Derniers commentaires et analyses

Esclavage Moderne et Woke-Hypocrisie

par Judith Bergman  •  9 juillet 2020

  • Rien qu'en Grande-Bretagne, pas moins de 136 000 personnes seraient réduites en esclavage. L'esclavage au Royaume-Uni a pris la forme du travail forcé et de l'exploitation domestique et sexuelle. Les Albanais et les Vietnamiens sont les mieux représentés au sein des groupes esclaves. - Global Slavery Index, 2018.

  • L'Afrique compte encore 9,2 millions d'esclaves noirs environ. L'esclavage se caractérise par le travail forcé, l'exploitation sexuelle forcée et le mariage forcé. - Global Slavery Index, 2018.

  • « Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), les personnes réduites au servage sont trois fois plus nombreuses aujourd'hui que celles qui ont été capturées et vendues pendant les 350 ans qu'a duré la traite transatlantique », Time Magazine, 14 mars 2019.

  • L'esclavage moderne rapporte aux réseaux criminels environ 133 milliards d'euros par an, soit à peine moins que le trafic de drogue et le trafic d'armes.

  • « Les pays du G-20 importent chaque année pour environ 315 milliards d'euros de marchandises susceptibles d'avoir été produits par des esclaves ». - Global Slavery Index, 2018.

  • Une esclave malienne, Raichatou, a déclaré au Guardian en 2013 qu'elle était devenue esclave à l'âge de sept ans, à la mort de sa mère qui était elle-même une esclave -. « Mon père a été dans l'incapacité d'empêcher le maître de ma mère de nous réclamer mes frères et moi », a-t-elle expliqué. Raichatou a travaillé comme domestique pendant près de 20 ans sans jamais être payée, et elle a été forcée de se marier avec un autre esclave qu'elle n'avait jamais rencontré auparavant, afin de pouvoir fournir à son maître plus d'esclaves.

Black Lives Matter (BLM) et ses sycophantes exercent une interminable pression en faveur du déboulonnage des statues et sur le changement des noms de rues mais ils ne portent aucune attention aux 40 millions de personnes actuellement esclaves de par le monde. Rien qu'en Afrique, 9,2 millions d'hommes, de femmes et d'enfants sont aujourd'hui réduits en esclavage. Photo : des vandales tentent d'abattre la statue du président américain Andrew Jackson à Lafayette Square, le 22 juin 2020, près de la Maison Blanche à Washington, DC. (Photo de Tasos Katopodis / Getty Images)

Tout à coup, les médias n'ont plus parlé que de Black Lives Matter (BLM) et de ses militants occupés à vandaliser et détruire diverses statues de marchands d'esclaves, de propriétaires d'esclaves et de toute autre personne qui selon eux, aurait été impliquée dans le trafic d'esclaves. À Bristol, en Angleterre, la statue du marchand d'esclaves Edward Colston a été abattue et jetée dans le port. En Belgique, les statues du roi Léopold ont été vandalisées.

Des élus locaux ont accompagné le mouvement, affirmant que toutes les statues perçues comme offensantes devraient être supprimées. Le maire de Londres, Sadiq Khan, a aussi annoncé la mise en place d'une commission chargée de repenser l'avenir des monuments, statues et noms de rues de la capitale britannique.

Continuer l'article

Black Lives Matter : « Nous Sommes des Marxistes Aguerris » - Partie I

par Soeren Kern  •  7 juillet 2020

  • Black Lives Matter (BLM) est un mouvement révolutionnaire marxiste qui a pour but de faire des États-Unis une dystopie communiste. BLM déclare vouloir abolir la famille nucléaire, la police, les prisons et le capitalisme. Les dirigeants du BLM ont menacé de « mettre le feu système » si leurs demandes n'étaient pas satisfaites. Ils disposent également de milices parfaitement entrainées.

  • « Réduire le budget du Los Angeles Police Department (LAPD) signifie que les réponses aux appels d'urgence du 911 seront plus longues, que les policiers qui demandent des renforts ne les obtiendront pas, que les enquêtes sur les viols, les meurtres et les agressions n'aboutiront pas ou mettront une éternité à démarrer » - Los Angeles Police Protective League, le syndicat de la police de la ville.

  • « Les Blancs sont tellement confus en Amérique ... le racisme systémique, c'est contre les Blancs qu'il s'exerce aujourd'hui, ce sont les Blancs qui s'entendent dire qu'ils sont responsables de tous les maux du monde ... » - Dr Carol M. Swain, professeur d'université et membre du conseil consultatif de Black Voices for Trump.

  • « Nous sommes tous des êtres humains à l'image de Dieu. Black Lives Matter, les Antifas et les organisations de cet acabit ne nous aideront pas à transcender le racisme et le classisme et tous les « ismes » qui les préoccupent. Des choses peuvent être faites pour la communauté noire, mais le plus important est d'aider les gens à comprendre combien leur attitude compte... » - Dr. Carol M. Swain.

Black Lives Matter est un mouvement révolutionnaire marxiste qui s'est donné pour but de faire des États-Unis une dystopie communiste. BLM déclare vouloir abolir la famille nucléaire, la police, les prisons et le capitalisme. Les dirigeants du BLM ont menacé de "mettre le feu au système" si leurs demandes n'étaient pas satisfaites. Ils disposent également de milices bien entrainées. Photo : un homme porte un drapeau américain monté à l'envers avec "BLM" écrit dessus à l'occasion d'une marche de protestation à Boston, Massachusetts, le 22 juin 2020. (Photo de Joseph Prezioso / AFP via Getty Images)

Un récent sondage du Pew Research Center a révélé que plus des deux tiers des Américains soutenaient Black Lives Matter (BLM). Ce degré élevé de sympathie oblige à s'interroger sur ce que le public sait exactement de BLM.

En apparence, BLM se présente comme un mouvement de citoyens qui s'est attribué la noble tâche de lutter contre le racisme et les brutalités policières. Un examen plus attentif montre que BLM est un mouvement révolutionnaire marxiste visant à transformer les États-Unis - et le monde entier - en une dystopie communiste.

Cet article est le premier d'une série de deux, qui révèle :

Continuer l'article

Ce Gaza Qu'ils ne Veulent Pas Que Vous Voyiez

par Bassam Tawil  •  6 juillet 2020

  • Comment le Hamas et ses suppôts dans le monde entier peuvent-ils continuer de se lamenter sur la pauvreté et la misère qui règne à Gaza quand un nouveau centre commercial ou un nouveau supermarché bourré de vêtements et de produits de luxe ouvre toutes les trois ou quatre semaines ?

  • Ces images de la vie à Gaza embarrassent les propagandistes anti-israéliens qui cherchent à promouvoir les "souffrances" des Palestiniens pour délégitimer Israël et diaboliser les Juifs.

  • Pourquoi les correspondants étrangers et les journalistes palestiniens qui couvrent le conflit israélo-palestinien envoient-ils systématiquement à la poubelle les images de ces événements positifs et ensoleillés relatifs à la bande de Gaza ? Ces images ne cadreraient-elles pas avec leur agenda et leur narratif anti-israéliens ?

Comment le Hamas et ses suppôts dans le monde entier peuvent-ils continuer de se lamenter sur la pauvreté et la misère qui règne à Gaza quand un nouveau centre commercial ou un nouveau supermarché rempli de vêtements et de produits de luxe ouvre toutes les trois ou quatre semaines ? Photo : un centre commercial récemment ouvert à Gaza le 22 février 2017. (Photo de Mohammed Abed / AFP via Getty Images)

Le groupe terroriste palestinien Hamas a fait savoir aux Palestiniens de la bande de Gaza qu'ils ne devaient pas publier de photos de leur environnement sur les réseaux sociaux.

Dans un communiqué rendu public le 9 juin, le ministère de l'Intérieur contrôlé par le Hamas a affirmé que « les services de renseignement israéliens ont demandé aux habitants de la bande de Gaza - via les réseaux sociaux - d'utiliser leur téléphone portable pour photographier divers endroits de la bande de Gaza. »

Le Hamas a informé les Palestiniens qu'ils devaient se garder de répondre à cette soit-disant demande israélienne affirmant qu'Israël utilisait les réseaux sociaux pour « recruter des collaborateurs et obtenir des informations ».

Continuer l'article

Brève Histoire des Antifas : Partie II
Le mouvement Antifa aux États-Unis

par Soeren Kern  •  4 juillet 2020

  • « Sur le long terme, la seule manière de parer à la menace fasciste est de saper les piliers qui sont au fondement de la société, à savoir la suprématie blanche, mais aussi le capacitisme (ableism), l'hétéronormativité, le patriarcat, le nationalisme, la transphobie, l'organisation en classes sociales et bien d'autres piliers encore. » - Mark Bray, « Antifa : manuel de l'antifasciste » , 2017.

  • « Ils viennent d'autres villes. Ce qui coûte de l'argent. Ils sont défrayés. Quelqu'un paie pour cela ... Les Antifas instrumentalisent la communauté noire pour qu'elle devienne leur armée. Ils jouent les instigateurs, ils fomentent des conflits, ils incitent de jeunes hommes et femmes noirs à agir stupidement, puis ils disparaissent au coucher du soleil ». - Bernard Kerik, ancien commissaire du département de police de New York.

  • La violence coordonnée soulève des questions sur le financement des Antifas. Selon Influence Watch, une ONG qui collecte des informations sur les organisations de défense, les fondations et les donateurs, The Alliance for Global Justice (AFGJ ; Alliance pour une justice mondiale) est la plateforme organisatrice et le sponsor de nombreuses initiatives radicales de gauche .... Les fondations Open Society, Tides, Arca, Surdna, Public Welfare et le Brightwater Fund ont tous contribué à l'AFGJ, indique Influence Watch.

  • L'un des groupes financés par l'AFGJ s'appelle Refuse le fascisme ... un pseudopode du Parti communiste radical (RCP) ... Le principal slogan du groupe est le suivant : « Ce système ne peut pas être réformé, il doit être renversé ! »

Aux États-Unis, les Antifas fonctionnent en réseau, sont très bien financés et leur programme idéologique est sans bavures : user d'une violence extrême pour renverser le système politique américain et instaurer le communisme. Photo : une manifestation d'Antifas le 16 novembre 2019 à New York. (Photo de Stephanie Keith / Getty Images)

Note de l'éditeur : Le texte ci-dessous est la Partie II d'un ensemble sur l'histoire d'un mouvement mondial, les Antifas. La Partie I a décrit les origines idéologiques du mouvement Antifa. La partie II examine l'histoire, la tactique et les objectifs du mouvement aux États-Unis.

Le président américain Donald Trump a récemment annoncé que le gouvernement américain avait la volonté d'inscrire les Antifas - un mouvement militant "antifasciste" – sur la liste des organisations terroristes en raison de la violence qui a marqué chacune de leurs manifestations de soutien à George Floyd.

Le Code des règlements fédéraux (28 CFR, article 0.85) définit le terrorisme comme « l'usage illégal de la force et de la violence contre des personnes ou des biens pour intimider ou soumettre le gouvernement, la population civile ou tout groupe de population à ses objectifs politiques ou sociaux. »

Continuer l'article

La Guerre Non Déclarée de la Chine à l'Inde

par Vijeta Uniyal  •  3 juillet 2020

  • Les îles artificielles que la Chine a édifié en mer de Chine méridionale - équipées de bases militaires, de ports et d'aéroports - représentent une menace stratégique pour les pays voisins. En 2018, la Chine a autorisé l'atterrissage de bombardiers nucléaires sur ces îles artificielles, ce qui envoie un message alarmant aux États-Unis et aux puissances régionales.

  • Certains commentateurs attribuent l'intensification des actes de prédation chinois - Hong Kong, les Philippines, le Japon, l'Indonésie, la Corée du Sud et l'Australie - à la pandémie : le monde serait bien trop occupé à juguler la contamination et à panser les plaies économiques ouvertes par le coronavirus pour penser à protester. Sans même parler de se dresser pour stopper la Chine.

  • Alors que les États-Unis ont réduit leur capacité nucléaire, la Chine renforce son arsenal, indique un rapport publié le 15 juin par le Peace Research Institute de Stockholm.

  • Si le monde libre souhaite le rester, il aurait intérêt à demeurer proche de la plus grande démocratie du monde. Tolérer les agressions chinoises ne fera qu'enhardir les communistes de Pékin et les inciter à redessiner les frontières, dicter leurs conditions à d'autres pays de la région et à poursuivre leur plan de domination du monde.

Le décès de 20 soldats indiens battus à mort par des militaires chinois lors d'un incident frontalier place l'Inde face à un défi militaire sans précédent depuis au moins soixante ans. Photo : un convoi de l'armée indienne se dirige vers Leh, par la route qui longe la frontière avec la Chine, le 19 juin 2020 près de Gagangir, en Inde. (Photo par Yawar Nazir / Getty Images)

L'Inde se retrouve confrontée à un défi militaire qui n'a pas de précédent depuis au moins six décennies : à la mi-juin 2020, 20 soldats indiens ont été tués par des troupes chinoises à l'occasion d'un incident frontalier.

Les soldats ont été battus à mort avec « des gourdins, à coups de poings et avec des pierres » indique-t-on de source indienne. L'affrontement a eu lieu dans l'Himalaya, à l'est du Ladakh. Conformément à l'accord frontalier que l'Inde et la Chine ont signé en 1996, leurs soldats ont ordre de ne jamais tirer un coup de feu dans cette zone.

Les troupes chinoises ont mené une « action préméditée et planifiée qui a été la cause directe de violences et pertes en vies humaines », a déclaré le 17 juin le ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar.

Continuer l'article

Si Tout le Monde s'Agenouille, Qui Défendra l'Histoire et la Culture Occidentales ?

par Giulio Meotti  •  24 juin 2020

  • « Nous avons peur d'agir en colonialistes dans tout ce que nous entreprenons. De nombreux pays semblent avides de s'engouffrer dans cette brèche de la gouvernance mondiale : la Chine, l'Iran, la Russie, la Turquie ». - Bruce Gilley, The Times, 10 mai 2018.

  • La culpabilité post-coloniale britannique a des conséquences qui vont au-delà des statues. La chape de plomb qui pèse sur les chrétiens persécutés en est une indique un évêque du Royaume-Uni chargé d'un rapport sur le sujet.

  • L'actuelle réécriture de l'histoire présente la civilisation occidentale comme un unique et gigantesque apartheid. Nous ne sommes pas seulement invités à déboulonner des statues, mais aussi à nous détruire nous-mêmes. Une démocratie qui fonctionne ne peut pas être bâtie sur l'effacement du passé.

  • « Chaque dossier a été détruit ou falsifié, chaque livre réécrit, chaque image a été repeinte, chaque statue et chaque bâtiment ont été renommés, chaque date modifiée. Et le processus continue jour après jour, minute après minute. L'histoire s'est arrêtée ... Un interminable présent règne dans lequel le Parti a toujours raison ». - George Orwell, 1984.

  • Le but de ce macabre jeu idéologique ? Mettre en branle une révolution culturelle pour empêcher quiconque de dire que les cultures ne sont pas toutes égales ; pour faire le procès du passé de l'Europe ; pour instiller un remord éternels dans chaque conscience et répandre la terreur intellectuelle afin de promouvoir le multiculturalisme.

La statue de Winston Churchill - qui a combattu les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale et a sauvé l'Europe de la barbarie - a été dissimulée par les autorités municipales de Londres en raison des récentes manifestations. Cet effacement visuel rappelle l'enfermement des statues dénudées de Rome afin de complaire au président iranien Hassan Rouhani, ou l' « effacement » des certaines personnes sur les photos officielles de feu-l 'Union soviétique. (Photo de Tolga Akmen / AFP via Getty Images)

« L'antiracisme n'est plus, hélas, la défense de l'égale dignité des personnes, mais une idéologie, une vision du monde », a déclaré le philosophe français Alain Finkielkraut, fils de survivants de l'Holocauste.

« L'antiracisme s'est donc transformé de fond en comble... à l'heure de la grande migration, il ne s'agit plus d'accueillir les nouveaux venus en les intégrant dans la civilisation européenne, il s'agit d'exposer les tares de cette civilisation ».

Pour Alain Finkielkraut, cet « autoracisme est la pathologie la plus consternante et la plus grotesque de notre époque ».

Sa capitale est Londres.

« Renversez les racistes » est une carte de 60 statues érigées dans 30 villes britanniques. La mise à bas de ces statues est exigée pour soutenir un mouvement né aux États-Unis après qu'un policier blanc, Derek Chauvin, ait asphyxié un homme noir, George Floyd, par une pression du genou sur son cou.

Continuer l'article

La Chine Fait Main Basse sur Hong Kong : l'UE Hausse les Epaules

par Giulio Meotti  •  20 juin 2020

  • « L'Allemagne pilote l'Europe tout entière, ils sont tellement ambitieux, ils revendiquent leur leadership mais sur le plan des principes, ils sont lamentables. » - Ai Weiwei, artiste, La Repubblica, 1er juin 2020

  • « La Chine est un prédateur et l'Europe est sa proie ». - François Heisbourg, universitaire français, Le Figaro, 29 mai 2020.

  • Il n'y a pas de médiation possible avec l'impérialisme chinois.

  • « Mourir pour Hong Kong ? », telle semble être la question à courte vue que se posent les Européens.

  • Au cours de l'année écoulée, les manifestants de Hong Kong ont brandi le drapeau américain. La Chine a conscience du symbole que représente en son flanc ce petit avant-poste doté de la liberté d'expression et régi par le droit. Avez-vous vu le drapeau européen flotter à Hong Kong ? Non ! Et pour cause !

Au cours de l'année écoulée, les manifestants de Hong Kong ont brandi le drapeau américain. La Chine a conscience du symbole que représente en son flanc ce petit avant-poste doté de la liberté d'expression et régi par l'état de droit. Avez-vous vu le drapeau européen flotter à Hong Kong ? Non ! et pour cause ! Photo : le 14 octobre 2019, à Hong Kong, des manifestants, dont beaucoup brandissent un drapeau américain, participent à un rassemblement en faveur de la démocratie,. (Photo d'Anthony Wallace / AFP via Getty Images)

Au lendemain de l'adoption par le Parlement chinois de la loi sur la sécurité nationale qui met fin de facto à l'autonomie de Hong Kong, l'ancienne colonie britannique – autonomie pourtant garantie par un traité international -, deux démocraties anglo-saxonnes ont vigoureusement protesté.

Continuer l'article

Brève histoire des Antifas : Partie I

par Soeren Kern  •  16 juin 2020

  • Des preuves empiriques et quelques évidences montrent que les Antifas sont constitués en réseau, que ce réseau est mondial et qu'il est très bien financé. Leur organisation très horizontale comporte des dizaines et peut-être des centaines de groupes locaux.

  • L'objectif à long terme déclaré des Antifas, tant en Amérique qu'à l'étranger, est d'établir un ordre communiste mondial. Aux États-Unis, leur objectif immédiat est de faire chuter l'administration Trump.

  • La tactique préférée des Antifas aux États-Unis comme en Europe est d'obliger la police à réprimer leurs actes de violence extrême contre des biens publics et privés ; cette violence de la police serait la « preuve » que le gouvernement est « fasciste ».

  • Les Antifas ne sont pas seulement officiellement tolérés par le gouvernement allemand, ils sont également payés pour lutter contre l'extrême droite. - Bettina Röhl, journaliste allemande, Neue Zürcher Zeitung, 2 juin 2020.

  • « Par lâcheté, les Antifas masquent leur visage et gardent leurs noms secrets. Ils menacent constamment de passer à l'acte contre des élus et des policiers. Leur politique de destruction massive coute des sommes importants à la collectivité. » - Bettina Röhl, Neue Zürcher Zeitung, 2 juin 2020.

Aux États-Unis comme en Europe, la tactique préférée des Antifas est d'inciter la police à réprimer leurs actes de violence extrême contre des biens publics et privés ; la "preuve" serait ainsi apportée que le gouvernement est "fasciste". Photo : une personne âgée fuit après avoir été brutalement battue par des Antifas de Rose City le 29 juin 2019 à Portland, en Oregon. (Photo de Moriah Ratner / Getty Images)

Le procureur général des Etats Unis, William Barr, a accusé les Antifas - un mouvement "antifasciste" – d'être à l'origine de la violence qui a marqué l'ensemble des manifestations consécutives à la mort de George Floyd aux États-Unis. « Les violences organisées et perpétrées par les Antifas et d'autres groupes similaires sont du terrorisme intérieur et seront traitées en conséquence », a-t-il déclaré.

Barr a précisé que le gouvernement fédéral disposait de la preuve que les Antifas avaient « détourné » des manifestations légitimes pour les transformer en « actes d'anarchie, en émeutes violentes, incendies criminels, pillages d'entreprises, destruction de biens publics, attaques contre des représentants des forces de l'ordre et des passants innocents, et même le meurtre d'un agent fédéral ». Peu auparavant, le président Donald J. Trump a demandé au ministère de la Justice des Etats Unis d'inclure les Antifas sur la liste des organisations terroristes.

Continuer l'article

Les établissements juifs ne sont pas illégaux
L'annexion de terres en Judée-Samarie n'est pas contraire au droit international

par Michel Calvo  •  27 mai 2020

Sur la photo: la colonie israélienne de Maale Adumim, au bord du désert de Judée. (Photo de Hazem Bader/AFP via Getty Images)

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (« la Déclaration »), adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 13 septembre 2007, à la majorité de 144 États favorables, 4 qui ont voté contre et 11 qui se sont abstenus (A/RES/61/295), a reconnu que les peuples autochtones ont droit aux terres, aux territoires et aux ressources qu'ils possèdent et occupent traditionnellement ou qu'ils ont utilisés ou acquis (Art. 26.1) et qu'ils ont le droit de ne faire l'objet, dans l'exercice de leurs droits, d'aucune forme de discrimination (Art.2).

Continuer l'article

L'Allemagne Réaffirme sa Souveraineté contre l'Union Européenne

par Soeren Kern  •  20 mai 2020

  • Cette décision apparemment obscure ... a remis en question la légitimité de l'ordre juridique et politique supranational de l'UE ... La décision de la Cour allemande marque une nouvelle étape dans le débat sur l'équilibre entre souveraineté nationale et souveraineté supranationale.

  • L'Union européenne est aujourd'hui engagée dans une lutte de pouvoir avec l'État membre le plus puissant, l'Allemagne. Cette querelle juridique menace non seulement la monnaie unique européenne, l'euro, mais l'UE elle-même.

  • « Le discours unilatéral et zélé que certains utilisent ici ne laisse pas d'étonner. A l'évidence depuis 50 ans, la Cour de justice européenne pousse pour que le droit européen prime sur le droit national ; mais sur la même durée, presque toutes les Cours constitutionnelles et toutes les Cours suprêmes nationales défendent leurs prérogatives. Tant que nous ne vivons pas dans un super-État européen, l'adhésion d'un pays est régie par son droit constitutionnel. » - Le juge Peter Michael Huber, membre de la Cour constitutionnelle allemande qui a contribué à la rédaction de l'arrêt.

  • « Il ne faut jamais oublier que l'Europe n'est pas un État fédéral, mais une communauté juridique qui s'est développée sur la base d'un noyau économique fondateur dans des domaines clairement limités par la souveraineté nationale. Toute souveraineté de l'Union européenne dérive de la souveraineté des États membres constituants. » - Klaus-Peter Willsch, membre du parlement allemand.

La Cour constitutionnelle allemande a rendu un arrêt sans précédent qui vise au cœur le pouvoir de décision de la Banque centrale européenne et de la Cour de justice des Communautés européennes. Photo : les juges de la Cour constitutionnelle allemande en session le 5 mai 2020 à Karlsruhe, alors qu'ils rendent leur décision sur le programme d'achat de dettes de la Banque centrale européenne. (Photo de Sebastian Gollnow / Pool / AFP via Getty Images)

La Cour constitutionnelle allemande a rendu un arrêt sans précédent qui vise au cœur le pouvoir de décision de la Banque centrale européenne et de la Cour de justice des Communautés européennes.

Cet arrêt en apparence obscur qui réaffirme la souveraineté nationale sur les achats d'obligations de la Banque centrale européenne a remis en question la légitimité de l'ordre juridique et politique supranational de l'UE.

L'Union européenne est maintenant engagée dans une lutte de pouvoir avec son État membre le plus puissant, l'Allemagne. Ce conflit juridique menace d'anéantir non seulement la monnaie unique européenne, l'euro, mais l'UE elle-même.

Continuer l'article

Turquie : Erdogan et les "Rescapés de l'épée"

par Uzay Bulut  •  18 mai 2020

  • « Rescapés de l'épée » (kılıç artığı en turc) est une insulte courante contre les personnes qui ont survécu aux massacres de chrétiens - principalement les Arméniens, les Grecs et les Assyriens –dans l'ex-Empire ottoman, puis en Turquie.

  • L'expression « rescapés de l'épée » n'a pas une fonction de déni des massacres ou des génocides. Elle exprime en réalité une fierté : « Oui, nous avons massacré des chrétiens et des non-musulmans et ils le méritaient ! »

Il est plus qu'alarmant que le président turc Recep Tayyip Erdoğan ait insulté les survivants des massacres de chrétiens en utilisant l'expression "les rescapés de l'épée". Cette phrase insulte non seulement les victimes et les survivants des massacres, mais attente également à la sécurité de la communauté chrétienne turque exposée à des pressions ou les attaques physiques sont monnaie courante. (Photo de Chris McGrath / Getty Images)

Le 4 mai, lors d'une réunion d'information sur le coronavirus, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a utilisé l'expression extrêmement désobligeante de « rescapés de l'épée ».

« Nous ne permettrons pas à des rescapés de l'épée de mener des activités [terroristes] dans notre pays », a-t-il dit. « Leur nombre a beaucoup diminué mais il en existe toujours ».

« Rescapés de l'épée » (kılıç artığı en turc) est une insulte courante à l'encontre des survivants des massacres perpétrés contre les chrétiens - Arméniens, Grecs et Assyriens - dans l'ex-Empire ottoman puis en Turquie.

Qu'un chef d'Etat comme Erdogan emploie publiquement cette expression a de quoi alarmer. Non seulement parce qu'il insulte les victimes et les survivants de massacres, mais parce qu'il met également en danger l'actuelle communauté chrétienne turque déjà en butte à des « pressions » ou les attaques physiques sont monnaie courante.

Continuer l'article

Coronavirus : les Dirigeants Européens Plient devant la Chine

par Soeren Kern  •  11 mai 2020

  • Le comportement équivoque des dirigeants européens ne reflète pas seulement la faiblesse géopolitique de l'Europe et sa dépendance économique excessive vis-à-vis de la Chine ; il renvoie aussi à un vide moral qui les amène à ne jamais défendre les valeurs occidentales.

  • Entre-temps, le gouvernement français a autorisé le groupe de télécommunications chinois Huawei à équiper partiellement son futur réseau mobile 5G. Cette concession a eu lieu juste après que la Chine a menacé les entreprises européennes de représailles sur le marché chinois.

  • « Aucun pays doté d'une once de respect de soi ne peut laisser ce comportement impuni. J'ai déjà suggéré quelques mesures destinées à punir politiquement le régime sans nuire au peuple chinois : annuler l'accord Huawei ; adopter une loi de type Magnitsky contre les hauts responsables du PCC ; ne pas rater une occasion de défendre les Ouïghours (par exemple, baptiser la rue qui abrite l'ambassade de Chine à Londres du nom d'un prisonnier politique ouïghour) ; et reconnaître Taïwan comme une nation indépendante. Et après mure réflexion, j'ajouterais ceci : accorder la citoyenneté britannique aux Chinois nés à Hong Kong avant le 1er juillet 1997, ainsi qu'à leurs enfants et petits-enfants ». - Le commentateur politique écossais Stephen Daisley.

  • « L'Europe ne tarit pas d'éloges sur la rapidité et l'efficacité de l'économie de marché chinoise ainsi que sur la rigueur de sa gestion de crise. Cette même Europe fait volontiers l'impasse sur le fait que les succès chinois reposent sur un système de surveillance numérique hautement perfectionné qui transpose au XXIe siècle les perversions du KGB et de la Stasi ». - Mathias Döpfner, PDG d'Axel Springer, la plus grande société d'édition d'Europe.

  • « Cette politique allemande pétrie de morale balance ses valeurs par la fenêtre dès qu'il s'agit de la Chine. Ce qui est en jeu ici n'est rien de moins que le type de société dans laquelle nous voulons vivre et notre conception de l'humanité ». - Mathias Döpfner.

En Europe, où le coronavirus a tué plus de 100 000 personnes et dévasté l'économie, les dirigeants politiques gardent un silence assourdissant à l'idée que la Chine rende des comptes. Photo : Le président français Emmanuel Macron (au centre) et la chancelière allemande Angela Merkel (à droite) rencontrent le président chinois Xi Jinping à Paris le 26 mars 2019. (Photo by Ludovic Marin/AFP via Getty Images)

L'Australie et les États-Unis font campagne pour qu'une enquête indépendante soit ouverte sur les origines de la pandémie de coronavirus. Dans les deux pays, des responsables politiques tentent de déterminer si le virus est d'origine naturelle ou s'il provient d'un laboratoire chinois. Ils exigent aussi du gouvernement chinois qu'il rende compte de ses faits et gestes aux premiers jours de l'épidémie à Wuhan.

En Europe, où la pandémie a tué plus de 100 000 personnes et causé des dégâts économiques d'une ampleur inégalée depuis la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants politiques ont gardé un silence assourdissant chaque fois qu'a été émise l'idée d'obliger la Chine à rendre des comptes. Une minorité de responsables européens accepte le principe d'une enquête à une date qui reste à déterminer, mais la plupart des autres craignent de défier ouvertement la Chine.

Continuer l'article

Coronavirus : la Chine Continue d'Inonder le Monde de Fournitures Médicales Défectueuses

par Soeren Kern  •  1er mai 2020

  • Plus d'une douzaine de pays sur quatre continents ont récemment fait savoir qu'ils rencontraient des problèmes avec les tests de dépistage du coronavirus et les équipements de protection individuelle fabriqués en Chine. Les tests étaient contaminés par le coronavirus et les vêtements de protection étaient infestés d'insectes.

  • Les autorités chinoises ont refusé d'assumer leur responsabilité pour les équipements défectueux et, souvent, ces mêmes autorités chinoises ont reporté la faute sur les pays acheteurs. Elles ont appelé les nations du monde à cesser de « politiser » le problème.

  • Le Premier ministre slovaque Igor Matovič a révélé que plus d'un million de tests de dépistage du coronavirus achetés en Chine contre un paiement en espèces de 15 millions d'euros étaient imprécis et ne permettaient pas de détecter le Covid-19. « Nous avons une tonne de tests et ils ne servent à rien », a-t-il déclaré. « Ils sont juste bons à être jetés directement dans le Danube. »

  • « Nous ne devons pas perdre de vue le défi stratégique fondamental auquel l'Occident est confronté dans l'ère post-mondialisation qui se dessine : une compétition crépusculaire de long terme est engagée désormais avec le régime communiste chinois, une lutte à laquelle nous ne pouvons pas échapper, que cela nous plaise ou non. » - Andrew Michta, George C. Marshall, European Center for Security Studies (Centre de recherche européen sur la sécurité).

Plus d'une douzaine de pays sur quatre continents ont fait savoir qu'ils rencontraient des problèmes avec les tests de dépistage du coronavirus et les équipements de protection individuelle fabriqués en Chine. Les tests étaient contaminés par le coronavirus et les vêtements médicaux infestés d'insectes. Des masques de protection défectueux achetés en Chine par le ministère espagnol de la Santé, ont été distribués dans les hôpitaux et les maisons de retraite à travers le pays. Plus de 100 professionnels de santé ont été testés positifs par le Covid-19. Photo : 8,6 millions de masques de protection et 150 tonnes d'équipements sanitaires en provenance de Chine arrivent à l'aéroport de Paris-Vatry en France, le 19 avril 2020. (Photo de François Nascimbeni / AFP via Getty Images)

Le Gatestone Institute a récemment révélé que des millions de pièces d'équipement médical achetées en Chine par différents gouvernements européens pour lutter contre la pandémie de coronavirus sont défectueuses et inutilisables.

Depuis notre article, plus d'une douzaine de pays sur quatre continents ont fait part des difficultés qu'ils rencontraient avec les tests de dépistage du coronavirus et les équipements de protection individuelle achetés en Chine. Les tests de dépistage se sont révélé être contaminés par le coronavirus et les vêtements médicaux étaient infestés d'insectes.

Continuer l'article

Coronavirus : la Chine Mène une Campagne d'Intimidation Mondiale
L'Union européenne s'autocensure pour apaiser la Chine

par Soeren Kern  •  29 avril 2020

  • Les envoyés chinois ont fait preuve d'une grande agressivité sur Twitter pour attaquer, intimider et faire taire les journalistes, les membres du Parlement et les chercheurs des pays occidentaux – ainsi que toute personne qui portait atteinte à la version chinoise officielle.

  • Cédant à la pression des responsables chinois, Esther Osorio, conseillère en communication de Josep Borrell, Haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, est intervenue personnellement pour retarder la publication du rapport initial. Officiellement, l'UE espérait ainsi obtenir un meilleur traitement pour les entreprises européennes implantées en Chine. Mais le 25 avril, le South China Morning Post qui disposait d'une copie du rapport original, a révélé que Pékin avait menacé de bloquer l'exportation vers l'Europe de fournitures médicales si le chapitre sur la Chine n'était pas supprimé.

  • Le 15 avril, Bild, le journal allemand le plus populaire, a publié « Ce que la Chine nous doit », un article qui suggérait que la Chine devrait indemniser l'Allemagne à hauteur de 150 milliards d'euros pour les dégâts que le coronavirus a causé. L'article listait l'ensemble des dommages économiques subis par l'Allemagne, notamment 50 milliards d'euros de pertes pour les petites entreprises et 24 milliards d'euros de manque à gagner pour le tourisme.

  • « Vous régnez par le contrôle. Vous ne seriez pas président sans ce contrôle. Vous surveillez tout et chaque citoyen, mais vous refusez de contrôler les marchés d'animaux vivants et malades de votre pays. » - Julian Reichelt, rédacteur en chef de Bild, « Vous mettez en danger le monde entier », Lettre ouverte au président Xi Jinping.

L'Union européenne a cédé aux pressions de la Chine et a édulcoré un rapport qui pointait les efforts de la Chine pour échapper à ses responsabilités dans la pandémie de coronavirus. Des responsables de Pékin auraient menacé de bloquer l'exportation de fournitures médicales vers l'Europe si le rapport était publié dans sa version originale. Photo : le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi au siège de l'UE à Bruxelles, le 17 décembre 2019 (photo de John Thys / AFP via Getty Images)

L'Union européenne, cédant aux pressions de la Chine, a édulcoré un rapport qui mettait l'accent sur les efforts chinois pour échapper à ses responsabilités dans la pandémie de coronavirus. Des responsables politiques à Pékin auraient menacé de bloquer l'exportation de fournitures médicales vers l'Europe si le rapport était publié dans sa version originale.

Ces révélations surviennent alors que le corps diplomatique chinois mène au plan mondial une très agressive campagne de désinformation - du type "Wolf Warrior" (Loup Guerrier), du nom d'une série de films d'action patriotiques chinois – pour imposer son narratif sur les origines du coronavirus.

Sur Twitter, les diplomates chinois ont fait preuve d'une virulence particulière pour attaquer, intimider et faire taire les journalistes, les membres du Parlement et les intellectuels occidentaux – ainsi que toute autre personne qui aurait été tentée de contredire la version officielle des événements en Chine.

Continuer l'article

Coronavirus : le Carnage Belge

par Drieu Godefridi  •  27 avril 2020

  • Il n'y avait pas de masques — alors le gouvernement belge se contenta de stipuler qu'aucun masque n'était requis. Cette suprême ineptitude du gouvernement figure en toutes lettres sur le site de la Ministre de la Santé Maggie De Block « Porter un masque pour vous protéger du coronavirus n'a guère de sens. »

  • Pas de masque, pas de « screening » des retours d'Italie, presque pas de tests et des « aînés » qu'on laisse mourir dans les maisons de repos — telle était la situation de la Belgique au cœur de la pire pandémie depuis 1918. Ce carnage belge est intégralement imputable à l'incompétence des « élites » politiques belges — et totalement évitable.

A partir de 2015, le gouvernement belge a détruit la totalité du "stock stratégique" du pays, soit 63 millions de masques de protection, afin de "faire de la place" pour l'hébergement des réfugiés. Comme aucun masque n'était disponible lorsque la pandémie de coronavirus s'est propagée en Belgique, le gouvernement a annoncé qu'il n'en était nul besoin : "Le port de masques pour se protéger contre le coronavirus n'a pas beaucoup de sens". Sur la photo : La police organise une file de clients devant un magasin de jardinage à Bruxelles, Belgique, le 18 avril 2020. (Photo par Eric Lalmand/Belga Mag/AFP via Getty Images)

Il est trop tôt pour dresser un bilan définitif de la gestion du COVID-19 par les pays du monde, mais une chose est sûre : la Belgique est en plein carnage.

Tout a commencé en 2015, lorsque le gouvernement du Premier ministre Charles Michel (aujourd'hui président du Conseil européen) décidait de détruire la totalité du "stock stratégique" de la Belgique, soit 63 millions de masques de protection, dont le précieux type FFP2 -- 1 200 palettes soigneusement stockées et gardées par l'armée dans la caserne de Belgrade, à Namur. Parce qu'ils étaient "périmés", a déclaré la ministre de la Santé Maggie De Block, toujours en poste aujourd'hui. Pas du tout, rétorque le principal syndicat de l'armée belge, ces masques ont été incinérés... pour "faire de la place" pour l'hébergement des réfugiés. En 2015, la Belgique et l'Europe étaient submergées par les migrants à l'invitation de la chancelière allemande Angela Merkel et des béances du droit européen.

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.