Derniers commentaires et analyses

Pourquoi les Palestiniens Fuient la Bande de Gaza

par Khaled Abu Toameh  •  5 décembre 2021

  • Les Palestiniens savent dans quel luxe vivent les dirigeants du Hamas à Gaza et à l'étranger. Et ils remarquent que les pauvres finissent souvent par nourrir les poissons alors que les dirigeants du Hamas se délectent eux des meilleurs poissons et fruits de mer dans les meilleurs établissements du Qatar et de la bande de Gaza.

  • Les deux millions de Palestiniens qui vivent sous le régime du Hamas ont fini par conclure que c'est le Hamas, et non Israël, qui est responsable de leur misère.

  • « Au cours des 15 dernières années, le Hamas a mené Gaza de Charybde en Sylla. Les Gazaouis sont devenus l'otage d'un régime islamiste brutal dont les politiques immobilisantes ne servent que les intérêts du Hamas et des pouvoirs islamistes étrangers qui le soutiennent. Si la communauté internationale pouvait aider Gaza à se libérer, elle aiderait les Gazaouis à créer un Dubaï sur la Méditerranée ou un nouveau Singapour. » — Ghanem Nusseibeh, un musulman palestinien appartenant à la plus vieille famille arabe de Jérusalem, Al-Arab News, 29 mai 2021.

  • Blâmer Israël pour tout ce qui ne va pas dans la bande de Gaza peut tromper beaucoup de monde aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. Mais les Palestiniens qui fuient Gaza et leurs familles qui restent derrière savent la vérité : c'est le Hamas qui les a conduits à l'abîme, et qui les pousse à la mer ou ils se noient aujourd'hui.

Trois Palestiniens ayant récemment fui la bande de Gaza contrôlée par le Hamas semblent avoir disparu en mer. Leur embarcation aurait chaviré au large des côtes grecques ou turques. De nombreux Palestiniens ont fait remarquer que les pauvres nourrissent les poissons quand les riches dirigeants du Hamas se gobergent dans les meilleurs restaurants de poissons et fruits de mer du Qatar ou de Gaza. Photo : deux Gazaouis tirent un bateau le long d'une plage à Khan Yunis, dans la bande de Gaza, le 22 septembre 2021. (Photo de Said Khatib/AFP via Getty Images)

La tragédie qui vient de frapper la bande de Gaza est un bon indicateur des souffrances endurées par les Palestiniens sous le régime du Hamas soutenu par l'Iran.

Cette tragédie est aussi un signe du deux poids – deux mesures avec lequel la communauté internationale traite le conflit israélo-palestinien. En effet, les accusations obsessionnelles portées contre Israël ont pour corollaire le refus persistant de porter un regard critique sur le comportement des Palestiniens.

Selon des médias de Gaza, trois Palestiniens qui ont fui l'enclave côtière contrôlée par le Hamas ont fait naufrage au large des côtes grecques et turques. Comme des dizaines de Palestiniens, ces trois-là cherchaient une vie meilleure loin de la répression et de la corruption du Hamas.

Deux des victimes ont été identifiée. L'une était Anas Abu Rajileh, 25 ans ; l'autre était Nasrallah al-Farra.

Continuer l'article

Éric Zemmour Est-il Antisémite ?

par Yves Mamou  •  30 novembre 2021

  • Bien sûr que non. Ce qui se joue aujourd'hui en France, est une libération de la parole. Pour la première fois depuis 40 ans, des sujets tels que l'immigration, l'islam et la préférence des élites pour une immigration de masse non contrôlée sont abordés ouvertement à la radio et à la télévision.

  • Être français et défendre la culture française feraient de vous un nazi. Quiconque oserait critiquer l'immigration musulmane et l'islam serait également qualifié de raciste « proche de Jean-Marie Le Pen », vilipendé par les médias et même poursuivi en justice.

  • « [Zemmour] a le mérite de mettre la question de la France au cœur du débat... Il s'attaque à l'angoisse existentielle d'un nombre croissant de Français qui se demandent si la France restera la France, si leur droit à la continuité historique sera enfin respecté ou s'il continuera à être méprisé. » — Alain Finkielkraut, auteur et philosophe, Europe1, 24 octobre 2021.

  • Pour les Français, en fait, la question la plus importante n'est pas de savoir si Zemmour est raciste ou antisémite, mais si la France telle qu'ils la connaissent... va continuer d'exister.

Éric Zemmour, candidat probable à la prochaine élection présidentielle, est-il raciste ? La France est-elle sur le point de basculer dans le fascisme ? Bien sûr que non. Ce qui se joue aujourd'hui en France est une libération de la parole. Pour la première fois depuis 40 ans, des sujets tels que l'immigration, l'islam et la préférence des élites pour une migration de masse non contrôlée sont abordés ouvertement à la radio et à la télévision. (Photo de Nicolas Tucat/AFP via Getty Images)

La rumeur qu'un Juif tenant des propos racistes et antisémites serait prochainement candidat à l'élection présidentielle française du printemps 2022 a franchi les frontières de l'Hexagone. Pire, la rumeur veut que ce Juif soi-disant raciste et antisémite, Éric Zemmour, serait porté par des intentions de vote qui le propulseraient au second tour de l'élection présidentielle, contre l'actuel président Emmanuel Macron.

Sacrebleu ! Comment une telle chose a-t-elle pu arriver ? Zemmour est-il vraiment raciste ? Est-il porté par une vague d'extrême droite, comme beaucoup le suggèrent à gauche ? La France est-elle sur le point de basculer dans le fascisme ?

Bien sûr que non. En réalité, ce qui se joue aujourd'hui en France est une libération de la parole. Pour la première fois depuis 40 ans, des sujets tels que l'immigration, l'islam et la préférence des élites pour une migration de masse non contrôlée sont abordés ouvertement à la radio et à la télévision.

Continuer l'article

Turquie : De Plus en Plus dans l'Orbite Russe

par Burak Bekdil  •  22 novembre 2021

  • La loi oblige à sanctionner « toute entité qui entretient un niveau

  • d'affaires significatif avec l'armée ou le renseignement russes » — Bureau du président de la commission des affaires étrangères du Sénat américain, Robert Menendez, Daily Sabah, 28 septembre 2021.

  • « Tout nouvel achat turc doit avoir pour conséquences de nouvelles sanctions. » — Commission des affaires étrangères du Sénat américain, faisant référence à une décision de décembre 2020 d'imposer la CAATSA (Loi sur les sanctions contre les adversaires de l'Amérique) à la Turquie pour son acquisition du système de missiles S-400, Twitter, 28 septembre 2021.

  • En sus, Ankara négocierait avec Moscou l'achat de deux centrales nucléaires en sus du réacteur à 10 milliards de dollars déjà en construction sur la côte méditerranéenne turque.

  • Cette planification stratégique rendra la Turquie, alliée de l'OTAN, plus dépendante encore d'une Russie qui est en plus son principal fournisseur de gaz naturel.

  • « Poutine et son administration sont conscients des faiblesses de la Turquie : a) une économie à la dérive ; b) une pandémie hors contrôle ; c) les prix du gaz qui s'envolent même si la Russie est prête à faire un effort sur les prix ; d) des acquisitions militaires qui provoquent l'hostilité du Sénat américain. » — Eugene Kogan, analyste de la défense et de la sécurité basé à Tbilissi, en Géorgie à Gatestone.

  • « Le président turc continuera de jouer les trouble-fête au sein de l'OTAN et donnera à Poutine d'autres occasions de saper l'alliance transatlantique et ses valeurs. » — Aykan Erdemir, ex-parlementaire turc désormais basé à Washington DC, dans un courriel à Gatestone.

  • [Erdoğan] ne renoncera à ses amours russes que si le prix à payer est dissuasif.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan essaie de faire de la Turquie un cas unique d'oxymore politique : être un allié « inestimable » de l'OTAN engagé au plan stratégique et militaire avec la Russie. Son double jeu durera autant que le prix à payer ne sera pas dissuasif. Photo : Erdoğan (à droite) avec le président russe Vladimir Poutine. (Source image : kremlin.ru)

La Turquie est un allié de l'OTAN depuis 1952. Le 6 octobre dernier, le naïf secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a salué la Turquie comme « un allié important [qui] a joué un rôle clé dans la défaite de Daech ». Deux appréciations grossièrement incorrectes : la Turquie a cessé d'être un allié de l'OTAN pour devenir un allié de la Russie, et les milices irrégulières que la Turquie entretient en Syrie sont composées des débris de l'armée djihadiste de Daesh (État islamique).

Par dépit de n'avoir pas serré la main du président Joe Biden en marge de la réunion de septembre de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, le président islamiste turc Recep Tayyip Erdoğan a joué les amants éconduits. Le 29 septembre, il s'est précipité Sotchi, en mer Noire, pour un tête-à-tête avec le président russe Vladimir Poutine. De retour de New York, Erdoğan a déclaré aux journalistes que « les relations de la Turquie avec les États-Unis ne sont pas de bon augure ».

Continuer l'article

Huawei Joue le Long Terme

par Peter Schweizer  •  13 novembre 2021

  • « Il n'est pas raisonnable de croire que Huawei est en position d'ignorer une directive du Parti communiste chinois. » — Siméon Gilding, ancien chef du renseignement électromagnétique et des cyber-attaques à la Direction Australienne des Signaux.

  • Les chefs d'entreprise doivent comprendre que le concept d'entreprise privée n'existe pas en Chine... toutes les entreprises chinoises et tous les chinois se feront un devoir d'espionner si le pouvoir le leur demande.

  • Huawei n'est pas moins puissant en dépit des restrictions qui le freinent dans le secteur des télécommunications... L'administration Biden a ainsi autorisé des centaines de contrats avec Huawei pour la fourniture de puces pour la sous-traitance automobile. La société, selon un porte-parole, vise à être un fournisseur de composants pour « véhicules connectés intelligents ».

  • En juillet, le super-lobbyiste démocrate Tony Podesta est devenu "consultant" pour Huawei. Sur le forum interne de Huawei, on pouvait lire que cette embauche faisait partie d'un « plan élargi d'influence aux États-Unis ».

Les risques d'espionnage et de cyberattaques liés à l'implantation d'équipements de Huawei dans les infrastructures de télécommunications de pays tiers sont connues depuis longtemps. Il est essentiel que les chefs d'entreprise comprennent une chose : le concept de société privée n'existe pas en Chine... toutes les entreprises chinoises et tous les chinois doivent pratiquer l'espionnage si le pouvoir le leur demande. Photo : siège social de Huawei à Shenzhen, en Chine. (Photo de STR/AFP via Getty Images)

En septembre dernier, Meng Wanzhou a été accueillie triomphalement à sa descente de l'avion d'Air China, à Shenzhen. Cette femme, cadre supérieur du géant technologique Huawei, injustement emprisonnée en Occident, revenait auréolée de gloire au bercail.

La vérité est bien sur très différente.

Meng, ressortissante chinoise, se trouvait au Canada en 2018 quand l'administration Trump a réclamé son extradition dans le cadre d'une plainte pour fraude contre elle et contre Huawei, son employeur. Les deux étaient accusés d'avoir violé l'embargo commercial américain contre l'Iran. Au Canada, Meng a qualifié son emprisonnement de « cauchemar » alors que le bracelet qu'elle portait à la cheville ne l'empêchait ni d'arpenter les rues de la ville, ni d'exercer sa profession de directeur financier de Huawei et qu'elle dormait sous son propre toit tout en suivant des cours de peinture et des cours d'anglais.

Continuer l'article

Éric Zemmour Peut-il Être Elu Président de la République ?
Le journaliste qui rebat les cartes de la politique en France

par Yves Mamou  •  7 novembre 2021

  • Zemmour représente la France d'antan : la France de Napoléon, de Notre-Dame de Paris et du général de Gaulle, une France qui ne veut pas devenir une République islamique. « Le danger pour la France est de devenir un second Liban », dit souvent Zemmour, c'est-à-dire un pays fragmenté entre des communautés sectaires qui se détestent et se craignent.

  • Il est l'homme qui a brisé le plafond de verre pour introduire dans le débat médiatique des sujets tels que « l'immigration » et le « djihad » - dont personne n'avait jamais osé parler publiquement. Zemmour clame sa peur de voir la France traditionnelle - celle des clochers et de la baguette - disparaître sous les coups du djihad et du politiquement correct.

  • L'ascension fulgurante de Zemmour a eu un second effet : elle a brisé le piège électoral dégradant dans lequel les Français sont enlisés .... diviser la droite pour l'empêcher de revenir au pouvoir.

  • Depuis le milieu des années 80 jusqu'à aujourd'hui, les médias et la gauche ont monté ensemble une machine industrielle à fabriquer de la honte pour stigmatiser comme "raciste" et "nazi" quiconque oserait élever la voix sur les questions liées à l'immigration...

  • Le combat pour la présidentielle ne fait que commencer. Une chose, cependant, est certaine : Zemmour est en train de restaurer un authentique débat démocratique sur des sujets - sécurité, immigration, Islam - qui comptent vraiment pour les Français. Pour beaucoup, Zemmour est la dernière chance de la France de ne pas devenir une nation islamique ou un « Liban en Europe ».

Éric Zemmour, que les sondages placent en deuxième position derrière le président sortant Emmanuel Macron pour les élections présidentielles de 2022, représente la France d'antan : la France de Napoléon, de Notre-Dame de Paris et du général Charles de Gaulle, une France qui ne veut pas devenir une République islamique. "Le danger pour la France est de devenir un second Liban", dit souvent Zemmour, c'est-à-dire un pays fragmenté entre des communautés sectaires qui se détestent et se craignent. (Photo de Christophe Simon/AFP via Getty Images)

The Financial Times le désigne comme « l'aile avancée de l'extrême droite ». Pour le New York Times, il est un « théoricien de la droite ». Die Zeit le désigne comme « l'homme qui divise la France »... Éric Zemmour, journaliste et essayiste, n'est pas (encore) candidat officiel à la présidence de la République, mais sa popularité est telle que la France vit déjà à l'heure des élections.

Les élections présidentielles auront lieu dans environ 200 jours, mais pas une semaine ne passe sans qu'un sondage ne propulse Éric Zemmour toujours plus haut dans les intentions de vote des électeurs pour 2022. Un sondage Harris Interactive publié par Challenges le 6 octobre l'a positionné à 17% des voix, devant Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national (15%). Zemmour reste tout de même derrière le président sortant Emmanuel Macron, projeté à 24%. Mais pour combien de temps ?

Continuer l'article

Le Génocide des Chrétiens du Nigeria par les Djihadiste va en s'Intensifiant

par Raymond Ibrahim  •  28 octobre 2021

  • Concernant les chrétiens au Nigeria, le « pur génocide » en cours – l'expression est celle d'observateurs internationaux - atteint de nouveaux sommets.

  • « Jamais un gouvernement ne s'est conduit de manière aussi maléfique que celui qui est aux manettes aujourd'hui. Ce gouvernement soutient activement l'effusion de sang au Nigeria. On nous tue tout simplement parce que nous ne sommes pas musulmans. Ces djihadistes peuls malfaisants qui tuent des gens, détruisent leurs maisons et leurs terres agricoles, bénéficient du soutien du gouvernement. Quand nous tentons de nous défendre, le gouvernement procède à des arrestations. Quel genre de justice est-ce là ? » — Le révérend Jacob Kwashi, évêque anglican, lors des funérailles de 17 chrétiens assassinés, Morning Star News, 30 août 2021.

  • « Un génocide est en cours dans le sud de Kaduna contre la population autochtone chrétienne... Pas une seule église ou école n'est restée debout. Pas un seul berger (peul) n'a été appréhendé pendant toutes ces années.... les médias occidentaux pensent que nos vies ne valent pas une ligne... c'est très regrettable ». — Jonathan Asake, ancien membre de la Chambre des représentants du Nigeria, The Epoch Times, 4 août 2021.

  • « Le gouvernement et ses partisans affirment que les meurtres n'ont aucune connotation religieuse. Comment expliquent-ils alors que les terroristes et les bergers ciblent essentiellement les communautés à majorité chrétienne et les dirigeants chrétiens ? » — The Christian Association of Nigeria, International Center for Investigative Reporting, 21 janvier 2020.

  • « Comment expliquer aux chrétiens nigérians qu'ils ne vivent pas un conflit religieux quand ils voient des Peuls entièrement vêtus de noir qui scandent 'Allahou Akbar !' et hurlent 'Mort aux chrétiens. » — Sœur Monica Chikwe, Crux, 4 août 2019.

Depuis juillet 2009, date du début de l'insurrection islamique au Nigeria, plus de 60 000 chrétiens ont été assassinés ou enlevés. Les chrétiens kidnappés ne sont jamais revenus et leurs proches pensent qu'ils sont morts. Sur la même période, 20 000 églises et écoles chrétiennes environ ont été incendiées et détruites. Photo : la première mission de l'Église africaine incendiée à Jos, au Nigéria, le 6 juillet 2015. (Photo de l'AFP via Getty Images)

Le « pur génocide » - terme utilisé par plusieurs observateurs internationaux -perpétré contre les chrétiens du Nigeria, atteint aujourd'hui de nouveaux sommets.

Depuis juillet 2009, date du début de l'insurrection islamique au Nigeria - Boko Haram d'abord, puis les bergers musulmans Peuls, qui se sont radicalisés et pratiquent le djihad - plus de 60 000 chrétiens ont été assassinés ou kidnappés. Les chrétiens enlevés ne sont jamais revenus et leurs proches pensent qu'ils ont été tués. Parallèlement, sur la même période, environ 20 000 églises et écoles chrétiennes ont été incendiées et détruites.

Continuer l'article

Conversions Forcées et Mariages d'Enfants au Pakistan : une Affaire de Tous les Jours

par Nasir Saeed  •  24 octobre 2021

  • Le gouvernement et les services de police sont conscients du problème, mais ne le prennent pas en considération. Ils s'abritent derrière le fait que l'Islam ne fixe pas d'âge minimum pour une conversion ; si une fillette se convertit à l'Islam de son plein gré, personne n'a rien à y redire.

  • En agissant ainsi, ils rejettent tout le blâme sur les victimes et se déchargent de toute responsabilité. Ils accusent également les minorités religieuses et les ONG de créer un faux problème pour faire parler d'elles.

  • Il est du devoir de l'État de mettre un terme à cette pratique quitte à introduire de nouvelles lois pour garantir les droits des minorités et des enfants. Il en va également de la responsabilité des hommes politiques, des tribunaux, de la société civile et des oulémas [clergé islamique], car utiliser la religion pour violet la loi est inadmissible.

Tous les jours, des jeunes filles chrétiennes et hindoues, certaines âgées de moins de 12 ans, sont contraintes de se convertir à l'islam. Ceux qui pourraient mettre un terme à cette pratique semblent n'y accorder aucune importance. Pas un jour ne passe sans qu'une nouvelle péripétie défraye la chronique. (Source de l'image : iStock)

Pas un jour ne passe sans que des jeunes filles chrétiennes et hindoues, certaines ayant parfois moins de 12 ans, soient forcées de se convertir à l'islam. Ceux qui pourraient mettre un terme à cette pratique font comme si de rien n'était. Pourtant, pas un jour ne passe sans une nouvelle péripétie.

Le problème des conversions forcées est un problème majeur au Pakistan ; un problème qui va croissant et touche toutes les minorités religieuses. Les organisations de défense des droits humains estiment que chaque année 1 000 fillettes hindoues et chrétiennes sont converties de force à l'islam. Les statistiques pourraient être bien plus élevée car nombre de cas ne sont pas répertoriés. La plupart du temps, ces filles sont attirées par des hommes plus âgés qui leur font miroiter une vie meilleure avant de les prostituer ou même de les vendre.

Continuer l'article

Les Vrais « Héros » des Palestiniens ? Les Terroristes

par Bassam Tawil  •  10 octobre 2021

  • Pour Mahmoud Abbas [le président de l'Autorité palestinienne (AP)] et les chefs de l'AP, tout Palestinien qui rejoint le djihad (guerre sainte) contre Israël et les Juifs et finit tué, blessé ou emprisonné est un « héros » et un « combattant de la liberté ». C'est cette même AP que l'administration Biden s'efforce aujourd'hui de consolider.

  • A toutes les générations de Palestiniens, la direction de l'Autorité palestinienne, a fait passer le même message : tuer ou blesser un Juif est un acte noble qui mérite un respect sans limite – voire une adoration.

  • Dans ce théâtre de l'absurde, un haut responsable palestinien a ainsi condamné les efforts déployés par Israël pour capturer les terroristes évadés qui ont assassiné et blessé plusieurs Juifs et que les tribunaux avaient condamné à de longues peines. Selon ce même responsable palestinien, Israël aurait dû rester les bras ballants et laisser les terroristes évadés recommencer à assassiner des Juifs.

  • Ce qu'Abbas, l'OLP et le Fatah ont dit – en arabe – à propos des terroristes ces derniers jours prouve que la volonté de l'administration Biden de relancer le processus de paix israélo-palestinien n'est qu'un fantasme fatal.

  • Dans de telles circonstances, et en dépit des centaines de millions de dollars que l'administration Biden s'apprête à gaspiller sur la paroles sans valeur des Palestiniens -, on ne voit pas comment Abbas – ou l'un ou l'autre de ses comparses - pourrait revenir à la table des négociations avec Israël.

Pour Mahmoud Abbas [le président de l'Autorité palestinienne (AP)] et les chefs de l'AP, tout Palestinien qui ayant rejoint le djihad (guerre sainte) contre Israël et les Juifs, finit tué, blessé ou emprisonné est un « héros » et un « combattant de la liberté ». C'est le rôle de cette même AP que l'administration Biden s'efforce aujourd'hui de renforcer. (Photo par Alaa Badarneh/Pool/AFP via Getty Images)

Presque tous les médias internationaux ont porté une grande attention à la chasse livrée par des milliers de policiers et soldats israéliens aux six détenus palestiniens évadés de la prison israélienne de Gilboa, le 6 septembre dernier. Rares ont été les médias – en réalité, aucun – qui ont signalé le flot de louanges que les dirigeants de l'Autorité palestinienne (AP) ont adressé aux terroristes.

La célébration des terroristes palestiniens par l'AP, y compris ceux qui ont été capturés, jugés et qui purgent de lourdes peines dans les geôles israéliennes, n'est pas nouvelle. Cette pratique remonte aux premières années de la fondation de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1964.

L'OLP ne s'est pas bornée à faire l'éloge des terroristes palestiniens assassins ou agresseurs de Juifs, elle leur a aussi versé des allocations mensuelles ainsi qu'à leurs familles.

Continuer l'article

La Formidable sur-Nucléarisation de la Chine
Quand "la Chine se rend 'intouchable' au plan militaire"

par Judith Bergman  •  29 septembre 2021

  • « Le renforcement explosif et la modernisation des forces nucléaires et conventionnelles de la Chine sont à proprement parler époustouflants. Et le mot époustouflant est faible ». — Amiral Charles Richard, commandant du US Stratégic Command, au Symposium sur la défense spatiale et antimissile, 12 août 2021.

  • « Les spéculations n'ont jamais cessé sur 'pourquoi font-ils tout cela'. Je le dis tout net, cette question n'a pas de sens ... Seuls méritent d'être pris en considération les moyens dont ils se dotent pour parer à tous les scénarios nucléaires possible - la dernière brique du mur d'une armée capable de coercition. » — Amiral Charles Richard, 12 août 2021.

  • Officiellement, la Chine cantonne sa stratégie nucléaire à une « dissuasion minimale » et à une « politique de riposte », mais la communauté internationale aurait tort de faire confiance à ces doctrines officielles. La Chine ne cesse de renforcer ses capacités militaires spatiales, alors qu'officiellement elle affiche son hostilité à la militarisation de l'espace. La Chine est réputée pour sa capacité à rompre ses engagements. La militarisation d'îles artificielles en mer de Chine méridionale, et le renforcement de son contrôle sur Hong Kong en violation du traité signé sous l'égide de l'ONU en sont la preuve.

  • « Les Américains devraient comprendre le niveau de puissance nucléaire auquel les Chinois désirent atteindre. Il s'agit d'une force de frappe nucléaire suffisamment puissante pour générer la peur dans le camp américain, de l'armée au gouvernement... » - Asia Times, citant le Global Times, 11 mai 2020.

  • « Leurs actions [du PCC] sont depuis longtemps plus agressives que leur politique officielle – il faut regarder ce qu'ils font, pas ce qu'ils disent. » — Amiral Charles Richard, 12 août 2021.

La Chine ne cesse de renforcer ses capacités nucléaires. Ce sur-arsenal est le symbole des ambitions du Parti communiste chinois qui cherche à se doter, selon les mots du président Xi Jinping, « d'une armée de classe mondiale », afin de satisfaire son ambition de domination mondiale. Photo : missiles balistiques intercontinentaux à capacité nucléaire DF-41 lors d'un défilé militaire à Pékin le 1er octobre 2019. (Photo de Greg Baker/AFP via Getty Images)

La Chine a entrepris d'accroitre considérablement sa force de frappe nucléaire. Des informations récentes font état de la mise en construction de 120 silos pour missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) près de Yumen dans le Gansu, d'au moins 110 autres silos près de Hami, dans la partie orientale du Xinjiang, sans oublier 40 silos supplémentaires à Ordos en Mongolie intérieure. Les ICBM sont des missiles d'une portée minimale de 5 500 kilomètres ; ils sont conçus pour l'acheminement d'armes nucléaires.

« Les projets de silos à Yumen et Hami représentent à ce jour, la plus importante expansion de l'arsenal nucléaire chinois », indiquent Matt Korda et Hans Kristensen, dans un article mis en ligne sur le site Internet de la Fédération des scientifiques américains. « Toutes ces informations mises bout à bout..., montrent que la Chine pourrait construire près de 300 nouveaux silos pour missiles », ont-ils écrit en septembre.

Continuer l'article

Les Arabes Ne Font Plus Confiance aux Frères Musulmans

par Khaled Abu Toameh  •  27 septembre 2021

  • Les peuples d'Égypte, de Tunisie, du Maroc et du Soudan avaient donné leur chance aux Frères musulmans, mais ils ont découvert qu'à l'épreuve du pouvoir, l'organisation était aussi corrompue et incompétente que les régimes laïcs et les chefs d'État arabes.

  • Comme en Tunisie, de nombreux Arabes marocains célèbrent la chute du parti affilié aux Frères musulmans.

  • [L]'une des principales raisons de l'échec des Frères musulmans tient à la composante idéologique de cette organisation, l'absence de séparation entre la religion et la politique, le monopole qu'elle réclame sur la vérité absolue et sa prétention à représenter le vrai Islam. — Amr Al-Shobaki, chercheur au Centre d'études égyptien Al-Ahram, Al-Hurra TV, 12 septembre 2021.

  • Al-Shoqiran a poursuivi : « Après une décennie de règne islamiste en Tunisie et au Maroc, le bilan des Frères musulmans est le suivant : la corruption s'est étendue, l'État et ses institutions apparaissent plus méprisables encore, et ils ont volé la vie des gens et leur argent ». — Asharq Al-Awsat, 16 septembre 2021.

  • « [L]es partis politiques affiliés aux Frères musulmans... gouvernent sans fournir à leurs administrés d'autres services que des victoires illusoires et la corruption. » — Hafez Barghouti, chroniqueur et rédacteur en chef palestinien, Al-Khaleej, 17 septembre 2021

Les peuples d'Égypte, de Tunisie, du Maroc et du Soudan ont donné leur chance aux Frères musulmans, mais ils ont découvert qu'à l'épreuve du pouvoir, l'organisation est aussi corrompue et incompétente que les régimes laïcs et les chefs d'État arabes. Ce mois-ci, le Parti islamiste pour le développement et la justice au pouvoir au Maroc a subi une défaite écrasante aux élections législatives. Sur la photo : une femme vote au Maroc, à Rabat le 8 septembre 2021. (Photo de Fadel Senna/AFP via Getty Images)

Depuis leur création en 1928, les Frères musulmans ont pour devise « l'islam est la solution » (à tous les problèmes). Les Frères et leurs affidés ont, depuis dix ans, utilisé ce slogan comme un bélier pour se frayer la voie vers le pouvoir dans un certain nombre de pays, dont l'Égypte, la Tunisie, le Maroc et le Soudan.

Ces dernières semaines, de nombreux Arabes et musulmans ont montré que le slogan « l'islam est la solution » avait perdu tout crédit et qu'ils avaient perdu confiance dans la capacité à gouverner des Frères musulmans.

Comme l'a dit l'écrivain marocain Saeed Nashed : « Les Frères musulmans ont conduit le Maroc dans une décennie de ténèbres ».

Les peuples d'Égypte, de Tunisie, du Maroc et du Soudan qui ont donné leur chance aux Frères musulmans, ont découvert qu'à l'épreuve du pouvoir, l'organisation était aussi corrompue et incompétente que les régimes laïcs et les chefs d'État arabes.

Continuer l'article

Légitimer les Talibans au Plan international Serait une Erreur Catastrophique

par Con Coughlin  •  23 septembre 2021

  • Les projets européens de resserrer les liens avec Kaboul sont gravement compromis par le comportement des maîtres du nouveau régime taliban. Plutôt que de s'amender comme promis, ils donnent le sentiment de retourner à leur intransigeance première.

  • Selon des informations récentes, pas moins de quatre agents des services antiterroristes afghans ont été traqués et tués par les Talibans au cours des trois dernières semaines. L'un d'eux a eu tous les ongles arrachés avant d'être abattu.

  • « Cessons de prétendre que les Talibans ont changé » admoneste M. McMaster. « Par déni de la réalité, nombre d'observateurs opèrent un renversement de moralité orwellien qui transforme des terroristes djihadistes en partenaires... Les Talibans sont déterminés à imposer une charia brutale au peuple afghan et entretiennent des liens étroits avec des terroristes déterminés à poursuivre le djihad... » — HR McMaster, ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, The Sunday Times, 12 septembre 2021.

Les naïves tentatives de certaines grandes puissances occidentales de créer des relations avec les Talibans, nouveaux maîtres de Kaboul, sont sapées par l'attitude intransigeante du nouveau régime islamiste. Photo : pour améliorer l'image du régime dans les médias étrangers, des Talibans en armes organisent et encadrent une manifestation de femmes en burqa favorables au régime, Kaboul le 11 septembre 2021. (Photo d'Aamir Qureshi/AFP via Getty Images)

Les naïves tentatives de certaines grandes puissances occidentales de créer des relations avec les Talibans, nouveaux maîtres de Kaboul, sont sapées par l'attitude intransigeante du nouveau régime islamiste

Certaines déclarations des nouveaux maîtres de Kaboul indiquant qu'ils ne souhaitaient pas revenir aux errements terroristes des années 1990, ont incité d'éminents dirigeants occidentaux à envisager de tendre la main aux Talibans.

Continuer l'article

Les Mollahs Iraniens Toujours Plus Proches de l'Arme Nucléaire

par Majid Rafizadeh  •  9 septembre 2021

  • L'administration Biden... n'a pas levé le petit doigt pour obliger le régime iranien à répondre aux questions de l'Agence internationale de l'énergie atomique à propos des trois sites nucléaires clandestins découverts en Iran.

  • « Par souci d'objectivité, je reconnais que le gouvernement iranien a une fois de plus réitéré sa volonté de coopérer et de répondre à nos questions, mais force est de reconnaître qu'il ne l'a pas fait jusqu'à présent. J'espère qu'une évolution positive aura lieu, mais à l'heure où nous parlons, aucun progrès concret n'a été enregistré. » - Général Rafael Mariano Grossi, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Seattle Times, 7 juin 2021.

  • Il semble – et la chose est extrêmement inquiétante au regard de l'échec du renseignement et de son rôle dans la débâcle afghane - que l'administration Biden demeure à nouveau les bras croisés pendant que les mollahs d'Iran enrichissent confortablement leur uranium pour se doter d'un arsenal nucléaire.

  • Nous savons comment ils ont traité leur propre peuple et les peuples de la région en l'absence d'arme nucléaire. Regardez comment « le numéro un mondial du terrorisme d'État » agit tant à l'égard de son propre peuple qu'au niveau international au Liban, Yémen, Libye, Irak, Syrie, Arabie Saoudite, les territoires palestiniens et même le Venezuela et la grande Amérique du Sud... A quoi le monde libre doit-il s'attendre quand l'Iran disposera de l'arme nucléaire ?

Le régime iranien semble être à quelques mois de l'arme nucléaire, mais l'administration Biden garde le silence et semble ne disposer d'aucune politique claire pour empêcher ce régime dangereux et prédateur de devenir un État nucléaire à l'égal de la Corée du Nord. En photo : L'usine de production d'eau lourde à Arak, au sud de Téhéran. (Photo par Majid Saeedi/Getty Images)

Le régime iranien semble être à quelques mois de l'arme nucléaire, mais l'administration Biden est aphone et n'a formulé aucune politique claire pour empêcher ce régime dangereux et prédateur de devenir un État nucléaire comme la Corée du Nord.

Lors d'un briefing qui a eu lieu au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 4 août 2021, Benny Gantz, ministre israélien de la Défense a déclaré aux ambassadeurs des pays membres du Conseil de sécurité des Nations Unies :

« L'Iran a violé toutes les directives du JCPOA et obtiendra dans une dizaine de semaines, les matériaux de qualité militaire nécessaires à la fabrication d'une arme nucléaire... Le temps des actes est venu - les mots ne suffisent pas. L'heure est venue de passer à l'action tant au plan diplomatique, économique que militaire. Sinon les attaques se poursuivront. »

Continuer l'article

Biden Autorise la Chine à Sortir Indemne du Crime du Siècle

par Gordon G. Chang  •  5 septembre 2021

  • Le président des États-Unis n'a pas besoin d'une parfaite connaissance du dossier pour agir.

  • Ne pas partager l'information alors qu'on a l'obligation de le faire justifie des représailles contre Pékin, mais deux raisons supplémentaires – chacune suffisante en soi – obligent à agir.

  • Tout d'abord, pendant au moins cinq semaines, les autorités chinoises ont caché, puis ont menti sur le caractère contagieux du SRAS-CoV-2. Ils ont ainsi clamé à la face du monde que la COVID-19 n'était pas contagieuse alors qu'elle l'était et ils le savaient... Secundo, l'armée chinoise travaille sur la prochaine génération d'agents pathogènes.

  • Si les biologistes chinois réussissent à mettre au point des agents pathogènes qui ciblent uniquement les étrangers, les sociétés non chinoises seront en danger de mort. La Chine communiste aura son tueur de civilisations.

  • La prochaine pandémie pourrait marquer l'avènement de la Chine comme seule société viable au monde. Le monde a donc besoin de quelque chose de bien plus important que la justice ou l'indemnisation. Il faut de la dissuasion.

  • La détermination de Pékin à collecter des profils génétiques étrangers tout en bloquant le transfert hors de Chine de profils génétiques chinois est un signe que l'armée chinoise, en violation de la Convention sur les armes biologiques qu'elle a signé, fabrique des armes biologiques en direction de cibles ethniques.

  • Biden ne s'est guère montré enclin – on pourrait même parler de désintérêt - à demander des comptes à la Chine... Cette réaction très faible indique à Xi Jinping que Pékin peut impunément tuer des millions de non-Chinois avec un agent pathogène. A moins de le stopper, Xi recommencera très certainement.

Si les scientifiques chinois réussissent à fabriquer des agents pathogènes qui ciblent uniquement les étrangers, le prochain microbe, virus ou germe de Chine pourrait mettre fin aux sociétés non chinoises. La Chine communiste aura mis au point le tueur de civilisation. La prochaine pandémie pourrait donc être celle qui laissera la Chine comme la seule société viable au monde. S'il veut survivre, le monde a besoin de quelque chose de bien plus important que la justice ou l'indemnisation. Il faut de la dissuasion. Sur la photo : le virologue Shi Zhengli (à gauche) dans un laboratoire de l'Institut de virologie de Wuhan à Wuhan, en Chine, le 23 février 2017. (Photo de Johannes Eisele/AFP via Getty Images)

Le 27 août, l'administration Biden a rendu public le résumé non classifié d'un rapport de la Communauté du renseignement américain (CR) sur les origines du COVID-19. Le CR qui regroupe les 18 agences de renseignement américaines, n'a dégagé que des conclusions lacunaires. Les agences ont déclaré qu'elles avaient besoin de plus d'informations, mais le monde en sait maintenant assez pour présenter sa facture à la Chine.

L'Amérique et les autres nations doivent faire savoir au Parti communiste chinois qu'ils lui feront payer le prix d'avoir lâché dans la nature un virus tueur de civilisations. Oui, l'Armée populaire de libération investit dans la fabrication d'agents pathogènes qui ciblent les sociétés non chinoises.

Continuer l'article

L'Europe se Prépare à un Tsunami de Migrants Afghans

par Soeren Kern  •  30 août 2021

  • Le ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, pense que cinq millions de personnes pourraient quitter l'Afghanistan pour l'Europe.

  • « Je suis très clairement opposé à l'idée d'accueillir plus de migrants. Cela n'arrivera pas tant que je serai chancelier. Accueillir des gens qui sont inintégrables est un énorme problème pour notre pays. » — Le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

  • « En tant que ministre de l'Intérieur, je suis d'abord responsable des personnes qui résident en Autriche. Ma tâche consiste à protéger la paix sociale et l'État-providence sur le long terme. » — Le ministre autrichien de l'Intérieur Karl Nehammer.

  • « Que les choses soient claires, 2015 n'a pas vocation à se répéter. La solution des problèmes de l'Afghanistan ne passe pas par la migration vers l'Allemagne. » — Paul Ziemiak, secrétaire général du parti Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel.

  • Des délinquants afghans, violeurs et trafiquants de drogue, qui avaient été expulsés vers l'Afghanistan, sont revenus en Allemagne avec les vols d'évacuation. À peine arrivés, ils ont immédiatement déposé une demande d'asile.

  • « Notre pays ne deviendra pas la porte d'entrée en Europe des migrants afghans illégaux. » — Ministre grec des migrations et de l'asile Notis Mitarachi.

  • « Nous devons rappeler l'évidence à nos amis européens : l'Europe, est devenue le centre d'attraction de millions de personnes et elle ne peut éluder le problème des réfugiés afghans en scellant durement ses frontières pour protéger la sécurité et le bien-être de ses citoyens. La Turquie n'a pas le devoir, ni la responsabilité, et encore moins l'obligation de devenir un entrepôt à réfugiés pour le compte de l'Europe. » — Le président turc Recep Tayyip Erdoğan.

La prise de contrôle de l'Afghanistan par les Talibans pourrait être le prélude à une vague migratoire sans précédent en direction de l'Europe. Photo : des demandeurs d'asile afghans débarquent d'un vol d'évacuation d'Afghanistan, à la base aérienne de Torrejon de Ardoz en Espagne, le 24 août 2021. (Photo de Pierre-Philippe Marcou/AFP via Getty Images)

La prise de contrôle de l'Afghanistan par les Talibans pourrait être le prélude à une vague migratoire sans précédent. Les pays membres de l'Union européenne s'attendent à l'arrivée de centaines de milliers, - voire de millions -, de réfugiés et de migrants en provenance de ce pays déchiré par la guerre.

Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer, apparemment très inquiet, a estimé que cinq millions d'Afghans pourraient être tentées de gagner l'Europe. Si de tels chiffres se matérialisent, la crise migratoire de 2015 - et son million de migrants africains, asiatiques ou orientaux marchant vers l'Europe – passerait pour anecdotique.

Si l'on en croit les statistiques de l'UE, environ 570 000 Afghans - presque exclusivement des jeunes hommes – ont, depuis 2015, demandé asile à l'un ou l'autre des pays membres de l'Union européenne. En 2020, l'Afghanistan se classait au second rang des pays de départ, derrière la Syrie.

Continuer l'article

En Plein Virage Xénophobe, la Chine Se Coupe du Monde

par Gordon G. Chang  •  26 août 2021

  • Dans la Chine de Xi Jinping, la répression n'a jamais vraiment cessée. Il ne s'agit pas là de « tressautements » pour reprendre l'expression utilisée, par Ray Dalio, la star des fonds spéculatifs qui, le 30 juillet dernier sur Linkedin, comparait les mesures brutales de Pékin contre les entreprises à des crispations involontaires.

  • L'annonce a fait suite à une série d'attaques très brutales contre des entreprises privées.

  • Les mesures prises par Xi pour forcer les entreprises chinoises à quitter les marchés boursiers étrangers pourraient être le prélude à une expropriation des actionnaires étrangers des entreprises chinoises.

Les mesures prises par Xi pour forcer les entreprises chinoises à quitter les marchés boursiers étrangers pourraient être le prélude à une épurer les entreprises chinoises de leurs actionnaires étrangers. Photo : le 28 juin 2021, à Pékin, à l'occasion d'un gala de masse organisé pour le 100e anniversaire du Parti communiste, Xi apparaît sur un écran géant pendant qu'un ballet est sur scène. (Photo de Kevin Frayer/Getty Images)

Le 11 août, le Comité central du Parti communiste chinois et le Conseil d'État du gouvernement central ont publié ce que l'agence de presse officielle Xinhua a appelé « un plan visant à promouvoir la construction d'un gouvernement d'État de droit de 2021 à 2025, sur la base de la mise en œuvre réussie du précédent plan quinquennal. »

Dans le cadre de ce plan, le parti-État chinois a promis de promulguer une série de lois sur des sujets aussi variés que la sécurité nationale, l'innovation technologique, les monopoles, l'éducation, la santé et les quarantaines, l'alimentation et les médicaments ainsi que les étrangers.

« L'annonce », a déclaré Reuters , « indique que la répression qui s'exerce aujourd'hui dans le secteur industriel sur des sujets comme la confidentialité, la gestion des données, l'antitrust et divers autres problèmes va persister tout au long de l'année ».

Continuer l'article

Ce site Internet utilise des cookies qui améliorent la qualité de notre service.
Pour en savoir plus, lire notre Politique de confidentialité et de cookies.