Derniers commentaires et analyses

Suède : l'Islam est-il Compatible avec la Démocratie ?
Partie I : L'islamisation de la Suède

par Ingrid Carlqvist  •  27 juillet 2016

  • Ce n'est pas un secret que la démocratie peut être retournée conte la démocratie.

  • Chacun commence à comprendre que le Suédois de Suède a commencé de disparaître. Dans de nombreux domaines, un nouvel Etat du Moyen-Orient prend forme, peuplé de différents groupes d'immigrants (principalement musulmans) occupés à se faire la guerre entre eux, ainsi qu'aux Suédois.

  • Le Dr Peter Hammond, auteur de L'esclavage, le terrorisme et l'islam : racines historiques et menace contemporaine, explique que le but de l'islam n'est pas de convertir le monde, mais d'instaurer la charia partout dans le monde.

  • Aucun pays dominé par l'islam ne peut être considéré comme une démocratie fondée sur la liberté d'expression et l'égalité en droit de chacun.

L'establishment ferme les yeux sur les problèmes que pose une population musulmane en croissance rapide, mais le malaise des Suédois ordinaires lui, va croissant. Au point que le Premier ministre Stefan Löfven (à droite), ne semble plus très bien savoir sur quel pied danser. A gauche, une émeute en banlieue de Stockholm en décembre 2014.

En 1930, date du dernier recensement ou les citoyens ont été invités à exprimer leurs croyances religieuses, la Suède comptait 15 musulmans. A partir de 1975, la Suède a commencé de rompre avec son homogénéité ethnique. Elle est devenue un espace multiculturel et multi-religieux ou le nombre de musulmans a explosé. Aujourd'hui, un million de sunnites, chiites et Ahmadiyya en provenance des quatre coins du monde, couvrent progressivement le territoire suédois de mosquées.

Personne en Suède ne semble avoir posé la seule question qui compte pour l'avenir de la Suède : l'islam est-il compatible avec la démocratie ?

L'establishment suédois n'a pas compris que l'islam est plus qu'une religion privée, et qu'il rejette toutes les questions sur l'islam au nom de la liberté de religion qui règne en Suède.

Continuer l'article

Allemagne : Le Terrifiant Pouvoir des Interprètes Musulmans

par Stefan Frank  •  26 juillet 2016

  • « Tout ce que je vous ai dit était vrai. ... Mais l'interprète m'a affirmé qu'une femme fidèle ne doit pas prononcer des mots comme sexe et viol. Ça serait déshonorer mon mari et notre famille. Elle a également dit qu'être allée à la police avait fait de moi une blasphématrice. Aucune femme ne doit signaler son propre mari. Le mari doit être honoré ». — "Sali," note laissée à Alexander Stevens, son avocat, avant un présumé suicide.

  • « Je sais que des témoignages font état de pressions exercées par les interprètes sur les chrétiens en route pour le commissariat ou même avant : si vous déposez plainte, vous pouvez faire une croix sur votre demande d'asile. J'ai souvent remarqué qu'à la suite de ces menaces, les plaintes étaient retirées ». — Paulus Kurt, Comité central des chrétiens d'Orient en Allemagne.

  • « Les interprètes ne sont ni des employés de l'Agence fédérale, ni liés par un quelconque serment au système judiciaire de la République fédérale d'Allemagne. Néanmoins, la demande d'asile est laissée uniquement à l'appréciation de ces interprètes... Il nous semble qu'un tel processus de prise de décision, pratiqué qui plus est à grande échelle, ne peut être défini comme une procédure régulière ». — Lettre ouverte des employés de l'Agence fédérale allemande pour les migrations et les réfugiés.

Hassan (gauche), un réfugié yézidi en Allemagne menacé par des musulmans, raconte à un journaliste de la télévision publique allemande comment un interprète salarié par le gouvernement a transformé délibérément ses propos et a pris le parti de ses agresseurs. (Image source : capture d'écran de Bayerischer Rundfunk)

Alexander Stevens est avocat dans un cabinet de Munich spécialisé dans les délits sexuels. Dans un livre qu'il a récemment publié, Sex vor Gericht (« Sexe au tribunal »), il a décrit les cas étranges et choquants auxquels il lui a été donné d'assister. L'un de ces cas en particulier, pose une question difficile : que faire quand des interprètes qui travaillent pour la police et les tribunaux mentent et manipulent ? Comme personne ne contrôle leur travail, la malhonnêteté des interprètes passe généralement inaperçue. Stevens relate les effets dévastateurs qu'une traduction malhonnête a eu sur une jeune syrienne, Sali.

Continuer l'article

Que d'Erreurs Historiques Commises par les Arabes contre Israël !

par Fred Maroun  •  24 juillet 2016

  • Nous Arabes avons géré notre relation à Israël en dépit du bon sens ; le pire étant aujourd'hui la situation faite aux Palestiniens. La plus monumentale de nos erreurs a été de ne pas accepter le plan de partition de l'ONU en 1947.

  • Il ne faut pas déclarer la guerre si l'on n'est pas prêt à accepter les conséquences d'une éventuelle défaite.

  • Contrairement à nous, les juifs n'enferment pas les arabes dans des camps.

  • La Jordanie n'a intégré qu'une partie des réfugiés. Nous aurions pu saisir l'occasion de prouver au monde que les arabes sont un grand et noble peuple. Au lieu de cela, nous prouvons – et continuons de prouver – que les haines qui nous divisent, et celle que nous portons aux juifs, sont plus fortes que n'importe quel concept de prétendue solidarité arabe.

En mai 1948, Azzam Pacha, Secrétaire général de la Ligue arabe, a rejeté la partition et annoncé « une guerre d'extermination, un massacre mémorable, qu'on comparera plus tard aux massacres perpétrés par les mongols ou contre les croisés ».

Ce texte est le premier d'une série de deux articles. La deuxième partie étudiera en détail comment nous, les Arabes, pourrions agir différemment.

La relation que le monde arabe entretien avec Israël se caractérise par un patchwork de situations qui vont de l'hostilité à la paix froide en passant par une coopération limitée, le calme et la violence. Nous Arabes, avons géré notre relation à Israël en dépit du bon sens ; le pire étant la situation faite aujourd'hui aux Palestiniens.

La faute originelle

La première de nos erreurs a duré des siècles, et a été commise bien avant la déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël en mai 1948. Nous avons refusé de traiter les Juifs en égaux.

Continuer l'article

Agressions Sexuelles : La Suède Perd le Contrôle
Un mois d'Islam et de Multiculturalisme en Suède : mai 2016

par Ingrid Carlqvist  •  19 juillet 2016

  • Un rapport de police rendu public indique que la Suède se classe en tête de l'Union Européenne pour les violences physiques et sexuelles contre les femmes, le harcèlement sexuel, et le harcèlement. Le rapport attribue sans équivoque la responsabilité de ces crimes - quand ils sont signalés - aux « jeunes demandeurs d'asile » et « aux hommes d'origine étrangère ».

  • Quatre fois sur cinq, les agressions sexuelles dans les piscines publiques sont le fait d'« enfants réfugiés non accompagnés » indique la police.

  • Une enquête de l'Office national de la santé et du bien-être (Socialstyrelsen) estime que près de 38.000 femmes en Suède seraient victimes de mutilations génitales féminines (MGF). Il semble que les services de santé aident rarement les victimes à gérer les complications médicales associées à la MGF.

  • Un père suédois et ses deux enfants ont été expulsés du logement municipal qu'ils louaient au profit d'une famille d'immigrés.

Hosar Mahmood (gauche), 22 ans, a été reconnu coupable du viol d'une femme hospitalisée. Il a déjà effectué une courte peine de prison pour un crime identique : en 2013, il avait fait irruption dans un appartement, roué de coups son propriétaire, puis violé sa fille adolescente. Droite : le lycée Osbeck de Laholm a été contraint d'embaucher du personnel supplémentaire pour protéger les lycéennes des avances sexuelles inconvenantes et quotidiennes de jeunes demandeurs d'asile.

4 mai : Mutar Muthanna Majid, le terroriste qui s'est avéré ne pas être un terroriste, mais qui, en novembre 2015, a été traqué dans toute la Suède par la police, a exigé que l'Etat le dédommage à hauteur de 1 million de couronnes (environ 100.000 €). Le ministre de la justice a décidé que dédommagement standard pour une détention à tort de quatre jours était suffisant. Majid touchera 12.000 couronnes (1.100 €).

Continuer l'article

France : Cette Guerre Civile qui Vient

par Yves Mamou  •  16 juillet 2016

  • Pour le président français François Hollande, l'ennemi est une abstraction : « terrorisme » ou « fanatiques ».

  • Maintenant, le président français réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme... à l'étranger : « nous allons accroitre notre action en Syrie et en Irak » a dit François Hollande après l'attaque terroriste de Nice.

  • Qu'y aurait-il d'étonnant, si des groupes paramilitaires passaient à l'action compte tenu de l'incapacité des élites qui nous gouvernent à réagir correctement face aux dangers intérieurs et extérieurs qui le menacent ?

  • En France, ces élites mondialisées ont décidé que les mauvais « électeurs » étaient stupides ou manquaient trop d'éducation pour apprécier les beautés des sociétés ouvertes à des populations qui souvent, ne veulent pas s'assimiler, et même exigent de vous assimiler à elles, sous peine de vous tuer si vous n'obtempérez pas de bon cœur. Cette élite globale a fait un choix : le choix d'aller contre les vieux, les pauvres qui ont décidé progressivement de ne plus voter pour eux. Ils ont aussi fait le choix de ne pas lutter contre l'islamisme parce que les musulmans votent collectivement pour cette élite globale.

La police française a tiré et tué le terroriste tunisien qui a utilisé un camion bélier pour tuer 84 personnes à Nice le soir du 14 juillet.

« Nous sommes au bord de la guerre civile ». Cette citation n'est pas celle d'un fanatique ou d'un malade mental. Non, elle émane du Directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), l'un des principaux services de lutte contre le terrorisme. Patrick Calvar n'a « évoqué » le risque de guerre civile, il l'a martelé publiquement à trois reprises au moins. Le 12 juillet, il en a fait part aux membres de la commission d'enquête parlementaire « relative aux moyens mis en œuvre par l'État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 ».

En mai 2016, il a délivré le même message à une autre commission de parlementaires chargés de la défense nationale. « Les extrémismes montent partout et nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l'ultra-droite qui n'attend que la confrontation ».

Continuer l'article

Terrorisme : Vous pensiez que seuls les juifs étaient visés ? Pensez mieux !

par Giulio Meotti  •  15 juillet 2016

  • Au soir du 14 juillet, 84 personnes au moins ont été assassinées dans la ville française de Nice par un terroriste islamiste d'origine tunisienne.

  • Que vous soyez ou pacifistes ou va-t-en-guerre, gays ou hétérosexuels, athées ou chrétiens, blasphémateurs ou bigots, Français ou Irakiens, le terrorisme djihadiste ne discrimine pas. Chacun de nous est une cible : le terrorisme islamiste est génocidaire.

  • Lorsque des terroristes islamistes ciblent des blogueurs musulmans dissidents, des femmes Yazidi lointaines ou des gamines israéliennes, nous citoyens occidentaux devrions nous sentir concernés. Les islamistes aiguisent d'abord leurs couteaux sur eux avant de s'en prendre à nous.

  • Si nous ne réagissons pas aujourd'hui, notre indolence nous punira demain.

Un camion a été utilisé comme une arme par un islamiste d'origine tunisien tuant 84 personnes à Nice, France le soir du 14 juillet 2016.

Hier soir, jeudi 14 juillet, au moins 84 personnes ont été assassinées dans la ville française de Nice par un terroriste islamiste d'origine tunisienne. Des dizaines d'autres personnes ont été blessées. L'assaillant a foncé au volant d'un camion de 19 tonnes dans la foule qui commérait la prise de la Bastille, la fête nationale, écrasant et renversant hommes, femmes et enfants sur plus de deux kilomètres.

Continuer l'article

Meurtres de Flics, Intimidation de « S…lopes », Menaces de Mort
Un mois d'islam et de multiculturalisme en France : juin 2016

par Yves Mamou  •  14 juillet 2016

  • Les islamistes justifient leur violence en se présentant comme des victimes : ils vivraient dans une société raciste qui les rejette eux et leur religion. Et le gouvernement français leur donne raison quand il demande au Parlement de voter une loi qui favorise la « diversité » sur les chaînes de télévision publiques.

  • Larossi Abballa, 26 ans, a poignardé à mort le policier Jean-Baptiste Salvaing et son épouse, Jessica Schneider, agent administratif de la police, à leur domicile de Magnanville, en banlieue parisienne. Le meurtrier a ensuite proclamé en direct sur Facebook son allégeance à l'Etat islamique.

  • Après l'attentat anti gay d'Orlando par un islamiste, Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Front de gauche, a écrit dans son blog qu'il craignait une possible « vague de haine contre les musulmans ». Pour les suppôts de l'islamisme en France, le musulman est toujours la victime, même quand il est le tueur.

Le policier Jean-Baptiste Salvaing (gauche) et sa femme,Jessica Schneider, agent administratif de police (droite), ont été poignardés à mort sous les yeux de leur fils de trois par Larossi Abballa (insert) le 13 juin 2016. Le meurtrier a ensuite diffusé en streaming sur Facebook la proclamation de son allégeance à l'Etat islamique.

Longtemps, l'islamisation de la société française est restée un débat d'idées. Fallait-il autoriser les filles à porter le voile islamique à l'école ? La liberté d'expression s'étendait-elle aux caricatures de Mahomet ? Les violences, quand il y en avait, n'étaient pas canalisées par l'islam. Elles n'étaient qu'une forme de délinquance, cantonnée aux ghettos musulmans de banlieue.

Aujourd'hui, le débat d'idées n'a pas réellement cessé, mais il est devenu secondaire. Les violences islamistes ont pris le pas sur les mots et ont gagné le cœur des grandes villes. Assassinats islamistes, brutalités islamistes, menaces de mort islamistes, intimidation islamiste des femmes qui s'habillent trop librement... sont une réalité quotidienne.

Continuer l'article

Est-ce que l'islam fait partie intégrante de l'Allemagne ?
« L'islam est une idéologie politique qui n'est pas compatible avec la Constitution allemande. »

par Soeren Kern  •  13 juillet 2016

  • « L'ancien Président allemand Christian Wulff a dit : 'l'islam fait partie intégrante de l'Allemagne.' C'est vrai. C'est aussi mon opinion. » — Chancelière Angela Merkel, janvier 2015.

  • « La déclaration d'Angela Merkel masque le vrai problème : une proportion croissante de citoyens musulmans ne partage pas le système de valeurs occidental, ne veut pas s'intégrer sur le plan culturel et s'enferme dans des sociétés parallèles. » — Thilo Sarrazin, ancien banquier renommé de la Banque centrale et membre du parti Social Démocrate, 20 janvier 2015.

  • « L'islam n'est pas une religion comme le catholicisme ou le protestantisme. Sur le plan intellectuel, l'islam est toujours lié à la volonté de renverser l'État. L'islamisation de l'Allemagne est donc une menace. » — Alexander Gauland, dirigeant du parti AfD pour le Brandebourg, 17 avril 2016.

  • Un islam qui ne respecte pas notre système juridique, le combat même et affirme être la seule religion acceptable est incompatible avec notre système juridique et notre culture. Beaucoup de musulmans vivent en se conformant à nos lois, sont intégrés et acceptés en tant que membres respectés de notre société. Cependant, le parti AfD veut empêcher l'émergence de sociétés parallèles islamiques avec des juges de la charia. » — Manifeste du parti AfD.

  • « Quiconque pense que l'islam fait partie intégrante de l'Allemagne ne devrait pas hésiter à aller plus loin et déclarer que la charia fait partie intégrante de l'Allemagne. Sans la charia il n'y a pas d'islam authentique. » — Henry Broder, journaliste allemand, 16 mai 2016.

Dans un discours du 22 octobre 2014, la Chancelière Angela Merkel a dit être d'accord avec cette déclaration de l'ancien Président allemand, Christian Wulff, : « l'islam fait partie intégrante de l'Allemagne. »

Près de deux-tiers des Allemands pensent que l'islam ne fait pas partie intégrante de l'Allemagne selon un récent sondage d'opinion qui a montré également que seulement 22% des Allemands considèrent que l'islam fait partie intégrante de la société allemande.

Dans un sondage similaire réalisé en janvier 2015, 37% des Allemands ont répondu que l'islam fait partie intégrante de l'Allemagne, 15% de plus qu'aujourd'hui. Ces résultats indiquent que les attitudes allemandes envers l'islam se durcissent après la décision prise par la Chancelière Angela Merkel de permettre à plus d'un million 100.000 migrants, pour la plupart musulmans, d'entrer en Allemagne.

Continuer l'article

Allemagne : Le problème de l'Intégration des Turcs musulmans
« Ma religion est plus importante que les lois du pays où je vis. »

par Soeren Kern  •  12 juillet 2016

  • Sept pour cent des personnes interrogées approuvent l'idée que « la violence est justifiée pour la propagation de l'islam ». Ces chiffres peuvent sembler anodins, mais 7% de trois millions de Turcs résidant en Allemagne représentent 210.000 personnes qui pensent que le djihad est une méthode de diffusion acceptable de l'Islam.

  • L'étude a également montré que l'emploi n'est plus le moteur de l'immigration turque en Allemagne : une majorité vient en Allemagne pour chercher un conjoint.

  • Une nouvelle étude statistique - Datenreport 2016 : rapport social de la République fédérale allemande – montre que les Turcs réussissent moins bien au plan économique et scolaire que les autres minorités vivant en Allemagne. Plus d'un tiers (36%) des Allemands d'origine turque vivent en dessous du seuil de pauvreté, contre 25% pour les personnes originaires des Balkans et de l'Europe du sud.

  • « Nous avons demandé aux musulmans de mesurer les discriminations dont ils se sentaient victimes et nous avons tenté d'établir une corrélation avec une vision du monde fondamentaliste. Nous n'en avons trouvé aucune. La haine des musulmans pour les non-musulmans n'est pas propre à l'immigration musulmane ; elle est bien pire dans les pays d'origine. La radicalisation ne se produit pas en Europe, elle est importée du monde musulman » — Ruud Koopmans, sociologue.

Un marché en plein air dans le quartier turc de Kreutzberg à Berlin. (Image source : photo tirée de la vidéo The Berlin Project)

Selon une nouvelle étude, près de la moitié des trois millions d'Allemands d'origine turque estime qu'en cas de conflit entre la charia et la loi allemande, c'est la loi islamique qui s'applique.

Un tiers des personnes interrogées aspire à un « retour » de la société allemande à ce qu'elle était à l'époque de Mahomet, le fondateur de l'islam, dans l'Arabie du début du VIIème siècle.

L'enquête - qui porte sur les Turcs installés en Allemagne depuis de nombreuses années, voire même des décennies - réfute l'idée propagée par les autorités allemandes que les musulmans sont bien intégrés dans la société germanique.

Cette étude de 22 pages intitulée « Intégration et religion vues par les personnes d'origine turque vivant en Allemagne » (Intégration und Religion aus der Sicht von Türkeistämmigen in Deutschland ), a été conçue et réalisée par le département Religion et Politique de l'Université de Münster. Les principales conclusions sont :

Continuer l'article

« Non, ça veut dire Non !»
Une Nouvelle Loi Allemande contre le Viol

par Soeren Kern  •  11 juillet 2016

  • Les réformes ne sont pas susceptibles de mettre fin à aux viols de femmes par les migrants en Allemagne

  • Dès qu'il est question d'immigration, le politiquement correct prend le pas sur la lettre de la loi. En Allemagne, nombre de migrants ayant commis des crimes sexuels n'ont pas été traduits en justice. Quant à ceux envoyés devant les tribunaux, ils ont été condamnés à des peines légères par des juges compatissants.

  • « Chaque policier sait qu'il doit répondre à une attente politique. Mieux vaut éviter d'en rajouter [dès qu'il est question des crimes des migrants] pour éviter les problèmes. » — Rainer Wendt, chef du syndicat de la police allemande.

  • « Il est inacceptable que les demandeurs d'asile piétinent notre société tout en recherchant sa protection. » — Bastian Blaut, Procureur.

Le parlement allemand a approuvé la réforme du code pénal qui se propose d'élargir la définition du viol afin de rendre plus facile l'expulsion de migrants coupables de crimes sexuels.

Le nouveau projet de loi - rebaptisé « Non ça veut dire Non » (« Nein heißt Nein ») – précise que toutes les formes de relations sexuelles non consensuelles seront considérées comme des crimes et punis comme tels. Auparavant, le droit allemand ne punissait les agresseurs que si les victimes réussissaient à prouver qu'elles avaient résisté physiquement.

Ces modifications législatives consécutives aux attaques sexuelles commises par des migrants musulmans contre des centaines de femmes à Cologne, le soir du nouvel an 2015, sont considérées comme un « changement de paradigme » de la jurisprudence allemande.

Continuer l'article

« Vendre une Maison à un Juif, c'est Trahir Allah »

par Khaled Abu Toameh  •  8 juillet 2016

  • La nouvelle campagne contre les Palestiniens soupçonnés de vendre des biens immobiliers à des juifs repose en partie sur la croyance que la terre entière est propriété islamique. Aucun musulman n'est autorisé à abandonner le plus petit centimètre carré de sol à un non-musulman. En d'autres termes, il est interdit à un musulman de vendre une maison ou un terrain à un juif ou un chrétien. Un dirigeant palestinien qui tenterait un échange de territoire dans le cadre d'un accord de paix avec Israël, ne ferait que fournir les clous pour son cercueil.

  • Cette campagne a fait craindre un renouveau des exécutions extrajudiciaires palestiniennes contre les personnes suspectées de transactions immobilières.

  • « Les vendeurs de terre doivent savoir qu'ils ne seront pas en mesure d'éviter des peines à perpétuité. Non seulement ils ne pourront être enterrés dans des cimetières islamiques, mais leurs familles seront également punies : nul ne pourra se marier, ni entretenir une quelconque relation avec l'un ou l'autre des membres de cette famille ». — Commission du travail nationale palestinienne à Jérusalem.

  • Cette campagne sape la classique plainte palestinienne que les juifs opèrent des « saisies illégales » de maisons et de terres appartenant à des Arabes à Jérusalem. Plutôt que des saisies illégales, il semble que les juifs ont payé les propriétaires arabes en espèces sonnantes et trébuchantes.

En 2014, le président de l' AP, Mahmoud Abbas, a publié un décret modifiant les articles du code pénal relatif aux transactions immobilières, et aggravant les peines pour toute cession de terres à des « pays hostiles » ou à leurs citoyens. Cette décision d'Abbas à été prise à la suite d'articles de presse faisant état de cessions immobilières à des Israéliens, dans le quartier de Silwan, à Jérusalem. (Image source: Wikimédia Commons/Gilabrand)

Un musulman palestinien qui commettrait le « crime » de vendre son bien immobilier à des juifs ne doit pas s'attendre à être enterré dans un cimetière islamique. Quant aux membres de la famille de ce criminel, ils ne doivent pas espérer pouvoir se marier avec des Palestiniens locaux. Et si des mariages finissaient par avoir lieu, personne n'accepterait d'y être invité.

Les vivants comme les morts devront acquitter le prix de cette « trahison ».

Ceci n'est qu'un échantillon des mesures punitives auxquelles les résidents palestiniens de Jérusalem sont confrontés s'ils se risquent à une quelconque transaction immobilière avec les juifs.

Ces mesures de rétorsion émanent d'un groupe de militants palestiniens de Jérusalem-Est, qui ont lancé une nouvelle campagne contre les Palestiniens coupables de vouloir vendre une maison ou une parcelle de terrain à un juif ou à une organisation juive.

Continuer l'article

Biafra : Ou est la Communauté Internationale ?

par Judith Bergman  •  7 juillet 2016

  • Une nouvelle génération de Biafrais milite pacifiquement pour l'indépendance du Biafra. Muhammadu Buhari, président musulman du Nigeria, a dépêché l'armée contre ce mouvement indépendantiste naissant.

  • « J'ai vu un garçon essayant de répondre à une question. Il a immédiatement levé les bras, mais les soldats ont ouvert le feu... » — Témoin de la fusillade, à Amnesty International.

  • En tant que chef de l'IPOB (Indigenous people of Biafra), Nnamdi Kanu, directeur de Radio Biafra basée à Londres, a été arrêté en octobre 2015. Depuis, il est détenu illégalement, malgré un jugement ordonnant sa libération sous caution.

  • Il faut noter que l'« option militaire » est utilisée contre l'opposition paisible du mouvement pro-Biafra, alors qu'un groupe terroriste dangereux comme les bergers musulmans Fulani, est laissé libre de tuer des civils innocents. Ces choix tactiques obligent à poser la question de savoir si les efforts de Buhari contre Boko Haram sont authentiques ou une comédie au bénéfice de la communauté internationale.

13 novembre 2015. Des sympathisants de « Indigenous People of Biafra » (IPOB) manifestent à Londres contre les meurtres de civils biafrais par l'armée nigériane et réclament la libération du chef de l'IPOB, Nnamdi Kanu,. (Image source: David Holt/Flickr)

Sur le papier, le sort des Biafrais – cet Etat situé au sud-est du Nigeria, a vécu trois ans, de 1967-70, puis a disparu au terme d'un génocide organisé par les autorités nigérianes - représente pour la communauté internationale une affaire qui devrait être vite réglée.

Les journalistes, les militants des droits de l'homme, les guerriers de la justice sociale sur les campus occidentaux, et les institutions telles que l'Organisation des Nations Unies et l'Union européenne, tous affichent un intérêt ostensible pour les droits de l'homme, surtout quand ils concernent les populations des pays anciennement colonisés par les Européens.

Continuer l'article

Grande Bretagne : le Parti Travailliste, Sanctuaire des Racistes ?

par Robbie Travers  •  5 juillet 2016

  • Il est difficile de croire que le parti autrefois dirigé par le premier ministre Tony Blair, qui a épaulé le président Bush dans la guerre contre le terrorisme et combattu l'expansion des mouvements islamistes est maintenant structuré et dirigé par un homme qui a voté contre l'inscription d'Al Qaeda sur la liste des organisations terroristes.

  • L'idée qu'un Califat totalitaire unique puisse apporter démocratie et stabilité, sans parler des droits civiques et politiques, aux citoyens d'un Moyen Orient de plus en plus fracturé, corrompu et instable relève d'une rêverie enfantine qui a largué les amarres de la logique.

  • Ne sont-ce pas plutôt les sociétés laïques qui protègent la liberté de culte et les droits des minorités religieuses, fussent-elles musulmanes ?

  • Je ne suis pas juif et n'ai aucun lien avec le judaïsme. Mais si être juif irrite à ce point les racistes antisémites, alors je suis heureux de me revendiquer comme juif et de me tenir aux côtés d'une minorité en butte à une persécution croissante à travers l'Europe.

Naz Shah, député travailliste (gauche), a récemment été suspendue du parti pour avoir écrit et diffuse des commentaires antisémites. Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste (droite), qui aime à fréquenter des négationnistes de l'Holocauste, des prêcheurs de haine antisémites et d'autres du même acabit, est lui-même un « ami » auto-proclamé des mouvements terroristes Hamas et Hezbollah.

Le parti travailliste britannique qui, autrefois, affichait fièrement sa solidarité avec les victimes du terrorisme, semble être devenu, sous la coupe contestée de Jeremy Corbyn, le sanctuaire des antisémites, des islamistes et de leurs thuriféraires.

Il est difficile de croire que le parti autrefois dirigé par le premier ministre Tony Blair, qui a épaulé le président Bush dans sa lutte contre le terrorisme et l'expansion des mouvements islamistes soit maintenant dirigé par un homme qui a voté contre l'inscription d'Al Qaeda sur la liste des organisations terroristes. Ce refus a eu lieu plusieurs mois après que plus de 200 personnes aient été tuées, en 1998, dans des attaques terroristes contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar es-Salaam.

Continuer l'article

Face à l'Islam, Nos Redditions Culturelles ne se Comptent plus

par Giulio Meotti  •  30 juin 2016

  • La haine qui émane des islamistes et de leurs alliés politiquement corrects est identique à celle des Nazis. Nous n'avons pas la plus petite idée des redditions culturelles déjà consenties à l'islam.

  • Les démocraties sont, ou du moins devraient être, les gardiennes d'un trésor périssable : la liberté d'expression. C'est là que réside la plus grande différence entre Paris et La Havane, Londres et Riyad, Berlin et Téhéran, Rome et Beyrouth. La liberté d'expression a produit ce qu'il y a de meilleur dans la culture occidentale.

  • C'est se condamner à l'échec que d'ergoter sur la beauté des caricatures, des poèmes ou des peintures. En Occident, nous avons payé un prix élevé pour le droit d'écrire, peindre ou dessiner. Par conséquent, nous devrions tous nous lever et protester quand un juge allemand interdit les vers d'un poème qu'il juge « offensant », quand un éditeur français licencie un écrivain « islamophobe » ou quand un festival de musique boycotte un orchestre politiquement incorrect.

Après le massacre de l'équipe de Charlie Hebdo très peu de médias ont réimprimé les caricatures de Mahomet. Photo : Stéphane Charbonnier, dessinateur et éditeur de Charlie Hebdo, assassiné le 7 janvier 2015 en même temps que de nombreux journalistes et dessinateurs, est ici photographié devant les bureaux du journal au lendemain d'un incendie criminel en novembre 2011.

Tout a eu lieu la même semaine. Un juge allemand a interdit à Jan Böhmermann, comédien et humoriste, de réciter publiquement les vers jugés « obscènes » de son fameux poème sur le président turc Recep Tayyip Erdogan. Un théâtre danois a apparemment annulé la représentation des « Versets sataniques » par crainte de « représailles ». Deux festivals français ont déprogrammé Eagles of Death Metal - le groupe américain qui jouait au Bataclan, à Paris, le soir des attentats du 13 novembre 2015 (89 personnes ont été assassinées) en raison des commentaires « islamophobes » du chanteur Jesse Hughes. Hughes a suggéré que les musulmans subissent une fouille plus approfondie, affirmant : « il est normal de faire preuve de discernement quand on a affaire à des musulmans aujourd'hui ». Un peu plus tard, il a ajouté :

Continuer l'article

Brexit : le retour de la Nation

par Yves Mamou  •  25 juin 2016

  • En France, avant que le résultat du vote britannique soit connu, l'hebdomadaire JDD a organisé un sondage en ligne sur une seule question : « Souhaiteriez-vous que la France sorte de l'Union européenne ? » 88% des personnes ayant répondu ont clique sur le « OUI. »

  • En France, la présence accrue de musulmans de culture arabe et africaine a créé une sorte de « malaise », un sentiment croissant d'« insécurité culturelle » selon le terme utilisé par le professeur de sciences politiques Laurent Bouvet.

  • Avec le Brexit, la Nation effectue un retour en force.

  • Ce « rendez-moi mon pays » a indubitablement quelque chose d'effrayant. Et à raison. Il est teinté de chauvinisme et le chauvinisme n'est pas réjouissant pour toutes les minorités qui vivent en France.

Marine Le Pen, présidente du Front National exulte face au Brexit britannique. Derrière elle, son nouveau slogan: « Et maintenant, la France! » 24 juin 2016

« A quelle vitesse l'impensable est devenu irréversible » s'effare le magazine britannique The Economist !

La question du jour est donc : qui aurait pu imaginer que les Anglais étaient si fatigués d'appartenir au club ?

Mais la question de demain est : à qui le tour ?

Continuer l'article