Derniers commentaires et analyses

Chrétiens Massacrés, Médias Muets

par Giulio Meotti  •  18 septembre 2019

  • « La même semaine que la terrible attaque contre la mosquée de Christchurch, en Nouvelle-Zélande ... plus de deux cents chrétiens ont été tués au Nigéria. Les médias n'ont quasiment pas évoqué ce massacre. Aucune marche n'a été organisée pour les chrétiens martyrs, les gouvernements n'ont pas fait sonner les cloches, et aucun tee-shirts 'Je suis Charlie' n'a été imprimé ... Bref, personne n'a levé un sourcil ». - Fr. Benedict Kiely, Crisis Magazine, 4 septembre 2019.

  • Les satellites de la NASA recensent les incendies en Amazonie, poussant les dirigeants de la planète à se mobiliser pour la protection de la forêt tropicale. Mais les satellites ne pistent pas les meurtres, les incendies ni les agressions de chrétiens, et leurs souffrances demeurent invisibles sur nos téléviseurs et dans nos journaux. Pour l'Occident, la persécution des chrétiens n'existe pas.

  • Le Vatican et le pape François ont le choix : faire écho aux persécutions des chrétiens ou être accusés d'aveuglement volontaire ... C'est à eux que le Vatican devrait consacrer son prochain synode.

Photo : Sobame Da, un village malien essentiellement peuplé de chrétiens, a été attaqué par des bergers Fulani en juin 2019. Plus de 100 hommes, femmes et enfants ont été massacrés. (Source image : Nations Unies / MINUSMA / Flickr)

« Cette forêt amazonienne, qui est d'une importance vitale pour la planète, traverse une crise profonde en raison d'une activité humaine prolongée ou prévalent une « culture du gaspillage » et une mentalité extractiviste », a déclaré le Vatican.

« L'Amazonie est une région riche en biodiversité. Ses traits de caractère multi-ethniques, multiculturels et multireligieux, font de l'Amazonie un miroir de l'humanité. La défense de la vie, exige des changements structurels et personnels de la part de tous les êtres humains, de toutes les nations et de l'Eglise ».

Un synode des évêques de la région pan-amazonienne doit se réunir à Rome, du 6 au 27 octobre. Dans une interview à La Stampa, le pape François a déclaré que les « menaces qui pèsent sur les populations et le territoire amazoniens sont provoquées par des intérêts économiques et politiques des secteurs dominants de la société ».

Continuer l'article

Pour les dirigeants européens, la chair juive ne vaut pas cher

par Guy Millière  •  14 septembre 2019

  • Les accords d'Oslo ont été fondés sur l'illusion que l'OLP pouvait totalement changer et devenir soudain un "partenaire pour la paix" ... Il est vite devenu évident que l'Autorité Palestinienne n'était que le nouveau nom de l'OLP. Les attaques terroristes se sont rapidement multipliées. L'argent reçu par l'Autorité Palestinienne a été utilisé pour continuer à inciter au meurtre et pour récompenser les meurtriers.

  • En 1967, un changement de stratégie a eu lieu. L'OLP avait été créée peu de temps avant pour que personne ne parle plus d'une "guerre pour la destruction d'Israël". Il fut désormais question d'une "guerre de libération nationale". Et l'OLP fut présentée comme un "mouvement de libération".

  • Les Arabes qui avaient quitté Israël entre 1948 et 1949, et qui vivaient depuis dans des camps de réfugiés, furent définis comme le "peuple palestinien"; et le peuple palestinien fut inventé. Comme l'a dit en 1977 un membre du Conseil exécutif de l'OLP, Zuheir Mohsen: "Le peuple palestinien n'existe pas ... Nous parlons aujourd'hui de l'existence d'un peuple palestinien pour des raisons politiques et tactiques. "

  • Les dirigeants de l'Autorité Palestinienne n'ont jamais cessé de recourir à la "lutte armée", nom qu'ils donnent au terrorisme et à l'assassinat de Juifs. Pour "contrecarrer tous les projets du sionisme", ils ont inventé le "peuple palestinien" et la "lutte de libération nationale" qu'ils sont censés mener leur a permis d'acquérir une reconnaissance internationale. En appelant "lutte armée" le terrorisme et l'assassinat de Juifs, ils ont rendu terrorisme et assassinat de Juifs acceptable. En signant les accords d'Oslo, ils ont pu se donner l'apparence de gens intéressés par la paix, sans pour autant renoncer au terrorisme. Ils ont même réussi à diaboliser Israël et à donner au pays l'image d'un pays barbare et cruel, tout en continuant à assassiner des Juifs.

  • "Si vous regardez l'histoire ... ce qui met fin aux conflits est le fait que l'une des parties abandonne ... ensuite, c'est fini ... pendant la Seconde Guerre mondiale, [les Allemands] ont été forcés d'abandonner ... et regardez quels bénéfices ils ont tiré du fait d'avoir abandonné. " - Daniel Pipes, historien, le 19 novembre 2017.

  • Aucun Président des Etats-Unis n'avait jamais dit aux dirigeants palestiniens qu'ils mentaient ou ne leur avait demandé de cesser d'inciter au meurtre et de financer le terrorisme, et aucun Président des Etats-Unis n'avait jamais décidé de réduire le financement de l'Autorité Palestinienne tant qu'elle continuerait à inciter à la terreur. Le Président Donald J. Trump l'a fait.

  • Le Président français Emmanuel Macron a accepté d'utiliser l'argent des contribuables pour récompenser l'assassinat de Juifs. Il a également accepté d'entériner la définition très particulière des "réfugiés palestiniens" donnée par les Nations Unies (UNRWA): sont considérés comme "réfugiés palestiniens" des générations infinies de descendants.

Les accords d'Oslo étaient fondés sur l'illusion que l'OLP pouvait totalement changer et devenir soudain un "partenaire pour la paix" ... Il est vite devenu évident que l'Autorité Palestinienne n'était que le nouveau nom de l'OLP. Les attaques terroristes se sont rapidement multipliées. L'argent reçu par l'Autorité Palestinienne a été utilisé pour continuer à inciter au meurtre et pour récompenser les meurtriers. Sur la photo: De gauche à droite, le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, le président américain Bill Clinton et le président de l'OLP Yasser Arafat lors de la signature de l'accord Oslo I à la Maison Blanche à Washington le 13 septembre 1993. (Vince Musi / La Maison Blanche / Wikimedia Commons)

7 août. Israël. Dvir Sorek, un étudiant âgé de 18 ans, rentrait de Jérusalem vers son école après avoir acheté des livres pour offrir un cadeau de fin d'année à ses rabbins. Il a été poignardé à mort par deux terroristes arabes.

Au moment où ses funérailles avaient lieu, pendant que son père prononçait l'éloge funèbre, les habitants du village arabe de Silwad, situé à deux kilomètres au nord, ont tiré des feux d'artifice pour célébrer l'assassinat.

Sorek était, selon toutes les descriptions disponibles, un adolescent paisible qui n'avait jamais fait de mal à personne. Parmi les livres qu'il avait achetés, l'un avait pour auteur l'écrivain israélien de gauche, David Grossman, et soulignait la nécessité de créer un État palestinien.

La seule "faute" de Sorek était d'être un Juif.

Continuer l'article

Pourquoi les Arabes Haïssent les Palestiniens

par Khaled Abu Toameh  •  11 septembre 2019

  • Il n'est pas possible de brûler en effigie le prince héritier saoudien puis de se précipiter le lendemain, à Riyad, pour quémander de l'argent. Il est certes possible de crier des slogans hostiles au président égyptien, mais il est impensable de se rendre ensuite au Caire pour réclamer son soutien politique.

  • Il est remarquable que Turki al-Hamad, écrivain saoudien, ait osé condamner le Hamas et toutes les milices qui règnent à Gaza pour avoir tiré des roquettes sur Israël. Nombre de pays occidentaux n'ont pas ce courage-là.

  • « Les Palestiniens sont une calamité pour tous ceux qui leur ouvrent les bras. La Jordanie les a accueillis et il y a eu Septembre Noir ; le Liban les a accueillis et il y a eu une guerre civile ; le Koweït les a accueillis et ils se sont transformés en partisans de Saddam Hussein. Les voilà qui utilisent maintenant leurs tribunes pour nous maudire. » - Mohammed al-Shaikh, écrivain saoudien, RT Arabic, 13 août 2019.

  • Dans les pays arabes, nombreux sont ceux qui affirment qu'il est désormais grand temps que les Palestiniens se préoccupent de défendre leurs propres intérêts et de préparer un avenir meilleur pour leurs enfants ... Les Arabes semblent dire aux Palestiniens : « Nous voulons aller de l'avant, mais si vous souhaitez continuer de reculer, libre à vous ! »

  • « Il n'y a aucune honte à établir des relations avec Israël ». - Ahmad al-Jaralah, rédacteur en chef d'un des principaux journaux koweïtiens, arabi21.com, le 1er juillet 2019.

Après qu'une vidéo ait été diffusée montrant des Palestiniens accomplissant le hadj en brandissant des drapeaux palestiniens et en scandant : « Avec notre sang, avec notre âme, nous honorons la Mosquée al Aksa ! », l'écrivain saoudien Mohammed al-Shaikh a demandé que les Palestiniens soient interdits de hadj islamique à La Mecque. L'Arabie saoudite a des règles strictes interdisant les activités politiques pendant le hadj. Photo : pèlerins sur le toit, dans et autour de la Grande Mosquée de la Mecque accomplissant les prières nocturnes. (Source image : Al Jazeera / Wikimedia Commons)

Est-ce vrai ? Et si oui, pourquoi ? Les Palestiniens jouissent de la triste réputation de trahir leurs frères arabes, et même de les poignarder dans le dos. Les Palestiniens ont ainsi soutenu l'invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990, alors que cet État du Golfe et ses voisins, attribuaient chaque année, des dizaines de millions de dollars d'aide aux Palestiniens.

C'est à l'enseigne de la déloyauté qu'un nombre croissant d'Arabes, en particulier dans les États du Golfe, situent désormais les Palestiniens.

Ces derniers mois, les critiques à l'encontre des Palestiniens ont été en s'intensifiant, tant dans les médias arabes traditionnels que sur les réseaux sociaux, au point de prendre parfois une tournure franchement hostile.

Continuer l'article

Rêves Européens vs Migration de Masse

par Giulio Meotti  •  8 septembre 2019

  • Malheureusement, le parti pris par l'Europe a été de nier la réalité, comme si dresser le constat s'avérait trop insupportable.

  • En Europe, les jeunes ont une vision marxiste de l'existence. Ils croient que le succès et la réussite se font toujours aux dépens de l'humanité : « Si je gagne, c'est qu'un autre a perdu ». Le « win-win » - « si je gagne, vous pouvez gagner aussi : tout le monde peut gagner ! » - qui sous-tend l'économie de marché, n'existe pas. C'est pourtant cette économie de marché qui a sorti de façon si spectaculaire, une grande partie du monde de la pauvreté.

  • Le dénigrement de soi... si répandu aujourd'hui doit être rejeté. L'Europe semble sceptique sur son avenir, comme si le déclin de l'Occident était une punition justifiée et une absolution pour les fautes du passé ... « Pour moi, aujourd'hui, note Alain Finkielkraut, la civilisation européenne est la chose la plus essentielle ».

Le relativisme culturel est une réalité douloureusement tangible en Europe. La désintégration des États-nations occidentaux est une question désormais à l'ordre du jour. Le multiculturalisme – qui est mené sur fond de déclin démographique, de déchristianisation massive et d'auto-répudiation culturelle – apparait comme une phase transitoire qui conduira à la fragmentation de l'Occident. (Source image : iStock)

L'Europe se positionne aujourd'hui comme l'avant-garde d'une humanité unie. Une postule qui met en péril ses racines culturelles. Selon Pierre Manent, politologue français de renom et professeur à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris :

« L'orgueil européen ou la conscience de soi européenne dépend pour ainsi dire du rejet de l'histoire européenne et de la civilisation européenne ! (...) On ne veut rien avoir affaire avec les racines chrétiennes et l'on tient absolument à être parfaitement accueillant avec l'islam ».

Dans un entretien accordé au mensuel français Causeur, Manent a cité en exemple, le cas de la Turquie :

Continuer l'article

Italie : Salvini à Terre, Mais Pas KO

par Soeren Kern  •  5 septembre 2019

  • La nouvelle alliance au pouvoir, si elle se concrétise, pourrait bien ne pas durer. Dans un entretien accordé à La Stampa, l'ancien ministre de l'Intérieur, Roberto Maroni de la Lega du Nord, a déclaré que le nouveau gouvernement, s'il voit le jour, sera « intrinsèquement faible » car il s'est constitué « sans projet politique et uniquement pour éviter les élections ». Il a ajouté que le nouveau gouvernement pourrait durer toute la législature « afin d'éviter de livrer le pays à Salvini ».

  • « Pensez-vous que quelques mois dans l'opposition me font peur » a demandé Salvini dans une vidéo Facebook ? « Vos petits jeux politiques ne vous débarrasseront pas de moi. Vous ne me connaissez pas, je ne cèderai pas. » Il a appelé à une manifestation contre le nouveau gouvernement, à Rome, le 19 octobre. Les sondages montrent que 67% des Italiens sont favorables à des élections anticipées.

  • « Nous, les Hongrois, n'oublierons jamais que vous [Salvini] avez été le premier dirigeant d'Europe occidentale à empêcher les migrants clandestins d'inonder l'Europe par la Méditerranée. Quels que soient les développements politiques en Italie et bien que nous appartenions à des regroupements de partis européens différents, nous vous considérons comme un frère d'armes dans la lutte pour la préservation de l'héritage chrétien en Europe et pour stopper les migrants. » - Le président hongrois Viktor Orbán.

Matteo Salvini, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur italien depuis 2018, a été évincé du gouvernement italien après l'échec de sa manœuvre pour aller à des élections anticipées qui l'auraient fait Premier ministre. (Photo par Ernesto S. Ruscio / Getty Images)

Matteo Salvini, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur italien depuis 2018, a été évincé du gouvernement italien après l'échec de sa manœuvre pour aller des élections anticipées qui l'auraient fait Premier ministre.

Le risque existe que le départ de Salvini, leader de facto du mouvement anti-migration de masse en Europe, relance l'immigration clandestine sur le continent. Mais, nombre d'analystes estiment que Salvini, qui devance toujours ses rivaux dans les sondages, sera bientôt de retour au gouvernement. Sa position pourrait alors n'en être que plus forte.

Le 8 août, après des mois de querelles publiques, Salvini a déclaré impraticable la coalition gouvernementale entre la Ligue, son parti et le Mouvement 5 étoiles (M5S), un parti anti-establishment. Il a accusé le M5S de bloquer les initiatives politiques de la Ligue et a déclaré que seules de nouvelles élections permettront d'avancer.

Continuer l'article

Israël Face à une Escalade de la Guerre par Procuration que l'Iran Mène contre Lui

par Con Coughlin  •  2 septembre 2019

  • Qu'Israël juge nécessaire d'attaquer des cibles aussi éloignées de ses frontières immédiates, sa traditionnelle zone d'opérations militaires, témoigne de l'escalade alarmante de la menace que l'Iran fait peser sur la sécurité de ce pays.

  • Plus tôt cette semaine, au Liban, un drone israélien aurait bombardé une base palestinienne financée par l'Iran. Des avions de guerre israéliens auraient également bombardé des bases militaires iraniennes à la périphérie de Damas, la capitale syrienne.

  • Il serait inacceptable que Washington s'asseye à la même table que les Iraniens au moment où l'Iran menace la sécurité de son plus proche allié au Moyen-Orient.

Israël a récemment attaqué une base militaire iranienne en Irak, qui était un lieu d'assemblement de missiles à moyenne portée capables d'atteindre des cibles en Israël. La menace a été jugée si importante que le haut commandement militaire israélien a lancé un raid aérien audacieux qui a obligé les avions de combat furtifs F-35 à pénétrer l'espace aérien saoudien. Photo : un F-35 de l'armée de l'air israélienne. (Source image : Israël Air Force / Wikimedia Commons)

Des responsables militaires américains ont reconnu que des avions de combat israéliens avaient mené une attaque contre une base militaire iranienne en Irak, confirmant ainsi l'ampleur alarmante prise ces dernières semaines par ce qu'il est convenu d'appeler la guerre par procuration que Téhéran mène contre Jérusalem.

Selon des responsables des service de sécurité israéliens qui ont requis l'anonymat, la base militaire située dans la province de Salaheddin, au nord de l'Irak, a été prise pour cible, car elle servait à assembler des missiles iraniens de moyenne portée capables de frapper Israël.

Continuer l'article

Les Femmes Iraniennes en Lutte pour leur Liberté

par Uzay Bulut  •  31 août 2019

  • « Les autorités de la République islamique disent que le « hijab obligatoire » est une obligation légale, laquelle doit être respecté. Mais les mauvaises lois doivent être contestées et modifiées. » - Masih Alinejad, journaliste et militante des droits de l'homme irano-américaine.

  • « La loi religieuse que le gouvernement applique depuis la révolution de 1979 est à la base de cette tyrannie. En Iran, les femmes sont des citoyens de seconde classe ; elles sont de quasi-esclaves. La communauté internationale doit avoir le courage de s'attaquer à la loi religieuse et de dénoncer sa nature tyrannique. Le monde libre a dénoncé le communisme pendant la guerre froide, il doit faire de même avec la loi religieuse. » - Propos tenus par Nasrin Mohammadi à l'Institut Gatestone. Nasrin Mohammadi est l'auteur de Ideas and Lashes : The Prison Diary of Akbar Mohammadi (Des idées et des fouets : journal de la prison d'Akbar Mohammadi), écrit en souvenir de son frère mort sous la torture dans une prison iranienne.

Trois Iraniennes détenues dans la tristement célèbre prison de Qarchak à Téhéran ont récemment été condamnées à des peines de prison dont certaines vont au-delà de 10 ans. Leur « crime » ? Ne pas porter de foulard, défiant ainsi le code vestimentaire du pays. Sur la photo : une policière iranienne (à gauche) met en garde, le 22 avril 2007 à Téhéran, une femme à propos de ses vêtements et de ses cheveux lors d'une campagne de répression lancée pour faire respecter le port obligatoire du voile, en Iran. (Photo de Majid Saeedi / Getty Images)

Trois Iraniennes détenues dans la tristement célèbre prison de Qarchak à Téhéran ont récemment été condamnées à des peines dont certaines vont au-delà de 10 ans de prison. Leur « crime » ? Avoir porté atteinte au code vestimentaire islamique en refusant de porter le foulard.

Les femmes ont été arrêtées après qu'une vidéo mise en ligne lors de la Journée internationale de la femme, soit devenue virale. Dans le clip, elles se promènent tête nue distribuant des fleurs aux passagères du métro de Téhéran.

« Le jour viendra où les femmes ne seront plus obligées de combattre », a déclaré l'une d'elles ; on entend une autre espérer à haute voix, qu'un jour, les femmes en hijab accepteront de marcher au côté de femmes qui ont choisi de ne pas le porter.

Continuer l'article

Tuer la Liberté d'Expression en France, en Allemagne et sur Internet

par Judith Bergman  •  30 août 2019

  • Début juillet, l'Assemblée nationale française a adopté un projet de loi visant à limiter le discours de haine en ligne. Le projet de loi donne 24 heures aux réseaux sociaux pour supprimer les « contenus haineux » ou risquer, s'ils tardent à agir, des amendes pouvant atteindre 4% de leurs revenus globaux. Le projet de loi, après examen par le Sénat et retour sur le bureau de l'Assemblée nationale, pourrait devenir une loi à la fin des vacances parlementaires. Si le processus va à son terme, la France sera le deuxième pays d'Europe - après l'Allemagne - à avoir adopté une loi qui oblige un réseau social privé à censurer ses utilisateurs pour le compte de l'État.

  • Sachant qu'un post sur Facebook peut vous conduire devant un juge, le désir de s'exprimer librement peut s'en trouver compromis.

  • Si l'accord de Facebook avec la France s'élargit à d'autres pays européens, ce qui reste de liberté d'expression en Europe, en particulier sur Internet, pourrait rapidement s'épuiser.

  • Facebook clame haut et fort sa volonté de lutter contre le discours de haine en ligne, et se vante d'avoir supprimé des millions de contenus terroristes. Mais un article récent du Daily Beast indique que 105 posts de terroristes membres d'Al-Qaïda, parmi les plus notoires, sont toujours en ligne sur Facebook, ainsi que sur YouTube.

En mai, le gouvernement français a annoncé sa volonté de mieux contrôler ce qui se publie sur Facebook. Cédric O, secrétaire d'État chargé numérique, a fait savoir que Facebook avait donné son accord pour remettre aux juges les données d'identification des utilisateurs soupçonnés de discours de haine.

Auparavant, indique l'agence Reuters, « Facebook s'abstenait de fournir les données d'identification de personnes soupçonnées de discours de haine, parce que les conventions juridiques américano-françaises ne l'y contraignaient pas. Les dirigeants de la plateforme craignaient également que des pays sans système judiciaire indépendant en abusent ». En réalité, notait Reuters, Facebook coopérait avec la justice française mais sur requête d'un juge d'instruction. Le réseau social, sur demande d'un juge, acceptait de transférer les adresses IP et autres données d'identification d'individus suspecté de terrorisme.

Continuer l'article

Les Dernières Niaiseries de l'Industrie du Mensonge Anti-Israélienne

par Andrew Ash  •  23 août 2019

  • Rashida Tlaib avait demandé à se rendre en « Palestine », un pays qui n'existe pas. Son voyage était organisé et cofinancé par une association palestinienne, Miftah, dirigée par Hanan Ashrawi, ennemi de longue date d'Israël. Dans le Washington Examiner, Becket Adams a décrit Miftah comme « un regroupement exceptionnel d'antisémites qui couvrent de louanges les terroristes palestiniens et affirment que les juifs utilisent le sang des chrétiens pour la Pâque juive. L'organisation publie également des libelles néo-nazis et appelle à la destruction d'Israël. » Miftah considère aussi les femmes kamikazes palestiniennes comme des héroïnes.

  • « Je ne me suis jamais sentie plus palestinienne qu'au Congrès », a- déclaré Tlaib de manière provocante devant la Coalition des droits de l'homme du Michigan en avril 2019. Sans craindre la contradiction, la même a twitté que les sénateurs qui soutiennent un projet de loi pro-israélien « oublient quel pays ils représentent. »

  • Seule l'intéresse, une protestation qui se termine par une expulsion bruyante, une arrestation ou une situation qui la positionne publiquement en victime. Mais en quoi travaille-t-elle au bien-être de ses électeurs ? Le dénigrement d'Israël est-il réellement ce qui tient éveillé la nuit les bons électeurs du Michigan ? Et l'antisémitisme assumé est-il désormais le nouveau visage du parti démocrate ?

Rashida Tlaib, membre du Congrès américain (à gauche), avait demandé à se rendre en "Palestine", un voyage organisé et co-financé par une association palestinienne, Miftah, décrite par le Washington Examiner comme un « regroupement exceptionnel d'antisémites qui chante les louanges des terroristes palestiniens et prétend que les juifs ont utilisé le sang des chrétiens lors de la Pâque juive ». (Photo par Adam Bettcher / Getty Images)

Rashida Tlaib, élue démocrate du Michigan au Congrès des Etats Unis, a finalement renoncé à se rendre en Israël. Ce voyage auquel devait participer Ilhan Omar, sa collègue de la « Bande » (« Squad » en anglais), a été conçu après qu'elles ont eu décliné l'invitation de faire partie d'un voyage officiel de représentants du Congrès des Etats Unis.

Rashida Tlaib et sa volubile collègue Ilhan Omar, - elles prônent toutes deux l'éradication d'Israël par le boycott -, n'avaient apparemment pas imaginé que l'accès au territoire israélien pourrait leur être refusé, ni qu'elles pourraient à leur tour être boycottées. C'est seulement après que Rashida Tlaib a adressé une requête sentimentale au ministre israélien de l'Intérieur, Aryeh Deri, affirmant qu'elle souhaitait seulement serrer sa grand-mère palestinienne entre ses bras, qu'une autorisation pour « raisons humanitaires », lui a finalement été accordée.

Continuer l'article

Allemagne : une Diplomatie anti-Israélienne et pro-Iranienne

par Soeren Kern  •  21 août 2019

  • Depuis maintenant plusieurs années, l'Allemagne marque son hostilité à Israël ... L'Allemagne continue de verser des millions d'euros chaque année à des organisations qui reprennent les campagnes anti-israéliennes du BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), qui mènent des actions de harcèlement judiciaire, affichent leur antisionisme et leur antisémitisme sans oublier la violence, indique NGO Monitor.

  • En 2008, la chancelière Angela Merkel a déclaré que la sécurité d'Israël était « non négociable ». En 2018, son ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, a expliqué qu'il était entré en politique « à cause d'Auschwitz ». Mais au quotidien, l'Allemagne mène une politique systématique de bonnes relations avec les ennemis d'Israël.

  • Instex, une initiative du ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, a pour objectif de contourner les sanctions américaines sur le commerce avec l'Iran. Cette procédure autorise les opérations de troc pour que l'Iran acquière des produits pharmaceutiques et des produits alimentaires. Mais Téhéran insiste fortement et régulièrement pour qu'Instex s'élargisse au négoce des produits pétroliers.

L'Allemagne a adopté des positions résolument hostiles à Israël ces dernières années. En mai 2016, lors de l'assemblée générale annuelle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) – le bras sanitaire de l'ONU -, l'Allemagne a approuvé une résolution particulièrement honteuse qui désignait Israël comme le seul Etat qui portait atteinte à la « santé mentale, physique et environnementale ». Le président allemand Frank-Walter Steinmeier s'est rapproché du régime iranien et d'autres pays ennemis d'Israël. Photo : le 3 février 2016, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a rencontré Steinmeier (à l'époque, ministre des Affaires étrangères,) à Téhéran. (Source image : Tasnim / Wikimedia Commons)

Le diplomate allemand de haut rang qui devait diriger le système de troc conçu pour aider les entreprises européennes à contourner les sanctions américaines qui pénalisent l'Iran, a été contraint à la démission. Son départ a été annoncé peu après qu'il ait donné une interview dans laquelle il critiquait l'existence d'Israël et faisait l'éloge du programme de missiles balistiques de Téhéran.

Cet épisode - le dernier en date d'une série d'annonces et de prises de position très significatives du tournant anti-israélien de la diplomatie allemande -, représente un camouflet pour le gouvernement allemand et complique ses efforts pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien.

Continuer l'article

La Liberté d'Expression en Danger de Mort au Canada

par Judith Bergman  •  19 août 2019

  • Telle est désormais la norme : la Charte ne définit pas ce qui constitue la « haine » et devient un fourre-tout pour tout ce que le gouvernement canadien juge politiquement inopportun. Ce processus est d'une exténuante familiarité : l'Allemagne dispose déjà d'une législation qui oblige les réseaux sociaux à censurer leurs utilisateurs. La France est en passe d'en adopter une.

  • Les Conservateurs du comité ... ont réclamé que les sanctions relatives aux crimes de haine, en ligne ou ailleurs, soient reprises des sections appropriées du Code pénal. Ils ont également demandé que « la définition de la 'haine' soit limitée, conformément au Code pénal, aux cas où les menaces ou les appels à la violence sont dirigés contre un groupe identifiable »... Ils ont ajouté qu' « au lieu de tenter de contrôler le discours et les idées, le gouvernement étudie des mesures de sécurité appropriées pour contrer les trois éléments d'une menace : l'intention, la capacité et l'opportunité ».

  • « Des idéologies malsaines qui encouragent des individus à enlever la vie à d'autres êtres humains prolifèrent de manière inquiétante, au pays et dans le monde. Pourtant, Justin Trudeau et les membres libéraux de ce Comité tentent d'utiliser ces événements troublants pour faire des gains politiques. Ils tentent de dépeindre comme extrémiste quiconque ne souscrit pas à leurs valeurs bornées. C'est dangereux. Les conservateurs pensent que la société canadienne est résiliente précisément parce qu'elle offre une grande tente pour toutes sortes de points de vue, mais que nous devons aussi tenir responsables ceux qui distribuent du matériel pour radicaliser les gens et encourager la violence extrémiste. » - Opinion dissidente du Parti conservateur dans « Prendre des mesures pour mettre fin à la haine en ligne ».

Si le gouvernement du Canada montre une quelconque sympathie pour les nouvelles recommandations du Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes, alors la liberté d'expression n'a plus guère d'avenir au Canada. Photo : le Parlement du Canada, à Ottawa. (Source image : Safran Blaze / Wikimedia Commons)

En mai, le Canada a lancé une Charte Numérique dans le but de promouvoir « la confiance dans un monde numérique ». La charte est composée de dix principes, dont trois traitent du « discours de haine et de la désinformation ».

Justin Trudeau, premier ministre canadien, a déclaré que la Charte ciblera les fake news (fausses informations) et les discours de haine en ligne. « Les réseaux sociaux ne rendent pas service aux utilisateurs ni aux citoyens », a-t-il déclaré. « Ces plateformes en ligne doivent se réformer en profondeur pour contrer la désinformation. Et si elles ne le font pas, leur responsabilité sera engagée avec d'importantes pénalités financières à la clé. »

Continuer l'article

La Suède ou Comment Blanchir l'Antisémitisme Officiel

par Nima Gholam Ali Pour  •  17 août 2019

  • A Malmö, l'antisémitisme affiché des élus social-démocrates n'a plus rien de répréhensible. Le parti social-démocrate a certes affiché quelques regrets, mais personne n'a dû démissionner.

  • Le « devoir de mémoire » ne devrait pas se réduire à une séance de photos sur l'Holocauste. Si les élus de Malmö veulent se dédouaner ils doivent utiliser l'Holocauste pour lutter contre les conditions qui ont rendu l'Holocauste possible : la normalisation de l'antisémitisme.

  • Les sociaux-démocrates suédois et européens, ont contribué à la normalisation de l'antisémitisme ; tout comme le parti travailliste britannique de Jeremy Corbyn.

Malmö, troisième plus grande ville de Suède, est réputée pour la vigueur de l'antisémitisme qui y règne. Et il n'est pas certain que les sociaux-démocrates au pouvoir aient réellement la volonté politique ou morale de s'y opposer. Photo : la mairie de Malmö. (Source image : Hajotthu / Wikimedia Commons)

Malmö, troisième plus grande ville de Suède, est réputée pour son virulent antisémitisme. Que les juifs soient de plus en plus nombreux à ne plus s'y sentir en sécurité, n'a rien d'étonnant. Les sociaux-démocrates au pouvoir ne témoignent pas d'une réelle volonté politique ou morale de s'y opposer.

Ilmar Reepalu, ancien maire de Malmö, a été accusé d'antisémitisme à plusieurs reprises. D'autres personnalités social-démocrates, comme Adrian Kaba, ont développé dans le passé des théories du complot antisémite. Le 1 er mai 2019, jour de la fête internationale du travail, la Ligue de la jeunesse social-démocrate de Malmö a défilé aux cris de : « écrasez le sionisme ».

La particularité de tous ces scandales est que personne n'a eu à en payer le prix. A Malmö, un élu social-démocrate ne court aucun risque à afficher son antisémitisme. Officiellement, son parti regrette publiquement tel ou tel incident, mais personne n'est poussé à la démission.

Continuer l'article

Comment le Hamas et l'Iran Planifient l'Elimination d'Israël

par Bassam Tawil  •  13 août 2019

  • « Les juifs sont partout. Nous devons attaquer tous les juifs de la Terre ! Nous devons les massacrer et les tuer, avec l'aide d'Allah. Nous allons les lacérer et les mettre en pièces. » - Fathi Hammad, haut responsable du Hamas, lors d'un rassemblement près de la frontière entre Gaza et Israël, le 14 juillet 2019.

  • Les déclarations de Haniyeh sont concomitantes à la visite en Iran d'une délégation du Hamas. Dirigée par le terroriste palestinien Saleh Arouri, la délégation s'est entretenue plusieurs jours durant avec les dirigeants iraniens sur les moyens de renforcer les relations entre les deux parties.

  • Si l'archi-terroriste du Hamas réussit à obtenir davantage de fonds de l'Iran, le Hamas, le Jihad islamique et d'autres groupes terroristes de la bande de Gaza auront les moyens d'intensifier leurs activités terroristes contre Israël. Empêcher le Hamas de « massacrer » chaque juif passe par un renforcement des sanctions internationales contre l'Iran et tout autre moyen de pression, avant qu'il ne soit trop tard.

Dans le lexique du Hamas, le lancer de cerfs-volants incendiaires sur les fermes et villages israéliens près de la frontière avec Gaza est défini comme une « résistance pacifique ». Photo : le 15 mai 2018, à Nahal Oz, près de la frontière avec Gaza, des pompiers tentent d'éteindre un champ de blé incendié par un cerf-volant du Hamas. (Source image : Lior Mizrahi / Getty Images)

Le Hamas, groupe terroriste palestinien qui contrôle la bande de Gaza, aurait-il abandonné son objectif de détruire Israël pour accepter finalement une solution à deux États ?

C'est ce que certains médias arabes ont tenté de faire croire. Le 20 juillet, les manchettes de médias arabes ont annoncé que le Hamas avait soudain changé de politique et ne cherchait plus à anéantir Israël. Ces médias ont même donné le sentiment que le Hamas présentait un nouveau plan de paix avec Israël.

Citant Ismail Haniyeh, le chef du Hamas, plusieurs médias arabes ont annoncé que le groupe terroriste était désormais favorable à une solution à deux États. « Le Hamas ne s'oppose pas à la création d'un Etat [palestinien] aux frontières de 1967 », ont claironné certains titres.

Continuer l'article

« La Suède est en guerre »

par Judith Bergman  •  12 août 2019

  • En 2017, un rapport de police intitulé « Utsatta områden 2017 » (« Zones sensibles 2017 ») révélait l'existence de 61 zones de ce type en Suède, lesquelles sont aussi appelées no-go zones. Ces ghettos peuplés d'immigrants non européens et de leurs enfants ont donné naissance à près de 200 réseaux criminels, composés d'environ 5 000 criminels.

  • En mars, le Centre national de police scientifique suédois a estimé que depuis 2012, le nombre de meurtres ou de tentatives de meurtre par armes à feu avait augmenté de près de 100%.

  • « La Suède est en guerre et la faute en revient à la classe politique. Cinq nuits d'affilée, des voitures ont été incendiées dans la ville universitaire de Lund. Depuis quinze ans, des actes aussi insensés se sont produits des centaines de fois à différents endroits en Suède. De 1955 à 1985, pas une seule voiture n'a brulé à Malmö, Göteborg, Stockholm ou Lund ... Aucun de ces criminels ne mourait de faim ni n'était privé d'accès à l'eau potable. Ils ont un toit au-dessus de la tête, et bénéficient de la gratuité scolaire. [...]. Ils ne vivent pas dans des taudis [...]. Cela s'appelle l'éducation et des milliers de filles et de garçons suédois en sont dépourvus aujourd'hui. » - Björn Ranelid, écrivain suédois, Expressen, 5 juillet 2019.

En mars, le Centre national de police scientifique suédois a estimé que depuis 2012, le nombre de meurtres ou tentatives de meurtre par armes à feu avait augmenté de près de 100%. (Source image : iStock)

En 2018, la Suède a connu un nombre record de fusillades mortelles, 306 en tout. Quarante-cinq personnes ont été tuées et cent trente-cinq autres blessées. Ces crimes ont eu lieu un peu partout dans le pays, mais un bon nombre d'entre eux est concentré au sud du pays, près de Malmö. En mars, le Centre national de police scientifique suédois a estimé que depuis 2012, le nombre de meurtres ou de tentatives de meurtre par armes à feu a augmenté de près de 100%. Le Centre a également constaté que l'arme la plus fréquemment utilisée lors de ces fusillades était le fusil d'assaut Kalachnikov. « Il s'agit d'une des armes les plus fabriquées au monde et elle est utilisée dans de nombreux conflits », a déclaré le responsable du Centre national de police scientifique, Mikael Högfors. « Quand les conflits cessent, ces armes arrivent en contrebande en Suède ».

Continuer l'article

La France s'enfonce lentement dans le chaos

par Guy Millière  •  11 août 2019

  • Le président Macron n'a jamais dit à ceux qui ont perdu un œil ou une main... qu'il regrette l'extrême brutalité dont a fait preuve la police. Il a par contre demandé au Parlement français d'adopter une loi qui abolit presque complètement le droit de manifester et la présomption d'innocence, et qui permet d'arrêter n'importe qui, n'importe où, même sans motif. La loi a été adoptée.

  • En juin, le Parlement français a adopté une autre loi qui punit sévèrement quiconque dit ou écrit quoi que ce soit qui puisse être considéré comme un "discours de haine". La loi est si vague qu'un juriste américain, Jonathan Turley, s'est senti obligé de réagir. "La France", a-t-il écrit, "est devenue l'une des plus grandes menaces internationales contre la liberté d'expression".

  • La préoccupation principale de Macron et du gouvernement français ne semble pas être le risque d'émeutes, le mécontentement de la population, la disparition du christianisme, la désastreuse situation économique du pays, ou l'islamisation et ses conséquences. C'est plutôt le changement climatique.

Le président Macron ne dit jamais à ceux qui ont perdu un œil ou une main... qu'il regrette l'extrême brutalité dont a fait preuve la police. Il a demandé au Parlement français d'adopter une loi qui abolit presque complètement le droit de manifester et la présomption d'innocence, et qui permet d'arrêter n'importe qui, n'importe où, même sans motif. La loi a été adoptée. (Photo de Kiyoshi Ota - Pool / Getty Images)

Paris, Champs-Élysées. 14 juillet. Fête nationale. Juste avant que commence défilé militaire, le président Emmanuel Macron descend l'avenue dans une voiture officielle pour saluer la foule. Des milliers de personnes rassemblées le long de l'avenue crient " Macron démission", huent et lancent des insultes.

À la fin du défilé, quelques dizaines de personnes lâchent des ballons jaunes dans le ciel et distribuent des tracts disant: "Les gilets jaunes ne sont pas morts." La police les disperse rapidement et fermement. Quelques instants plus tard, des centaines d'anarchistes «Antifa» arrivent, jettent des barrières de sécurité sur la chaussée pour tenter d'ériger des barricades, allument des feux et détruisent les devantures de plusieurs magasins. La police a du mal à maîtriser la situation, mais en début de soirée, au bout de quelques heures, elle rétablit le calme.

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.