Translations of this item:

  • Les islamistes justifient leur violence en se présentant comme des victimes : ils vivraient dans une société raciste qui les rejette eux et leur religion. Et le gouvernement français leur donne raison quand il demande au Parlement de voter une loi qui favorise la « diversité » sur les chaînes de télévision publiques.

  • Larossi Abballa, 26 ans, a poignardé à mort le policier Jean-Baptiste Salvaing et son épouse, Jessica Schneider, agent administratif de la police, à leur domicile de Magnanville, en banlieue parisienne. Le meurtrier a ensuite proclamé en direct sur Facebook son allégeance à l'Etat islamique.

  • Après l'attentat anti gay d'Orlando par un islamiste, Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Front de gauche, a écrit dans son blog qu'il craignait une possible « vague de haine contre les musulmans ». Pour les suppôts de l'islamisme en France, le musulman est toujours la victime, même quand il est le tueur.

Longtemps, l'islamisation de la société française est restée un débat d'idées. Fallait-il autoriser les filles à porter le voile islamique à l'école ? La liberté d'expression s'étendait-elle aux caricatures de Mahomet ? Les violences, quand il y en avait, n'étaient pas canalisées par l'islam. Elles n'étaient qu'une forme de délinquance, cantonnée aux ghettos musulmans de banlieue.

Aujourd'hui, le débat d'idées n'a pas réellement cessé, mais il est devenu secondaire. Les violences islamistes ont pris le pas sur les mots et ont gagné le cœur des grandes villes. Assassinats islamistes, brutalités islamistes, menaces de mort islamistes, intimidation islamiste des femmes qui s'habillent trop librement... sont une réalité quotidienne.

Les islamistes légitiment leur violence par le fait qu'ils sont convaincus de vivre dans une société raciste qui les rejette eux et leur religion. Et le gouvernement socialiste qui les considère comme des électeurs potentiels, demande au Parlement de voter une loi qui favorise la « diversité » à la télévision.

Même le système judiciaire semble en désarroi : deux djihadistes de retour de Syrie écopent de six mois avec sursis alors qu'un musulman qui gifle une barmaid occupée à servir de l'alcool pendant le ramadan est condamné à 8 mois fermes.

Les carences du pouvoir politique, mais aussi du pouvoir judiciaire face à l'islamisme font jour après jour le lit du Front National.

On trouvera ci-dessous, un mois d'actualité islamiste en France. Beaucoup de violence, très peu d'idées nouvelles.

1 juin. Karim Benzema, footballeur du Real Madrid d'origine algérienne, a déclaré au quotidien sportif espagnol Marca, que Didier Deschamps, avait « cédé sous la pression d'une partie raciste de la France » en refusant de le sélectionner pour l'Euro 2016. Oubliant qu'il est impliqué dans une sordide affaire de chantage sexuel, Benzema a préféré donner une motivation ethnique et raciale à son éviction de l'Euro 2016.

2 juin. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports a déclaré dans Le Parisien que Karim Benzema joue un jeu « injuste et dangereux » quand il laisse penser que son éviction de l'Euro 2016 a eu lieu « pour des raisons ethniques ».

2 juin. Le prêcheur saoudien Mohammed Ramzan Al-Hajiri est interdit de séjour et de prêche sur le territoire jusqu'en 2050. Le quotidien La Voix du Nord révèle que le 15 mai, la mosquée salafiste Abou Bakr Essedik de Roubaix a organisé pour lui un prêche téléphonique. En Avril 2014, le même prédicateur saoudien avait déclaré en public : « Si tu perds ta religion, tu ne vaudras pas mieux qu'un animal ! » et « tuer un musulman est moins grave que de le rendre mécréant ».

5 juin, Un Français de 25 ans a été arrêté à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne. Selon la chaîne de télévision M6, son camion était chargé de trois lanceurs de roquettes portables, de plus de 100 kilogrammes de TNT, de 100 détonateurs et d'une demi - douzaine de fusils d'assaut Kalachnikov. Il était inconnu des services de sécurité et aurait projeté des attentats terroristes contre des synagogues et des mosquées en France.

6 juin. Un millier de migrants en provenance d' Afghanistan, du Soudan et de Somalie, installés dans un camp de toile au cœur du 18ème arrondissement de Paris (Les Jardins d'Eole), ont été évacués pacifiquement par la police. Selon les médias, cette opération est la 23ème du genre à Paris depuis 2015.

6 juin. Des croix gammées et les mots « pouvoir blanc » ont été tagués sur les murs de la synagogue de Verdun. Un acte de vandalisme similaire a eu lieu deux mois auparavant, a déclaré Jean-Claude Lévy, chef de la communauté juive à Verdun.

6 juin. Gérard Tardy, maire de Lorette, une petite ville de la région de Loire, a publié deux messages sur les panneaux d'information de la ville :

  • « Le Ramadan doit être vécu dans la paix, sans bruit »
  • « En République, personne ne couvre son visage ».

Les organisations d'extrême gauche et les associations musulmanes ont déclaré que ces messages étaient « scandaleux » et « irrespectueux » à l'égard des musulmans.

7 juin. Une serveuse d'un bar à Nice a été violemment frappée au visage par un musulman qui lui reprochait de servir de l'alcool aux clients le premier jour du Ramadan. Le propriétaire du bar et la victime ont déposé plainte au poste de police. L'agresseur a réussi à s'échapper.

8 juin. A Grigny, en banlieue parisienne, plusieurs personnes ont utilisé leur smartphone pour filmer une émeute entre les « jeunes » [euphémisme des médias français pour les jeunes musulmans] et la police. L'un de ces films a été diffusé en direct sur ​​Périscope, une application de mise en ligne instantanée des vidéos sur Internet. Personne ne sait pourquoi l'émeute a éclaté. Un père vivant à Grigny a dit : « De mon temps, la violence avec les flics avait toujours un motif : arrestation, voiture volée ... Maintenant, on dirait que les gens se battent avec la police pour le plaisir ».

8 juin. Aya Ramadan, une militante du Parti des Indigènes de la République, a félicité sur Twitter les deux terroristes palestiniens qui ont mitraillé des personnes désarmées dans un bar du quartier de Sarona à Tel - Aviv, tuant trois d'entre elles. Ramadan a écrit ; « Dignité et fierté ! Bravo aux deux Palestiniens qui ont mené une opération de résistance à Tel – Aviv ».

Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, a déclaré qu'il poursuivrait Aya Ramadan en justice pour « apologiste du terrorisme ». La peine maximale pour une telle infraction est de deux ans de prison et 100.000 € d'amende. Le Parti des Indigènes de la République est une organisation racialiste qui développe une théorie de prise de pouvoir contre les « blancs » au profit des « indigènes » noirs ou basanés.

8 juin. L'Observatoire de la laïcité, relié au bureau du premier ministre, a publié son rapport annuel. On peut y lire que « les actes antisémites restent à un niveau très élevé (808 actes) et les actes antimusulmans ont triplé en un an (429 actes contre 133 l'année passée) ». Le rapport n'établit pas toutefois de relation entre le nombre de Juifs en France (un demi - million) et le nombre de musulmans (entre 6 et 10 millions). Le rapport ne mentionne pas non plus que la plupart des actes anti-juifs sont commis par des musulmans.

9 juin. Jacqueline Eustache-Brinio, maire de Saint-Gratien, a déclaré la guerre aux boutiques dont les vendeuses ou les caissières sont voilées. « J'ai décidé de boycotter toutes les boutiques qui m'imposent des caissières ou des vendeuses voilées » a-t-elle écrit sur sa page Facebook. Elle se dit engagée à soutenir par tous les moyens les femmes qui refusent de porter le voile.

9 juin. Provocation ? Le Parti des Indigènes de la République a lancé une invitation publique à rompre le jeune du Ramadan en face de la Basilique de Saint Denis, un monument catholique qui a un rôle fondateur dans l'histoire de la France. Les rois catholiques de France ont été couronnés et enterrés dans la Basilique

9 juin. Des soldats chargés de la protection d'une synagogue à Garges, en banlieue parisienne, ont été attaqués à coups de pierres par un groupe de vingt personnes. Un soldat a été blessé.

8 juin. Vingt députés ont co-signé et publié dans le magazine Valeurs Actuelles, une lettre ouverte adressées au ministre de l' Éducation Najat Vallaud-Belkacem. Ils protestent contre la décision du Ministère de l'éducation de promouvoir l'enseignement de l'arabe dans les écoles primaires. « C'est une décision stupide : la priorité est d'abord d'apprendre la langue de la République, avant de vouloir échanger avec le monde ».

13 Juin. Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat du Front de gauche, a écrit dans son blog après, l'attentat anti-gay d'Orlando (Etats Unis) « j'étais préoccupé de l'attribution à Daech... tant j'ai d'angoisse que recommence une vague de haine des musulmans ». Pour nombre de suppôts de l'islamisme en France, le musulman est toujours la victime, même quand il est le tueur.

13 juin. Le terroriste islamiste Larossi Abballa, 26 ans, a poignardé à mort le policier Jean-Baptiste Salvaing et son épouse, Jessica Schneider, administrateur de police, en face de leur fils de trois ans, à leur domicile de Magnanville, en banlieue parisienne. Le meurtrier a ensuite diffusé en streaming sur Facebook une vidéo dans laquelle il clame son allégeance à l'Etat islamique. Selon Le Figaro, le tueur avait été condamné en 2013 à trois ans de prison pour avoir participé à une filière de recrutement de djihadistes, mais a été libéré presque immédiatement.

Le policier Jean-Baptiste Salvaing (gauche) et sa femme,Jessica Schneider, agent administratif de police (droite), ont été poignardés à mort sous les yeux de leur fils de trois par Larossi Abballa (insert) le 13 juin 2016. Le meurtrier a ensuite diffusé en streaming sur Facebook la proclamation de son allégeance à l'Etat islamique.

14 Juin. Une étudiante de 19 ans a été poignardée à une station de bus de Rennes. Les passants ont réussi à capturer son agresseur, un musulman, qui a déclaré qu'il obéissait à des « voix » lui ordonnant un « sacrifice pour le Ramadan ». La jeune femme a été emmenée à l'hôpital, et l'attaquant placé en hôpital psychiatrique.

14 juin. En réaction à l'assassinat de deux agents de police par un terroriste islamiste, le gouvernement a autorisé les policiers à garder leur arme sur eux, même quand ils ne sont pas en service.

15 juin. Selon le quotidien belge La Dernière Heure, les services antiterroristes belges ont informé les services de police Belges et Français que des commandos de l'Etat islamique ont quitté la Syrie au début du mois de juin pour commettre des attentats terroristes en France et en Belgique.

15 juin. Maude Vallet, 18 ans, a été harcelée, insultée et menacée par cinq femmes dans un bus de Toulon parce qu'au retour de la plage, elle était vêtue d'un short. Elle a écrit son histoire sur sa page Facebook : « Bonjour, je suis une salope ». Elle a dénoncé les traditions et protesté du droit à disposer de son corps, mais a refusé de mentionner que ses agresseuses étaient des femmes musulmanes. Elle a estimé que leur origine ou leur religion en l'occurrence n'était pas pertinente.

15 juin. Ali S, 32 ans, le musulman qui a giflé une serveuse dans un bar de Nice parce qu'elle servait de l'alcool pendant le Ramadan a été condamné à huit mois de prison et condamné à payer 1000 euros à la serveuse. Ce Tunisien qui séjournait illégalement en France sera expulsé à la fin de sa peine et interdit de retour en France pendant trois ans.

16 juin. Un camp de toile d'environ 400 migrants soudanais et afghans, surtout des hommes, a été évacué par la police dans le 18ème arrondissement de Paris. Il s'agit de la vingt-quatrième évacuation depuis le 15 Juin 2015.

16 juin. En réaction à l'assassinat de deux policiers par un terroriste islamiste le 13 juin, l'opposition de droite propose d'envoyer les 13.000 fichés « S » (personnes qui vivent en France et sont soupçonnées d'être affiliés à une organisation terroriste) dans des « camps » spéciaux.

16 Juin. Un converti à l'islam de 22 ans, a été arrêté à Carcassonne avec un couteau et une machette. Il a avoué à la police qu'il voulait tuer des touristes américains et anglais avant de poignarder un policier ou un soldat. Il est détenu en garde à vue à Toulouse. L'homme est fiché « S ».

18 juin Abou Kamel Chahid a menacé sur Facebook de commettre des attentats terroristes en France. « Nous sommes quatre frères, chacun a une mission. Je jure par Allah, la France va quitter la coalition. Ils ne vont pas avoir le choix. Ces kouffars [infidèles] ne se sentiront jamais bien dans ce pays. Faites attention, frères et sœurs, les choses vont s'accélérer ». Arrêté par la police, Abou Kamel Chahid a déclaré qu'il voulait « plaisanter ».

18 Juin. Depuis un an, la bibliothèque multimédia publique de Lannion (Bretagne) a été victime d'actes de vandalisme en série contre des livres, BD et DVD. Toutes ces œuvres ont pour particularité d'avoir un lien avec les Juifs : livres sur l'Holocauste, bande dessinée de Johan Sfar, « Le Chat du rabbin ».

19 juin. Un détenu de la prison de Béziers a été condamné à six mois supplémentaires de prison parce qu'il a fait part de son projet d'attentat contre la plage nudiste du Cap d'Agde. L'homme, Alain G, converti à l'islam, a été dénoncé par d'autres détenus.

19 Juin. 4000 Français musulmans ont répondu à l'appel d'un groupe de mosquées de la région de Magnanville, pour participer à une marche silencieuse en hommage aux deux policiers assassinés le 13 juin par le terroriste Larossi Abballa. C'est la première fois que des musulmans affichent une certaine solidarité collective avec les non-musulmans contre le terrorisme islamique. Le député Guénhaël Huet a tweeté « sincérité ou duplicité ? » D'autres critiques ont noté l'absence de femmes parmi les manifestants, signe de prégnance de l'idéologie islamiste parmi les Français musulmans. Quand les manifestants sont arrivés devant le poste de police pour déposer des fleurs, aucun policier n'est sorti pour les remercier ou leur serrer la main.

20 Juin. Après trois jours de controverse sur les médias sociaux, il apparait que le policier qui a refusé de serrer la main au président François Hollande lors d'une cérémonie commémorative en hommage aux deux policiers assassinés par Larossi Abballa, ne faisait pas partie du Front National. Selon Le Monde, le policier voulait juste pour protester contre l'insuffisance du budget de la police.

21 Juin. L'ONG « Action des chrétiens pour l'abolition de la torture » (ACAT) a publié un sondage sur la perception de la torture par les Français.

  • 36% trouvent acceptable d'utiliser la torture « dans des circonstances exceptionnelles », (contre 25% en 2000, Sondage Amnesty / CSA).
  • 54% ont jugé « justifié » d'utiliser l'électricité pour torturer un terroriste soupçonné d'avoir caché une bombe.
  • 45% considèrent la torture comme un outil efficace contre le terrorisme.
  • 18% pensent qu'ils pourraient torturer eux-mêmes un terroriste. Un chiffre qui monte à 40% pour les sympathisants du Front national.

21 juin. Plus de 1000 femmes (musulmanes pour la plupart) ont signé une pétition demandant des heures d'ouverture réservées aux femmes à la piscine publique de Mantes la Jolie, en région parisienne. La pétition exigeait également que seules des employées soient présentes à la piscine pendant les heures réservées aux femmes. Les élus, au nom de la laïcité, ont refusé d'accéder à leur demande.

21 juin. Le quotidien Libération a publié une enquête sur ​​la stratégie du gouvernement turc de prendre le contrôle des institutions islamiques en France.

21 juin. Un agent de sécurité musulman opérant dans la « fan zone » du tournoi de l'Euro-UEFA à Nice a été surpris en train de prier pendant son service. La police a été appelée pour procéder à son expulsion. Les spectateurs ont eu peur qu'il s'agisse d'un terroriste.

22 luin. La société d'investissement Mayhoola, affilié à la famille royale du Qatar, al-Thani, a investi un demi-milliard d' euros pour une participation majoritaire dans la société de haute couture française Balmain. Le même jour, le magazine Marianne a publié une étude complète sur les biens immobiliers de la famille royale du Qatar en France : 3 milliards d'euros en villas, immeubles, centres commerciaux, etc.

22 juin. Un musulman de La Chapelle-Basse-Mer (Vendée) a écopé d'une peine de prison de quatre mois avec sursis, une amende 300€ et 1000 € de dommages et intérêts pour chacun des deux cuisiniers qu'il a menacé de mort, ainsi que 300 € pour les frais de justice. En décembre 2015, il a forcé en voiture la porte de la cour de l'école et menacé de tuer le cuisinier et son adjoint, parce que son fils de huit ans avait mangé du porc à cantine. Le garçon avait faim et apparemment n'a pas voulu attendre le repas de substitution prévu pour les végétariens et les musulmans.

23 juin. A 3 heures du matin, au cœur de Barbès, le quartier musulman de Paris, deux hommes sur une moto-scooter ont ouvert le feu sur un groupe de jeunes hommes qui marchaient dans la rue. Personne n'a été blessé. La police a trouvé deux douilles de balles de 9mm sur les lieux de l'agression.

24 juin. A Toulon, une centaine de femmes ont manifesté en short, en soutien à Maude Vallet violemment attaquée dans un bus par cinq femmes qui estimaient qu'elle « ne se respectait pas ». Comme Maude Vallet, les manifestantes ont refusé de mentionner que les assaillantes étaient musulmanes. Elles ont répété la litanie traditionnelle : « cela n'a rien à voir avec l'islam ».

24 juin. A Portes-lès-Valence (Drome), un islamiste mis sous surveillance par les services de sécurité a été condamné et emprisonné pour l'assassinat de sa belle - fille âgée de trois ans. Il avait battu l'enfant à mort. La mère a également été mise en examen pour avoir omis de signaler les sévices.

25 juin. Une avocate peut-elle plaider voilée ? La controverse a enflammé le barreau la Seine Saint Denis. Le 24 Juin, au concours d'éloquence d'étudiants avocats, une jeune femme est apparue avec une tuque, le chapeau traditionnel que plus aucun avocat en France ne porte. Mais, d'une manière très visible, sous la tuque, la jeune femme portait un voile musulman. De nombreux observateurs pensent que la tuque sera réintroduite en France par les avocats islamistes au cours des prochains mois.

26 juin. Bernard Cazeneuve à décerné Légion d'Honneur à Hervé Cornara à titre posthume. Il y a un an, Hervé Cornara, un chef d'entreprise, a été assassiné et décapité par son employé musulman, Yassine Salhi, qui a revendiqué son crime au nom de l'Etat islamique. Salhi avait placé la tête coupée de Hervé Cornara à côté des drapeaux de l'Etat islamique, pris des photos et envoyé celles-ci en Syrie.

27 juin. Le Parisien révèle qu'il y a deux jours, 300 cents migrants originaires du Soudan, d'Erythrée et d'Afghanistan ont déclenché une bagarre de masse dans le 18ème arrondissement de Paris. Il semble qu'une femme a été harcelée sexuellement par un homme appartenant à un autre groupe ethnique. La police a utilisé des grenades lacrymogènes pour mettre fin aux violences.

27 juin. A Ales, Abdellah, un Marocain, n'avait pas d'argent pour payer le repas qu'il venait de consommer au Sushi Bar du coin. Il a couru hors du restaurant avec sa petite amie, mais la police l'a attrapé, il s'est mis alors à crier :

« Vous les mangeurs de porc ! Vous les mangeurs de saucisse... La France, on va la faire péter. Vive les frères Kouachi. Je jure sur Allah que j'ai une kalach ».

Il a été condamné à deux ans de prison pour apologie du terrorisme et au paiement de la facture du Sushi Bar.

28 juin. Sur pression de la préfecture, Azzeddine Taïbi, communiste, maire de Stains, avait dû retirer du fronton de la mairie, une banderole à la gloire du terroriste palestinien Marwan Barghouti. Il a fait appel auprès du tribunal administratif de Montreuil qui lui a donné raison. Le portrait de Barghouti est de retour couvrant « Liberté, Égalité, Fraternité » sur le fronton de la mairie de Stains.

29 juin. Le bureau du procureur de Paris a ouvert en enquête sur les nouvelles menaces de mort publiées sur les réseaux sociaux à l'encontre de Charlie Hebdo. Une vingtaine de messages « très menaçants », y compris des menaces de mort, ont été publiés sur la page Facebook de Charlie Hebdo à la mi-juin. La police enquête.

30 juin. Le gouvernement français a introduit des amendements au projet de loi «Égalité et citoyenneté», pour lutter contre le « préjudice » et rendre la « diversité » (minorités ethniques) plus visible à la télévision publique.

Selon le dernier « Baromètre de la diversité », 14% seulement de personnes perçues comme « non-blanches » (dans la terminologie) sont présents à l'antenne. Erika Bareigts, secrétaire d'Etat en charge de l ' « égalité réelle », a déclaré que « la diversité est la réalité de la société française, et nous devons la montrer. Cela apaise le débat, et tout le monde en a besoin ». Elle a ajouté : « Les médias ne montrent pas les non-Blancs dans des rôles positifs. Cela doit changer ».

30 juin. Deux djihadistes, de retour de Syrie, où ils avaient rejoint l'Etat islamique, ont été condamnés à six mois de prison avec sursis. Les djihadistes sont âgés de 16 et 17 ans. Ils sont restés six mois seulement en Syrie et ont déclaré avoir quitté l'Etat islamique en raison de l'« ambiance pourrie » de leur bataillon composé de volontaires français.

Yves Mamou, journaliste et auteur, est basé en France. Il a travaillé pendant deux décennies en tant que journaliste pour Le Monde.

Thèmes connexes:  France
Articles récents par
recevoir le plus récent par courriel : s'inscrire gratuitement à la liste de diffusion de gatestone institute.

fr