrétiens étaient essentiellement des actes de vandalisme commis dans des églises. Les actes antisémites étaient, eux, très souvent des attaques violentes contre des Juifs ou des profanations de cimetières juifs. Les actes anti-musulmans étaient presque uniquement le tracé de graffitis antimusulmans ou le dépot de tranches de jambon à l'entrée de mosquées ou dans la boîte aux lettres d'organisations musulmanes. Aucun Musulman n'avait été agressé physiquement.

  • "Nous ne sommes pas dans un projet d'assimilation." - Yassine Belattar, ancien conseiller du Président Emmanuel Macron, le 27 octobre 2019.

  • Éric Zemmour a dit que la France était menacée non par un risque de "partition", mais par une "colonisation" inversée.

(Source image : iStock)

Le 12 octobre 2019, une réunion du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté se tient à Dijon, une ville tranquille du centre Est de la France. Une femme portant un long voile noir est dans l'auditoire, et accompagne un groupe d'élèves. Le chef du groupe du Rassemblement national au Conseil régional, Julien Odoul, se lève et déclare que la présence d'une femme portant un voile islamique dans un bâtiment public est incompatible avec les valeurs de la République française:

"Nous sommes dans un bâtiment public, nous sommes dans une enceinte démocratique. Madame a tout le loisir de garder son voile chez elle, dans la rue, mais pas ici, ni aujourd'hui. Au nom de nos principe republicains, C'est la laïcité. C'est la loi du République, pas de signes ostentatoires. "

Continuer l'article

« Colonies israéliennes » : le Deux Poids-Deux Mesures de la Cour Européenne de Justice

par Soeren Kern  •  21 novembre 2019

  • La décision de la Cour de justice d'étendre à l'ensemble de l'Union européenne les normes d'étiquetage très strictes qui prévalent en France, a été fermement condamnée. De nombreux commentateurs y ont vu la réaffirmation du parti pris anti-israélien de l'Union européenne. D'autres ont fait remarquer que, de tous les conflits territoriaux qui hantent la planète - de la Crimée au nord de Chypre, en passant par le Tibet et le Sahara occidental –, seul Israël est soumis à des exigences d'étiquetage particulières.

  • « Plus de 200 conflits territoriaux meurtrissent la planète à l'heure actuelle, mais la CJUE n'a encore rendu aucune décision relative à l'étiquetage de produits originaires de ces territoires. La décision d'aujourd'hui est à la fois politique et discriminatoire à l'égard d'Israël. » - Ministère des affaires étrangères israélien.

  • « Cet arrêt va à l'encontre des normes commerciales internationales établies par l'Organisation mondiale du commerce ... Ce sont des pitreries alors que Rome est en flammes. Que la Cour européenne mette Israël à l'index au nom de soi-disant « violations de la législation internationale sur les droits de l'homme » au moment même où le Hamas et ses acolytes bombardent des populations civiles innocentes en Israël est l'une des situations les plus perversement ironiques qu'il m'ait été donné de connaître » - Menahem Margolin, président de l'Association juive européenne, Bruxelles.

La Cour de justice de l'Union européenne a statué que les produits alimentaires fabriqués dans de prétendues colonies juives à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et sur les hauteurs du Golan ne pouvaient être étiquetées « Fabriqué en Israël » ; ces produits doivent porter une étiquette spécifique. Cette décision est la conséquence d'un procès intenté par Psagot Winery (photo), qui exploite des vignobles dans un soi-disant territoire palestinien occupé, et par l'Organisation juive européenne. (Source image : iStock)

La Cour de justice de l'Union européenne, la plus haute juridiction de l'UE, a rendu un arrêt qui stipule que les produits alimentaires fabriqués dans les « colonies » juives de Jérusalem-Est, de Cisjordanie et des hauteurs du Golan doivent faire l'objet d'un étiquetage spécifique. Ces marchandises ne sauraient, à en croire les magistrats européens, se contenter de l'étiquette générique « Fabriqué en Israël. »

La protection des consommateurs européens et leur sécurité alimentaire n'est pas au fondement de l'arrêt de la Cour européenne de justice. Cet arrêt qui singularise Israël est en réalité une décision de politique étrangère et, plus particulièrement de politique étrangère anti-israélienne. Cette décision de justice a été vivement critiquée pour son parti pris, son caractère discriminatoire et son antisémitisme.

Continuer l'article

La Cour de justice de l'Union européenne limite la liberté d'expression

par Judith Bergman  •  16 novembre 2019

  • « Cet arrêt a des implications majeures pour la liberté d'expression en ligne dans le monde entier (...). Il signifie aussi qu'un tribunal qui ordonne le retrait d'un post dans un État membre de l'UE sera en mesure d'ordonner la suppression de ce post sur les réseaux sociaux d'autres pays, même si ces pays ne considèrent pas cette publication comme illégale. Un dangereux précédent est constitué qui donne aux tribunaux d'un pays la possibilité de contrôler les contenus mis en ligne dans un autre pays. Cela pourrait donner lieu à des abus, en particulier de la part de régimes faiblement engagés dans le respect des droits de l'homme. » - Thomas Hughes, directeur exécutif d'ARTICLE 19, une organisation à but non lucratif qui œuvre pour « la protection du droit à la liberté d'expression dans le monde », le 3 octobre 2019.

  • L'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne [...] semble donner aux États membres de l'UE un pouvoir sans précédent pour déterminer ce que doit être le débat public en ligne - pour déterminer ce que les citoyens sont en droit de lire ou pas.... [L]es perspectives semblent encore plus sombres pour l'avenir de la liberté d'expression en Europe.

Un arrêt récent de la Cour de justice de l'Union européenne semble donner aux États membres de l'UE un pouvoir sans précédent pour formater le débat public en ligne - afin de déterminer ce que les citoyens sont en droit de lire ou pas. Photo : la Cour de justice de l'Union européenne à Luxembourg. (Source image : Transparency International / Flickr)

Un arrêt du 3 octobre de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) donne à n'importe quel tribunal de l'un ou l'autre des États membres de l'UE, le pouvoir d'enjoindre à Facebook de supprimer des documents diffamatoires ou injurieux dans le monde entier :

« une juridiction d'un État membre peut enjoindre à un hébergeur :

- de supprimer les informations qu'il stocke et dont le contenu est identique à celui d'une information déclarée illicite précédemment ou de bloquer l'accès à celles-ci, quel que soit l'auteur de la demande de stockage de ces informations ;

- de supprimer les informations visées par l'injonction ou de bloquer l'accès à celles-ci au niveau mondial, dans le cadre du droit international pertinent dont il est du ressort des États membres de tenir compte. »

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.